Une semaine qu'elle avait pris connaissance de sa rechute. Une longue chute, qui va l'entrainer au plus profond de la maladie. Elle le savait. Elle aurait survécu si tout corps étranger était parti d'elle, mais il y en avait qui étaient encore présents. Ils ne voulaient pas partir, et ne partiraient jamais. Elle était condamnée. Une condamnation qu'elle trouvait bien dure. Mais elle savait qu'elle ne pouvait rien faire contre. A part peut être vivre le peu de vie qu'il lui reste.

Depuis une semaine, elle avait toujours les mêmes activités que d'habitude. La photo. Elle ne s'arrêtait pas. Ses photos étaient l'illustration de sa vie. Tous ses états d'âmes étaient dans ces clichés. Cependant, elle avait changé son programme quotidien. Elle passait toujours vers la place où elle avait rencontré Gabriel. Il était toujours assis au même café. Il parlait souvent avec les serveurs. Ils devaient bien le connaitre. Elle hésitait toujours pour aller le voir. Elle le regardait pendant une dizaine de minutes. Le photographiant, parfois. Puis elle rebroussait le chemin. Elle avait peur de le revoir. De lui reparler. Que la magie de leur première rencontre se dissipe.

Elle était revenue sur cette place, comme d'habitude. Mais à son grand regret, Gabriel n'était pas à sa table habituelle. Elle avait beau le chercher sur la terrasse du café, il n'y avait personne. Il aurait pu être à l'intérieur, mais ça l'aurait étonné. Il lui avait dit qu'il préférait être à l'extérieur, sur la terrasse. C'était plus agréable. Et plus simple pour profiter de sa distraction préférée : regarder les gens qui passent sur cette place. Déçue, elle repartait. Mais elle s'arrêta vite. Il était juste derrière elle.

« Tu me cherchais ? » demanda-t-il avec un léger sourire charmeur.

« Peut-être, » le défia-t-elle.

« Tu me cherchais, comme tous les autres jours. J't'ai vu chaque jour, à me regarder et me prendre en photo parfois ! Pourquoi t'es jamais venue plus près ? »

Kayla était surprise. Elle pensait avoir été plus discrète que cela. Elle aurait aimé lui dire la raison pour laquelle elle se cachait ainsi. Mais elle avait peur de paraitre niaise.

« J'avais toujours quelque chose à faire. J'venais juste voir si t'étais toujours bien là. Si un jour, il me prenait l'envie de venir m'asseoir à ta table. »

« Et t'en as toujours pas envie ? »

Après un petit moment d'hésitation, elle accepta de se joindre à lui. Elle ne pouvait pas refuser cette invitation, cela aurait été impoli, et elle avait envie de passer son après-midi avec lui. A parler de tout et de rien. Et c'est ce qu'ils firent pendant plusieurs heures. Kayla avait lâché son appareil photo, chose qui était très rare. Gabriel lui racontait quelques mésaventures qu'il avait eu dans son passé. Ils en rigolaient. Elle avait envie de lui parler de sa maladie. Lui dire que dans quelques mois elle ne serait plus de ce monde. Mais à quoi bon le dire à quelqu'un à qui elle ne parlait que pour passer le temps. Elle hésitait. Elle ne voulait pas s'attacher à lui. Elle décida de ne rien lui dire pour l'instant.

Après un moment, Gabriel l'emmena dans un de ces endroits préférés. Elle ne le connaissait pas. C'était en dehors de la ville. Vers un petit ruisseau. Kayla s'était de nouveau armée de son fidèle appareil photo. Elle trouvait cet endroit magnifique. C'était apaisant.

« Je comprends pourquoi c'est ton endroit préféré, » dit Kayla en se tournant vers Gabriel. « C'est magnifique. C'est marrant que je ne le connaisse pas, alors que j'suis toujours en train de chercher ce genre d'endroit »

« T'as pas dû chercher assez bien. »

« En effet. »

Elle retourna fasse au ruisseau, et se commença à se balader autour du lit pour y trouver les meilleurs angles de vues pour ses photos. Gabriel la regardait faire. Il s'était assis sur un rocher. Il n'avait jamais vu quelqu'un être aussi minutieux pour prendre des photos. C'est ce qui lui plaisait dans ce moment avec elle. Elle était différente que lorsqu'il l'avait observé la semaine passée, à prendre des photos des passants. Elle était beaucoup plus concentrée. Plus dans son univers.

« Tu vois, c'est ça que j'veux faire, » dit-elle en revenant vers lui.

« Quoi ? »

« Voyager un peu partout pour y trouver les plus beaux endroits que la nature nous cache et les prendre en photos. »

« Tu voudrais aller où pour commencer ? »

« Je sais pas. J'ai toujours rêvé d'aller au Canda. Et les pays d'Amérique Latine. Et puis… J'aimerai aller partout. »

« On a toute notre vie devant nous pour pouvoir voyager. »

« Pour toi, peut-être. »

Après avoir dit ça, elle s'éloigna un peu, elle ne voulait pas avoir à se justifier. Ils ne savaient pas grands choses l'un de l'autre. Ils avaient juste parlé de leurs passions, mais rien de personnel. Elle ne savait pas si elle se sentait capable de lui parler de sa maladie. Elle voulait qu'ils deviennent proches, qu'ils continuent à se voir. Mais elle ne désirait pas y voir de la pitié dans ses yeux quand il la regardera. Ou qu'il ne veuille plus la voir. Elle s'était attachée à lui comme elle ne s'était jamais attachée à quelqu'un. Elle voulait pas le déjà le perdre.

« Pourquoi tu vivrais pas longtemps ? »

« Je sais pas, pourquoi je vivrais longtemps ? »

« Parce que c'est toujours mieux de vivre longtemps, on a plus de temps pour faire c'qu'on veut. »

« Mais on peut pas toujours vivre autant de temps qu'on le voudrait. »

« T'es malade ? »

« Un cancer, » avoua-t-elle, finalement.

Gabriel ne répondit pas, comme s'il réfléchissait. Kayla ne préféra ne rien dire de plus, et repartit faire quelques photos. Ils restèrent quelques dizaines de minutes là, puis Gabriel la ramena chez elle. Ils ne s'étaient pas reparlé. Kayla ne savait pas si elle allait le revoir. Elle regrettait de lui avoir avoué qu'elle était malade. Le mal était fait, elle ne pouvait pas revenir en arrière. Le lendemain, elle irait, comme d'habitude, le regarder au loin. Peut-être qu'elle ira le voir d'elle-même. Elle voulait connaitre son ressentit par rapport à sa révélation.