Pairing : Zan Galyas & Marc Deriaux

Famille Galyas : Deyna (28 ans) / Zan (26) / Jakan ( 23) / Gahan (18).


Ayant pris un peu de retard sur mon planning pour finir une fiction en cours sur mon site, je risque encore de peiner à avancer certaine d'entre elle si je veux pouvoir vous mettre la suite du conte Il était une fois...


BaconStrips : je pense que ce chapitre te sera inattendu...

ZeedKhalon : ravie de voir une nouvelle lectrice ! Hum, alors, gentils loup-garou ? Pour le moment, Marc n'a pas encore croisé les méchants.

Ce chapitre est un peu brutal par la fin -_- mais il le fallait pour la suite ! Bonne lecture !


Un peu plus court mais sera rattraper par la suite !

Chapitre 4 / Le secret

.

La tête remplie d'image d'un Zan effrayant, Marc courait à en perdre haleine. Que s'était-il réellement passé ? Pourquoi avoir levé ses griffes pour… Il ne comprenait pas, de toute façon, il semblait ne rien saisir de tout ce qui s'était passé !

Adossé contre un arbre, il avait perdu la notion du temps mais, loin de se laisser abattre, il balaya de son regard les alentours. Une lueur indéchiffrable s'afficha au fond de ses prunelles et le sourire malicieux, il savait comment se défendre.

.

Quelques minutes avant, les frères Galyas s'étaient rués sur l'ainé pour empêcher l'inévitable. Cependant, étant l'alpha et plus grand qu'eux par sa forme, il les repoussa violemment en grognant de colère. Zan, qui reprenait sa forme humaine, regardait tour à tour ses cadets avant de grincer :

— Mais vous êtes tordus ma parole !

Gahan se redressa en lui décochant un regard terriblement sombre tandis que Jakan croisait des bras, prêts à écouter ses explications. Ils n'avaient pas rêvé ! Zan allait abattre le pauvre humain !

— Je t'écoute ! ragea le cadet sans lâcher ses yeux de son aîné.

Le cœur battant, Zan passa son regard sur ses frères. Ce n'était pas de leur faute, ils ne pouvaient pas savoir. Torse nu et, les yeux rivés sur ses pieds, il en avait marre d'en perdre autant de vêtements pour si peu…

— Ok, répondit-il les mains sur les hanches, il y a une partie de la vérité qu'oncle Azano ne vous a pas dite concernant l'Arcadien…

Les plus jeunes, les yeux écarquillés et surpris, semblaient soudainement relâcher la tension…

— Qu'est-ce que tu veux dire ? demanda le cadet.

— Je ne te suis pas, je… quoi ? poursuivit Gahan.

Zan n'aurait jamais pensé que ce petit humain puisse être le représentant du fils Arcade. Il sentait la rage envahir chaque parcelle de peau tant il aurait dû se méfier. Marc n'avait pas de charisme… ce n'était qu'à ses yeux qu'un putain d'humain sans défense ! Mais, en tant que descendant des Deriaux, il aurait dû rester sur ses gardes. Il devait vraiment se reprendre !

— Alors ? chuchotèrent les frères.

Zan prit une profonde respiration avant de se lancer :

— D'après la légende de Licao, il est dit qu'un humain sera choisi par Arcade, fils de Zeus… parce que, même mort, ce maudit fils vit à travers son père ! Alors, pour se venger, il se raconte que la venue de cet enfant ne serait que pour cela ! Le rôle de l'Arcadien est d'anéantir toute vie lycanthropienne de cette île ! Mais, Azano m'a révélé avant de partir rejoindre son compagnon qu'il y avait une possibilité pour qu'un seul clan ne survive : que cet enfant tombe amoureux d'un des alphas.

— Mais, coupa Gahan en plissant des paupières, ça se voit que Marc est fou de toi…

— Attends ! ragea Zan dont la voix était de plus en plus nerveuse,… Aucun lycan ne peut l'égratigner tant que Marc n'a pas choisi son camp ! Amoureux ou pas, s'il choisit les Fallan, un combat sanglant s'ensuivra et nous saurons d'avance que nous sommes condamnés !

