Coucou, voilà une nouvelle histoire qui me tient particulièrement à cœur et qui sort un peu de ce que je fais d'habitude, parce qu'il y a plusieurs narrations à la fois et que ça a l'air compliqué à comprendre comme ça mais que ça ne l'est pas du tout. Mais toujours des garçons qui font crac crac avec d'autres garçons et des bisous mouillés et bien chamallow. Enfin je vous laisse découvrir tout ça et je retourne vite fait écrire sur le nouveau chapitre de New York New York qui approche doucement mais sûrement du clap clap final. Gros bisous !

1.

Skylar

J'ai commencé à écrire ce livre parce que Corry a dit que j'avais des problèmes avec les livres et que c'était dommage d'avoir des problèmes avec les livres. Je n'aime pas les livres parce que ça raconte des histoires fictives, ce qui veut dire, des histoires qui n'existent pas. Et je n'aime pas quand on me parle de choses qui n'existent pas, parce que je ne comprends pas pourquoi on peut être triste ou content pour des choses qui n'existent pas, et quand on essaye de me l'expliquer, ça me donne envie de vomir et la migraine.

Alors je l'ai dit à Corry pour qu'il comprenne pourquoi j'avais des problèmes avec les livres. Il m'a dit de lire des biographies mais je n'aime pas ça non plus, car ça raconte la vie de gens que je ne connais pas et ça me met mal à l'aise de connaître la vie des étrangers. Alors il a mâchouillé son stylo à bille, parce que c'est ce qu'il fait quand il a une idée et il m'a dit d'écrire un livre sur ce que je faisais dans ma vie. Parce que ce serait des choses qui existeraient et que je n'étais pas un étranger pour moi-même. Ça m'a bien plu alors je l'ai fait.

Corry m'a donné un cahier pour écrire, mais c'était un cahier avec des petits carreaux et je n'aime pas ça parce que ça me donne l'impression qu'on essaye d'enfermer ce que j'écris dans des cases trop petites et que ça dépasse. Alors je lui ai dit et il m'a dit qu'il irait m'en acheter un autre. Je lui ai précisé que je ne voulais pas de feuilles toutes blanches non plus parce que ça me mettait mal à l'aise de ne pas savoir où écrire et que je ne voulais pas lui faire acheter trois cahiers différents.

Finalement c'est Eli qui me l'a amené parce que Corry lui a téléphoné et qu'Eli aime bien me faire des surprises. En général je n'aime pas trop ça, parce que je n'ai pas le temps de savoir ce qu'il faut que je fasse et que ça décale tout dans mon emploi du temps. Par exemple si Eli vient me voir un mardi à 15h (comme il l'a fait aujourd'hui) ça me met dans l'embarras parce que je suis obligé de tout décaler et donc mon mardi après-midi :

13h se promener dans le jardin
14h aller à la bibliothèque
15h regarder ma boîte à souvenirs
15h30 prendre un goûter
16h lire le livre emprunté à la bibliothèque
17h se doucher
17h30 continuer le livre
18h regarder un dvd

Devient un mardi après-midi comme ça :

13h se promener dans le jardin
14h aller à la bibliothèque
15h voir Eli
18h regarder un dvd

Et alors je ne peux pas regarder ma boîte à souvenirs, ni prendre un goûter, ni lire le livre que j'ai emprunté à la bibliothèque, ni me doucher et ni continuer le livre. Et si je le fais, l'infirmière vient me voir parce qu'il est tard et qu'il faut que je dorme. Alors je ne me sens pas bien et je commence à avoir envie de vomir parce que je suis perdu et que je n'aime pas être perdu ou ne pas savoir quoi faire.

Mais comme j'aime Eli, parce que c'est mon frère, j'arrive à ne pas avoir envie de vomir. Parce que les deux choses s'annulent, comme ça :

x(décalage de l'emploi du temps) + y(Eli) = 0

Alors quand Eli est venu aujourd'hui à 15h dans ma chambre, je n'ai pas eu la nausée ni la migraine parce que toutes ces choses s'annulaient et qu'au final j'étais plutôt content de le voir. En plus il m'a apporté un cahier qui m'a bien plût avec de grands carreaux et d'une couleur qui ne met pas mal à l'aise. Comme j'étais content et que j'aime Eli, j'ai décidé que j'allai parler de lui dans ce livre parce que Corry m'a expliqué que c'était important que je parle des gens que j'aimais et que je les décrive pour qu'on les voit comme je les vois. J'ai trouvé que c'était plutôt une bonne chose alors je vais vous décrire Eli comme je le vois.

