« La nuit venait de tomber sur la ville, une jeune fille en pleurs tenant une valise à la main attendait devant la gare. »

Les larmes ne cessent de couler et elle se demande si faire un trait sur cette vie lui serait bénéfique ou bien son contraire. Une chose est sûre, elle n'a plus le temps de réfléchir. La jeune brune s'apprête à franchir le seuil de la gare lorsque l'image disparait d'un seul coup.

« Pourquoi tu as éteint ? Fait une voix masculine.

- Parce que je trouve ça vachement cucul. » Répond une seconde.

Oui, les premières lignes ne concernaient qu'un banal film diffusé ce soir, à la télévision. Maxence et Ethaniel sont deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années. Ils vivent en couple depuis quelques mois et tout se passe très bien pour eux. Le premier est un grand garçon brun, svelte, mesurant dans le mètre quatre-vingt. Le second, lui, est blond. Il est plus petit d'environ quinze centimètres mais ce n'est qu'un détail et non une grande différence comme certains pourraient aimer à le voir.

Ethaniel tient la télécommande dans sa main. Il est assit dans le canapé du salon et sur sa droite se situe son petit ami. Ce dernier ne comprend pas la réaction de son compagnon.

« Regarder la télé tous les vendredis soirs commence à me lasser sérieusement. J'ai envie de nouveauté.

- Très bien. Dis-moi ce que tu aimerais faire ?

- Justement, il est là le problème.

- Quoi ? »

Gentiment, le blond se contente de sourire à celui se trouve à quelques centimètres de lui. Soudain, une idée lui traverse l'esprit.

« Je sais. Tu m'avais promis que tu me parlerais de ton passé.

- Heu…

- S'il te plait. »

Maxence évite le regard de son petit ami et fixe le lino marron qui recouvre le sol du salon. Là, il s'accorde plusieurs secondes de réflexion.

« Max, je suis au courant que ton passé est lourd et j'ai compris ton besoin de ne pas m'en parler de suite, au commencement de notre relation. Maintenant, cela fait plusieurs mois que nous sommes ensemble et nous avons lancé des projets à deux. Je ne dirais pas qu'il est temps de m'ouvrir ton coeur mais j'ai besoin de connaître ton parcours, s'il te plait. »

Là, Maxence se lève du canapé et quitte la pièce, sans dire un seul mot. Son comportement brusque inquiète grandement Ethaniel qui se demande s'il doit le rejoindre ou non. La porte de la chambre s'ouvre. Des pas à l'intérieur de la pièce se font entendre. Bizarrement, c'est la première fois que l'ouïe d'Ethan est aussi fine. D'habitude, il ne prête guère d'attention à ce qui l'entoure mais ce soir, suite à ce qui vient de se passer, tout semble différent. Un tiroir est ouvert puis est refermé. De nouveaux déplacements se manifestent et peu de temps après, Maxence est de retour dans le salon, avec un cahier vert dans l'une de ses mains.

« Tiens ! »

Dit-il nerveusement. Le livre passe de la main de son propriétaire à celle d'Ethaniel.

« Voici mon journal intime que j'ai commencé lorsque j'avais onze ans. J'en ai désormais vingt et comme tu pourras le constater, il ne reste plus qu'une seule page blanche sur trois cents. Je doute que tu puisses tout lire en un soir mais au moins, tu connaîtras déjà une partie de mon passé. De plus, pour être sûr que je ne te dérange pas dans ta lecture, je m'en vais faire un tour en ville.

- Maxence ? »

L'auteur du cahier ne répond pas à cet appel et quitte une nouvelle fois la pièce. Juste après, calme plat et inquiétant dans l'ensemble de l'appartement. Ethaniel se retrouve seul et le cahier repose sur ses cuisses, prêt à offrir ses mots mais surtout, l'histoire de celui qui a remplit ses pages. L'homme inspire et expire. Décontracté, il tourne la reliure du cahier puis la première page.

« A mon cher ami, toi seul connais mes souffrances et ton oreille attentive est déjà une grande aide pour moi. »

Voilà qui est étrange se dit Ethaniel. Cela fait un bon moment qu'il connait son petit ami et celui-ci a toujours été d'un tempérament joyeux. A vrai dire, le blond vient de réaliser qu'il n'a jamais vu son compagnon pleurer mais ? Pourquoi pense-t-il donc à ça maintenant ? Est-ce le titre de ce cahier qui a provoqué la naissance de cette pensée dans son esprit ? Pour l'heure, il ne saurait le dire. La première page est tournée et voilà que les premières phrases sont là, sous les yeux d'Ethaniel.

Maxence vient de se poser sur le tabouret d'un bar qui est toujours ouvert malgré l'heure. Un jeune serveur de son âge au physique agréable s'approche de lui mais garde une certaine distance contrainte par le comptoir.

