De grands arbres l'entouraient. La lumière éclatante du soleil passait entre les feuilles de ces arbres. Au milieu de nulle part, elle prenait des photos. Marchant, s'enfonçant dans cette forêt, elle cherchait chaque petit détail qui pouvait faire la beauté d'une photo. Capturant chaque instant qui lui semblait important comme si chacune de ces prises étaient un arrêt du cœur d'une fraction de seconde. Elle était dans son élément. La nature, son appareil photo qu'elle ne quittait jamais, seule au monde. Elle rêvait de faire le tour de monde pour y trouver des perles de la nature, les capturer et pouvoir en admirer la beauté que la nature a.

Kayla était le genre de personne à rester souvent seule. La solitude ne la dérangeait pas. Au contraire, elle aimait être seule pour réfléchir, pour rêver, pour prendre ces photos. Elle n'allait plus en cours, elle les avait abandonnés. Elle en profitait pour passer la plupart de son temps à se balader pour prendre des photos. Capturer ces instants, ces paysages auxquels elle trouvait qu'ils avaient quelque chose de spécial. Elle passait le temps de cette manière, elle s'évadait ainsi de ses problèmes.

A la fin de la journée, alors que le soleil se couchait, elle le regardait se fondre dans les toits de la ville. Les couleurs devenaient orange, puis rouge, le ciel était même un peu violet. Ces instants-là étaient toujours immortalisés. Elle rentrait chez elle d'un pas nonchalant alors que la nuit avait envahi les rues. Le lendemain, elle s'était promis de s'assoir à la terrasse d'un café pour capturer toutes ces personnes passant devant elle, ne sachant même pas qu'ils sont pris en photo. Elle imaginait déjà certaines de ces photos. Elle avait hâte.

Comme promis, le lendemain elle était à la terrasse d'un café. Prenant les passants en photo. Certains étaient pressés, les p'tits vieux prenaient leur temps, s'arrêtaient, puis repartaient. Un couple s'embrassa, une capture faite. Ils ne la verront jamais, et pourtant ça sera un de ces clichés préféré de la journée.

« Excusez-moi.. »

Un homme venait d'apparaître devant elle sans qu'elle ne le voit arriver. Il ne devait pas être plus âgé qu'elle. Elle avait sursauté en entendant sa voix. Elle releva la tête et le regarda. Il avait un visage fin, une peau qui semblait assez lisse.

« J'ai vu que vous preniez beaucoup de photos depuis que vous êtes arrivez là »

« Oui, c'est vrai. J'aime beaucoup prendre les passants en photo, c'est un sujet très intéressant à chaque fois. »

« Tout comme les regarder, s'imaginant où ils vont, pourquoi ils sont pressés, de quoi parlent-ils à ce moment-là. Ou même voir leur regard triste ou heureux. J'aime beaucoup les regarder aussi. Mais pas de photo pour moi. »

Kayla sourit en l'écoutant, elle l'invite à s'assoir à côté d'elle. Ils commandent tous deux à boire. Elle lui montra ses photos. Il était époustouflé par la beauté de certaines. Les expressions des visages étaient, pour certaines personnes, sublimes. Un éclat de rire, des larmes. Tout ça était immortalisé dans cet appareil photo. Ils commencèrent à parler un peu plus. Il habitait aussi dans cette ville. Comme elle, il ne faisait pas grand-chose de ses journées. Il se baladait, lisait. Elle se sentait bien. Elle n'aimait pas parler ainsi avec des inconnus, mais il ne la dérangeait pas. Il ne lui avait toujours pas donné son nom.

Plus le temps passait, et plus Kayla sentait l'heure venu de le quitter. Elle avait passé un bon moment. C'était rare pour elle de parler à une personne aussi longtemps, solitaire comme elle était, elle en avait pas l'habitude. Ça lui avait fait du bien. Pourtant, elle ne savait pas si elle voulait le revoir ou pas. Elle devait partir.

« Au fait, je m'appelle Gabriel. »

« Kayla, » répondit elle en feintant un petit sourire.

« Je suis là presque tous les jours, j'espère qu'on se croisa de nouveau, » lui dit il avec une petite lueur dans les yeux. Il semblait qu'il voulait vraiment la revoir.

« Un jour, peut-être. »

Elle partit comme ça. Pensant à cette après-midi. Elle ne rentrait pas directement chez elle. Elle avait un rendez-vous avant. Un rendez-vous qu'elle aurait préféré ne jamais avoir. Elle avait peur à chaque fois. Une mauvaise nouvelle était vite là. Même si ça allait mieux depuis quelques mois, elle pouvait rechuter à chaque instant. Elle se sentait pourtant bien. Elle espérait qu'aucune mauvaise nouvelle n'arrive à elle. Sa mère l'attendait devant. Elle lui adressa un léger sourire.

« Ça va aller ma chérie.. »

« Même si ça va pas, on pourra pas faire autrement. »

Elle n'était pas tellement proche de sa mère. Et préférait ne pas subir sa pitié. Elle regarda le bâtiment devant elles. Blanc. Pas très accueillant. Comme tous les hôpitaux. Elle aimerait ne plus y remettre les pieds. Et pourtant elle est obligée. La tumeur était partie, mais elle pouvait toujours revenir. A tout moment. Sans prévenir. Chaque mois, elle revenait là. Chaque mois, elle avait la même boule au ventre. Chaque mois, elle en sortait heureuse, mais n'avait jamais envie d'y retourner. Elle espérait à chaque fois que ça soit la dernière.

Elle commença à avancer, et entra dans l'hôpital pour aller à la salle où son docteur l'attendait déjà. Elle connaissait le chemin par cœur. Elle se déshabilla dans une petite salle. Elle imaginait toujours un claustrophobe enfermé dans cette pièce. Elle préférait imaginer le malheur d'une personne inconnue que de ce qui pouvait lui arrivé. Elle était dans la robe d'hôpital et s'allongea sur la table. Elle ne devait pas bouger. Le laser lui prenait juste un scanner de son cerveau. Elle pouvait aller se rhabiller, c'était fini. Le médecin l'attendait. Elle ne voulait pas sortir. Elle avait peur de voir sa tête. Quand elle ouvrit la porte, elle vit la tête du médecin. D'habitude il avait un léger sourire aux lèvres, elle savait alors qu'elle était sauve. Aucun sourire aux lèvres cette fois ci, son regard n'était pas le même.

Elle avait rechuté, elle l'avait compris à la première seconde où elle l'avait vu en ouvrant la porte.