DIX METHODES POUR OBTENIR DES COMMENTAIRES

Qu'est-ce qui est plus précieux que le diamant, l'or, le caviar, le safran ?

Plus admirable que la Joconde, la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace ?

Pour un auteur, aucun doute possible : il s'agit de ces quelques mots déposés en annexe de ses œuvres par un lecteur de passage, connu ou inconnu... Ces quelques mots qu'il va conserver sous un globe virtuel et épousseter chaque jour... (mais seulement s'ils sont flatteurs, entendons-nous bien !)

Ces quelques mots qui se rassemblent sous le doux nom de COMMENTAIRE.

La publication sur le Web a induit une proximité nouvelle entre l'auteur et le lecteur, un contact plus facile, mais qui peut entraîner une douleur manifeste si, pour une raison ou une autre, il ne s'établit pas. Contrairement aux statistiques, qui peuvent aussi être la trace du passage d'un « bot » russe ou chinois que d'un lecteur passionné, les commentaires constituent une preuve que l'auteur est auteur, qu'il est reconnu comme tel, qu'il parvient à produire une œuvre et dans le meilleur des cas, qu'il le fait bien. Le commentaire est un encouragement à poursuivre, persévérer, améliorer, encore et toujours.

Il n'y a aucune honte pour un auteur à vouloir être lu. Il est donc tout à fait logique que l'auteur qui publie sur le web tente s'obtenir cette caution essentielle, d'une manière ou d'une autre. Au fil du temps, les auteurs ont fini par mettre en place un certain nombre de stratégies et de méthodes pour obtenir que les lecteurs commentent. Voici les plus courantes :

La décontraction

"Merci d'avoir lu, et n'oubliez pas de commenter "

La simplicité est toujours une vertu.

L'auto dénigrement

Je sais que ce que j'écris est nul...

alors dites-moi que ce n'est pas si nul que ça

Le misérabilisme

Je sais bien que personne ne me lit...

prouvez-moi que ce n'est pas vrai !

Le perfectionnisme

Je cherche à améliorer, alors n'hésitez pas à me signaler mes erreurs !

Mais pas trop quand même...

Le terrorisme

Tant que je n'aurai pas au moins cinq commentaires, je ne publierai pas la suite !

Et si personne ne commente... ça veut dire que la suite n'intéresse personne ?

La transaction

Je commente vos texte, alors ce serait sympa de votre part de commenter les miens...

Comment ça, je suis un vrai pigeon ?

L'Humour

Mon ordi se nourrit de commentaires... ne laissez pas mourir cette pauvre machine !

Personne ne va avaler ça, mais si déjà ça fait sourire !

La Philosophie

Un auteur ne devient vraiment un auteur que sous le regard des autres, il est donc important que ces « autres » se manifestent...

et n'oubliez pas vos neurones au vestiaire, merci !

L'indifférence

J'écris surtout pour moi, je me moque qu'on me lise ou non...

Quand on n'est pas désiré, on a tendance à se montrer, non ?

Le Stoïcisme

...

Peut-être que si je ne demande rien, ils seront plus enclins à réagir...

Avouons-le, nous avons tous employé l'une ou l'autre de ces méthodes pour solliciter des commentaires. Ce qui est tout à fait humain ! Le tout, est de ne pas les employer toutes à la fois.

Je me moque pas mal de savoir si cet article est lu ou pas, et je suis sûre que personne ne le lira... De toute façon, il est sans doute nul. A ce propos, si vous voyez des erreurs trop énormes, signalez-les-moi : en retour, je commenterai vos textes. C'est important, parce que l'auteur a besoin des commentaires pour se sentir auteur. Et mon clavier fonctionne aux commentaires : il en a besoin de cinq, et si je ne les ai pas, je ne publierai rien d'autre.

En tout cas, merci d'avoir lu !

… mais n'oubliez pas de commenter...