Bonsoir à tous!

Pour vous faire patienter jusqu'à dimanche prochain, je vous offre ce petit texte. Il a été écrit pour le site werewolfstudios . net pour le caroussel de Novembre. Je vous explique rapidement le concept. Une image et un mois pour écrire un One Shot à partir de cette image. L'image de novembre est celle d'une peinture, "The show must go on" de Daniel Authouart.

J'espère que ce texte vous plaiera. A dimanche prochain.


Trop de luminosité… Trop de couleurs… Ma tête… Ça fait mal… Normalement, le monde est en noir et blanc, non? Ou alors tout a changé en une nuit?

Je n'ai jamais vu le monde avec d'autres couleurs avant et ça me va très bien. J'ai une petite préférence, même, pour les nuances les plus sombres. C'est donc naturel que je me demande pourquoi, en me levant ce matin, j'ai aperçu par la fenêtre des couleurs. Ces couleurs étaient plus belles, plus brillantes les unes que les autres. Attends… J'ai dit "belles"? Non vraiment, ce matin, ça ne tourne pas rond dans ma tête.

Il y a des touches de couleur partout, aussi bien du rose que du vert ou du violet… Ça me donnerait presque mal à la tête tout ça. C'est tellement différent de ce que j'ai l'habitude de voir, tous les jours en sortant de chez moi… La ville a toujours été grise à mes yeux. Comment pouvait-il en être autrement avec ce flot de voitures qui crachent des paquets de fumée noirâtre et le bitume gris anthracite... Et pourtant, mes yeux ébahis découvrent que ces voitures sont colorées. Il y en a des bleu turquoise, des parme et même des rose bonbon. Attends! Non je ne rêve pas. Je viens bien d'en voir passer une vert olive. Les gens n'ont vraiment honte de rien.

Le soleil vient même de percer les nuages omniprésents sur la ville. Il se reflète sur les carrosseries multicolores. Mes yeux me font de nouveau mal. Au secours ! Je viens de voir une nouvelle aberration pour moi. Les murs que je croyais gris clair sont en fait plein de couleurs eux aussi, quand ils ne sont pas recouverts d'affiches en tout genre faisant la promotion de divers produits.

J'aurais peut être dû lever les yeux du sol plus tôt, en fait. Ça m'aurait permis de découvrir bien avant ce monde de couleurs et de contrastes, de nuances et de lumière. En fait non, ça n'est pas le monde qui a changé en une nuit, mais moi. Comment pourrait-il en être autrement... Je ne vois pas d'autres possibilités envisageables. Non vraiment, j'ai beau réfléchir, je ne vois pas autre chose. Je ne vois pas d'autres raisons pour lesquelles le bitume initialement gris a pris subitement une teinte violine pendant la nuit et que je suis la seule personne que ça choque.

En effet, personne n'a l'air de remarquer un changement quelconque. Les gens continuent d'avancer bien gentiment avec leur sourire débile coincé sur leurs lèvres. A croire qu'ils ne sont pas capables d'avoir une autre expression... Jamais je ne serai comme ça, moi. Sinon ça craindrait vraiment.

Quoi? Non, pas possible! Non, pas possible! Qu'est ce qu'il m'arrive, bon sang ?

Je viens de voir dans le reflet d'une voiture que j'avais ce même sourire. Mais c'est n'importe quoi ! Je ne souris pas, moi. Je ne suis pas heureuse. Je n'ai jamais été heureuse. Alors pourquoi j'ai l'impression que mon cœur est léger ce matin ? Mon cœur ? Mais de quoi je parle moi ? Je n'ai pas de cœur...

« Et si ma vieille, tu as un cœur... Et tu sais quoi, je peux même te dire ce qu'il t'arrive. Tu es amoureuse. »

Je suis quoi? Et d'ailleurs tu es qui, toi?

Mais qu'est ce que c'est que cette petite voix que j'entends dans ma tête? D'où vient-elle? En vingt ans d'existence sur cette foutue planète, je ne l'avais jamais entendue.

« Je suis ton cœur ma belle. Ton petit cœur, que tu as laissé de coté pendant tant de temps... »

Mon cœur... Manquait plus que ça. C'est pas le cœur qui fait la loi chez moi! C'est mon cerveau ! En plus, cette voix est insupportable. Elle est mièvre et pleine de douceur. J'ai presque envie de vomir, maintenant. Manque plus que les petits anges et les nœuds roses pour compléter le tableau.

« Je peux faire ça si tu veux. Je peux tout faire aujourd'hui. Je suis tellement content ! Tu as remarqué que j'existais.»

Pas moi! Non pas moi... Moi je ne suis pas contente. J'aurai préféré que tout reste comme avant. Je retourne me coucher et ça ira sûrement mieux demain...

Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'une fois qu'on a goûté à cet état d'esprit, c'est dur de s'en passer... Et même si parfois, tu as l'impression de devenir dingue ou d'être devenu en une nuit un personnage de roman, il faut continuer à avancer. Fuir ne sert à rien. Ton esprit te donnera une solution pour avancer. Ton cœur aussi. Il faut écouter les deux, choisir et "Show must go on".

Esprit VS Coeur... Le combat d'une vie...