Voila donc un premier chapitre, pardon pour les fautes, ce texte n'a pas été Bêta-lu !

Bonne lecture !


« Saly ! NON ! » criait une voix.

Je ne répondais pas, elle était toujours là, toujours avec moi. Au début je me croyais folle mais maintenant je sais que je le suis. Elle m'empêchait de tuer, de torturer mais je le faisais quand même, et avec plaisir. Je suis encore plus douée que Dexter, de la série TV ! Je tue mes « proies » d'une façon tellement étrange que même le meilleur enquêteur n'arrive pas à m'attraper. J'arrive à faire accuser d'autres personnes quand je torture jusqu'à la mort.

Mes parents sont morts. Je ne suis pas triste, c'est moi qui les ai tués. J'étais possédée bien avant mes 4 ans. Mes parents ne remarquaient même pas mon changement d'atitude ! Même à 11 ans, j'avais déjà réussis à berner les flics.

Je suis seule dans un appartement que je paye grâce à mon boulot de tueuse à gage. Il est assez grand pour une seule personne, il comporte un salon, une cuisine bien équipée, une chambre avec placard, un bureau, une salle de bain et des toilettes, bien sur.

Ce soir, j'avais prévu une nouvelle chasse. Cette fois-ci c'était un jeune homme de mon âge : 15 ans. Je le coinçai dans une ruelle sombre. Je commençai par lui enfoncer un couteau dans la jambe gauche. Comme toutes mes victimes, il criait, en larmes :

« A l'aiiiiide...piiiitiéééé...je vous en suppliiiiie... pourquoi moiiiiiiii ? »

Je regardai alors ses yeux. Ils étaient d'un orange si profond. Jusqu'à maintenant personne ne m'avait fait pitié. Il me rappelait ma première victime que j'avais tué. Je l'avais tué car elle m'embêtait au primaire. J'avais 9/10 ans... C'était un sentiment tellement étrange...un sentiment que je n'avait pas vécu depuis longtemps...je déteste la pitié ! Ce n'est qu'un sentiment qui sert à vous rendre faible. J'avais exterminé ses choses inutiles de mon esprit...

Le jeune homme était vraiment mignon avec tout ce sang. Puis un grand trou noir. Sans m'en rendre comte, je l'avais ramener chez moi et étais en train de le soigner. C'était sûrement la voix qui me possédait qui avait pris le contrôle de mon corps. N'empêche j'avais bien eu pitié de lui une bonne heure avant ! Mais cela ne m'était jamais arrivé ! Dans mon inconscient j'entendais leur conversation :

« -Je suis désolée, ce n'est pas moi qui contrôlait...

-Je comprend... cela m'arrive aussi... répondit mon ex-victime, compatissant.

-Ah bon ? Je croyais être seule...

-Et bien...non ! Dis moi, tu es mignonne quand tu ne te met pas à me torturer ! »

Je n'en croyais mes yeux, enfin plutôt mes oreilles : il commençait déjà à me draguer ! Enfin pas moi, mon-autre-moi, mais c'était la même chose ! J'avais de nouveau envie de le torturer !

-Merci beaucoup, dis-je, tendit ce que je rougissait.

-Mais je t'en pris ce n'est que le vérité ! répliqua-t-il.

-Tu me fais des compliments alors que j'étais en train de te torturer il n'y a pas une heure...et puis je ne connais même pas ton nom !

-Tu n'as pas besoin de le savoir !

-Et bien tu peux rentrer chez toi dans ce cas. Je ne te retiens pas ! S'exclama mon-autre-moi, lui montrant de la main où se trouvait la porte d'entrée.

-Très bien !

-Et ne traine plus dans des rues sombres comme ça !

-Et bien on verra, je saurais te trouver si j'ai envie de te voir !

-Si tu fais ça elle te tueras la prochaine fois !

-Je compte sur toi pour l'arrêter !

-Il ne faut pas croire que je la contrôle ! Ce n'est que dans un moment de faiblesse que je peux...prendre le dessus !

-J'ai confiance en toi !

-TU MOURRAS ! criais-je, la voie de mon-autre-moi mélangée à la mienne. Il ne réagit pas. Je viens à peine de te rencontrer et je tiens déjà à toi !

-Je me déffendrais ! Dit-il, quittant mon appartement. A bientôt...Chloé Godsha !

-MAIS…... » m'écriai-je, courant pour le rattraper dans le couloir. Mais il avait déjà disparut. Mon-autre-moi n'avait pas eu le temps de lui demander comment il connaissait mon nom.


Voila pour le début, remarques ?