Gahan, le regard noir, fusillait son ainé. Ce stupide alpha l'avait fait fuir et, dans ce putain de merdier, Marc semblait pas du tout au courant !

— Parfait ! cingla Jakan, on est mal !... mais, qu'est-ce qui t'a pris Zan ! Tu aurais dû lui en parler ! tonna-t-il avant de secouer la tête tout en s'emportant rageusement,… tout dans les muscle et rien dans la cervelle !

— Mhn ! grogna Zan en se métamorphosant, nous devons l'escorter jusqu'à la grotte des anciens ! là-bas, il aura toutes les réponses…

Il tenta de renifler l'odeur de Marc. Il était peut-être déjà loin mais, avec leur rapidité, les Galyas le retrouveront très vite.

… … …

Le jeune Deriaux était fatigué, éreinté et énormément lessivé. Ses muscles le tiraillaient tellement de part en part qu'il se cambra un instant en arrière pour faire craquer ses os puis, en grinçant des dents, il se repositionna pour visualiser son travail. Il paraissait, peut-être con et idiot, mais il allait montrer à Zan que la force ne suffisait pas. Son oncle et le conjoint de ce dernier lui en avaient appris des choses… et, aujourd'hui, il venait largement d'appliquer son savoir. Fier de lui, il s'installa sur une grosse branche d'un chêne et patienta. Le sourire aux lèvres, Zan pourrait essayer de venir, il n'aura qu'à l'atteindre et verra qui rira le dernier !

.

Zan et ses frères sentaient qu'ils arrivaient bientôt près de Marc. A hauteur d'une chute d'eau, l'aîné avait subitement un doute. En tendant un bras pour empêcher ses frères d'avancer, il scruta l'horizon en plissant des paupières. Il y avait quelque chose dans le paysage qui sortait de l'ordinaire. Le léger vent se leva en confondant le son de la brise à celui de la rivière. Il jugea la terre environnante lorsque, Jakan fit un pas.

L'ouïe en alerte, une corde lâcha plusieurs morceaux de bois au-dessus de leur tête. Le temps de les voir, Zan sauta sur le côté.

''Merde ! Quelle plaie !''

La respiration courte, Jakan fixa durement son ainé :

— Tu le croyais simplet ! Maintenant ! Tu as ta réponse !

Il se tut en entendant la voix de Marc qui hurlait :

— Laissez-moi !

— Marc ! tonna Zan en reprenant sa forme humaine, revient immédiatement !

Gahan éclata d'un rire jaune et forcé avant de planter des yeux horriblement noirs à son frère :

— Ah parce que tu crois qu'il va revenir comme ça ?

Soudain, Zan, les paupières closes, rumina en sentant l'odeur de quelques Fallan.

— Loria ! Cette garce ! grogna-t-il avant d'ouvrir son regard pour déterminer l'endroit exact où se trouver cet humain.

— Marc ! Revient tout de suite ! Les Fallan arrivent ! gronda-t-il de sa voix rauque et dure.

Cependant, Marc n'en avait rien à foutre et comme un enfant, il répondit :

— Je ne suis qu'un bout de viande à tes yeux ! Qu'un morceau que tu peux remplacer facilement !

Zan, le corps en panique, n'avait pas le temps de discuter. Très vite, en entendant les soufflements lents des autres loups, il demanda à ses frères de se tenir prêts. Il jugea les pièges de son regard perçant et le temps de parvenir jusqu'au chêne, il souriait en se félicitant quand, les yeux plissés, il trébucha pour atterrir brutalement contre un tronc.

''Saleté d'humain !'' pensa-t-il les pieds en l'air et le dos collé à la terre ferme.

Le rire sarcastique de Marc se déploya à ses côtés et le cœur battant, il crut manquer subitement d'air. La seconde qui suivit, fut la plus longue de sa vie. De ses yeux émeraude, il discerna deux bêtas qui se jetèrent sur Marc qui avait cessé de rire… pour lui. Zan, le temps de se redresser sentit un choc brutal contre sa poitrine lorsque les deux intrus furent percutés de plein fouet par une sorte de bouclier qui entourait l'humain.

