Jour 1

Les odeurs pestilentielles ne faisaient qu'accroître au fur et à mesure qu'il grimpait les marches. L'obscurité ambiante ne voulait céder ne serait-ce qu'un infime espace à la lumière extérieure ; les fenêtres avaient été scellées par des planches de bois où seules de petites fissures entre elles permettaient à quelques rares rayons du soleil couchant de filtrer - mais cela n'aidait en rien qui cherchait à se diriger grâce à cette lumière.

Depuis qu'il fréquentait cette école, il n'en a jamais été autrement : les bâtiments principaux de l'établissement semblaient toujours sur le point de s'effondrer. Mais tout ceci n'était que façade ! De l'extérieur, il n'en ressortait qu'une impression de danger - et bien sûr, c'en était tout autre à l'intérieur…

Cependant, d'après les rumeurs, le bâtiment n°4 est une véritable épave. Seuls ceux qui ont eu le malheur de le fréquenter ont pu constater la véracité de ces rumeurs. Et cette fois-ci, c'était au tour d'Extan Baker.

Extan Baker a toujours été un élève sans histoire, de niveau scolaire correct, vivant avec ses deux parents : un adolescent des plus banals… Cependant, quand on fait ses études dans une école d'élite, il est évident que l'on s'attend à ce que vos résultats scolaires soient exemplaires ! Malheureusement pour l'adolescent, son dernier trimestre s'était révélé plus que décevant, voila pourquoi aujourd'hui il se retrouvait à grimper les marches grinçantes du bâtiment le plus évité de tout le campus.

Extan arriva enfin au second et dernier étage de cet épouvantable bâtiment. La seule chose qu'il craignait, c'était que les sols ne s'effondrent sous lui et qu'il n'arrive donc pas à temps en cours. L'obscurité ne l'effrayait pas ; il en avait l'habitude. Quand on avait un grand-père dont les origines quelques peu douteuses vous obligeait à lui rendre visite dans son manoir dénudé de toute fenêtre et sans éclairage artificiel, ce n'est plus vraiment quelque chose dont on peut être effrayé !

À quelques mètres de lui, l'adolescent faisait face à quatre portes ; seul de l'une d'entre elles émanait un fin rayon de lumière et une voix marmoréenne à vous glacer le sang. Ce fut tout naturellement et avec un peu d'empressement que le jeune garçon se dirigea vers celle-ci. Arrivé à sa hauteur, il frappa et entra sans attendre.

_Monsieur Baker, bravo ! Vous avez failli arriver à l'heure ! Prenez place et que je ne vous y reprenne pas !

Un vampire. Comme les rumeurs le disaient, le bâtiment maudit abritait un professeur indésirable. Et ce n'était pas seulement son apparence atypique - peau et cheveux blancs à l'extrême, pupilles couleur sang et dents aiguisées bien mises en avant - qui lui indiqua l'appartenance raciale de son nouveau professeur temporaire, mais surtout les regards apeurés que lui lançaient certains élèves, tous munis de chaînes d'or blanc et d'amulette « Anti-Sangsue ».

_Je suis désolé, Professeur.

Sans donner d'informations sur son retard injustifié, le jeune étudiant alla s'asseoir sur la seule place vide de la sombre pièce éclairée aux chandelles. Il y avait autant de places que d'élèves dans ce cours SED, « Spécial Étudiants en Difficultés ».

_Bien ! À présent que toutes les nuisances sont parmi nous, je vais pouvoir me présenter correctement. Marshall Ébrahim Lilton. Professeur Lilton pour vous. Vous avez eu la malchance d'être tiré au sort par ce fichu directeur pour venir m'importuner pendant ma période de festivité. Alors sachez que je serai sans pitié ! Vous êtes ici pour rattraper vos lacunes scolaires, et lacunes scolaires vous rattraperez, jusqu'à même les faire disparaître ! Il n'y a pas de vacances pour vous cette fois-ci ! Ce sera uniquement des études. Aucune chance pour vous d'avoir une infime période de repos… Oui ?

Sa voix se glaça en même temps que ses yeux carmin. Un jeune inconscient osa interrompre sa tirade énoncée à la perfection. L'étudiant en trembla de peur et serra bien plus encore sa chaîne protectrice contre son torse, à l'instar d'un rempart magique.

