Hero & Villain

Leur naissance…

Vous avez tout comme moi beaucoup entendu parler des fameux super-héros qu'on remet au goût du jour grâce aux films à gros budget, n'est-ce pas ? Bien des idées ont étés trouvées par les humains pour imaginer des êtres qui soient à leur effigie tout en étant doté de facultés impossibles à nos yeux. La mutation, dans une forme d'évolution. Une race extraterrestre disparue, dont l'un des seuls survivants serait arrivé sur Terre étant enfant. Et si l'on cherche encore plus loin, des êtres dont les facultés provenaient de leur nature de demi-dieu… En somme, bien des choses… Et ce depuis toujours. Tant et si bien que l'humanité c'est parfois demander s'il n'était pas impossible que de telles personnes vivent dans l'ombre tout en nous manipulant. C'est souvent le rôle donné aux vampires et aux extra-terrestres. Mais à chaque fois deux portes sont restées ouvertes, celle du mystique, et celle de la science. Toujours une explication, qu'elle soit basée sur la mythologie, ou sur la science. Nous sommes humains, et ne pouvons rien y faire. Il en est de même pour eux.

Eux, ces gens qui n'ont pas trouvé de noms car on leur en a trop proposé. Des êtres qui sont tout comme nous, qui ont un cœur, un cerveau, qui ont des croyances et des sentiments, qui sont beaux ou ne le sont pas, qui sont intelligents ou ne le sont pas. Des êtres qui ne sont ni bons, ni mauvais tout comme nous, des êtres qui vivent dans notre monde et parmi nous. Sans jamais qu'on leur ait proposé une alternative. Sans jamais qu'on n'ait prit conscience de leur présence… Car ils voulaient survivre.

L'humain est doué pour le génocide, c'est une pratique qui a toujours exister, la première étape est de se croire totalement différent de l'autre, puis de tenter de l'éradiquer. Mais dans leur cas, ils sont vraiment différent, il ne s'agit pas de la couleur de peau, ou même de leur religion ou de leur culture… Non, tout ça ils le partagent avec nous. Mais ils ne sont pas humains, et si l'homme s'acharne tant à savoir tuer les autres hommes, qu'en serait-il s'il était confronté à autre chose ?

A notre époque, la votre comme la mienne, nous avons pour la plupart dans les pays développés accès à internet. Nous avons de plus en plus accès à la photo et à la vidéo. La plupart des gens portent sur eux un téléphone qui peut prendre une image de la réalité. La technologie a aussi apporté des moyens à l'image pour être faussée, les effets spéciaux, qui entraînèrent bientôt un déferlement de fausses informations. Sur internet, on entend souvent parler de hoax, l'un des plus connus étant celui qui met en scène des objets de l'univers de Star Wars dans notre monde réel. Ce dernier a justement était fait pour montrer à quel point aujourd'hui il était facile de faire de faux documents amateurs. Aussi, lorsque les premières vidéos sont arrivées sur la toile, tout le monde a-t-il pensé à un canular.

Certaines vidéos étaient retirées des sites les plus fréquentés, des vidéos assez difficiles où les images étaient sanglantes… Des vidéos totalement absurdes pour toute personne qui pense vivre dans un monde où des individus dotés de pouvoirs existent. Mais des vidéos où bientôt des familles reconnurent une personne disparue, ou retrouvée morte. La police commença a se poser des questions… Et alors que depuis déjà deux ans, ce genre de vidéo était totalement ignoré, elles vinrent à apparaître dans les journaux télévisés. Certaines photos apparurent dans la presse avec des titres de plus en plus inquiétants. Jusqu'au jour où le monde du reconnaître l'existence de ces personnes.

