Bon ben voila le chapitre 3, il est assez court je trouve mais c'est important pour la suite de l'histoire alors...

Bref merci pour ceux qui me lisent et bonne lecture !


-5 jours plus tard

L'histoire de l'inconnu qui aimait mon autre-moi me rodait dans la tête et je n'arrivait pas à l'oublier. C'était lui qui était rentré chez moi il y a environ 5 jours...Je n'avait pas eu peur, mais...j'avais été choquée. Il n'était pas mort...ou alors c'était mon imagination.

« Si ça se trouve je suis encore endormie dans ma baignoire et je viens de le tuer. Dans ce cas pourquoi je me focaliserais autant sur lui ? Peut-être parce que c'était le seul être à m'avoir aimé...Non, il ne m'aimait pas à moi, il aimait mon autre-moi...Et puis l'amour est une faiblesse ! » Ma tête allait exploser. Je me pinçai pour vérifier mes pensés. Je ne dormais pas...il n'était donc pas mort !

« Qu'allais-je faire ? L'oublier ! Il n'était pas réapparu après tout...J'avais du halluciner ! » Soudain, prise d'une migraine, j'ouvris mon frigo dans le but de prendre de la confiture. En voyant que je n'en avais plus, je soufflais, ferma le frigo, pris mes clefs et sortis de mon appartement faire les courses. Le Supermarché n'était qu'à quelques pas de chez moi. Une fois arrivé, je pris un pot de confiture aux figues et des canettes de 7up puis je me dirigeais vers les caisses. Il n'y avait pas grand monde. Je passais donc mon tour rapidement, en prenant mon air de petite ado' sympa, sage et responsable, et repartais chez moi aussi vite que j'étais arrivée. Je m'arrêtais dans le hall pour prendre mon courrier. J'ouvris ma boîte aux lettre quand une lettre s'échappa et tomba à terre. Je la ramassais. Je lis l'expéditeur, pris le reste de courrier et montais chez moi. Je rentrai dans mon appartement, posa le courrier et les canettes sur la petite table du salon et me fis une tartine à la confiture. Il n'y avait que ça qui marchait pour m'ôter les maux de tête. Une fois le pain de mis garnis, je m'installais sur mon canapé et entrepris d'ouvrir la lettre tout en mangeant la tartine. Elle venait de mon patron. Enfin de celui qui me demandai le plus de services. Il me donnait rendez-vous devant une usine désaffectée, tout cela écrit, bien sur, dans un langage codé que seul ceux qui sont dans le métier peuvent comprendre. Le rendez-vous était fixé dans une heure et il me restait donc du temps à tuer. J'allumais donc la télévision et me mis à regarder tout et n'importe quoi. Tout en surveillant la pendule j'ouvris une canette de 7up.

L'heure du rendez-vous se rapprochant de plus en plus, j'éteignis la TV et alla me préparer dans la chambre. Je m'arrêta devant le miroir, j'étais une grande jeune fille (environ 1m70), j'étais presque mince, j'avais une poitrine correcte pour mon âge. Mon visage était lumineux, je ne savais pas que j'avais l'air aussi innocente, et cela me choqua. Mon regard glissa jusqu'à mes cheveux noirs, courts à gauche et jusqu'à mon épaule à droite. Ma frange cachait à moitié mon œil gauche, je ne l'avais même pas remarquée car elle ne me dérangeait pas. Je contemplais ensuite ma tenue. Je constatais avec étonnement que je n'avais pas mis quelque chose de sombre pour une fois. Je portais un haut blanc, fin, et assez ample, il me couvrait les bras et finissait en dentelles. En revanche je portais toujours mon jean slime noir, et mes Mitw noires et argentées. Je me penchais pour voir la pendule et me précipita vers le comptoir de la cuisine. Je mis mon portable dans mon jean et quitta une fois de plus mon appartement. Comme une personne normale, je marchais dans la rue jusqu'à l'arrête de bus. Par chance celui-ci arrivait à peine. Je montais à l'intérieur, il étais presque vide, je m'asseyais donc à la place la plus prêt de la sortie. Le trajet fut court car je descendis du bus avant qu'il n'arrive à l'usine. Pour ne pas qu'il reste trop de traces de mon passage. Je continuais donc le trajet à pied. L'usine était déserte, aussitôt arrivée devant, je reçus un appel ;

-Saly Godsha ? Questionna mon patron

-Oui monsieur. Répondis-je tranquillement

-J'espère que cette ligne est toujours sécurisée ! S'inquiéta-t-il, ne laissant rien paraître de ce sentiment dans sa voix.

-Bien-sur ! Le rassurais-je

-L'attaché-case dans l'entrée à droite dans la machine. Vous y trouverez l'argent ainsi que tous les renseignement. Appelez moi dès que ce sera fait. Bonne chance !

Sur ce il raccrocha, me laissant dans l'embarra de trouver cet « attaché-case ».


Voila pour la suite, le chapitre 4 arrivera bientôt !

Des remarques ? ^^