_Euh… On… Le soir de Noël… Je… Avec la famille… Et…

_Aucun repos.

La voix sèche trancha, mettant fin à la discussion. Le visage toujours fermé, le vieil homme reprit ce qui avait été désagréablement interrompu :

_Aucune pause, sauf si je deviens magnanime - ce qui est évidemment improbable. Vos cours débuteront à 18h00 ; tout retard sera sanctionné par des leçons supplémentaires après vos cours qui se termineront à minuit et 01h00 durant les jours d'examens de fin de session. Votre programme tournera essentiellement autour de « Magie Ancienne et Pratique », « Histoire Mythologique et Histoire Contemporaine » et « Potions Défendues ». Votre intégration dans une société qui a décidé d'ignorer notre existence ne m'intéresse pas et je ne vous en donnerai aucun cours. De même pour les cours de potions en tout genre, d'Histoire des Humains, des cours de botanique, des cours généraux sur les différentes matières essentielles telles que les mathématiques ou les langues étrangères, ou encore tout ce qui peut être ennuyeux et plus besoin d'être exploré par un vieillard de plus de trois siècles comme moi.

Un frisson glacé parcourut tous les élèves à cet instant - ce qui satisfit le professeur.

_Des questions ?

Il jeta un regard sur l'importun de tout à l'heure puis sur l'ensemble de la petite pièce. Parmi les treize élèves, seuls cinq ne baissèrent pas les yeux en signe de soumission - mais ils n'indiquèrent aucune opposition non plus.

_Bien. À présent, faîtes donc apparaître Tout pour être sorcier, de Milye Thérésa. Pour ceux qui l'ignorent, vous pouvez le trouver dans la Dimension 18 : « Haute Pratique de la Magie ». Former des groupes de deux, et entraînez-vous à pratiquer les sorts 28, 43 et 52. Dans deux heures, je vous examinerai dessus. Si la pratique vous pose certains problèmes, venez me demander de l'aide. Pour la théorie, j'ose espérer que vos parents vous ont convenablement appris à utiliser votre cerveau pour vous débrouiller seuls.

Il émit un léger sifflement qui glaça à nouveau tous les sangs. Chacun des élèves, dans un état d'obéissance craintive, se mit en accord avec ses voisins pour former des groupes. Malheureusement, pour le plus grand déplaisir du professeur, un élève se trouvait déjà en difficulté : il ne pouvait former de paire.

_M'importuner pour une chose aussi futile montre à quel point votre cerveau est si… Hum ! Puisque vous êtes un nombre impair, il va de soi que l'un des groupes comprendra trois personnes.

L'élève acquiesça en tremblant et le professeur pensa que les vacances risqueraient d'être affreusement longues - pour lui comme pour ses élèves.

Extan se mit avec un garçon qu'il connaissait de vue, pour l'avoir maintes et maintes fois croisé au lycée sans jamais lui avoir adressé la parole.

_Salut. Je m'appelle Dyck Murton. Et toi ?

_Extan Baker.

Un sourire charmeur s'épanouit sur les lèvres de l'étudiant aux cheveux d'or. Ses yeux céruléens et malicieux leur lancèrent un regard appréciateur - ce qui irrita quelque peu Extan.

_Quand tu auras fini de me reluquer, on pourra peut-être commencer ? Le sort 28 est censé être le plus simple, alors, commençons par celui-ci.

_Ne t'inquiète pas, je ne te mangerai pas. Et c'est le 43 le plus facile.

Dubitatif, mais ne voulant pour rien au monde perdre plus de temps, il tourna les pages du livre pour arriver au sort intéressé. « Décomposition d'un matériau ». Pré-requis : une connaissance parfaite de la composition du matériau à décomposer.

_Tu es bon en physique ?

_Je me débrouille.

_Y a-t-il un objet dont tu connaisses tous les éléments de sa composition et dont tu serais capable de les définir tous ?

_Sûrement.

_Lequel ?

_Mmm… Peut-être… Une règle… ou un jouet en plastique.

_Ok, pourquoi pas ! Vas-y ! Fais-en apparaître un !

Extan se demanda pourquoi c'était à lui de choisir… puis décida de ne pas y penser. Plus vite ces cours prendront fin, mieux il se portera. Être dans la même pièce qu'un vampire lui procurait de désagréables démangeaisons.