A l'IUT de Limoges, dans le département de STM, Sciences et Techniques de la Mécatronique, certains de ces êtres étudient. Rien ne les prédisposer à connaître la nature de leurs confrères, il n'y a aucun signe distinctif qui puisse permettre de les reconnaître de nous, humains. Sauf peut-être le don de parcourir les esprits, un don qui fut offert à l'un de leurs professeurs dès sa naissance. Un homme grand, à la carrure imposante, aux cheveux frisés et à la barbe poivre et sel. Une personne qui avait le grand avantage de pouvoir décider des groupes de TP ainsi qu'il le souhaitait, une influence qui n'était pas étrangère à son talent.

C'est ainsi qu'après quelques semaines de cours arriva pour le groupe 6 l'heure du premier TP d'Electronique. Les élèves, à l'air plus ou moins studieux, entrèrent dans la salle lorsque le professeur arriva pour la leur ouvrir. A peine arrivé, l'homme avait compris que certains se doutaient de quelque chose. Une compréhension qu'il ne devait pas à la perspicacité mais à sa nature. Une fois la porte fermé derrière lui, il se dirigea vers le bureau qui se trouvait à côté du tableau noir.

"Mesdemoiselles, messieurs, bonjour… C'est la deuxième fois que nous nous voyons, si vous vous en souvenez, nous nous sommes vus à votre arrivé, dans l'amphithéâtre C." Il n'avait besoin d'aucun talent surhumain pour comprendre que ces quelques mots avaient déjà enlevé aux élèves toute envie de l'écouter. Aussi usa-t-il d'une approche plus directe. "Aucun de nous dans cette pièce n'est humain, et je suppose que vous ne savez pas plus que moi comment ça se fait. La seule chose que je peux vous dire, c'est que je m'appelle Anatole Tesla et que je suis votre professeur d'électronique et plus encore, quelqu'un qui vous aidera avec vos particularités."

Tesla observa calmement la réaction de ces élèves tout en laissant son esprit infiltré le leur sans aucun mal. Aucun d'eux n'avait de défense face à son talent, chez certain il était capable de voir jusqu'à ce qu'ils se cachaient eux-mêmes. Comme il le leur avait dit, il ne savait pas d'où lui venait son aptitude, ses parents étaient tout ce qu'il y a de plus humain, et il l'avait toujours sut grâce à son talent. Un don qui avait ses hauts et ses bas, chez certaines personnes, il arrivait à peine à savoir si elles étaient heureuses ou non, chez d'autres, il connaissait jusqu'à des traumatismes dont ils n'étaient mêmes pas conscient. Il savait aussi que certains des leurs étaient immunisés face à ses facultés. Face à lui, douze jeunes gens, tous très différents. Huit garçons et quatre filles. Une douzaine d'adolescents qui avaient étés élevés comme des humains, qui avaient vécus dans un monde d'humain… Sans que ça fasse d'eux des humains. Cinq d'entre eux étaient enthousiasmés, quatre étaient intrigués, les trois autres étaient méfiants. Aucun ne se démarqua vraiment des autres, jusqu'à ce qu'un élève lève timidement la main. Le professeur le regarda sans dire un mot, il lisait parfaitement à l'intérieur de lui. Il connaissait déjà la question… Mais avouer à ces jeunes gens qu'il parcourait leur esprit aurait été une erreur, pas un seul ne lui aurait fait confiance s'il leur avouait qu'il pouvait agir de la sorte. Parce qu'alors ils penseraient tous êtres manipulés. Et en un sens, puisqu'il ne leur disait rien, il commençait déjà à les manipuler. Après un geste, le jeune homme prit enfin la parole.

"Comment le savez-vous ?

- C'est le talent qui m'a été donné."

Immédiatement un autre jeune homme prit la parole. Anatole, qui détaillait à cet instant les deux êtres ne put s'empêcher de voir chez l'un, l'inverse de l'autre. Alors que le premier avait demandé très scolairement la parole, l'autre la prenait spontanément. Physiquement encore ils étaient très différents. L'un était habillé d'un blue jean et d'une chemisette blanche tandis que l'autre portait un pantalon ample et un T-shirt noirs. L'un était brun aux yeux bleus, l'autre était blond aux yeux verts. L'un avait un esprit remarquablement facile à observer, l'autre était presque impénétrable.

