Epilogue

Sam enroula une mèche de ses cheveux autour de son index et se perdit dans la contemplation de la table. Il pouvait sentir le regard perçant de la jeune fille sur lui et entendre son sourire amusé alors qu'elle répondait à Tyrell. Il se sentait rougir de honte et cela l'énervait passablement, accentuant son malaise.

— Désolé sœurette, mais j'ai été pas mal occupé ces derniers temps. Je t'ai un peu oubliée, avoua Tyrell penaud. Heureusement que Sam était là, rajouta-t-il en souriant. Vous avez pu faire connaissance ? demanda-t-il en se dirigeant vers la cuisine pour prendre une bière avant de revenir s'asseoir à coté de Sam.

Passant un bras autour de ses épaules, Tyrell étendit les jambes sous la table et étouffa un bâillement.

— Quel genre de frère es-tu pour abandonner ta petite sœur ?

— Ça va, je t'ai laissée entre de bonnes mains.

— Oui, sourit-elle, amusée. Ton ami est charmant !

— Hum je ne savais pas si…, commença Sam sans finir sa phrase.

Il entendit Naomi rire tout bas alors que Tyrell ne comprenait visiblement pas la référence.

— Je suis heureuse de voir que mon frère n'a pas perdu de temps, répondit-elle amusée mais sincère.

— Que veux-tu ? Il est tellement mignon… déclara le principal concerné en embrassant son amant sur la tempe.

Sam n'était pas habitué à ce genre de démonstration affectueuse. Lui-même s'entendait plutôt mal avec son frère, et à peine mieux avec le reste de sa famille. Il entretenait toujours des liens mais purement par politesse. Jamais sa famille n'accepterait qu'il ramène Tyrell alors… l'embrasser ou le toucher de la sorte aurait fini d'achever sa pauvre mère.

Tyrell et Naomi s'éclipsèrent dans la cuisine pour préparer le repas et Sam décida de les laisser seuls pour qu'ils se retrouvent. Devant la télé, il baissa néanmoins le son pour tenter d'entendre quelques bribes de la conversation mais l'appartement était trop bien isolé. Il grommela intérieurement. Est-ce qu'ils parlaient de lui ? Peut-être que Naomi allait aborder le sujet de sa rupture… Et Sam mourrait d'envie d'en savoir plus.

Si Tyrell avait eu le cœur brisé, il aurait aimé le savoir, se dit-il en penchant sa tête en arrière, perdu dans ses pensées. Il sentit soudainement deux bras passer autour de son cou, et une tête brune apparut au-dessus de lui en souriant.

— A quoi tu penses ? demanda Tyrell.

Il lui aurait été facile de lui répondre qu'il pensait à lui mais Sam avait encore sa fierté.

— A rien d'important.

— Hum ? Sur ?

Sam se releva légèrement pour capturer ses lèvres.

— Oui, sur.

Tyrell l'embrassa à son tour avec un sourire.

— On va passer à table. Et… Je suis désolé pour ma sœur, j'aurais dû te prévenir mais j'ai complétement oublié…

— C'est rien. Elle est charmante, tout l'opposé de son frère, dit-il avec un clin d'œil.


Ils passèrent le reste de la soirée à discuter autour de la table. Naomi fut ravie de partager plusieurs anecdotes embarrassantes sur la jeunesse de Tyrell. Elle lui montra même quelques photos de lui plus jeune conservée précieusement sur son portable. Tyrell eu beau râler, sa jeune sœur lui tenu tête avec ferveur, surprenant Sam. Elle aussi avait du caractère.

Il apprit qu'adolescent Tyrell s'était passionné très jeune pour la littérature, et les garçons. Mais cela ne l'avait pas empêché d'être un jeune homme très agité. Pour ne pas paraître différent à cause de son homosexualité, le jeune homme avait fait pas mal de bêtises, sortant tard le soir avec ses amis pour draguer des filles. Buvant, fumant parfois, il avait été impliqué dans quelques petits délits mais n'avait arrêté qu'après avoir failli être exclu du lycée.

