Pour qui ?: boutchouross, Bonne fête ma belle. Je sais ce n'est pas long.

Idée de base : la pluie est utilisée comme un élément positif, rassérénant


Un jour, la pluie viendra.


Depuis un moment, il regarde son potager avec désespoir. Dire qu'il a travaillé pendant une semaine pour retourner la terre, pour ôter les mauvaises herbes. Tout était prêt pour accueillir les jeunes pousses qu'il a fait grandir avec amour dans des jardinières dans son garage.

Les temps sont durs, c'est pour nourrir sa famille qu'il a décidé de créer son potager dans un coin de son jardin. Au moins, ils auront quelques légumes frais. Il aurait la certitude qu'il n'y a pas trop de pesticides dessus. Il a vu une émission à la télévision où les agriculteurs mourraient de cancers dus aux pesticides depuis il se méfie.

L'homme d'une quarantaine d'années remonte sa casquette sur le crâne et gratte ce dernier. Après des débuts difficiles, les plantes n'avaient pas réussi à s'adapter surtout parce qu'il y avait un manque de soleil.

Et là il en avait de trop. C'est la canicule depuis une dizaine de jours. Jusqu'ici tous les jours, il a donné à boire à son potager pour lui permettre de prospérer. Seulement, l'eau commence à manquer de partout. Les policiers passent pour s'assurer qu'on respecte bien l'interdiction de donner à boire aux plantes dans les jardins.

Il se trouve dans la même situation que les agriculteurs, il est en train de voir dépérir son travail. Bien sûr c'est moins dramatique pour lui, il a son travail sur le côté pour les faire vivre. Est-ce qu'il peut arroser avec l'eau du bain de ses enfants ? S'il le fait et qu'il est contrôlé est-ce qu'on va le croire ? Parce qu'alors le prix de ses légumes sauvés risque d'être augmenté de l'amende. Son tonneau d'eau de pluie est vide depuis longtemps comme tous ceux de ses voisins.

Sa femme apparait à la fenêtre.

-« Alors qu'a dit la météo ? »

-« Toujours la même chose, il n'annonce pas de pluie avant une bonne semaine. Demain, il va faire moins chaud. »

-« Ce n'est pas ça qui va sauver mes plants de tomates, mes salades et les haricots. Regarde les branches, tout devient flétri. »

-« Qu'est-ce que tu veux que je te dise, mon amour ?»

Non, il ne va pas laisser mourir son travail de cette façon. Il va tricher et remplir son tonneau d'eau de pluie avec l'eau du bain, comme ça si on vient voir ou qu'il est dénoncé, il pourra se justifier. Malgré la chaleur accablante, il rempli un seau qu'il descend jusqu'au jardin et qu'il vient vider dans son tonneau.

Il en est à son quatrième voyage que le vent se lève. Ca fait du bien avec la transpiration qui lui colle la chemise au dos. Il scrute le ciel avec l'espoir de voir des nuages. Mais il n'y a rien, même pas un petit voile blanc. Il aura bien mérité sa douche tout à l'heure. En espérant qu'on ne vient pas interdire de se laver et de laver son linge également. Il n'a pas encore fini son travail, maintenant, il va devoir remplir l'arrosoir et le laisser couler lentement sur les plantes. Au moins, cette partie de son travail se fera à l'ombre.

Il ne peut s'empêcher de sourire en pensant qu'il y a trois semaines, il aurait aimé un peu de soleil pour faire murir ses tomates. Il n'y avait pas de pluie, seulement tout était couvert. En Belgique c'est toujours comme ça. On n'est jamais content de la météo.

De voir ses plantes reprendre un peu de vigueur avec cette douce ondée artificielle, il espère avec un temps de retard que le savon du bain ne portera pas trop à conséquence pour la poussée de ses légumes.

Il y a maintenant cinq jours que notre jardinier s'acharne à sauver ses plantes en vidant l'eau de la baignoire dans le tonneau. C'est vrai qu'il pourrait arroser directement, seulement il tient à faire des réserves pour si la chaleur continue. Sa femme sauve ses jardinières de géraniums avec l'eau du tonneau également. Il soupire de devoir laisser jaunir la pelouse seulement, il doit faire un choix, il ne pourra pas tout protéger.

Aujourd'hui, il a eu une réunion qui a terminé tard. Pour ne pas réveiller les enfants, il n'a pas voulu commencer à circuler dans la maison avec ses seaux d'eau. Alors qu'il transpire dans le lit près de sa femme, l'homme soupire. Il croise les doigts en espérant qu'il a pu donner assez de vigueur à son potager pour qu'il supporte tout une journée sous un nouveau soleil de plomb. On n'annonce toujours pas de la pluie.

Il doit être cinq heures du matin quand son épouse le secoue légèrement.

-« Ecoute. » Dit-elle en souriant

C'est ce qu'il fait, il tend l'oreille et sourit de toutes ses dents. Il se lève pour remonter le volet, il n'aimerait pas que la pluie soit trop dense et qu'elle vienne noyer la terre durcie par le soleil. Il sourit encore plus en constatant que c'est une pluie finie et régulière qui tombe. Ce qui a réveillé sa femme c'est le tonneau qui se remplit doucement avec la pluie qui vient du toit. Il ouvre la fenêtre pour laisser entrer la fraîcheur qu'amène cette pluie miraculeuse qui va faire du bien à son jardin, ou champs du fermier qu'il voit devenir de plus en plus jaune depuis un moment.

Dire qu'avant d'avoir son potager, il n'avait pas réalisé de l'importance qu'une ondée peut avoir et du bonheur que c'est de la voir tomber. Pour lui avant la pluie c'était dérangeant, ça mouillait, ça laissait des trainées de poussières sur sa voiture. Et là, il est simplement heureux.

-« Tu viens te coucher ? »

-« J'arrive. »

Le bonheur tient parfois à presque rien.