Commentaire de l'auteur (CA) : Cela m'a pris un certain temps, mais j'ai finalement complété mon premier chapitre. J'espère que vous l'appréciez.


Dragon boxer

Chapitre 1 : À la recherche d'un entraineur

La journée suivant mon inscription était une journée de congé pour moi. Je me suis donc mis à la recherche d'un entraineur. Hier soir, j'avais commencé à faire des recherches pour un entraineur potentiel et j'ai eu de la chance. L'annonce du tournoi a attiré quelques-uns de ces entraineurs qui pourront m'aider dans mon parcours. J'ai aussi découvert qu'un ancien boxeur, qui a beaucoup d'expérience pratique qui pourrait m'aider.

J'ai commencé à faire du porte-à-porte, mais chacun des entraineurs m'a fermé la porte au nez…littéralement. L'un d'entre eux…plus poli que les autres, m'a expliqué la raison de son refus. La raison est que je n'ai aucune expérience en boxe et que si je participe aux tournois… je n'ai aucune chance de gagner. Cela m'a détruit le moral, mais beaucoup moins que les portes sur mon nez.

Je me dirigeai ensuite vers une autre maison. Je dois rencontrer l'ancien boxeur. Je sais qu'il s'agit d'un humain qui a participé au tournoi i ans et il a remporté le championnat. Sa carrière a brusquement pris fin, mais je n'ai pas cherché à savoir pourquoi. Je suis parvenu à trouver sa maison. J'ai hésité un long moment avant de cogner ou de sonner à sa porte. J'ai pris mon courage entre mes deux mains et j'ai sonné. J'attendis un moment, et il ne vint pas répondre. J'allais sonner une autre fois quand la porte s'ouvrit et l'humain fut devant moi.

L'humain avait une peau de couleur beige. Il a les cheveux de couleur brune et les yeux de la même couleur. Il portait un T-shirt rouge avec un short bleu. Je vois aussi qu'il porte un tissu soutenant son bras droit dans la position pliée. Il mesure environ 6 pieds.

-Que me voulez-vous?, demande l'humain.

-Karlos?, demandai-je.

-Oui… C'est moi, répondit Karlos.

-Bonjour, je m'appelle Gyake… Puis-je entré si ça ne vous dérange pas? J'ai beaucoup de choses à vous dire, lui demandai-je poliment.

-… Très bien. De toute façon je n'ai rien de prévu aujourd'hui, dit Karlos.

J'entrais dans la maison et je m'assis sur une chaise en face de Karlos qui s'assit sur une chaise en face de moi.

-Et bien… Vous êtes au courant à propos du tournoi de boxe qui arrive dans deux mois? Je lui demandai.

-Oui. Je suis un ancien boxeur et je me tiens au courant des évènements liés à la boxe, répondit l'humain.

-Je me suis inscrit au tournoi et…je suis à la recherche d'un entraineur, je lui dis.

-… Et vous pensez que je connais un entraineur qui puisse vous aider?, demande-t-il.

-Euh… Pas vraiment… Je me demandais si…vous pouviez être mon…entraineur?, lui dis-je.

-… Vous n'êtes quand même pas sérieux, dit Karlos en le regardant avec perplexité.

-Oui je le suis. Les autres m'ont fermé la porte au nez…littéralement à cause que je n'ai pas d'expérience en boxe, j'ai pensé que vous pouviez m'entrainé, car vous avez déjà fait de la boxe et que vous savez surement comment transformer un dragon comme moi en champion de boxe.

-… Je ne crois pouvoir être un bon entraîneur si…je ne connais pas vos motivations pour vous battre, dit l'humain.

-Très bien… Mon fils est atteint d'une très grave maladie… Il a le cancer du poumon et les traitements de chimio ne sont pas efficaces. Il y a un traitement qui pourrait le sauver, mais…Il est très couteux et je n'ai pas l'argent pour payer le traitement… J'ai décidé de participer au tournoi de boxe, car il proposait une énorme somme d'argent pour le vainqueur du tournoi. C'est pour cela que j'ai besoin d'un entraineur, je lui donnais comme explication.

-… Je vois. Laissez-moi le temps de réfléchir, dit Karlos.

Karlos s'absenta un moment avant de revenir dans le salon et s'assit en face de lui.

-Alors, lui demandai-je plein d'espoir.

-Je pourrais t'aider… Si vous êtes prêt à sacrifier ton emploi. L'entrainement que je vais vous donner durera toutes les journées des deux prochains mois afin de vous préparer au tournoi… Il s'agit d'un prix à payer si vous voulez pouvoir y participer, lui répondit Karlos, si vous ne vous entrainez pas chaque jour… vous n'aurez aucune chance de pouvoir gagner.

