L'envie de toi …

Chapitre 1

Depuis plusieurs semaines déjà Kévin et Yann, chacun dans leur service respectif, travaillaient d'arrache-pied, le commissariat étant en sous effectifs. Ce faisant, même les simples petits moments de tendresse, qui n'appartenaient qu'à eux, se faisaient rares.

Que ce soit au bureau ou à la maison, ils ne faisaient que se croiser, s'octroyant que très rarement, TROP rarement à leur goût, un furtif baisé, une légère étreinte, entre deux couloirs ou deux sonneries de réveil. Rien de très transcendant, la fatigue prenant la plupart du temps le pas sur le reste. Pourtant le manque de l'être aimé, de leurs corps si parfait l'un pour l'autre était bel et bien présent. Et cette situation commençait à leur peser à tous les deux.

Mais ce matin là Kévin en avait décidé autrement. N'y tenant plus en voyant le corps de son mari, que l'on devinait parfaitement dessiné malgré le drap qui le recouvrait, l'envie de le faire sien avait, en quelques secondes, germée dans son esprit et était devenue quasi obsessionnelle. Ce qui se traduisit très vite physiquement par une belle érection matinale, à en juger par la bosse qui venait de se former dans son boxer, devenus tout à coup trop étroit.

Kévin commenças par glisser sa main délicatement sous le drap, qui depuis, avait laissé apparaître le torse finement musclé de son homme. Il laissa ses doigts le parcourir, dessinant des petites arabesques de haut en bas, ce qui eu pour effet de faire légèrement réagir Yann. Alors, afin que celui-ci n'est aucun doute quant aux intentions de son mari, Kévin continua sa douce torture, mais cette fois, en insistant sur son bas ventre, allant jusqu'à passer que quelques millimètres de ses doigts sous l'élastique du boxer de Yann. Ce qui, bien évidemment, eu l'effet escompté, à en juge par le boxer de son mari qui devint, à son tour, soudainement étriqué. Mais Yann ne bougeant toujours pas, Kévin pris son courage à deux mains :

K : Yann ? Tu dors ?

Y : Humm ….

K : J'ai envie …

Y : Et tu me dis ça, comme ça … dit-il encore endormis

K : Bah ouai ! répondit-il, tout en continuant ses caresses qui se faisaient déjà plus précises, allant maintenant jusqu'à caresser délicatement la belle bosse qui s'offrait à lui …

Et ne voyant aucune résistance de son mari, il se jeta tout à coup sur ses lèvres afin de lui offrir un baisé passionné, prémisse de ce qui allait suivre … Baisé auquel Yann répondis positivement, entrouvrant même ses lèvres afin de trouver la langue de son compagnon au plus vite. Et d'un baisé passionné, celui-ci passa à un baisé plus que fougueux… sensuel, traduisant le désir de chacun d'eux.

Kévin se détachas de ces merveilleuses lèvres pour continuer à embrasser chaque partie du corps de son homme qu'il connaissait par cœur mais qu'il avait l'impression de redécouvrir à chaque fois.

Il arriva à l'objet de tous les désirs. Il prit de ses deux mains chaque côté du boxer de Yann et le fît glisser avec sensualité, aidé de Yann qui se cambrait afin de facilité l'opération. Puis Kévin remonta et sans plus de préambule et après quelques coups de langue très habiles, pris le sexe de Yann en bouche et commenças cette douce torture que Yann affectionnait tout particulièrement grâce au savoir faire de son amour de mari. Il atteignit très vite le point de non retour, non sans s'être cambré plus que de raison, sous l'effet du plaisir qui lui procurait Kévin.

Celui-ci, après avoir laissé Yann se déverser sans retenue dans sa bouche, remonta vers lui en se passant érotiquement la langue sur les lèvres …

Y : Merci mon Ange, c'était …. Jouissif ! dit-il avec son petit air espiègle, tout en reprenant ses esprits.

K : J'en peux plus Yann, j'ai trop envie de toi là ….. J'ai grave envie d'te la mettre !

Yann fût surpris des propos de son mari, car peu habitué à ce langage venant de lui mais cela eu l'effet de l'exciter encore d'avantage et comme pour lui indiquer qu'il était plus que d'accord, il écartât les jambes et se cambrât afin d'offrir le meilleur accès possible à son mari.

Ni une, ni deux, Kévin pris place entre ses jambes, et non sans avoir d'abord préparé le terrain, car Yann était loin de jouer les passif tous les jours, il le pénétra avec force et amour, ce qui arrachât un cri de douleur mais surtout de plaisir à Yann…

Y : Oh oui Kévin … ouiii !

Kévin, voyant que Yann s'était parfaitement habitué à lui, commença ses vas et vient alternant les cadences afin de procurer le maximum de plaisir à son mari, sa moitié, son amour, son cœur, son âme…..

K : tu me fais bander à un point … t'imagine même pas ! J'crois que je pourrais te faire l'amour des heures entières …

Y : Oh Kév….. Hummm mon Ange, surtout ne t'arrête jamais ! Oh ouiii, c'est bon… vas-y …. Continus, j'veux te sentir encore … plus fort !

Après cette douce supplication, Kévin repartis de plus belle à l'assaut de son homme, donnant des coups de reins si puissants, que chacun d'eux finissaient par titiller la prostate de Yann qui était déjà sur une autre planète… à crier son plaisir à son mari qu'il aimait tant.

Leurs corps en sueur et tous ce désir électrisaient toute la chambre, voir tous l'appartement. Jusqu'au moment ou, comme s'ils ne faisaient qu'un, tous deux sentant poindre l'extase, ils se cambraient, sans que le bleu de l'océan ne quitte le vert émeraude. Kévin poussât un rugissement bestial en se déversant au plus profond de Yann et celui-ci n'en pouvant plus de hurler sa jouissance, se laissa aller entre leurs deux corps alletants, en sueur et remplis d'amour …..

Kévin vint s'allonger délicatement sur le torse de Yann, toujours en lui à la demande de celui-ci…

Y : Tu m'as tellement manqué mon Ange …. Tu peux pas imaginer à quel point ! dit-il comme un cri d'amour à l'amour de sa vie.

K : Oh que si, je peux l'imaginer ! N'en disant pas plus, car les mots étaient superflus. Il venait de prouver à Yann à quel point, lui aussi, lui avait manqué …

C'est donc reput, pour le moment, de tout cet amour, qu'ils s'étaient enfin décidés à se préparer à aller bosser. Encore une journée interminable qui s'annonçait…

Mais après ce qu'ils venaient de vivre ensemble, Kévin n'avait pas l'intention d'en rester là et une petite lueur vint éclairer son regard océan avec une pointe de malice …

A suivre…

Si vous avez aimé …