Voici ce que j'ai écrit lors de mon dernier bac Blanc en Première. Il s'agissait du sujet suivant :

« Vous êtes rédacteur en chef dans un journal de poésie. Une lectrice vous envoie un courrier pour expliquer qu'elle ne voit pas l'intérêt de la poésie dans la société moderne. Vous lui répondez alors. »

Poème à une lectrice en 69 alexandrins

Chère lectrice,

J'ai lu votre pamphlet et m'en suis offensé

Donc pour vous détromper j'ai choisi un poème

Qui, dans ce mêm' journal se verra publié,

Parlant très simplement de cet unique thème

Dont vous prenez ma chère qu'il est futilité.

Je m'en vais donc sur l'heure développer des aspects

De cette poésie que vous méconnaissez.

Tout d'abord il vous faut savoir que dans ces lignes

C'est à communiquer que me servent mes vers.

Vous pourriez les lire à l'endroit à l'envers,

Vous verriez mon message, mais en êtes vous digne ?

Considérez ainsi comme premier argument

Que les vers nous servent à lire plus aisément.

Mais assez discuté, il me faut là vous dire

Que je n'écrit pas là juste par pur plaisir.

Dans ma passion du livre, je me dois de défendre

Ce qui est à mes yeux bien plus beau que les Flandre.

En parlant de défendre, voici dans ce qui suit

Quelque chose qui, j'espère, vous fera réagir.

Car dans chacun des temps, le poète qui écrit

Aura pris la défense de ceux qui vont périr.

Pendant la résistance certains durent s'exiler,

Mais leurs vers, à tous prix, devinrent comme un rempart

Contre la guerre, la mort, mais aussi le cafard.

Aragon prit des fleurs et fit un bel hommage

A celui qui y croit, celui qui n'y croit pas.

Et alors fleurirent, la Rose et le Réséda.

Paul Eluard également voulu rassemble,

Et il donna ainsi rendez vous aux Allemands

Car au nom de la vie, il fallait résister.

Alors lectrice ? Vous ai-je fait changer d'avis ?

Ce si bel engagement vous fait il souci ?

Ou n'est ce pas assez encor pour vous convaincre ?

Mais j'ai d'autres sujets qui serviront à vaincre

Ces préjugés ingrats dont parlait votre lettre.

Et si dans l'esthétique vous trouvez votre maître,

Sachez que rien est fait de plus beau qu'un poème.

Et si cela est faux, expliquez donc pourquoi

Les grecs fêtaient la vie par de simple poème !

Quand, chantant la nature, le poète s'en va,

Chacun dans sa paresse l'écoutera sans peine.

Et voici donc ainsi mon dernier argument

Qui de la poésie fait plein de sentiments.

Des interrogations, nous en avons chacun,

Mais chacun c'est chacun, chacun n'est pas le monde,

Alors pour exprimer ce qui est en chacun,

C'est au nom de ce monde que Tardieu s'interroge.

Des jours après ses noces, s'est noyée dans les ondes

La fille de celui qui se fait voix du peuple

Et de tous ces parents dont un enfant se meurt.

Dans ses Contemplations, Victor Hugo dénonce

Ce chagrin dans son cœur qui désormais le ronge.

Saint-John Perse aussi a eu son heure de gloire

Quand Les Cloches ont sonnées pour lui l'heure de rentrer :

De Guadeloupe à Pau il y a tout un monde

Il l'a donc fait payé à ce cher Crusoé

Qui, de simple exilé, est passé à héros

De tout expatrié guettant un simple espoir.

C'est donc entre ces lignes que je me veux instruire

Sur tous ces beaux aspects de la poésie même

Qu'elle soit simple beauté, engagée ou encore

Qu'elle exprime les sentiments cachés de l'homme.

Et même si sa fonction n'est que communiquer,

D'après moi rien de mieux qu'un bon petit poème

Pour adoucir les mœurs ou juste pour écrire.

Si vous aimez mes lignes, ou n'êtes pas d'accord,

Je vous prie malgré tout d'accepter juste là

Salutations sincères, et puis chapeau bien bas.