Sam apprit également que son amant avait fait son coming out sur le tard et qu'il avait perdu sa virginité à 20ans alors qu'il clamait avoir partagé le lit de dizaines de filles, au grand désespoir du concérné. Cela fit beaucoup rire Sam, un peu moins Tyrell qui se vengea en racontant quelques mésaventures honteuses de sa jeune sœur.

Ils allèrent ensuite se coucher, Naomi dormant sur le canapé transformé pour l'occasion en lit d'appoint. Une fois dans la chambre, Tyrell entreprit de se venger sur le jeune homme.

— J'espère que tu t'es bien amusé, commença-t-il à lui en l'embrassant dans le cou.

— Oui oui, répondit Sam en cherchant à échapper à son étreinte.

— Où crois-tu aller comme ça ?

— Ta sœur est juste à côté ! s'indigna le jeune homme.

— Je sais.

L'homme brun attira son amant contre lui d'un geste sec avant de refermer son étreinte pour l'empêcher de fuir. Une main dans le bas de son dos, l'autre occupé à défaire sa boucle de ceinture, Sam était pris au piège.

— Ty !

Un nouveau baiser pour le faire taire.

— J'espère que tu sauras retenir tes cris.

Une main qui se glisse avidement dans un pantalon désormais ouvert.

— T'es qu'un pervers dégoutant !

Un gémissement qui s'échappe presque malgré lui quand il sent sa main se refermer sur lui.

— Continue d'essayer de me repousser, ça ne fait que m'exciter un peu plus.

Ce n'est qu'un murmure mais c'est suffisant.

Le plus jeune se mord la lèvre pour s'empêcher de crier.

Des vêtements tombent à terre.

Et la lutte fait place à une étreinte passionnée.


Le lendemain, caché sous la couette, Sam regarda son amant s'habiller.

— Tu comptes rester là toute la journée ? se moqua-t-il.

— Non… Seulement jusqu'à que ta sœur s'en aille !

— Hey ! Elle qui t'apprécie tant, sourit Tyrell en venant s'asseoir à ses côtés.

— La faute à qui hein ? répondit Sam en fronçant les sourcils.

— Je t'avais dit d'être silencieux.

Tyrell pouffa tout en mettant sa ceinture. Il n'éprouvait pas le moindre remord à l'avoir fait gémir une bonne partie de la nuit, sachant sa sœur juste à côté. Comment Sam pouvait-il sortir en sachant ça ? Il était mort de honte, ce qui semblait régaler son amant.

— Tu es un vrai connard !

— C'est ce qui fait mon charme, dit Tyrell en riant franchement avant de quitter la pièce.

Sam finit néanmoins par se lever et s'habiller. Il ne pouvait pas laisser Naomi partir sans lui dire au revoir, pas alors qu'elle s'était montrée si charmante avec lui… Il fit un bref détour dans la salle de bain – attenante à la chambre – pour se rafraîchir. Il ferma les yeux en crispant ses mains sur le lavabo quand il vit son reflet dans la glace… Cet enfoiré de Tyrell lui avait fait un magnifique suçon sur la clavicule, tout près de son cou.

Il avait intérêt que celui-ci disparaisse avant son rendez-vous professionnel si il ne voulait pas finir émasculer. Soupirant tragiquement contre le comportement irresponsable de l'autre homme, Sam mit des vêtements propres avant de rejoindre Noémie et son frère. Celle-ci lui fit un grand sourire teinté d'amusement et Sam ne put s'empêcher de baisser la tête après avoir jeté un regard noir à Tyrell. Heureusement pour lui, la jeune fille ne fit aucune remarque, ni sur la marque rouge à la base de son cou, ni sur les événements de cette nuit.

