Retour au passé.

Installé sur mon canapé et tenant ce petit bout de papier entre mes mains, me revoilà en train de plonger dans mon passé. Le moment auquel je songe est précis puisque je me revois à la fac, en compagnie de Maxence. Je ne compte plus le nombre de fois où l'ont ressentait le besoin de s'isoler des autres pour nourrir nos sentiments naissants. Il était si beau avec son sourire timide de garçon blessé et c'est ce qui m'a de suite séduit en lui. Assit sur l'un des bancs de la cour, on se contentait de se regarder la plupart du temps.

On savait que notre amour et notre attirance faisaient jaser autour de nous mais on s'en foutait royalement. Au moins, nous avions la franchise de nous afficher et si cela déranger beaucoup de gens, on s'en branlait littéralement. Par moment, lors de ces moments tendres et marginaux, on n'hésitait pas à refaire notre monde. Si les individus qui évoluent dans cette cour pouvaient être un peu plus gais, je suis sûr que tout deviendrait rapidement plus beau. Il était clair qu'on pouvait passer pour de grands rêveurs à cette époque mais lorsque nous sommes amoureux, n'arrive-t-il pas un moment d'agir de la sorte ?

On rêvait d'un univers où tout le monde vivrait en paix. Aucune histoire ne serait cherchée pour que cela tourne en une éventuelle baston. Tout le monde arrêterait de nous regarder comme si nous étions des animaux de zoo se trouvant dans des cages. Même si nous sommes gays et que nous n'avons pas honte de nous afficher comme tels, il n'est jamais agréable d'être pointé du doigt. Nous sommes des êtres humains comme la plupart des mortels et nous obéissant juste à ce que pour quoi nous sommes programmés depuis notre naissance.

Nous cherchons juste notre bonheur et nous aussi voulons être heureux au moins une fois dans notre vie. S'ils savaient comme ils ont tort de nous punir alors que nous ne faisons rien de mal. Heureusement que nous n'agissons pas comme eux car pour le moment, les couples hétéros sont encore les plus nombreux même si la tendance actuelle est davantage tournée à cette bisexualité mêlée à de l'hypocrisie. Bien sûr, je parle de cette préférence concernant les garçons qui préfèrent parler avec leur queue plutôt qu'avec leur cœur, comme le font les femmes. Ces mecs m'ont toujours donné envie de gerber et ce n'est pas prêt de changer.

Au lieu de nous critiquer et de nous tuer du regard, ils feraient mieux de rire pour égayer leur propre existence pathétique. Oui, nous avons du courage et oui, nous sommes braves. Deux qualités qu'ils ne posséderont jamais et donc, ça fait de nous des êtres qui leur sont totalement supérieurs. Ils peuvent juste se contenter d'être comme les autres, ces ignorants qui pensent faire partis de cette maudite norme que je trouve des plus ennuyeuses. Il est facile d'essayer de ressembler à ce que les médias renvoient mais jamais vous n'y parviendrez.

Vous resterez des clones imparfaits tout le long de votre vie sauf si un beau matin, vous décidez d'évoluer. Bien sûr, cela ne risque pas d'arriver car les cons sont très bien dans leur milieu. Lorsque leur comportement nous excédait au plus haut point, Maxence et moi n'hésitons pas à quitter ce banc pour s'isoler ailleurs, en dehors de l'enceinte étudiante. Par contre, je me souviens très bien qu'à cette époque, nous avions une bande d'amis qui nous appréciait tels que nous étions, sans nous porter le moindre jugement. Les moments de fous rires que nous avions pu avoir avec ces derniers.

Ils me manquent car après notre départ de la fac, aucune occasion de se revoir ne s'est présentée et je trouve ça bien dommage. Baignant dans cette nostalgie qui me fait prendre conscience de ces nombreuses choses qui me manquent actuellement, je reviens très vite à la réalité. Je cherche dans un coin de ma tête si j'ai conservé quelques photos de ces instants passés ensemble ? Non, je ne crois pas. Ils ont dû se perdre lors de notre déménagement car je n'ai pas le souvenir d'être tombé dessus par hasard.

Bizarre quand même ce message qu'il m'a laissé sur la porte tout à l'heure. Il me dit qu'il va bien et qu'il serait bientôt de retour mais qu'il doit régler certaines histoires de famille. Maxence a-t-il des problèmes avec son frère ou sa sœur suite à leur rendez-vous au cimetière ? Allez savoir, ils sont tellement spéciaux ces deux personnes, surtout le mec. Je ne peux pas le blairer car à chaque fois que je le vois, j'ai envie de détruire son petit air hautain.

Il peut se vanter d'avoir une belle situation financière vu la place qu'il occupe mais contrairement à lui, Maxence n'est pas tout seul car je suis là. Lorsque mon petit ami a un problème, il peut m'en parler puisque nous formons un couple alors que son frère lui, n'a absolument personne. Peut-être sa main droite à certains moments mais nous ne pouvons pas dire que ce membre constitue un être vivant à part entière. Néanmoins, avec ce qu'il a vécu aussi car avant que leur père se tourne vers Maxence, c'était son frère qui faisait l'objet de toute cette affection incestueuse et criminelle. Peut-être a-t-il voulu faire payer cette partie de son passé à mon petit ami ?

Si c'était le cas, il n'aurait pas laissé Maxence poster ce petit mot sur le dos de la porte de notre appartement. De plus, mon homme aurait pu me dire avec qui il se trouvait en ce moment pour me rassurer mais non. Comme d'habitude, mon compagnon s'est montré secret et par instant, ce comportement de sa part m'excède beaucoup. Il serait peut-être temps que Maxence s'ouvre un peu plus en ce qui me concerne car cela fait longtemps que nous sommes ensemble. Je ne suis aucune crainte pour lui et il le sait très bien mais pourquoi ?

A ce moment, je répète la dernière phrase qui figure sur le petit morceau de papiers. Ce sont les paroles d'une chanson appartenant à un film d'animation que nous aimons beaucoup.

« Ils sont tous jaloux de vos surprenants rendez-vous ! »