Il ferma les yeux et se concentra. Dans son esprit, il dessina le Sceau des Portails suivit de l'idéogramme de la Dimension désirée.

_Pourquoi une poupée Barbie ?

_Parce que ma cousine l'a oublié dans ma chambre.

Dyck rit le plus doucement possible. Il trouvait son camarade avare de paroles, mais plutôt marrant.

_Ok, va pour la poupée ! Mais il faut faire attention : en plus de l'habituelle coloration sur cet objet en plastique, il y a également les cheveux synthétiques. Tu le sais ça ?

_…Oui.

« Il est bête ou quoi !? Je n'aurais pas choisi cette poupée si je n'étais pas capable de la décomposer ! »

_Ne fronce pas les sourcils comme cela ! Je ne peux plus voir tes jolis yeux ! Ils me font penser à de délicieux chocolats… Ah la la ! Je te dis de ne plus le faire, et voilà que tu t'y mets bien plus encore !

_Tu veux bien arrêter de m'allumer, s'il te plaît !? On est là pour travailler, pas pour draguer ! D'ailleurs, pourquoi tu agis comme… Non. Laisse tomber. Je commence l'incantation.

Extan allait lui demander pourquoi il agissait ainsi, mais il se rattrapa de justesse. Au vu de son physique et de ses très caractéristiques yeux en amande aux pupilles turquoise, Extan se doutait qu'il avait du sang de fé dans les veines. Et cette race était très connue pour être particulièrement enjôleuse. Voilà une personne qu'il se promit d'éviter tout au long des deux prochaines semaines.

Les deux premières heures filèrent à vive allure. La plupart des élèves réussirent sans problèmes les deux premiers sortilèges, mais beaucoup d'entre eux eurent des difficultés sur le dernier et le professeur consentit à leur accorder une heure de plus pour le pratiquer. Après quoi, il leur donna un cours sur la période des Sorcières de Salem, le plus grand mythe inventé par le monde magique pour détourner l'attention d'Humains trop curieux.

Une fois dehors, Extan respira l'air frais de la nuit. Le bâtiment était infesté d'odeurs nauséabondes - le sang, la chair fraîche, les rats, etc… Heureusement, qu'un sort Embaumant aux feuilles d'érables avait été lancé par le proviseur dans la pièce sinon les étudiants n'auraient pas tenu le coup ! Après tout, seuls les vrais vampires appréciaient ce genre de relent.

_Hey ! Attends !

Extan marchait tranquillement lorsqu'il comprit que c'était lui que l'on interpellait. Il se retourna et reconnut aussitôt son Indésirable Camarade n°1. Il l'ignora et reprit sa route.

_Hey ! Mais attends ! Ne m'ignore pas comme ça ! T'es pas sympa !

Arrivé à sa hauteur, le jeune sorcier aux origines féériques lui agrippa le bras et reprit son souffle.

_Mec ! Qu'est-ce que tu marches vite ! Je sais qu'il est tard mais puisqu'on a cours que le soir, pourquoi ne pas profiter de la nuit plutôt que de rentrer chez soi ?

Extan lui lança un regard noir et tenta de se libérer. Son camarade le lâcha en s'excusant :

_Désolé. J'avais juste besoin de me soutenir à quelque chose et…

_Qu'est-ce que tu me veux ?

_Quoi ?

_…

_Oh ! Rien de spécial… Juste faire connaissance… On n'a jamais eut le temps de le faire au lycée. Je te voyais souvent aller derrière le Mur des Vivants… Je n'osais pas venir te parler… Tu semblais vouloir rester seul…

_Bien vu. Dans ce cas, bonne soirée.

Il était sur le point de partir lorsque Dyck lui attrapa de nouveau sa manche.

_Attends !

_Hey ! Tu vas me lâcher, oui !?

_Mais pourquoi veux-tu m'éviter comme ça !?

_Écoute : je n'ai pas du tout envie d'être ton ami, ni de discuter avec toi, ni même de tomber sur ta magie charmeuse, alors je te le demande, s'il te plaît : laisse-moi tranquille !

D'un dernier geste brusque, Extan se dégagea et repartit chez lui, laissant derrière lui un Dyck plutôt confus… mais il n'en avait que faire. Il n'avait aucune envie de sympathiser avec des types qui l'ignoreront dès qu'ils rentreront à l'école. Alors mieux valait éviter toute tentative auprès des autres.