De rage, il regarda Marc repartir comme une flèche et, en repoussant les Fallan, il tressaillit en les écoutants hurler :

— C'est l'Arcadien ! Il…

Mais, jamais Zan ne le laisserait entre leur mains alors, le regard étincelant d'un vert brillant, il leva ses pattes, égorgeant d'un geste furieux les deux lascars ! Leurs sangs dégoulinant de ses griffes, il pivota. Le souffle court dû à cet acte, il venait de déclarer lui-même la guerre à son rival. Jusque-là, depuis la rébellion menée par Azano et Hector, aucune attaque n'avait été autorisé tant que les deux clans n'achevaient aucun du camp adverse…

Il n'aurait jamais dû rabaisser Marc… il le savait et maintenant, comment allait-il rattraper son erreur ? Parce que, si jamais, ce dernier rejoignait les Fallan, il savait qu'il devra le tuer de ses propres mains… et cela anéantirait les lycans de l'île. Cependant, une ombre au loin veillait sur les Galyas car, il était temps qu'il revienne parmi les siens.

.

Marc, le corps affolé, avait senti une étrange bulle de protection et, en pleine panique, il voulait juste remettre Zan à sa place. Au lieu de cela, il se sentait perdu… En les fuyants de quelques pas, il releva une manche pour lire les coordonnées d'une carte succincte qu'il avait fait tatouer sur son avant-bras : la grotte des anciens… La respiration saccadée, il s'arrêta un instant et, en se tournant sur Zan, la scène lui coupa le souffle. Il avait des griffes bien plus longues que ce qu'il imaginait… même un chat pouvait aller se cacher… puis, les membres pris de spamme, il marcha à reculons ''mais qu'est-ce qui passe ?''…

Les yeux dans le vague, il essayait de se rappeler ce que lui avait dit Reynaud, le compagnon d'Hector :''quand tout deviendra confus, va dans la grotte des anciens… seul, un humain au cœur pur peut y entrer…''.

Il avait déjà si mal dans tout le corps que la peur d'être à nouveau pris pour cible lui donnait la chair de poule. Les yeux posés sur la nature, il distingua un petit ruisseau et, à sa grande joie, il ne devait pas être loin de cette cache. Marc trainait des pieds tant ses forces semblaient l'abandonner.

— Marc ! entendit-il de Gahan.

Cependant, la peur lui tordait les entrailles. Totalement affaibli, il continua en l'écoutant lui dire :

— On n'est pas tes ennemies !

— Allez vous faire mettre ! Je veux rentrer chez moi ! Zan a…

Chaque mot qui franchissait de sa gorge le bruler intérieurement. Il se souvenait encore de la saveur de Zan… de son odeur… jusqu'à ce qu'il croise son regard rempli de dégout…

.

Gahan s'arrêta net en ordonnant à Jakan de faire de même. Il n'avait pas besoin de continuer, il connaissait le chemin que Marc prenait.

— Nous l'attendrons dehors… laissons-le comprendre quel secret entoure sa venue.

Jakan admirait son benjamin. Il avait toujours cette lueur de malice au fond des yeux mais quand, il s'agissait de leur clan, il y lisait de la détermination. Il avait été le seul à croire que, si cet enfant choisi d'Arcade apparaissait, ne serait jamais du côté des Fallan. Quant à Gahan, il avait bien entendu les battements de son aîné… Marc était le solstice de Zan… son pouvoir… son complément…

… … …

Marc, toujours affolé par cette stupide chasse à l'homme, distingua enfin l'entrée de la grotte. Soulagé, il mit ses dernières forces à contribution lorsque, soudainement une voix connue l'appela :

— Marc !

Troublé, il se tourna vers l'ombre qui, effaçant son sourire, lui décocha un flèche en plein cœur…

.

A suivre

.