Le cœur de la Mort

« Est-ce que la Mort est elle belle ? »

Un paysage blanc, sans vie et paraissant infini se dressait devant Zak, le jeune et talentueux guerrier, il avait souhaité voir la Mort et avoir une audience avec elle afin de purger ses péchés.

Heures après heures, jours après jours, Zak marchait, en quête de son jugement même si celui-ci n'était pas mort.

Après une éternité de marche, le paysage commençait doucement mais sûrement à s'assombrir, au loin, le guerrier aperçut une porte blanche dans ce décor fait de ténèbres.

Sur le seuil il hésita entre l'ouvrir ou frapper à la porte, il opina pour la seconde option et celui-ci frappa:

-Ho! Est-ce qu'il y a quelqu'un?

La porte s'ouvrir laissant apparaitre une jeune femme d'une splendeur incomparable:

-Que fait donc un vivant ici, demanda celle-ci étonnée.

-Vous n'êtes pas la Mort?! Me serais-je trompé?

La jeune fille souris et répondis d'une voie douce:

-Effectivement je suis la Mort mais je m'enquiers de savoir, étranger, que me vaut cette visite alors que tu es vivant?

Le guerrier hésita:

-Je… Comment se fait il que vous soyez comme ça? Je veux dire…

-Pas comme un monstre, le coupa-t-elle.

-Oui.

-Je suis comme le cœur de la personne en face de moi me représente, de ce fais je peut aussi bien être un monstre avec une faux qu'une belle et ravissante jeune femme. Mais étranger que fais tu là devant la Mort?

Il inspira:

-Je souhaite mourir.

Un rire cristallin résonna, la jeune fille plié répondu:

-Depuis la création de l'Homme, je n'ai entendus pareille requête étranger, quel est ton nom?

-Je me nomme Zak, Zak le guerrier intrépide, alors décide toi.

Elle arrêta de rire:

-Non, je veux la raison de ta présence ici.

-Je te l'ai dit, je souhaite mourir, insista celui-ci.

-Mais, pourquoi, demanda elle avec entrain.

Quelques minutes s'écoulèrent avant que la jeune femme ne repris la parole:

-À tes yeux je suis belle est ravissante mais ne considère tu pas la Mort comme quelque chose de mauvais?

-Je n'ai jamais rien ressenti, je n'ai jamais aimé, ni haïs, quand je tue, aucun sentiment ne s'empare de moi.

Soudain Zak s'assit épris d'une soudaine fatigue puis il ajouta:

-Alors qu'attends-tu? Sans sentiment, la vie est un martyre!

Plus de réponse, juste un grand silence. Doucement, le jeune homme se coucha au sol, ses paupières étaient lourdes, trop à son goût. La jeune fille se métamorphosa, prenant une forme sombre habillée de haillon noir avec un visage démoniaque mais demeurais toujours cette voix chaleureuse:

-Vis Zak le guerrier, vis loin de moi, loin de la mort et embrasse les sentiments enfouis en toi, vis et apprends ce qu'est le bonheur, personne ne meurt sans l'avoir connu.

Il fermait les yeux s'abandonnant à un sommeil profond, sans rêve.

Le soleil filtrait en travers la cime des plus hauts arbres de la forêt où Zak se réveillait, les yeux entrouverts il murmura:

-Suis-je mort?

Celui-ci se redressa et s'assit, soudain il revit les guerriers tombant sous sa lame, ses premières pensées vinrent aux veuves, aux enfants et aux familles qu'il avait détruites. Le guerrier essuya des larmes sur ses joues puis fut épris d'une grande joie soudaine et il sourit tout en se dressant sur ses pieds, les bras levés vers le ciel il adressa un remerciement silencieux pour l'ennemis de tous, celle qui lui avait redonnée l'envie de vivre, la Mort.

Fin