Epilogue :

Après leur départ du commissariat, Yann ne traine pas pour rentrer au loft. Bien que Kévin lui assure que tout va bien, il sent bien le contre coup du choc faire son effet et la fatigue visible qu'affiche son visage. Il a bien l'intention de prend soin de son homme revenu, malgré l'épreuve, en un seul morceau et le chouchouter autant qu'il le peut toujours guider par cet instinct de protection. Sur le chemin, ils ont discuté un peu des jours à venir. Suite à l'accident dont Kévin a été victime aujourd'hui, les chefs l'ont mis au repos forcé le temps que son bras soit rétablit. De plus Kévin et Yann, qui avaient réussit à faire coïncider leurs dates, sont en vacances d'ici peu. Du coup Yann est bien décidé à obtenir ces quelques jours supplémentaires, leur permettant ainsi de partir plus tôt que prévus. Une fois rentrés, Yann accompagne Kévin à l'étage afin qu'il se repose un peu en s'allongeant sur le lit et ainsi en profiter pour un moment tendre et câlin entre eux. Après que Yann est fait part à Kévin de son envie de rester près de lui à partir de maintenant, décision est prise que leur départ en vacances est pour le lendemain si tout se passe comme il le souhaite, au lieu de la fin de la semaine prévue. Yann rejoint Kévin sur le lit qui vient se lover immédiatement tout contre lui, venant déposer sa tête sur son torse accompagné de sa main posée sur son ventre avant que Yann ne l'entoure de ses bras.

L'environnement familier et serein qui les entoure est propice à la détente et en quelques minutes Kévin finit par trouver le sommeil, plus épuisé qu'il ne l'aurait cru par le choc vécu plus tôt dans la journée. Yann sent instantanément que la respiration de son ange se fait plus calme et plus régulière, lui indiquant que celui-ci vient de plonger dans les bras de Morphée. Il ne le lâche pas pour autant et resserre même son étreinte, fermant les yeux quelques secondes pour se laisser envahir par l'agréable sensation de sentir son corps près du sien. Durant les heures qui suivent Yann reste éveillé et attentif au moindre faits et gestes de Kévin, s'assurant que celui-ci va bien et qu'aucune complication non désirée ne survienne. Profitant de l'instant, il prend son téléphone et appel son Commissaire afin de lui faire part de sa demande de congé supplémentaire. Ce dernier n'est pas vraiment ravi de la demande mais Yann semble déterminé à ne pas quitter Kévin. Allant jusqu'à faire comprendre à son Chef qui est désormais Kévin pour lui et le couple qu'ils forment aujourd'hui. Sachant pertinemment qu'après leur dernière rencontre avec Richard, la nouvelle de leur relation va se répandre comme une trainée de poudre dans tout le commissariat. Voyant que Yann ne lâchera pas le morceau avant d'avoir eu gain de cause, le Commissaire accepte non sans mal sa demande avant de lui souhaiter malgré tout bonnes vacances et un bon rétablissement à Kévin. Yann raccroche, heureux d'avoir réussit à obtenir ce qu'il voulait et qui confirme leur départ du lendemain pour le soleil du sud. Puis il finit par s'endormir à son tour, confiant quant à la santé de son homme le voyant toujours aussi paisiblement endormis.