« Je vous sers quelque chose monsieur ?

- Oui. Une boisson alcoolisée qui sois forte mais pas assez pour me retourner le caisson, vous comprenez ce que je veux dire ?

- Tout à fait. Excusez-moi je vous prie. »

Le serveur s'éloigne de Maxence afin de satisfaire sa commande. Le soupirant d'Ethan a peur. S'il n'a pas parlé de son passé jusqu'à maintenant, c'est parce qu'il est plutôt lourd. A trois ans, son père a abusé de lui sexuellement et cela à plusieurs reprises. Ensuite, sa mère s'est remariée avec un homme violent qui avait la main lourde sur la progéniture de celle-ci. Au lieu de les défendre, elle ne disait rien. Vers l'adolescence, Maxence a commencé à jouer avec sa vie, enchaînant les tentatives de suicides les unes après les autres. A dix-huit ans, il est jeté à la rue comme un malpropre. Son homosexualité fut la cause de ce rejet brutale et inqualifiable. A dix-neuf ans et à trois cent kilomètres de chez lui, Max se retrouve une nouvelle fois victime de viol mais hélas, la série de malchance ne s'arrête pas là.

Le garçon soupir et frisonne par moment. Ce n'est pas de froid qu'il tremble car la température ambiante du bar est très agréable. C'est de peur, tout simplement. La frayeur de retrouver un petit ami qui décide comme ça, de mettre un terme à une relation de plusieurs mois à cause de son passé lourd le terrorise beaucoup. Tellement qu'il se dit que de ne pas y retourner serait la meilleure des solutions.

Tout à coup, on le tire de ses pensées grâce à un verre remplie d'une boisson orangée qu'on pose sous ses yeux.

« Votre boisson monsieur.

- Merci bien. »

Maxence pose ses mains tout autour du verre et retourne volontiers dans les méandres de ses doutes. Le serveur est déjà bien loin puisqu'il se tient l'extrémité du comptoir, affairé à flirter avec un second client dont l'âge semble identique au sien.

Ethan vient de lire les quinze premières pages qu'il en est déjà tout bouleversé. Les larmes aux yeux et le visage légèrement rougit, l'homme ferme le cahier, jugeant bien assez tout ce qu'il vient d'apprendre. Il n'a lu que la partie concernant le viol de son petit ami par son propre père mais c'est déjà bien assez. Désormais, il comprend mieux pourquoi Maxence n'était pas pressé. Il s'en veut d'avoir voulu connaître une partie de son passé mais il est clair que désormais, un petit travail sur son tempérament de tous les jours sera fait.

Oui, à la base, Ethan est un garçon plutôt exubérant alors que Maxence est tout son contraire. Alors que son petit ami serait du genre à rester dans un coin et rester silencieux, Ethan ferait tout son possible pour justement, attirer l'attention vers lui. D'ailleurs, c'est grâce à ce comportement excessif que son compagnon est venu vers lui, au tout début de leur relation.

Ethan promène son regard sur la surface de la grande table du salon et remarque le téléphone portable de son petit ami. Mince ! Il ne pourra pas lui demander de revenir plus tôt afin de le rassurer sur la nature sincère et profonde de ses sentiments envers lui. Maxence est un garçon courageux et fort. Ethan en a désormais confiance et fera tout pour le protéger du mieux qu'il le pourra. Le lecteur est en train de s'en convaincre lorsque la porte d'entrée de son appartement se manifeste par son ouverture.

Le grand svelte arrive dans le salon et reste immobile à l'entrée. Il regarde Ethan et semble attendre une réponse de sa part. Celui-ci ne comprend pas de suite mais lorsque le sens de ce comportement lui traverse enfin l'esprit, il n'hésite pas une seule seconde.

« Je n'ai pas tout lu, comme tu me l'as dit et je n'ai pas cherché à connaître plus loin que ton histoire avec ton père. Je devrais le faire par respect pour toi car tu m'offres ton passé en connaissance mais avec ce que je viens de lire, j'estime que j'en sais suffisamment. Par contre, je tiens à te rassurer sur un détail.

- Lequel ?

- Je t'aime toujours autant.

- Vraiment ? »

Ethaniel hoche positivement de la tête. Maxence quitte alors l'entrée du salon pour retrouver sa place auprès de celui qu'il aime et l'embrasse tendrement.

Plusieurs minutes se sont écoulées depuis leur retrouvaille et les deux hommes sont en train de regarder la télévision. Ils sont de retour sur le film de cette fille à la gare et c'est en sa compagnie que cette histoire va s'achever, en même temps que leur soirée.

« Après avoir fermé la porte de la chambre, elle s'effondra sur le lit de sa minuscule chambre d'hôtel. »