C'est un coup de poignard,
Enfoncé un peu tard,
Cela n'a pas suffit,
A calmer mes envies;

Du poison dans mes veines,
Une fines lame aiguisée,
Un garrot entaché,
Entre douleurs et peines;

Une légère pression,
Une petite incision,
Une trainée de sang,
Enfin, le soulagement;

Je suis debout,
Sur une chaise, la corde au cou,
Des larmes déferlant sur mes joues,
Je regrette déjà ce geste fou,

Je suis tombé, cette chaise je l'ai enfin poussée;
Inerte sur le sol, son corps affalé,
Elle vole au loin dans l'inconnu,
Épaisse brume dans laquelle elle planerais à vie, perdu,

Mais maintenant,
Elle va s'en aller,
Elle va nous quitter,
Mais nul ne le sait,
Personne ne s'en occupe,
Personne ne s'en préoccupe,
Mais maintenant,
C'est trop tard...

Alors ne supplie pas,
Ne te traîne pas au sol,
Ris une dernière fois,
Avant de prendre ton envol,

Laissez-la s'en aller,
Laissez-moi la pleurer,
Laissez-moi la rejoindre,
Laissez mon cœur s'éteindre,
Partir avec elle,
Pour une dernière fois lui dire : je t'aime...

Quand vient une envie de mourir,
Une forte envie de partir,
Nous ferions tout pour fuir,
En oubliant que ça ferai souffrir;
Le besoin de s'évader,
L'envie de renoncer,
Croire trouver le bien-être, enfin,
Arrêter là son destin.
L'égoïsme s'empare de nous,
Et pourtant, il y a des gens autour de nous,
Qui souffriront de notre disparition.
Comment répondre à vos questions ?
Surement pas en fuyant,
Surement pas en disparaissant,
Pensons aux personnes qui nous aiment,
Et réglons, avec eux, nos problèmes...

Evangéline Mélina - 2008/2009