Je me tiens debout, face à un miroir brisé,
Observant lentement, ce reflet qui m'est inconnu.
Tout n'est qu'illusion, cette réalité est déformée,
Puisque devant moi, apparaît cette marionnette nue.

Elle n'est faite que de chair et d'os, de fil et de sang,
Ses yeux remplis de larmes ont croisés mon regard attristé.
Je contemple avec peine son corps fragile et cassant,
Éprouvant de la haine envers tous ceux qui l'ont rejeté.

Tout le monde la regarde sans cesse comme un monstre, une horreur.
Ils l'ont enfermée dans cet univers inhumain et sauvage,
Afin de condamner cette anomalie et détruire leurs peurs.

J'ai finalement cassé la glace pour lui donner sa liberté,
Et prendre sa place dans une société d'esclavage;
Car je ne suis qu'un pantin condamné à aimer.

Evangéline Mélina - 2012