Voila le deuxieme chapitre...En espérant quil vous plaise !

Bonne lecture !


-une semaine plus tard

« Ouf...pensais-je, j'ai réussis à les semer, une minute de plus et je les aurais tués aussi ! »

Des policier me suivaient, ils m'avaient surprise en train de tuer le mec que j'avais déjà essayer de tuer la semaine dernière. Cette fois je l'ai eu. Ah ça, il voulait faire le malin, et bien il l'a eu dans les dents ! Il croyait vraiment que j'aillais de nouveau me faire avoir. Et bien il ne me connait pas si bien que ça, enfin, me connaissait !

Je m'aventurais dans une nouvelle rue sombre, décidant de rentrer chez moi me prendre une bonne douche. Ce n'est pas parce que je suis l'être le plus sadique du monde que je ne prend pas soin de moi !

De retour chez moi, je jetais mes clefs sur mon canapé et me rendais dans la salle de bain. Enlevant mes affaires maculées de sang, j'allumais le poste radio, mon CD de Linkin Park commença à tourner. J'entrais dans mon bain. Cette musique me relaxait. En peu de temps je sombrais dans le sommeil.

¤début du flash back¤

Je regardais autour de moi. « Oh non, pensais-je, me revoilà une heure auparavant... »

-Je savais bien que tu viendrais ! me dit-il, adossé au mur de la rue sombre où je l'avais trouvé quelques jours plus tôt.

-Je vais te tuer ! L'avertis-je de ma voie sadique et rauque, mon sabre préféré à la main.

-Oh la...doucement ! Laisse venir celle que je viens voir !

-Alors là...jamais tu ne la reverras ! »

Sur ce, je me rua sur lui pointant mon sabre vers lui et lui enfonçant lentement dans le ventre.

« Aïe aïe aïe ! Alors qu'est ce qu'on fait maintenant ? Me demanda-t-il comme si je ne lui avait encore rien fait. Tu m'achève ou tu me laisse parler à ton autre-moi ? continua-t-il

-A ton avis ? » Sans qu'il ne voit le coup venir, je lui retirais l'arme et lui plantais en plein cœur. Là il était belle et bien mort ! A ce moment, comme par malchance, un groupe de policiers passaient par là. Voyant le jeune homme au sol, couché dans une marre de sang, ils se mirent à ma poursuite. Me cachant le visage je me mis moi aussi à courir. Je me serais crus dans un film américain car l'un des policiers était très enrobé ! Après quelques petites minutes de course, il s'arrêta net. Ne laissant plus que deux de ses collègues me courser. Eux aussi ont été facile à semer, c'est sur que contre une ancienne médaillée de sprint international ils ne pouvaient rien faire !

« J'irais bien me prendre une bonne douche, me dis-je »

¤fin du flash back¤

A ce moment, je me réveilla. Un bruit d'eau qui coule se fit entendre. Je relevait la tête et regarda le robinet qui se trouvait à coté de moi. Il n'était pas ouvert. Je compris alors que cela devait venir de la cuisine. Je sortis de la baignoire, m'enveloppant d'une serviette propre. Je la serrais bien autour de mon buste et sortait de la salle de bain. Je jetai un coup d'œil à la cuisine. Personne, mais le robinet coulait. J'allai le fermer et chercher un couteau dans un tiroir. J'en attrapais un de toute mes forces et me tournais vers le salon.

« Tu ne vas quand même pas tenter de me tuer une troisième fois ? dit l'intrus avec une pointe d'ironie. Comment ça va depuis tout à l'heure ? Je parie que tu ne t'attendais pas à une visite de ma part ! »

Je reconnus cette voix à la seconde près où je l'entendis. Je m'orientais vers le canapé, d'après moi, provenance de la voix si familière. Alors que je me rapprochais de celui-ci, je vis un morceau de son vêtement et me rua dessus, avec le couteau, que je pressais toujours aussi fort dans mes mains.

« Moi aussi je te vois » souffla la voix, devenue roque et dure. Quand j'eus planté mon arme, je remarquais, le cœur battant, que la personne attendus n'était plus là et que la lame de métal était enfoncée dans un coussin du canapé.


Voili voilou, des remarques ?