Sacha et les Autres

Bonjour à toutes et à tous. D'habitude je publie sur Fanfiction (sous le même pseudonyme), mais me voilà avec une nouvelle histoire (originale). Je ne sais pas trop ce qu'elle vaut mais... Bon, je vous laisse la découvrir en espérant que les personnages vous plairons ! Surtout n'hésitez pas à laisser des reviews pour me donner votre avis. Bonne lecture !

Ce chapitre est un peu un Prologue, histoire de planter mon personnage principal et les gens qui vont l'entourer durant... cette histoire !

MISE A JOUR SEPTEMBRE 2013 : Voici la nouvelle version de l'histoire. Ecrite au présent, les fautes ont normalement toutes disparues. J'ai décidé de l'envoyer dans des maisons d'éditions, qui sait, peut être un jour découvrirez vous les aventures de Sacha et les autres en livre ! :)


Chapitre 1 - Moi, Sacha, 16 ans

La rentrée scolaire est un moment que l'on redoute. Parce qu'en septembre, c'est comme pour chaque série télé : c'est une nouvelle saison qui implique automatiquement des changements. On ne retrouve pas tout le monde au générique. Certains partent, d'autres restent. Il y a des nouvelles arrivées dans les personnages principaux. Quelques guest-stars arrivent, certains désirant obtenir un rôle principal pour la saison qui suit... C'est ça en fait la vie, une immense série dont on est le personnage principal.

Avant même que je ne me présente, vous l'aurez compris, je suis un grand fan de séries télé. Je passe ma vie à en regarder. Pas toujours très légalement, je dois l'avouer, mais je finis toujours par acheter les coffrets dvd de celles qui me plaisent. Enfin, pas vraiment moi, à 16 ans je dois encore vivre par l'intermédiaire de mes parents. J'ai de la chance, ils n'ont rien contre l'idée d'assouvir mes passions tant que ça ne concerne pas l'alcool ou la drogue. J'ai des parents cools.

Bon, ils m'ont quand même appelé Sacha. Oui vous pouvez rire, comme le héros des Pokemons. Pour ma défense, je suis né avant que Pikachu et ses copains n'arrivent en France. Donc j'ai le privilège du prénom. Mais ça, ça n'a pas empêché tous les autres à l'école de me sortir des vannes pourries. Mais ce n'est pas grave. Les gens pensent ce qu'ils veulent, ma petite sœur m'a toujours appris à ne pas faire attention à ce que les gens pouvaient penser de moi. L'important dans la vie, c'est ce que mes proches pensent de moi et rien d'autre ne compte.

Je sais, c'est facile à dire quand on a 16 ans et qu'on est un lycéen, mais plus dur à appliquer. L'année dernière, je suis entré au lycée Jules Michelet. J'ai retrouvé des gens du collège, j'en ai rencontré des nouveaux. J'ai essayé de m'intégrer du mieux possible grâce aux différents clubs. Je pense ne pas m'en être trop mal sorti. Je pense que je me suis fait quelques bons amis. Enfin c'est sur, je me suis fait des amis.

-Rappelle-moi pourquoi on est là ?

-Parce que tu veux avoir ton bac et que tes parents ne te laissent pas le choix.

-C'est vrai. L'horreur.

Le gars qui est en train de se plaindre, là, c'est Guillaume. Je ne peux pas dire que c'est un ami mais il s'en rapproche. L'an dernier on s'est retrouvé tous les deux dans le même cours de sport. Ah oui, dans ce lycée c'est assez compliqué. On a beau tous être de classes différentes, les cours de sport sont en commun.

Chaque vendredi après-midi, tout le lycée se retrouve, selon sa spécialité, dans le gymnase, à la piscine ou sur le stade. Le sport étant obligatoire, j'ai dû choisir une discipline au hasard et mon choix s'est arrêté sur le volley-ball, sans raison particulière.

Guillaume, lui, c'est un champion de volley-ball. Il adore ça. En fait, il adore même tous les sports, mais le volley plus que le reste. Au début, il ne m'aimait pas trop je crois. Moi le petit geek à lunettes qui débarque sans savoir jouer... Bonjour l'angoisse pour lui. Mais finalement je crois que je l'ai amusé et, on s'entend bien. Il a prends toujours ma défense face aux autres de l'équipe quand je me plante royalement.

-Tu réintègres l'équipe de volley cette année ?

-Je ne sais pas, lui réponds-je en attendant dans la cour du lycée que nos professeurs viennent afficher les emplois du temps.

-T'as envie d'essayer autre chose ?

-Non. En fait, j'aimerais assez pouvoir ne pas faire de sport.

-Salut beau gosse !

Victoire vient d'arriver et embrasse à pleine bouche le gars avec qui je suis en train de discuter. Bon, j'ai sans doute dû rater un épisode parce qu'en juin dernier, Guillaume a fini son année célibataire. Et là, la fille la plus sexy et la plus déjantée du lycée lui dévore la bouche...

-Waouh.

-Je t'ai manqué ?

-Bébé, on s'est vu ce week-end...

