Bonjour, bonsoir, me revoilà après un long silence pour un OS... Très personnel, disons. Écrit en dix minutes, faute de temps, eh oui, j'ai un emploi du temps de ministre~

Description:

Titre: Encore une de ces soirées...

Rating: T pour les écarts de langage.

Résumé: Encore une soirée, devant ton ordi, tu réfléchis. Y'en a eu combien, des soirées comme ça ... ? Y'en aura-t-il encore ? As-tu peur de toi, peur du lendemain ? Et est-ce que tu imagineras encore, demain ? ...


Encore une de ces soirées, où tu te dis "Mais bon sang, qu'est-ce que je fous là" ? Devant ton écran de PC, ta question liminaire de français en mode abandon à côté de toi... Ouais, abandon. T'abandonnes. Ça te plait pas assez. Belle excuse. Ta sœur non plus, elle te plait plus assez. T'as eu de bons moments avec elle, mais c'était il y a quoi, dix ans ? Maintenant t'es devant ton PC et tu te fais sacrément chier.

Encore une de ces soirées, où t'aimerais bien tout foutre en l'air. T'as 20 euros en poche, des spéculoos pour tenir le coup et un passe rechargé. T'ouvres ta fenêtre. Mais là, tu regardes l'herbe en bas, noircie par l'absence de ce soleil froid qui d'habitude fait sourire les gens, et tu te dis "Abandonne cette idée, t'es trop con, tu ne peux que l'imaginer". Imaginer qu'il ne fait pas si froid dehors, qu'il fait juste frais, qu'il fait bon. Imaginer que tu sais très bien où aller, parce qu'ailleurs ça veut tout dire. Imaginer qu'à 23 heures t'auras toujours une pote qui répondra à tes textos et te dira "Ouais, viens chez moi, pas de souci". Imaginer qu'on te vende de la bière, parce qu'avec la tombée de la nuit et vu l'heure qu'il est on croira que tu as l'âge requis pour le faire. Imaginer que tu en boives une bouteille, une putain de bonne parce qu'elle a le goût de l'interdit qui se mêle à la peur qui te prend les tripes. Et comme tu ne fais qu'imaginer, tu imagines que tu ne rentres jamais.

Encore une de ces soirées où t'aimerais bien crever. Où t'en as marre de faire semblant d'avoir du courage alors que t'abandonnes tout. Où ta sœur a envie de te défoncer et que ses gosses te font la misère. Une soirée où personne te comprend, même toi, tu te comprends pas. Alors tu te dis "C'est pas pour moi, c'est pour les autres"... Que tu vis ou que tu crèves ? Va savoir. Ça dépend des soirées.

Encore une soirée où tu rentres avec le sourire. Juste avant t'as bien rigolé, au point que t'en rigoles encore. T'es encore devant ton PC. Quoi, encore ? Ouais, mais cette fois t'as quelque chose à faire.

Des soirées, y'en aura toujours. T'aura beau te dire que demain tu ne seras pas devant ton PC, tu y seras, crois-moi. T'entends déjà la courte sonnerie du message MSN se jouer dans ta tête alors que t'as même pas encore ouvert l'application. T'entends déjà ce DULUM qui te surprend à chaque fois quand tu traines sur Facebook. Ta fenêtre est fermée, le chat, faut pas le laisser sortir. Tu la regardes même plus, la fenêtre, c'est l'écran qui fait que tu imagines.

Encore une soirée où t'es tombée bien bas sans même avoir bougé. Encore une soirée où tu planes jusqu'au plafond sans avoir rien fait.

Encore une soirée sans personne, encore une soirée entourée d'amis.

Encore une soirée avec ta sœur, encore une soirée sans ta sœur.

Encore et encore et encore une soirée.

T'es contente... ?