La qualité.

Ethaniel est assit devant la grande table se trouvant au centre de la pièce principale de son studio. Depuis plusieurs semaines, l'homme vit dans cette habitation mais seul. Ayant toutes les peines du monde à tourner la page en ce qui concerne Max, le blond regarde une photo encadrée qu'il a placée sous ses yeux. Sous la fine paroi de verre translucide se trouve le joli minois du garçon qu'Ethan a aimé pendant de nombreuses années. Comment celui-ci a pu tout briser entre eux.

Laissant des larmes couler le long de ses joues, l'homme se remémore tous les bons moments passés aux côtés de Max. Le cœur serré et luttant sans cesse contre des idées noires, le nouveau célibataire ressasse sans cesse les journées qu'il a passé en compagnie de ce garçon qui a tant compté pour lui. Jamais Ethaniel n'aurait imaginé se retrouver seul un jour, sans avoir la joie de voir évoluer sous ses yeux, un individu qu'il aime de toutes ses forces. La vie continue et son chemin invisible au beau milieu du destin continue de se tracer. Le blond continue de travailler mais sa dépression commençait à jouer sur son attitude.

Combien de bien s'est-il fait reprendre par son employeur parce que celui-ci avait reçu des plaintes venant de certaines clientes ? Ethaniel ne les compte plus et tenant absolument à conserver son poste, il n'a pas eu d'autres choix que de consulter un médecin qui lui a prescrit des tranquillisants. Ces petites pilules lui font un bien fou mais bien sûr, cette solution n'est que temporaire. Le locataire du studio espère recroiser un garçon pour qui son cœur battra la chamade mais pour le moment, le temps est à la guérison. Toutefois, en passant des heures à regarder la photo de Max, est-ce là la bonne solution ?

Sa mémoire le ramène à leur passé commun. Lorsque le fringuant célibataire a rencontré Max, celui-ci était froid, distant, constamment sur la défensive et n'autorisait personne à le connaitre. Ayant un esprit plutôt rebelle, son ancien petit ami a tout de même prit son mal en patience en tentant à maintes reprises de briser cette carapace afin de mieux cibler celui qui s'abritait derrière. Lorsqu'il y est parvenu au bout de plusieurs mois, une autre mission l'attendait. Maintenant que le blond pouvait approcher son petit ami comme bon lui semblait, une relation basée sur la confiance mutuelle devait s'établir.

Là encore, la tâche fut rude mais Ethaniel ne baissa jamais les bras. Il aimait tellement l'homme à la chevelure foncée qu'il aurait tout fait rien que pour lui prouver. Dans leur lycée, celui qui souffre était désignée comme étant la salope du bahut. Parce qu'il était gay et qu'il était un peu maniéré, de suite, les autres n'ont pas cherché à savoir sa véritable personnalité et l'ont de suite affublé d'un sobriquet. La bête curieuse en a beaucoup souffert de ce moment mais alors qu'il tentait de se montrer fort face à ces attaques, d'autres idées se bousculaient dans sa tête.

Maxence était le seul qui acceptait de lui parler et surtout, vouloir le connaître réellement. Il se foutait des rumeurs qui circulaient sur le compte de ce garçon débordant de vie et qui souriait à la moindre occasion. Toutefois, si son futur conjoint agissait de la sorte, c'était pour dissimuler les douleurs qui lui transpercèrent le cœur à la moindre occasion. Un jour, le blond prit son courage à deux mains pour inviter celui qu'il aimait à venir passer un week-end chez lui. Bien sûr, en lui proposant un tel séjour, l'adolescent avait une idée en tête et Max la devina très vite.

Toutefois, il avait le sentiment que ce week-end serait pour lui une occasion d'ouvrir son for intérieur une nouvelle fois. Qu'avec Ethaniel, il n'avait rien à craindre car ce garçon était vraiment sincère en son égard. Oui, le solitaire était convaincu que celui qui voulait être son hôte pendant deux nuits ne voulait que son bien. C'est avec cette intuition dans un coin de la tête qu'il accepta la proposition du blond, causant son bonheur par la même occasion. Ce fameux week-end se déroula magnifiquement pour les deux garçons.

Ils eurent le temps de se connaître davantage mais surtout, ils ont pu prendre une décision ensemble : celle de ne jamais se quitter. Et c'est ainsi que commença leur relation amoureuse. Une fois le lycée terminé, il ne resta plus qu'à affronter la faculté avant de se lancer dans la vie active. Ensuite, les deux amoureux emménagèrent dans cet appartement parfait à leurs yeux et continuèrent de s'aimer. Plusieurs années s'écoulèrent et leur relation semblait de plus en plus forte.

Tellement que le garçon blond était convaincu qu'il finirait ses jours auprès de cet homme rencontré au lycée. Hélas, le temps lui a prouvé le contraire et l'heure est venue de reprendre la vie là où elle semble s'être arrêtée. Lâchant un soupir lourd de regret et de douleur, Ethaniel prend le cadre dans ses mains et se lève de sa chaise pour s'approcher d'un placard qu'il ouvre rapidement. Juste après, il glisse la photo de Maxence sous une pile de vêtement et referme le meuble avant de s'en éloigner. Enfin, le locateur s'allonge sur son canapé à plein ventre et presse son visage contre le coussin.

Dans cette position, l'homme continue de pleurer alors qu'à plusieurs kilomètres de là, un drame se joue. A l'autre bout de la ville, un homme vient de se faire renverser par une voiture alors qu'il traversait la rue. Non, ce détail lui sera donné par l'entourage du blessé en question. La véritable histoire est que cette personne s'est jetée sur le premier véhicule en circulation afin de mettre un terme à son existence. Par contre, le blond apprendra cette version que bien plus tard.