"Vous savez quels sont les nôtres ?

- Non. Je comptai d'ailleurs vous demandez de vous présenter rapidement afin de me donner vos noms et vos aptitudes.

- Allez vous faire foutre."

Dans cette psyché si difficile à atteindre brilla une étincelle de peur qui enflamma la haine. Les traits déformés par la rage alors qu'il était arrivé devant la porte, comprenant que celle-ci était verrouillée pour qu'on ne surprenne pas cette étrange réunion, il se tourna vers le professeur.

"Ouvrez cette porte !

- Je n'ai aucun ordre à recevoir de toi.

- C'est réciproque.

- Je ne tiens pas à ce qu'on se pose des questions sur ces séances, alors tu resteras ici…"

En un instant, il sentit les autres élèves commencer à prendre le parti de leur camarade. S'il les avait contre lui, il ne pourrait pas poursuivre ce projet d'éducation qu'il tenait à mettre en place. Durant un instant, Tesla oublia l'univers, son monde n'était plus fait d'atomes, pas plus que d'énergie. Tout s'effaça pour ne devenir que pensées… Un monde qu'il parcourait depuis toujours, mais auquel il n'accordait l'exclusivité qu'aux moments où il en avait le plus besoin. Face à lui apparut bientôt la pensée de ce jeune homme, elle n'avait rien d'accueillante, plongée dans l'obscurité de sa peur, zébrée par les éclairs de sa colère. Mais Anatole avait poussé sa pratique au rang d'art, et en un instant, il se retrouva dans les entrelacs serrés des sentiments de cet adolescent. Autrefois, lorsqu'il avait lui-même cet âge, il s'acharnait pendant plusieurs minutes, parfois des heures, sur la pensée de quelqu'un. Attaquant de front, il entraînait chez la personne un sentiment de paranoïa et des maux de têtes qui alertaient souvent sa victime. Aujourd'hui, véritable fantôme, il entrait en un instant et repartait sans heurt. C'est ce qu'il fit encore une fois, il pénétra un esprit, saisit ce dont il avait besoin, puis s'en échappa. En l'occurrence il s'agissait d'un souvenir, d'une arme. Il ouvrit les yeux sur le monde dans lequel il était né, ça n'avait duré qu'une fraction de seconde, pas assez longtemps pour qu'ils se doutent de quoi que ce soit. Il savait à présent comment atteindre son élève.

"Il s'agit de notre sécurité, si jamais un curieux vient voir si quelque chose de particulier ce passe avec ce cours de TP et qu'ils apprennent ce que nous sommes, nous serons chassés… Voire même peut-être pire. L'un des buts de ce cours est d'apprendre à vous défendre par vous-même. Mais aussi d'apprendre à vous défendre les uns les autres, car il le faudra sans doute un jour ou l'autre."

Quelque part, la conscience d'Anatole tentait de l'atteindre, mais elle n'y arrivait pas. Il avait fouillé l'esprit de ce jeune homme sans défense et avait été prendre un moment intime de son passé. Le jour où il n'avait sut défendre sa sœur alors qu'elle était… La pitié ne servirait à rien, il avait fait ça pour convaincre ces jeunes gens de suivre ses cours afin qu'ils soient plus aptes à se défendre face à une possible chasse aux sorcières. Tant pis pour l'intimité ! Après tout, bien peu de gens en avaient pour lui qui voyait au travers du masque de leurs visages et de leurs habitudes.

Etrangement, plus aucun mot ne fut prononcé, tout le monde resta silencieux. Comme si chacun se rappelait une fois où il avait eu peur qu'on sache son secret, ou bien le mal qu'on leur avait fait à cause de celui-ci… Voire même le mal qu'ils avaient fait d'eux-mêmes. Après un instant d'immobilité, à appréhender leur état d'esprit, le professeur reprit la parole.

"Bien, maintenant vous allez vous présenter les uns après les autres."