Ce n'est qu'au petit matin que Kévin ouvre les yeux avec l'impression d'un manque. Il tâtonne la place à côté de la sienne et se rend compte que Yann n'est plus à sa place auprès de lui, laissant ainsi un vide instantané qui explique son ressentit au réveil. Encore une nouveauté qu'il n'avait jamais sentit avec personne d'autre avant Yann. Cette sensation de manque, de vide qui l'envahis malgré lui lorsque Yann se lève avant lui et qui prouve une fois de plus que le Capitaine ne peut être que son destin aux vues de l'importance qu'il a dans sa vie. Il se lève sans plus attendre, un peu trop vite, oubliant son bras encore endoloris qui le lance après s'y être appuyé par mégarde et descend au salon. Il aperçoit Yann au milieu des valises et la gaieté s'affiche sur son visage en quelques secondes. Yann a donc réussit à avoir ce qu'il voulait et leur départ est imminent, pour sa plus grande joie. Il va enfin retrouver son pays basque natal qu'il n'a pas revu depuis son arrivée à Paris. Plus heureux que jamais à l'idée de la faire découvrir à Yann pour leur première escapade vacancière en amoureux, en tant que véritable couple pleinement établis. Mais il va aussi et surtout pour la toute première fois présenter Yann à sa mère. Non pas comme le simple collègue qu'elle pense qu'il est pour lui après lui avoir raconter un peu l'histoire peu banale de la naissance de leur amitié indéfectible, mais bel et bien comme son compagnon, son amoureux, l'homme de sa vie. Avouant ainsi à sa mère sa récente révélation et de ce fait son homosexualité, ne voulant en aucun cas lui cacher et faire penser à Yann ou à qui que ce soit qu'il n'assume pas ce nouvel état de fait. Même si cela risque de la surprendre, connaissant son fils et ses nombreuses conquêtes avant de vivre ces dernières années, cette relation tumultueuse avec Cléo qui a si mal terminée.

Bien qu'il ne l'ai pas confié à Yann voyant sa propre angoisse suite à l'accident et préférant attendre le bon moment pour le faire et ne pas l'inquiéter d'avantage, Kévin a eu peur, une peur bleue de ne plus le revoir et de ne pas avoir l'occasion de vivre tout ce qu'ils n'ont pas encore eu le temps ou le courage de vivre ensemble, au point qu'il ne souhaite plus cacher quoi que ce soit sur son amour pour le Capitaine, peu importe ce qu'il pourrait se dire sur le sujet. Oui il aime un homme pour la première fois de sa vie, probablement le seul qu'il aimera jamais et avec qui il ne se voit d'ailleurs plus vivre sans. Et il est bien décidé aujourd'hui à assumer et défendre son choix de vie, galvanisé par ses propres réactions naturelles face aux récentes attaques de Richard. Après un copieux petit déjeuner afin de tenir le choc pendant le trajet, les deux hommes chargent la voiture rapidement pour se mettre en route, direction Biarritz et ses plages magnifiques. Yann est un peu anxieux à l'idée de cette nouvelle aventure qui l'attend. C'est la première fois qu'il va être présenté à sa future belle-famille, plus précisément à sa belle-mère. Car il ne doute absolument pas du fait qu'elle l'est déjà de par sa relation qu'il sait solide et éternelle avec Kévin. Et qu'elle le deviendra peut-être même officiellement un jour si Kévin lui faisait le plus grand des honneurs en s'unissant à lui pour toujours devant Mr le Maire. Surprit d'ailleurs de songer au mariage, lui qui ne pensait jamais passer par cette case sur l'échiquier de la vie. Et avec tout ce que Kévin lui a raconté sur sa mère et surtout pour avoir un fils aussi formidable que lui, Yann est certain que c'est une femme extraordinaire. Mais Kévin est sa première véritable relation stable, la première vraie relation qu'il souhaite d'ailleurs, alors pour une fois Kévin ne sera pas seul face à la nouveauté. Lui aussi va devoir affronter la sienne. Après les 8 heures de route, pauses comprises, les voilà donc arrivés à bon port, Kévin heureux de revoir les beaux paysages qui ont bercés toute sa vie et Yann ravie découvrir la si belle vue dont Kévin lui a tant parlé ces derniers mois.

