Second poème libre, en octasyllabes.

Mêmes circonstances.
Comment avouer une chose inexplicable, incompréhensible ?
Comment remettre les pieds sur terre lorsqu'on s'enfonce tellement, et à tort, dans l'idylle ?
Peut-on accepter de n'avoir aucune raison d'aimer quelqu'un, et de l'aimer malgré tout par-delà la raison ?


Cette nuit mes illusions
Se désagrègent lentement
Ma brûlure comme du sang
Étincèle de passion

Cette blessure est sans raison
M'opprimant douloureusement
Et délices et rêves d'antan
Disparaissent à l'horizon

Cette violente émotion
Me déchire et je ne ressens
Que l'envie de vivre autrement
À travers l'inspiration

Mon amour pour toi sans raison
Me condamne à l'évasion