-Justement, deux jours sans sexe, moi je suis en manque. Viens, il paraît qu'ils ont refait les toilettes...

La brune entraîne déjà derrière elle Guillaume sans que celui-ci puisse refuser quoi que ce soit. Je vais apprendre plus tard - par Radio-Cancans - que début août, Guillaume s'est retrouvé par hasard à une soirée chez Victoire. Cette dernière a jeté son dévolu sur lui et depuis, l'épuise totalement.

Je ne pense pas que Victoire soit une fille méchante... Bon, pour être honnête, si je le pense. Elle a tendance à dire tout haut ce qu'elle pense mais sans prendre de gants, ce qui provoque pas mal de tempêtes. Ici, tout le monde la craint mais en même temps, tout le monde la respecte. Elle ne mâche pas ses mots, peut vraiment être blessante mais les filles ne peuvent rien faire : elle a tous les gars à ses pieds et surtout, ne se cache pas pour leur donner ce qu'ils veulent.

Tous les gars - ou presque - veulent coucher avec les filles, et ça Victoire le sait. Et moi me direz-vous ? Suis-je comme tous ces gars - dont Guillaume - à vouloir ça ? Au risque de vous surprendre, non. Et le pire, c'est que je suis honnête. Moi ce n'est pas avec une fille que je voudrais coucher, mais avec un mec.

Parce que si y'a quelque chose dont je suis sûr depuis que j'ai eu une érection à treize ans en pensant à Edouard Cullen dans Twilight, c'est que les mecs me font beaucoup d'effet. Je n'ai jamais trouvé ça bizarre. Je veux dire, c'est comme ça. Je me rappelle parfaitement de la première fois que j'ai parlé à quelqu'un de mon attirance pour le vampire. C'est à ma sœur - qui en avait dix à l'époque - Dianna.

-Je crois que je suis amoureux d'Edward Cullen, lui ai-je dit en regardent une énième fois le film avec elle.

-Maman ! Sacha va me voler Edward !

Notre mère qui s'apprêtait à partir travailler passa dans le salon à ce moment-là et tout en cherchant son sac à main et demanda :

-Comment ça il va te le voler ?

-Il dit qu'il est amoureux d'Edward !

Ma mère retrouva son sac et embrassa ma sœur en lui demandant :

-Et alors, pourquoi ton frère ne pourrait-il pas être amoureux d'Edward lui aussi ? De toute façon, il est avec Bella pas vrai ?

Je ne sais pas ce qui fut le plus effrayant. Que ma mère sache qu'Edward et Bella sont ensemble ou bien qu'il lui paraissait naturel que son fils de treize ans veuille sortir avec un vampire de sexe masculin ?

Quoi qu'il en soit, après ça, il apparaissait naturel pour ma mère - et même ma petite sœur - de s'intéresser à ma vie sentimentale en demandant toujours si j'ai un copain, et non une copine. J'ai toujours répondu par la négative en me montrant honnête avec elles.

Mon père lui, n'aime pas trop aborder le sujet. Non pas qu'il ait un problème avec ça, je ne pense pas, c'est juste que parler des relations sentimentales de ses enfants, ce n'est pas trop son truc. Il préfère laisser à mon grand frère, William, de trois ans mon aîné, le soin de m'éduquer. Et cet idiot ne trouva rien de mieux que de me montrer des sites de rencontres pour ados gays et de me télécharger du porno gay.

-Mais t'es dégueulasse ! lui ai-je dit le jour de mes quinze ans après qu'il m'ait offert son cadeau.

-Quoi ? Fais pas ton dégouté de la vie quoi, j'essaye de t'aider tu vois ?

Oui, mon frère est un peu Wech-Wech et adore faire croire qu'il vient de la cité. Il traine avec des drôles de gars dans les mauvais quartiers de la ville. Mes parents sont un peu dépassés par toutes ses conneries. Il boit beaucoup, je pense même qu'il a déjà touché à la drogue, mais au fond, ce n'est pas quelqu'un de méchant. Mais il faut être de sa famille pour le savoir.

Bref, ma famille, vous l'aurez compris, n'a aucun souci avec le fait que je sois gay. Là n'est pas le problème. Le problème c'est que je n'en ai toujours pas parlé à qui que ce soit au lycée. Pas même à mes amis. Car j'ai beaucoup d'amis. Enfin je crois. Enfin, non. En vérité, je connais beaucoup de gens et beaucoup de gens me connaissent, mais je n'ai eu de nouvelles de personne durant l'été.

Et quand on est amis, on s'appelle durant les vacances pour savoir ce qu'on devient et éventuellement se faire un cinéma, pas vrai ? Pour moi, ça n'est pas le cas.

-Sacha ! j'ai mis une réunion ce midi au journal pour qu'on puisse reprendre rapidement l'édition. Au cas où tu n'aurais pas eu mon e-mail de la semaine dernière, je suis passée Rédactrice en Chef ! Je sais ce que tu penses, bon débarras de Dorothée ! Je crois qu'on est tous d'accord, je ferais un bien meilleur boulot aux commandes de ce quotidien ! Quoi qu'il en soit, je t'attends à 12h00.

