I.

Elle naquit avec une touffe de cheveux noirs,

Avec des yeux noirs sans la moindre trace de bleu

Et avec une étoile noire sur le ventre.

Comme dans les contes de fées.

II.

Elle fut élevée par sa grand-mère,

Une femme qui en avait vu d'autres.

Sa mère était une présence sereine, ni tout à fait ici ni tout à fait ailleurs.

III.

Elle grandit belle et saine,

Sans la moindre maladie, sans la moindre cicatrice.

Sans la moindre marque vraiment.

Sauf pour son étoile noire.

IV.

Il y avait des accidents pourtant.

Des incidents.

Mais la terre semblait s'attendrir où elle tombait,

Et le béton se mettre en quatre pour l'éviter.

V.

Quand elle eut sept ans,

Il n'y eut plus un doute.

Elle pouvait purifier l'eau, en petites quantités.

Et les plantes qu'elle touchait dégageaient plus d'oxygène.

VI.

C'était une enfant normale.

Parfaitement anormale.

Elle n'avait rien de remarquable.

Sauf, vous savez, ce que personne ne remarquait.

VII.

Elle ne pouvait pas guérir les gens.

Ce n'était pas faute d'essayer.

Les animaux l'aimaient, sans plus.

Pas comme l'eau.

VIII.

L'eau la suivait partout,

La précédait.

Les jets d'eau dans les jardins dessinaient des gerbes en son honneur.

Et quelque fois les systèmes anti-incendie se déclenchaient pour la caresser.