Brigitte est dehors en train de jardiner lorsque les deux hommes se garent devant la maison. Kévin aperçoit sa mère de loin et en fait part à Yann qui immédiatement voit la ressemble physique entre la mère et le fils, persuadé que celle-ci ne s'arrête pas à l'extérieur. La surprise pour Brigitte sera d'autant plus grande qu'elle n'est pas au courant de leur arrivée précipité car Kévin n'a pas voulu la mettre au courant de son accident pour ne pas l'inquiéter inutilement. En entendant le bruit des portières qui se claquent au reste de la tôle, Brigitte lève enfin le nez de ses bégonias et autres plantations pour vérifier d'où provient le bruit et reste bouche bée en voyant son fils adoré s'avancer vers elle alors qu'elle ne l'attendait pas avant plusieurs jours. Et la surprise continue lorsqu'elle voit un autre jeune homme prendre sa suite. Kévin n'a pourtant pas fait mention de la venue d'un ami à lui quand il lui a annoncé, pour son plus grand bonheur, sa visite pendant les vacances d'été. Mais la surprise de cette compagnie inattendue passe au second plan comparé à sa joie de retrouver son fils qu'elle n'a pas revue depuis son départ pour la Capitale. Arrivé à sa hauteur, Brigitte sa jette dans les bras de Kévin qui l'étreint à son tour traduisant à Yann la joie qu'ils ressentent l'un comme l'autre et l'ampleur de la complicité qu'ils devaient déjà avoir lorsque Kévin habitait encore sur Biarritz. Brigitte ne cache pas son plaisir de le retrouver en l'abreuvant de mots doux, de petits surnoms tous plus mignons les uns que les autres, ce qui fait sourire Yann au passage, et de baisers comme nulle autre qu'une mère peut offrir à son fils. Kévin a l'impression de redevenir un enfant, l'enfant qu'il a été et que sa mère souriante attendait chaque après-midi au retour de l'école pour lui asséner un tendre bisou sur ses joues à croquer. L'étreinte prend finalement fin et Kévin voit bien que désormais Brigitte dirige son attention et ses interrogations muettes sur l'homme qui l'accompagne …

B : Alors … ?

K : Maman … si tu veux bien, on pourrait rentrer et s'installer au salon !

Kévin ne prend même pas la peine de présenter Yann à sa mère. Il ne veut pas perdre de temps et lui cacher quoi que ce soit plus longtemps en ce qui les concerne et préfère qu'ils soient réunis tranquillement pour annoncer la nouvelle à Brigitte qui risque fort de tomber des nues. Celle-ci, bien qu'un peu étonné par la demande de son fils et du sérieux dont il fait preuve, accède à sa requête et tous trois pénètrent dans la maisonnée, que Yann trouve charmante et très joliment agencée, pour s'installer au salon où Brigitte prend place dans son fauteuil habituel pendant que Kévin et Yann prennent place sur le grand canapé qui lui fait face, ne s'éloignant pas trop l'un de l'autre …

K : Maman … j'ai une chose à t'annoncer et qui va sûrement te surprendre … Mais sache que je suis sûr de mon choix et de mes sentiments !

B : Si c'est pour m'avouer que t'a rompu avec Cléo, c'est pas une nouveauté ! Je l'ai jamais vraiment porté dans mon cœur à cause de son comportement envers toi et j'avoue que j'étais certaine que ça ne durerais pas toute une vie. Et puis ça n'allait déjà pas fort entre vous il y a quelques temps et tu pensais déjà à la quitter !

K : Non maman c'est pas ça …. Enfin si, évidemment j'ai quitté Cléo mais je te l'avais déjà dis ou presque donc … C'est autre chose, de beaucoup plus important pour moi

B : J't'écoute mon chéri … Mais tu compte me présenter ton ami un jour ? Où je vais devoir le faire moi-même ? Plaisante-t-elle

K : J'y viens justement …. J'te présente Yann …

B (le coupant) : Oh ! Alors c'est vous son collègue de la BAC ?

Y : Oui madame !

B : Oh ! Pas de madame entre nous, appelle-moi Brigitte !

K : Maman ?

B : Oui mon poussin ?

K : Ce que je veux te dire c'est que Yann n'est pas qu'un simple collègue …

Kévin sent bien la tension monter d'un cran pour Yann d'habitude sûrement le plus sûr et le plus confiant des deux. Alors comme pour le rassurer, avant de continuer sur sa lancé avec sa mère, Kévin viens trouver la main et les doigts de Yann auxquels il vient lier les siens sous le regard mi-médusé, mi-interrogateur de Brigitte …

K : Voilà … Je … J'aime les hommes, enfin … j'aime UN homme !

