Voici un nouveau texte inspiré d'un thème de la dernière nuit des FOF et d'un second donné par Dulanoire, respectivement "orage" et "ange" .

J'espère qu'il vous plaira, et pour toute réaction le cadre Review est là.


Ce soir le ciel était orageux.

Dans une petite chambre, au dernier étage d'une grande maison, sous les toits, le parquet paraissait vieilli, la pièce sombre ne contenait que peu de meuble et qu'une seule fenêtre dans un renfoncement du toit. Cette pièce dans laquelle avait été déplacé les matelas, ces derniers étaient côte à côte dans le coin de la chambre sous la grande fenêtre.

Gabriel avait invité Tara pour ce qui devait être à la base une soirée film d'horreur, mais quelques changements de dernière minute avait chamboulé tout ses projets, ça serai donc une soirée tranquille, vu ils ne seraient pas seul dans la maison.

Ils s'étaient baladés en amoureux sous le soleil couchant, le ciel teinté de gris de parme et d'orangé commençait doucement à se charger de gros nuages, mais il faisait encore chaud. Ils ne se souciaient guère de cela, c'était la première fois qu'ils se voyaient seul en dehors du lycée et ils profitaient de cet instant unique loin du regard des autres. Ils s'étaient assis sur un banc qui surplombait le village, face à la montagne, dans les bras l'un de l'autre ils se sentaient bien, discutaient par moment, où laissaient le silence parler pour eux à d'autres. L'air commençait a rafraîchir il lui proposa de rentrer après un long et tendre baiser.

Entre eux tout était naturel, rien n'était pensé, prémédité, chacun de leur mouvement venait spontanément. Ils étaient eux même, leur passion était née de cette simplicité, qui cachait beaucoup...

Ils étaient montés dans sa petite chambre, s'étaient allongés sur les matelas au sol, leur langues se mirent à danser un ballet tantôt tendre, tantôt passionné, et l'orage commença. Ils continuèrent leur étreinte au rythme du tonnerre, leur mains se baladant dans leurs cheveux, elle dans ses jolies boucles noires mi-longues, lui dans la chevelure blonde de sa belle. Une harmonie calme mais puissante c'était installée. Les éclairs zébrant le ciel, les faisant sembler à deux anges purs et mort.

Elle était plus heureuse que jamais se laissant aller dans ses bras musclés qui ne lui voulaient aucun mal. Ils étaient en osmose parfaite, l'un contre l'autre, ils commencèrent délicatement à retirer leurs vêtements, la lumière blanchâtre venant du ciel assombris, éclaira leur deux corps pale au milieu de la chambre sombre.

Ces anges d'une nuit vivaient un rêve éveillé, ils vivaient leur rêve, ils vivaient leur nuit.

Et toujours au rythme de l'orage, intensifièrent leur démonstrations peu angéliques, mais sans pour autant ne se livrer complètement à Éros.

La pluie martelait sur le carreau, berçant les deux chérubins, qui s'endormir peau contre peau pour finir ce rêve divin.


Merci