Bon, me revoilà….

Au vue des demandes de suite de « L'envie de toi.. » et comme je peux rien refuser, surtout à ma BB poisson ….

Voici la suite, en espérant que ça vous plaira …

« Au nom de notre Amour… »

Chapitre 1 :

Kévin était là, allongé dans le lit, les yeux grands ouverts alors que Yann dormait profondément à côté. Lui ne trouvait pas le sommeil … trop de choses dans la tête. Il n'en revenait toujours pas, ne cessant de penser et repenser au final de ce fameux week-end marseillais, il y a plusieurs semaines de ça.

« J'veux un enfant … », cette petite phrase raisonnait dans sa tête à longueur de temps. Yann lui avait lâché ça comme une bombe, sans prévenir, avant de se lover tous contre lui. Et puis plus rien, plus un mot sur le sujet pendant les 4h qu'avait duré le retour, ni de l'un, ni de l'autre. Kévin avait su à ce moment là qu'un mot supplémentaire aurait été inutile.

Le désir exprimé à voix haute par son mari et sa demande muette suffisait. Il se dit qu'il serait bien temps d'entamer véritablement le sujet une fois à la maison.

Flash Back

24h qu'ils étaient rentrés, 24h longues heures. Kévin n'avait pas osé revenir sur le sujet et Yann, ayant une appréhension quant à la réaction de son mari face à cette révélation, avait voulus lui laisser une journée de répit.

C'est finalement Kévin qui avait mis les pieds dans le plat le premier …

K : Yann ? Faut qu'on parle…

Y : Euh … oui bien sûr… De quoi tu veux qu'on parle ?

K : ….

Y : Oh … de ça !

K : T'étais sérieux hier dans le train ?

Y (commençant à monter sur ses grands chevaux) : Evidemment qu'j'étais sérieux !

K : Eh t'excite pas ! C'était pas un reproche mon cœur, j'veux juste être sûr d'avoir bien compris …

Y : Désolé …. Et oui …. J'étais sérieux, plus que sérieux …

K : Tu veux un bébé ?

Y : Oui

K : T'es sûr de toi ? Ca fait longtemps que t'y pense ? Ca t'a pris comme ca ? dit-il sans reprendre son souffle

Y : Oh la … Ca fait beaucoup de questions en même temps tous ça !

K : Bah oui …. J'me pose pleins de questions face à ta subite envie de paternité !

Y : Ca à l'air de t'enchanter …

K : …..

Y : Bon alors… oui j'suis sûr de moi… plus que jamais, oui c'est vrai que ça fait un moment que j'y pense et notre week-end m'as confirmé cette envie.

K : Si ça fait autant de temps apparemment, pourquoi tu m'en à jamais parlé ?

Y : Cette idée s'est insinuée en moi petit à petit, au fil du temps, j'voulais être sûr de savoir ce que j'voulais vraiment avant.

K : ….. (semblant être blessé par le manque de confiance de son mari)

Y : Je t'en ai pas parlé de suite parce que je voulais pas te faire souffrir inutilement si j'avais dû changer d'avis … mais vu ta réaction, j'aurais mieux fait de rien dire du tous !

K : Mais non, c'est pas ça, j'suis juste … surpris…

Y : Eh bah cache ta joie !

K : Moi aussi j'voudrais avoir un enfant, c'est juste que j'avais jamais pensé que toi aussi, alors j'suis surpris …. mais ça me touche que t'es pas voulus me blessé…. J'suis désolé, j'ai réagis comme un con.

Y : J'veux vraiment qu'tu comprennes que c'est sérieux … la seule fois ou j'ai été aussi sûr de moi c'est le jour ou je t'ai dis oui …

K : …. Tu veux vraiment un enfant … dit-il toujours étonné mais convaincus cette fois.

Y : J'veux qu'ON est un enfant, toi et moi, tous les deux !

K : J'sais pas quoi dire.

Y : Eh bah dis rien !

Durant les semaines qui avaient suivies, leurs conversations n'avaient qu'un seul et même sujet … l'agrandissement futur de leur famille.

Tous ne s'était pas fait sans heurt. Cherchant toujours la meilleure solution pour accéder à cette envie qui, au fil du temps était devenue leur plus cher désir, ils se disputaient parfois, n'étant pas toujours d'accord sur les choix proposés. Mais comme toujours, rester éloignés, même de peu, l'un de l'autre trop longtemps leur était impossible. Le lit conjugal était devenu le lieu de tous les pardons.

Kévin en était là de ses réflexions, il regardait son homme émerger doucement de sa nuit. Il ne pouvait s'empêcher d'avoir envie de cet homme, malgré les petits désaccords de ces derniers temps, qu'il savait pour la bonne cause. Alors pour que la journée commence bien, les yeux pétillant d'envie, Kévin avait plongé sous le drap et commencé à procuré à Yann une douce caresse vite remplacée par une tendre succion. Réveil que Yann avait l'air d'apprécier en vue ou du moins à l'entente du gémissement de plaisir qu'il avait émis. Sa tâche parfaitement accomplie, Kévin avait refais surface pour trouver un Yann tous sourire et pleinement satisfait…

Y : Bonjour mon ange !

K : Bonjour amour ….

A suivre ….