B : …

K : Yann est mon copain … on est ensemble depuis quelques mois et … on s'aime …. On s'aime vraiment tu sais !

B (voyant le regard inquiet des deux hommes) : Mon chéri … tu sais que j'ai toujours voulus que tu sois heureux … peu importe avec qui tu trouve ton bonheur du moment que tu es comblé !

K : J'le suis maman … t'imagine pas à quel point je le suis … grâce à Yann ! Dit-il en se tournant vers Yann, échangeant un regard amoureux dont Brigitte est témoin

B : Bienvenue dans la famille Yann ! J'ai jamais vu les yeux de mon fils pétiller autant que lorsqu'il te regarde … et je vois bien que c'est plus que réciproque … c'est la seule chose qui importe ! Dit-elle en se levant, venant étreindre son fils suivit de Yann pour les féliciter de leur bonheur apparent

Bien qu'elle ne s'attendait certainement pas à se genre de révélation de la part de son fils, Brigitte est réellement et sincèrement heureuse pour lui et le fait qu'il se soit découvert gay dans les bras de Yann n'a pour elle aucune incidence sur l'amour qu'elle peut lui porter et n'en aura jamais. Evidemment la joie, la surprise, l'étonnement passé, Brigitte ne tarde pas à se rendre compte des légères contusions qui viennent parsemer de-ci de-là le visage de Kévin. L'inquiétude se lisant sur son visage, Kévin la rassure bien vite, lui contant sa mésaventure sans trop de détails, ne parlant uniquement que d'un accident de voiture sans gravité. Rassurée, elle aurait bien aimé profiter encore un peu de leur présence mais bien vite le soir arrive et Brigitte doit déjà les quitter. N'ayant pas prévu que Kévin arrive si tôt, sa soirée est déjà planifiée et elle ne peut décommander à la dernière minute. Kévin et Yann comprennent parfaitement qu'elle souhaite honorer son engagement pour la soirée qu'ils lui souhaitent aussi bonne que possible. Cela va leur permettre de se retrouver un peu seul à nouveau après cette nouvelle séquence émotion suite à l'aveu de Kévin à sa mère sur son homosexualité et la facilité d'acceptation de celle-ci qui leur fait chaud au cœur. Après avoir fouiné un peu dans les placards de sa mère Kévin trouve de quoi leur faire un petit repas simple mais nourrissant. Le repas vite expédié, ils décident d'aller directement se mettre au lit. Yann ayant conduit tout le trajet, un peu de repos ne lui fera pas de mal surtout que la nuit dernière à été courte pour lui qui à veillé Kévin au bon moment avant de dormir. Yann découvre donc pour la première fois la chambre de son homme, constatant avec joie que le lit a deux places. Sans prendre la peine de déballer leurs affaires, ils se déshabillent et se faufilent rapidement sous la couette profitant du calme de la maison. Blottis dans les bras l'un de l'autre, ils parlent, comme souvent de tout et de rien avec cette facilité de communication qui les caractérisent. Kévin a bien d'autres choses en tête mais ne sait comment aborder le sujet sans passer pour un jeune premier …

Y : Ca va mon ange ?

K : Oui ca va super … j'suis content que ma mère l'ait bien pris et qu'elle t'accepte, bien que j'en doutais pas vraiment !

Y : Ta mère est extraordinaire … tout comme toi !

K (plongeant son regard dans le sien) : T'es la meilleure chose qui me soit arrivé dans la vie Yann …

Y : Je t'aime c'est tout !