Eli a les cheveux blonds et les yeux très noirs. Il sourit souvent et il a beaucoup d'amis parce qu'il est très gentil et qu'il fait beaucoup de choses pour les gens qu'il aime, comme offrir des cahiers par exemple –c'est une des nombreuses choses qu'Eli a fait pour moi. Il n'est pas très intelligent parce qu'il ne comprend pas beaucoup de choses comme les mathématiques ou la physique mais il fait toujours semblant de s'intéresser à ce qu'on lui dit même si ça ne l'intéresse pas. En général je n'aime pas les gens qui font semblant, parce que ça veut dire qu'ils mentent et qu'ils se font passer pour quelqu'un d'autre et que donc, ils restent des étrangers. Mais Eli fait semblant, dans le sens faire semblant pour faire plaisir. Parce que je sais très bien qu'Eli n'aime ni la physique quantique ni les formules mathématiques mais qu'il fera semblant parce qu'il sait que ça me fait plaisir d'en parler, qu'il m'aime et que donc ça le rend heureux de me savoir content.

Avant j'habitais avec Eli, notre père et notre mère dans une maison avec des murs gris et un toit en ardoise puis après notre mère est morte parce qu'elle avait le cancer du poumon et je n'ai plus qu'habiter avec Eli et notre père, mais dans une autre maison avec des murs rouge brique et aussi un toit en ardoise. Puis notre père est mort il y a trois ans parce qu'il a fait une crise cardiaque et je n'ai plus habité avec Eli, parce qu'il a dû vendre la maison et qu'il ne pouvait pas s'occuper de moi, et que je ne peux pas habiter seul parce que je ne sais pas me faire à manger autrement qu'au micro-onde et que c'est mauvais de ne manger que des plats au micro-onde à cause des ondes qui donnent le cancer et des troubles du système neurologique. Alors Eli m'a demandé si je voulais bien venir habiter ici avec d'autres gens et des personnes comme Corry. Au début j'ai dit non, parce que je n'aime pas les étrangers et que je me demandais comment j'aller faire en cas de besoin parce que je ne connaissais pas le chemin des toilettes et que je ne pouvais pas y aller si je ne le connaissais pas. Puis Eli m'a expliqué où ils étaient et m'a présenté Corry qui n'était plus un étranger, alors j'ai dit d'accord et je suis venu habiter ici.

Eli lui (ce qui veut dire que moi non) aime beaucoup les romans, et je l'ai déjà vu être triste à cause de romans. Même si je trouve ça bête d'être triste pour des choses qui n'existent pas, parce qu'on ne peut pas être triste pour des choses qui ne se sont pas passées. Par exemple quand notre père (pas notre mère parce que j'étais trop jeune pour m'en souvenir) est mort, je n'ai pas été triste. Parce que ce n'était pas possible d'être triste pour notre père puisqu'il était mort et que donc ça voulait dire qu'il n'existait plus en tant que tel. Ça m'a juste mis mal à l'aise parce qu'il y avait plein de cases de mon emploi du temps où il était présent et que désormais elles étaient vides, alors ça m'a fait mal et j'ai vomi et eu la migraine. Eli m'a dit que c'était ça être triste mais je n'étais pas d'accord alors je lui ai dit et il a hoché la tête.

Quand il est venu me donner le cahier, Eli n'était pas triste et ça m'a bien plût parce que je n'aime pas le voir triste. Même s'il ne le dit jamais, je le remarque tout le temps parce qu'il fait une certaine tête que Corry m'a expliqué et qui s'appelle un faux sourire, et pas un sourire faux qui veut dire un sourire hypocrite. Il m'a parlé de son nouveau travail dans un café de Manhattan et ça avait l'air de pas mal lui plaire, puis je lui ai expliqué la suite de Fibonacci parce que j'avais envie de parler de mathématiques mais qu'Eli ne pouvait pas comprendre quelque chose de trop compliqué et on a mangé des bonbons à la gélatine que j'aime bien et qui sont bleus. Puis il a été dix-huit heures et Eli a dû partir, alors il s'est touché le cœur et je me suis touché le cœur, pour se dire qu'on s'aimait. En partant il a dit qu'il reviendrait jeudi à 15h et ça m'a fait plaisir qu'il me le dise parce que j'aller pas devoir décaler tout mon emploi du temps.