Après son départ, son amant vint le prendre dans ses bras avec tendresse, glissant une main sur son ventre.

— Tu n'es pas fâché j'espère ?

— Je devrais ?

— Non, répondit-il en haussant les épaules.

Il l'embrassa dans les cheveux et le serra contre lui.

— Il va quand même falloir qu'on parle de ça ! dit Sam en abaissant quelque peu le col de son t-shirt.

— De quoi ? Je ne vois rien ? répondit innocemment Tyrell en caressant le suçon.

— Ouais…


Tyrell était en train de débarrasser les restes du petit déjeuner quand Sam prit la parole.

— Ta sœur est partie bien vite. Elle n'est pas partie à cause de moi ?

— Elle pensait que je serais seul. Elle a été surprise de te trouver ici, agréablement surprise je veux dire… Du coup elle a décidé de rentrer plus tôt. Elle venait surtout pour s'assurer que tout allait bien.

— Pourquoi? Tu aurais dû aller mal ? Demanda-t-il, pensant immédiatement à cette histoire de rupture…

— Non pas spécialement. Mes sœurs s'inquiètent trop pour moi.

— Ty…

— Hum ? demanda-t-il, occupé à nettoyer la table.

— Elle m'a parlé d'une rupture… Ça avait l'air plutôt sérieux, avoua Sam en regardant par la fenêtre.

— Elle t'a dit ça ? s'étonna-t-il en fronçant les sourcils.

— Elle pensait que j'étais au courant. Elle n'a pas voulu m'en dire plus et je n'ai pas insisté. Je pensais que ça serait mieux de te demander. Mais visiblement tu ne veux pas en parler…

— Ce n'est pas ça…dit-t-il en s'asseyant à ces cotés.

Il soupira avant de reprendre :

— C'est compliqué et ça appartient au passé. Est-ce vraiment important ?

— Ça te concerne, c'est normal que je veuille en savoir plus non ? Mais je ne te demande rien, si tu préfères ne pas en parler, je comprendrais.

— J'ai vécu une histoire compliqué avec un homme pendant plus de trois ans. Il y a eu des bons et des mauvais moments puis ne sont restés que les mauvais… J'ai fini par le quitter. Ça a été dur, il ne voulait pas accepter la rupture alors je suis parti. J'ai quitté la ville et je suis venu m'installer ici pour recommencer une nouvelle vie, finit-il par dire.

— Alors tu es venu ici à cause de lui…

Cette idée ne lui plaisait pas vraiment.

— Et oui…

— C'était si terrible que ça ?

— Il m'a trompé plusieurs fois… Il m'a volé de l'argent aussi… A la fin je me suis rendu compte qu'il ne m'aimait pas. Il aimait ma situation, mon argent… On vivait ensemble, il ne travaillait pas. Il ramenait d'autres hommes dans notre lit pendant que je n'étais pas là. Je ne l'ai pas très bien vécu.

— Tu étais très amoureux ? demanda difficilement Sam.

— Oui, répondit-il simplement.

Sam fit la moue en jouant avec des miettes. Il n'aimait pas du tout ça. Tyrell le comblait sur tous les plans, particulièrement au lit… Il ne comprenait pas qu'on puisse le traiter ainsi. Et puis au fond de lui il était jaloux des sentiments de son amant pour son ex. Il sentait chez lui une certaine mélancolie.

— Mais je suis passé à autre chose tu sais ? rajouta Tyrell en lui serrant la main comme s'il lisait en lui.

— Ah bon ? Vraiment ?

Il entendit Tyrell rire puis il se pencha pour l'embrasser légèrement, ne faisant qu'effleurer rapidement ses lèvres.

— Joker !

— Quoi ? Hé ! Ça ne marche pas comme ça, s'indigna le jeune homme. Tu en as trop dit ou pas assez !

— Tu connais déjà la réponse à ta question, alors je n'y répondrais pas ! dit-il en riant.