K (prenant une bonne inspiration) : J'suis prêt …

Y (interrogateur) : …

K : J'ai eu vraiment peur pendant l'accident tu sais. T'es la seule personne à qui je pensais pendant que la voiture partait dans tous les sens. On dit qu'on voit sa vie défiler devant ses yeux dans ces moments là. Moi je voyais que toi ! J'avais tellement peur … de pas te revoir … de pas avoir réussit à affronter mes appréhensions plus tôt alors qu'aujourd'hui je me demande pourquoi j'avais ce blocage ridicule … de ne pas pouvoir te dire une dernière fois que je t'aime … que je t'aime vraiment … comme j'ai jamais aimé …

Y (le coupant, voyant ses larmes apparaître) : Ca va aller … t'es là … et je suis là aussi ! C'est tout ce qui compte ! Je sais que tu m'aimes, j'ai jamais eu aucun doute là-dessus ! Et pour le reste, on a le temps …

K : J'ai envie qu'on aille jusqu'au bout cette fois …

Y : … T'es sûr ? J'veux dire, j'veux pas que tu te sentes obligé ou poussé à faire quoi que ce soit à cause du choc !

K : C'est pas le cas ! J'me sens prêt aujourd'hui … Envolé le blocage … J'en ai vraiment très envie … J'veux que tu m'fasses l'amour …

Y : Quoi … Ici ? Chez ta mère ?

K : Ici et maintenant !

Yann ne sait plus trop quoi dire à cet instant. La sincérité dont Kévin fait preuve et cette demande inattendue et touchante qu'il vient de lui faire ne fait que renforcer un peu plus ses sentiments. Ce moment, il en a tellement rêvé, il l'a attendu si longtemps, mettant à contribution toute sa bonne volonté et toute la patience qu'il a réussit à puiser au fond de lui-même. Alors pour ne pas briser cet instant magique, il décide ne pas ajouter un seul mot, préférant plonger son émeraude dans l'azur, se penchant sur Kévin pour venir chercher ses lèvres gourmandes dont il raffole tant. Naturellement Kévin répond très vite et avec intensité, lui offrant l'accès immédiat à sa langue qui ne demande qu'à être visitée. Lui prouvant par la même occasion à quel point il a envie de lui, envie de ce nouveau monde. Envie que Yann lui fasse à présent découvrir la jouissance ultime grâce à cette vallée encore inexploré qui est la sienne et laquelle jamais un jour il ne se serait cru capable de donner. Jusqu'à Yann. L'étreinte est un savant mélange de douceur, de tendresse et de passion réunis. Mais bien vite les caresses font leurs apparitions et les mains deviennent baladeuses, d'un côté comme de l'autre, galvanisé par le désir qui transpire de chacun d'eux. Tous leurs sens semblent être en éveil maximum quand les doigts de Yann arrivent non loin du lieu tant de fois approché et pourtant encore vierge de toutes intrusions. Kévin continuant ses douces caresses sur son corps, Yann vient titiller d'un doigt agile l'anneau de chair de son homme encore rétracté, tirant un léger soupir de son propriétaire. Puis il le délaisse pour trouver le membre de son futur amant, qu'il sent prendre de l'ampleur à mesure que sa main entière glisse délicieusement sur toute sa longueur.

Kévin qui sent poindre l'érection flagrante de Yann contre sa cuisse, prend lui aussi les choses en mains pour prodiguer à son beau brun le même délice que celui dont il fait l'objet. Bientôt les premiers véritables soupires se font entendre de part et d'autre. Prémisse des nombreux autres à venir et qui s'avère n'être que de formidables sources de motivation pour la suite dans lesquelles chacun vient puiser l'énergie nécessaire à sustenté et assouvir son propre désir que l'autre lui inspire. Après quelques supplice de plus, Kévin ne tient pas plus longtemps et libère son nectar entre les doigts de Yann dans un gémissement qui traduit bien le plaisir qu'il vient de vivre. Mais ne trouvant pas cela suffisant, il stoppe net la caresse de ses doigts pour mieux faire glisser son corps en contrebas et venir engloutir désormais le membre de Yann de sa bouche, devenue experte à cette pratique. Connaissant parfaitement la manœuvre à suivre pour combler son homme, il ne lui faut pas plus de quelques minutes supplémentaires pour sentir Yann sur le point de jouir. Mais Le Capitaine en à décidé autrement et se défile subtilement sous le regard mi-interrogateur, mi-coupable de Kévin qui se demande déjà s'il a fait quelque chose de mal pour que Yann réagisse ainsi. Mais Yann le rassure rapidement lui faisant comprendre que le programme est loin d'être finis, raison pour laquelle il préfère se réserver pour le bouquet final qu'il veut tout simplement grandiose pour sa première fois. Il prend donc place en douceur entre les jambes que Kévin, rassuré, à déjà écartées afin de lui laisser le champ libre, venant le surplomber de toute sa hauteur …

Y : J'vais y aller doucement, promis !