-Tu me reprends dans l'équipe ?

-Sacha ! Tu es notre meilleur journaliste, à tous niveaux - après moi bien sûr, me dit-elle en souriant. Danny, attends !

Et la voilà déjà partie. Cette tornade blonde, c'est April Stevens. La fille la plus populaire du lycée, je crois. Ce qui est dingue, c'est que je pense être la seule personne au monde à avoir déjoué son stratagème. En réalité, elle fait croire à tout le monde qu'elle est stupide. Elle se sert de sa blonde attitude pour faire croire qu'elle est idiote et ainsi être la fille la plus populaire du lycée et la plus en vue.

Je ne me trompe pas en affirmant qu'elle est dans une dizaine de clubs et que tout le monde la connait. Mais personne ne sait qu'en réalité, elle est extrêmement intelligente. Elle réussit toujours ses examens en première de classe mais se débrouille toujours habilement pour que les autres ne retiennent pas cela d'elle. Un vrai génie. Je crois que je l'admire. C'est une fille dont j'aimerais bien être l'ami, pour du vrai pas juste en apparence et pour faire comme tout le monde. Je suis sûr qu'elle a beaucoup à raconter.

-Salut Sacha !

Sortant de mes pensées, je fais la bise à Elodie. Cette fille, c'est ce qui s'apparentait à ma plus proche amie l'an dernier. Je pense que pour elle, je ne suis qu'un ami parmi tant d'autres. Elle traine avec beaucoup de gens, fait sa rebelle, participe aux manifestations, va sauver la planète et les baleines. Oui vous aurez un peu compris qui elle est. Elle est sympa du moment que vous êtes d'accord avec ses idées de gauchistes. Mais moi, la politique, très peu pour moi. Je préfère acquiescer peu importe de savoir si elle a raison ou non.

La particularité d'Elodie c'est qu'elle est l'une des seules rousses de l'école. Danny dit toujours que c'est un blond vénitien, mais pour moi elle est rousse, tout simplement. Je n'ai jamais compris l'importance que pouvait apporter les gens aux couleurs de cheveux. April est blonde, Victoire est brune et Elodie est rousse. Qu'est-ce que ça peut changer à chacune d'elle d'avoir une couleur de cheveux spécifique ? Rien, c'est blablater inutilement.

Tiens si ça vous intéresse, moi je suis blond. Mais un vrai blond, pas un de ses décolorés qu'on peut trouver dans les magazines. Je suis ni trop grand, ni trop petit. Ni trop maigre, ni trop gros. Bon une chose est sûre, je ne suis pas aussi musclé que Guillaume par exemple, loin de là. J'ai un tout petit ventre. Ma mère dit que les tout petits ventres comme le mien c'est mignon et qu'un garçon craquera forcément dessus. J'aimerais dire à ma mère que je n'ai pas envie d'un garçon qui craque sur mon ventre mais plutôt sur qui je suis.

-Je te présente Charles-Edouard, mon copain. Il vient d'arriver au lycée et il ne connaît pas grand monde.

Je tends ma main vers l'homme de ma vie... Euh qu'est-ce que je raconte ? Je tends la main vers le petit-ami d'Elodie. Bon, d'accord. C'est le coup de foudre. Ce gars il est... Waouh. Grand, brun, ténébreux, mystérieux, le regard sombre mais avec un petit quelque chose qui doit lui donner un sourire des plus craquants et des plus mignons.

Pourquoi tous les mecs sur qui je craque sont-ils toujours hétéros ? Je vais rester célibataire jusqu'à la fin de ma vie moi...

-Salut...

Ouais, je ne trouve rien d'autre à dire que « Salut ». Je suis un peu ridicule là. En plus, il ne me répond pas, se contentant de me serrer la main. Heureusement, Elodie reprend :

-Charles-Edouard est parisien. Sa famille vient de s'installer ici et bref, j'ai vu sur le planning qu'il serait dans ta classe.

-Oh, tu es littéraire toi aussi ?

Le grand brun se contenta d'hocher la tête. D'accord, niveau discussion, il n'est pas très bavard, tout mon opposé donc...

-Bon comme il ne connaît personne je me suis dit que ça ne te dérangerait pas de le familiariser avec le lycée aujourd'hui ?

-Non, si ça te fait plaisir.

-Merci ! Bon je vous laisse, je vais en cours ! Ce midi je ne pourrai pas manger avec toi, dit-elle à l'attention de son petit copain, j'ai une réunion avec mon groupe.

Elle l'embrasse rapidement sur la joue et s'en va en courant vers un groupe de filles tout aussi révolutionnaire qu'elle.

-T'as déjà récupéré ton emploi du temps ?

Nouvel hochement de tête. Super.

-Bon bah... Allons en cours alors.

Et c'est comme ça que débute ma nouvelle rentrée scolaire dans ce lycée. En rencontrant un gars dont je tombe fou amoureux !