Chaque nuit, avant de m'endormir, je te retrouve pour vivre ce même cauchemar :
Ancrer mon baiser dans ta chair pour te rassurer, entraînant ta vision à se remplir d'espoir.
Ne pensant qu'à ton bonheur, j'ai regardé tes peurs dans le but de te protéger.
N'écoutant que mon malheur jusqu'ici car tu n'as jamais cherché l'immortalité.
Inconsciente lorsque ma lame effleure ta chair, je goûte à ce plaisir aveuglant,
Brûlant ainsi tout ton corps dans ce désir de souffrance, cet orgasme sanglant.
Au plus profond de ton être, j'enfonce un poignard afin que le sang coule à flot.
Lentement, je lacère ton doux visage, transperçant chaque morceaux, chaque lambeaux.
Il ne suffira que d'un regard pour que je comprenne mieux; Alors, sur le sol je t'ai déposé.
Seulement pour te sauver, j'ai pris ce couteau froid, et, dans ton cœur je l'ai planté.
Mes mains viennent embrasser ta gorge, alors que mes pleurs floutent ton sourire enjoué.
En enlaçant ton corps je m'allonge à tes côtés, car, je ne cesserai jamais de t'aimer.

Evangéline Mélina - 2012