K : Je sais que tu m'feras pas mal ! J'ai confiance en toi …

Cet aveu de son homme touche Yann en plein cœur, désirant encore plus qu'avant faire de cette nuit la plus belle de sa vie, occultant toutes les autres passées quelles qu'elles soient. Kévin, lui, pensait appréhender un peu, malgré que plus aucun blocage ne lui barre la route du plaisir avec Yann. Pourtant il se sent, non pas totalement détendu, mais certainement plus que prévu. Pendant que Yann le recouvre désormais de tout son poids, le parsemant de baiser tels de fabuleuses succions laissant une trace humide et brûlante sur chaque parcelle de son corps, frottant sa propre virilité tendue à l'extrême contre la sienne dans le même état qui exacerbe leur libido de plus en plus débordante, Kévin trouve la force de tendre son bras pour atteindre le sac déposé au pied de la table de chevet. Il farfouille à l'aveuglette à l'intérieur pour finir par en sortir un tube de lubrifiant, non sans avoir le rouge qui lui monte aux joues. Tube qu'il s'est permis de prendre dans les affaires de Yann au loft et qu'il a préalablement fourré dans ses affaires, se sachant désormais prêt à franchir le pas et espérant déjà à ce moment là que ces vacances soit le signe de sa complète reconversion en homo accomplis et plus comblé qu'il ne l'est déjà grâce à l'amour que Yann lui porte et lui prouve jour après jour. Sentant le mouvement de Kévin, Yann fait une pause dans sa progression et découvrir l'objet qu'il tient dans sa main, lui tirant un sourire non dissimulé …

Y : Tu peux m'dire où t'as trouvé ça ? Sourit-il

K (penaud) : A la maison … J'me suis dis qu'on en aurait certainement besoin ici ! Finit-il par avouer d'un air coquin

Y : T'es pas croyable ! Tu me rends fou Kévin !

K : T'es sûr de vouloir aller jusqu'au bout ? J'veux pas que tu le fasses juste pour moi, je sais que t'es fatigué par le trajet !

Y : Je serai jamais fatigué pour toi … Ma force c'est toi !

Après ses belles paroles et cette déclaration touchante, Yann repart à l'assaut du corps de Kévin qui n'oppose évidemment aucune résistance tant l'envie que Yann le possède enfin grandis en lui et se fait sentir. Les gestes se font de plus en plus précis et enjoués. L'intensité de l'étreinte monte crescendo. Mais bientôt elle ne suffit à les contenter alors Yann, dont les doigts ont fait un passage éclair dans sa bouche, les introduit dans l'antre chaude de Kévin, qui pousse un petit cri de surprise sous l'intrusion bien qu'agréable, pour le préparer du mieux possible. Ce doigté commence déjà à faire perdre pied Kévin, lui tirant ses premiers gémissements de plaisir dont lui-même est surprit. Il fait savoir à Yann que le supplice est de plus en plus insoutenable. Le Capitaine qui le sent se détendre autour de ses phalanges, les retirent enfin avant de venir poster son membre gorgé de sang, préalablement recouvert d'une bonne dose de lubrifiant, à l'entrée de l'anneau de chair dilaté de son homme. Toujours dans ce même souci de donner le meilleur souvenir qui soit de cette nuit et le plus de plaisir possible à son ange basque, Yann vient déposer les jambes de Kévin sur chacune de ses épaules. Voyant son regard d'ange voilé par le désir qui le dévore, Yann commence à le pénétrer avec une douceur infiniment tendre. Le cri rauque mêlé de douleur et de plaisir mélangé de Kévin, alors que son membre ne s'est infiltré qu'à moitié en lui, stoppe Yann dans son ascension. Soucieux, Yann tente de se retirer mais Kévin vient apposer ses mains sur chacune de ses fesses pour faire pression et l'en empêcher. « Continue … t'arrête pas !». Le supplie Kévin d'une voie sortie d'outre tombe, donnant l'impression d'être déjà dans un autre monde.