-Je…vois, lui répondis-je.

Il dit vrai après tout. Les compétitions sportives demandent beaucoup d'entrainement et le temps… n'est pas ce que j'ai le plus de mon côté. Au moins, il a accepté de m'aider, mais je sens qu'il ira très loin pour que j'exploite tout mon potentiel.

La question se pose : suis-je prêt à démissionner?

La réponse est très simple. Oui je suis prêt à cela pour mon fils.

-Je vais démissionner aujourd'hui, lui répondis-je.

Karlos se mit à sourire.

-Très bien. Présentez-vous demain matin à 8 heures au parc pour commencer l'entrainement, dit Karlos, attendez-vous au choc de votre vie, car je n'ai pas rouillé, depuis ma retraite forcée, et vous n'aurez aucune pitié.

Je sortis de chez lui en ravalant ma salive. Je n'ose pas imaginer ce qu'il a prévu pour moi.

Je me dirigeai vers mon lieu de travail. Je ne vous l'ai pas dit, mais nous ne sommes pas une très grosse corporation, mais la plupart des employés sont proches les uns des autres.

J'entrai dans le bâtiment et je me dirigeai vers le bureau de mon patron. Je cognai à la porte.

-Vous pouvez entrer, dit le patron derrière la porte.

J'entrai dans le bureau et je pris ma chaise devant son bureau.

-Gyake?, je ne m'attendais pas à recevoir votre visite, me dit mon patron.

Mon patron s'appelle Aleph. Il est un aligatus, un homme-alligator pour faire simple. Il mesure environ 7 pieds et demi comme moi. Son corps est recouvert d'écailles vertes, sauf au ventre qui est plus jaune. Il a les yeux bleus et les pupilles minces sauf quand les émotions l'emportent sur sa raison. Il porte une veste bleue avec un jean bleu. De façon plus personnelle, il est un bon ami à moi et il m'a toujours soutenu durant les moments difficiles de ma vie comme je l'ai aussi fait pour lui.

-Je suis venu pour une raison, lui dis-je. Aleph m'écouta attentivement. Je suis venu…annoncer ma démission.

-Qu-… Quoi?, demande Aleph qui ne s'attendait pas à cela.

-Je démissionne, répétais-je avec plus de difficulté.

-Pourquoi?, demande Aleph, ai-je fait quelque chose?

-Non. La raison de ma démission n'a aucun rapport avec vous ou qui que ce soit d'autre… Je me suis inscrit au tournoi de boxe afin d'obtenir l'argent nécessaire pour l'opération de mon fils. Pour cela, il faut que je consacre tout mon temps à l'entrainement afin de pouvoir être au top, lui expliquai-je.

-… Très bien… Tu es libre de faire ce que tu veux, mais sache que tu seras toujours le bienvenu ici, me dit mon…ex-patron. Il me sourit un moment et je sortis à l'extérieur du bureau et je dis mes adieux à tous mes amis et collègues. Cela fut très difficile, mais mes collègues m'ont dit qu'ils seraient présents pour le tournoi mondial de boxe afin de m'encourager.

Il ne me reste plus qu'une seule étape avant de rentrer chez moi et me reposer pour mon premier jour d'entraînement : rendre visite à mon fils. Je me dirigeai vers l'hôpital et dans chambre 101. Je cognai à la porte quelques coups et j'entrai dans sa chambre.

-Papa, dit me fils avec un sourire quand il m'a vu. Je m'assis près de lui et il me serra mon ventre avec affection. Je lui donnai un bec sur son museau et je le regardai dans les yeux.

-Comment ça va?, lui demandai-je.

-Bien… Mais j'ai mal quand je respire, me dit mon fils plaintivement, par contre, ça va mieux quand tu es là.

-Je sais mon petit, lui dis-je avec affection. Je parvins à maintenir mon sourire que j'avais quand je suis entré dans sa chambre, mais à chaque fois que je le vois dans cet état, le désespoir s'empare de moi.

-Papa? Est-ce que ça va?, me demande mon fils.

-Oui… Oui. Tous vont bien mon petit, je me suis mis à le chatouiller pour le faire rire un moment avant de devoir arrêter quand il se mit à tousser.

-Papa. Qu'as-tu fait aujourd'hui?, me demande-t-il.

Je lui décrivis ma décision et mon fils me regarda avec un regard surpris.

-Mais tu détestes te battre, me dit-il.

-Je sais… Mais je suis prêt à tout pour toi, mon merveilleux fils, je serre mon fils dans mes bras à nouveau et je l'embrassai tendrement.

La journée s'acheva et je rentrai chez moi me reposer.


CA : Voici la fin du premier chapitre. Préparer à découvrir la première journée d'entrainement de Gyake et de rire aux éclats.