Insatisfait, Sam l'attrapa par la nuque pour l'attirer plus près avant de passer sa main dans les cheveux de son amant pour raffermir sa prise. Tirant dessus, il obligea son amant à pencher la tête sur le côté afin d'avoir accès à sa bouche sur laquelle il se jeta. Se prenant au jeu, Tyrell se releva légèrement avant de renverser le jeune homme en arrière, glissant un genou entre ses cuisses pour prendre appui sur la chaise. Ses mains remontèrent de ses épaules jusqu'à son cou. Ses pouces sous son menton le forcèrent à relever la tête et une langue intrusive se fraya un chemin entre ses lèvres, retournant ses sens, balayant ses pensées.

Quand Tyrell s'éloigna enfin, reprenant sa place l'air de rien autour de la table, Sam gémit comme un chiot qu'on abandonne. Le baiser au gout si intense avait réveillé ses ardeurs.

— Ah au fait, monsieur je démissionne sur un coup de tête, je te rappelle que tu as des affaires à récupérer tu sais… Enfin si tu me dis quoi prendre, je peux le faire pour toi.

— Je passerais Lundi… Je n'ai pas grand-chose à récupérer. En attendant, on pourrait…

Sam glissa une main taquine sur la cuisse de son amant mais celui-ci la repoussa avec un sourire amusé.

— Tu n'en as pas eu assez cette nuit ? demanda Tyrell en riant devant la mine déconfite de son invité.

— Je suis jeune et en plein santé, c'est normal d'avoir envie de son amant non ? Tu n'as pas envie de moi ?

— Si, toujours, tu le sais bien.

Tyrell lui caressa doucement la joue, laissant trainer son pouce sur ses lèvres. Liant ses doigts au sien, Sam en profita pour discuter d'un sujet qui l'obsédait depuis sa démission.

— Et sinon, ils ont réagi comment au boulot ? Enfin je veux dire vis-à-vis de toi…

— Et bien certains me regardent de travers mais j'ai l'habitude… Ils n'ont rien à me dire de toute façon. Jen m'a dit que certains de tes collègues s'inquiétaient pour toi. Il y a aussi des rumeurs. On se demande si tu as vraiment démissionné ou si je t'ai viré. Si tu as profité de moi. Ce genre de chose…

Des collègues inquiets ? Et où étaient-ils quand il avait eu besoin d'eux, se demanda-t-il amèrement, ils auraient pu l'appeler, ou mieux, le soutenir ce matin-là.

— Je vois, répondit-il en pressant la main de son amant.

Certains devaient prendre sa démission comme un aveu de sa culpabilité… Comme si il avait vraiment voulu séduire son patron pour une promotion.

— Viens là, lui demanda Tyrell en l'attirant contre lui. Reprenons où nous en étions si tu veux bien ?


Le week-end passa plutôt vite. Sam venait de passer les deux meilleures journées de sa vie. Tyrell avait passé son temps à l'embrasser, à le câliner et à lui faire l'amour. Il se demandait d'ailleurs si les choses changeraient entre eux avec le temps. Il supposait que, comme dans chaque couple, la routine finirait bien par les rattraper. Mais ça ne le dérangeait pas… Tant que le désir serait présent, il pouvait tout accepter. Même passer ses week-ends sur son ordinateur pendant que son amant regarderait la télé.

Il soupira, se secoua et regarda sa montre. Midi moins le quart ! C'était l'heure d'aller chercher ses affaires, puis de partir déjeuner avec son amant. Des bouffées de chaleur l'envahirent. Il faisait plutôt froid mais le stress lui donnait chaud. Enlevant son écharpe, il tenta de se calmer. Il sautilla sur place pour se donner du courage avant de traverser la rue jusqu'au bâtiment de Voice Magazine.