Yann s'exécute donc sous l'effet de la confiance que Kévin lui porte. S'enfonçant jusqu'à la garde, Yann reste un moment en lui afin qu'il s'habitue à sa totale présence. Et lorsque le jeune basque ose un léger mouvement de hanche accompagné d'un soupir qui traduit son approbation, Yann commence de légers va et vient, se retirant presque à chaque fois pour y replonger, ne s'arrêtant qu'après avoir sentie la prostate de son amant venir chatouiller son gland. Bientôt les gémissements de chacun remplissent la chambre d'adolescent de Kévin qui s'enivre de plus en plus de la sensation de Yann au plus profond de ses entrailles, le possédant corps et âme. Incité par toute cette fougue que tous deux mettent à leurs ébats, Yann accentue ses mouvements, intensifiant ses coups de reins au fil des minutes qui défilent à vitesse grand V. Les va et vient du Capitaine se font à présent plus virils et plus rapides, provoquant des secousses inégalées chez Kévin qui, accroché à Yann comme à une bouée de sauvetage, s'en délecte un peu plus à chaque fois que son sexe vient percuter sans ménagement sa prostate. Le beau brun profite de cet instant pour se saisir du membre durci de son ange afin de le porter une seconde fois à la jouissance et ainsi ne pas être en reste. Kévin se laisse aller à ses désirs profonds et se libère à nouveau de son liquide blanchâtre entre leurs deux corps. Offrant son corps tout entier à Yann, comme si celui-ci ne lui appartenait plus et qu'il ne faisait qu'en ressentir les sensations qui le submergent et l'envahissent à mesure que Yann prend possession de lui pour le faire sien un peu plus à chaque minutes qui passent, à chaque coups de reins qu'il porte et qui le mène aux portes de plaisir ultime. Venant noyer son émeraude dans l'Océan de passion qui se déchaine dans les prunelles du jeune basque, ivre de désir et de plaisir, Yann assène à celui-ci quelques déhanchements supplémentaires qui accroissent les complaintes de chacun, traduisant l'extase qui menace d'apparaître incessamment. Le dernier à-coup porté par le Capitaine as raison de lui. Tout son corps se cambre et se raidit à l'extrême avant que celui-ci, dans un gémissement de satisfaction, libère sa tiède semence au plus profond de Kévin qui se fond dans l'ivresse totale de sentir une partie de Yann couler et investir son corps.

Toujours en lui à la demande du Lieutenant, Yann, agréablement surprit de cette demande, ainsi que Kévin reprennent petit à petit leurs esprits alors que les jambes du jeune basque glissent désormais le long du corps du Capitaine pour venir entourer sa taille. Et comme toujours, après quelques baisers passionnés, ils ne peuvent résister à l'envie d'accrocher leurs regards l'un à l'autre dans se mélange qui leur semble tellement parfait …

K : Tu vois, j'regretterais jamais d'avoir pris cette balle pour toi parce qu'elle m'a fait ouvrir les yeux sur le véritable amour … C'est toi l'intervention d'ma vie …

Aucun mot de plus n'est échangé. Leur silence en dit bien plus. Leurs regards ancrés l'un à l'autre parlent pour eux. Yann finit par venir lover sa tête sur le torse de Kévin qui l'étreint de sa douceur et de sa tendresse, tous deux plus amoureux l'un de l'autre que jamais après avoir scellé leur amour profond dans cet acte charnel où leurs corps se sont unis dans une parfaite osmose, une parfaite symbiose. Preuve suprême d'un amour sincère qui les lie à jamais. Et après seulement quelques minutes ils s'endorment tous deux paisiblement, les doigts liés, pour une nuit prémisse d'un futur heureux qui sera sans nul doute peuplée de doux rêves de bonheur à deux.

THE END !