Soudain, l'interphone se met à sonner et tire l'habitant du studio de sa tristesse le temps de plusieurs minutes. Essuyant ses larmes, Ethaniel se lève de son canapé et traverse la petite pièce afin de décrocher. Une fois le combiné sur son oreille, l'homme répond.

« Oui ?

- Bonjour. Excusez-moi de vous déranger mais je suis bien chez monsieur Rempl ?

- Oui, c'est bien moi. Qui êtes-vous ?

- Je suis l'agent Reca et j'aimerai vous poser quelques questions au sujet de la disparation de monsieur Niot.

- Monsieur Niot ? Maxence ?

- Non, son père. »

L'homme tenant l'interphone se pose des questions mais voit là une occasion d'obtenir certaines informations que Maxence refusait de lui donner. Du coup, il répond à celui qui se trouve en bas de l'immeuble.

« Je vous ouvre la porte.

- Merci. »

Ethaniel enfonce un bouton et une sonnerie plutôt désagréable retentit dans tout le bâtiment. Deux minutes plus tard, on frappe contre la porte d'entrée du studio et le locataire ouvre à l'agent de l'ordre qui entre dans son petit chez soi.

« Je suis vraiment désolé de vous déranger.

- Ce n'est pas grave, vous faîtes votre travail. »

Celui qui se tient face à Ethaniel est un homme fort charmant qui doit avoir à peu près son âge. Il a les cheveux châtains foncés, les yeux bleus et la peau plutôt bronzée. En le regardant un peu plus attentivement, l'ancien petit ami de Maxence le trouve totalement à son goût et décide de se montrer très coopératif. De ce fait, les deux individus prennent place autour de la table et l'interrogatoire peut enfin commencer. Au cours de la conversation, le malheureux ne cache rien sur la longue absence et sans la moindre explication de son ancien petit ami.

Il révèle aussi à celui qui se tient à quelques centimètres de lui que Maxence était bien avec son père mais qu'il ignore complètement ce qui s'est passé entre eux. De toute façon, les deux amants ont rompu et le blond préfère s'occuper de ses histoires plutôt que celles des autres. Si son ancien compagnon a réalisé un méfait, il doit le payer. Ce n'est pas par vengeance qu'il agit de cette façon mais bien par respect envers les lois qui régissent ce pays dans lequel il réside. Dès que l'agent a obtenu les réponses à ses questions, il fait comprendre au locataire qu'il n'a plus aucune raison de rester plus longtemps.

Au moment où il se lève de la chaise, l'interrogé l'attrape par le bras et lui propose de s'attarder quelques minutes le temps de boire un café. Vu le temps qu'il fait dehors, une boisson chaude pourra lui faire que du bien. A l'entente de cet élément fort convaincu, le policier se repose sur le siège et regarde son hôte s'éloigner de la table au profit du coin cuisine. Peu de temps après, une tasse de café est posée sous les yeux de l'homme et Ethaniel prend soin d'en déposer une seconde mais pour sa propre consommation. Maintenant que l'instant est à la détente, le blond pose plusieurs questions à celui qui se tient à ses côtés en commençant par celle-ci :

« Vous êtes célibataire ? »

A cette interrogation, l'homme de la paix éclate de rire avant de retrouver son sérieux quelques secondes plus tard. Là, il décide de se montrer franc envers l'ancien petit ami de Maxence en lui donnant la vraie réponse.

« Oui. »

Suite à ce mot, Ethaniel poursuit.

« Je ne comprends pas comment vous pouvez l'être. Excusez-moi d'être sincère mais je vous trouve particulièrement mignon.

- Merci, c'est vraiment très gentil. »

Répond le policier en souriant. De son côté, le résident du studio aimerait connaître son prénom mais n'ose pas lui demander directement. Alors que l'atmosphère devient plus amicale, l'homme vêtu de l'uniforme se dévoile.

« Je me nomme Arthur. Et toi ?

- Ethaniel mais tu devais le savoir suite à cette sombre histoire ?

- C'est vrai. »

Et Arthur remarque que l'homme qui a accepté de le recevoir chez lui est plutôt intelligent, qualité qu'il apprécie fortement.

« Dîtes-moi monsieur le policier, à quoi est causé votre célibat ?

- Je te le dirais autour d'un prochain café mais cette fois, c'est moi qui prendrais le temps de t'inviter.

- Entendu et j'espère que tu es un garçon qui tient ses promesses.

- Tu le verras bien. »

L'employé du commissariat s'empresse de boire sa tasse de café avant de se lever de sa chaise pour la seconde fois de sa visite. Toutefois, cette préparation est la bonne et c'est gentiment que l'être qui a accepté de répondre à ses questions le raccompagne jusqu'à l'entrée de son studio. Sur le palier, Arthur prend le temps de se retourner et de serrer la main d'Ethaniel.

« Merci encore d'avoir répondu aux questions et je te dis à très bientôt.

- Ca marche. »

Et ce sont sur ces derniers mots que le locataire referme l'entrée de son logement avant de regagner sa table. Là, il prend la tasse du policier dans ses mains afin de nettoyer le mobilier lorsqu'une idée lui traverse l'esprit. Rapidement, l'homme porte le récipient en faïence jusqu'à ses lèvres et les dépose à l'endroit où celles d'Arthur ont censé reposer. Enfin, après l'écoulement de plusieurs secondes, Ethaniel se ressaisit en attrapant sa tasse et file dans sa cuisine pour effectuer le petit brin de vaisselle. Visiblement, le destin vient de mettre un joli garçon sur sa route et l'ancien petit ami de Maxence se dit qu'il serait bien d'exploiter à fond cette option.