Au début personne ne fit attention à lui puis au fur et à mesure que ses pas l'emmenaient vers son bureau, il sentit des regards insistant se diriger vers lui, et des murmures s'élever dans la pièce. Il avait envie de leur faire une remarque sarcastique mais, à la place, se dirigea vers son bureau avec dignité.

Il ouvrit quelques tiroirs, récupérant quelques bibelots, deux ou trois photos et un carnet d'adresse quand un de ses collègues vint l'aborder, mal à l'aise. Sam le reconnu. Ils avaient déjà discuté une ou deux fois autour d'un café mais sans jamais chercher à devenir ami. Ce fameux matin, il s'était contenté de baisser les yeux et d'ignorer la scène qui se déroulait sous ses yeux.

— Salut !

— Salut, répondit Sam en haussant les épaules.

Ils n'avaient jamais été amis, il ne voyait pas l'intérêt d'entamer une conversation mais se prêta au jeu à contre cœur.

— Il… Il paraît que tu as démissionné ? demanda-t-il directement.

— Ouais, répondit-il indifférent en finissant de récupérer ses affaires. C'est exact.

— Si jamais tu as besoin d'aide…

— Je n'ai besoin de rien merci. J'ai trouvé un meilleur boulot… Chez Franz.

Son collègue parut surpris. Il était vrai que le journaliste était assez réputé. Sam fit exprès de ne pas préciser que son nouveau travail ferait de lui un simple assistant. Il préférait nettement l'effet qu'avait produit son annonce.

Certains collègues qui écoutaient la conversation furent surpris et Sam les vit se renfermer, visiblement jaloux et contrariés. D'autres vinrent le féliciter. Se prêtant au jeu de l'hypocrisie, Sam leur serra la main avec désintérêt. Puis la porte s'ouvrit sur Tyrell, accompagné de sa secrétaire. Presque aussitôt, Sam se retrouva seul. Ses collègues retournèrent à leur place en baissant les yeux. Quel courage, pensa Sam.

Si certains étaient indifférents à sa présence depuis le début, les autres, ceux qui le méprisaient ainsi que ceux qui disaient le soutenir, semblaient épier la moindre réaction de Tyrell. Ils voulaient sans doute savoir si les rumeurs étaient fondées. Avaient-ils rompu ? Cette attitude l'agaça profondément. S'il avait été une femme, ou s'il s'agissait encore de Victoria, personne n'aurait réagi de cette façon, constata Sam amer.

Il finit de rassembler ses affaires en attendant patiemment que son amant ait fini de discuter avec Jenifer. Tyrell releva enfin les yeux de son dossier, et prit congé auprès de sa secrétaire pour se diriger vers le jeune homme avec un sourire.

— On y va ? demanda-t-il doucement.

Sam ne répondit pas et se contenta de le suivre. Il remarqua un ou deux sourires chaleureux, dont celui de Jenifer. D'autres personnes, moins aimables, avaient virées rouge, s'indignant à voix basses de ce comportement intolérable. Dire qu'ils n'avaient même pas le courage de leur dire en face… Sam eu pitié d'eux. Finalement il avait eu raison de quitter cet endroit. Il espérait juste que Tyrell n'aurait pas de problèmes à cause de leur liaison, mais ce dernier ne semblait pas y prêter attention. L'avis de ses collègues lui importait peu, seul comptait sa relation avec le jeune homme. Après tout, il lui avait déjà avoué nourrir l'espoir d'une relation sérieuse entre eux.

En retrouvant l'air frais de l'extérieur, Sam soupira. Il sentit le bras de Tyrell se refermer sur sa taille et il se retourna pour lui sourire. Ils étaient ensemble et c'était le plus important, pensa Sam dont les sentiments commençaient peu à peu à éclore.

Fin


Deux chapitres bonus seront ajoutés sur le site de Meurtre et Sorcellerie que vous trouverez dans mon profil. N'hésitez pas à venir y jeter un coup d'œil ainsi que sur les illustrations.