Hello tout le monde. Voilà ma toute première fiction sur ce site, j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que moi même à l'écrire. J'accepte tout bien sure, commentaires positifs comme négatifs, tout ce qui pourra me faire avancer. Bonne lecture ^^


J'avais toujours été solitaire : à la maison je ne sortais jamais, en classe je n'avais point d'amis. Je restais assit à ma place, même après les cours, sans bouger et je regardais... Non le vide ou le paysage, je le regardais lui.

Assis sur sa table, bavardant avec ses potes, il riait parfois aux éclats, jetait des regards furtifs dans ma direction, souriait tout doucement à ses amis, les écoutait attentivement. Et moi je suivais comme un attardé tous ses faits et gestes. Je m'émerveillais d'en apprendre toujours un peu plus sur lui : ses réactions, ses sourires, ses expressions, sa gestuelle... j'en étais amoureux. Ce garçon je ne le connaissais pas vraiment, nous étions juste dans la même classe, et pourtant j'en suis tombé raide dingue dès le premier jour. Clay était simple comme mec, toujours souriant et polit de surcroit. Il était considéré comme le plus beau garçon de notre niveau et les filles, les bimbos de l'école et aussi d'ailleurs, lui couraient après. Moi j'étais le petit muet de la place toujours dans son coin, qui ne participait même pas en classe : bref le parfait invisible. Et pourtant un jour il est venu me parler.

- Salut !

Je ne l'avais pas vu venir. Il s'approcha de ma table, vint vers moi et me sourit en me saluant. Je levais la tête et le regardais, tout surpris qu'il m'adresse la parole.

- Sa... Salut !

- Ah, est ce que ça te dérangerais de me prêter tes notes un instant s'il te plait !?

- ... Mes... notes... oui, je t'en prie, prend les !

- Merci

Il me souriait à moi et à moi seul, il s'assit sur la chaise en face de moi et prit mes notes. Je le regardais les feuilleter : son regard plongé à l'intérieur, ses longs doits fins touchant mon cahier avec douceur et délicatesse comme un œuf qu'on aurait entre les mains. Je me surpris à envier ce cahier, mon propre cahier, un objet anodin.

- T'es super bon !

- Hein... ?

- Tu prends bien les notes, pas comme les trois idiots avec lesquels je me ballade tout le temps.

- ...

Il rigolait tout en continuant de feuilleter mon cahier. Je le regardais, plein d'admiration, plein d'amour. Et même si je savais qu'il ne pourrait jamais rien avoir entre nous, je ne pouvais pas m'empêcher de l'aimer et de l'adorer.

- Merci, c'est sympa de ta part !

- Ce fut un plaisir de t'aider... Clay !

J'avais maintes fois rêvé de pouvoir l'appeler, de pouvoir dire son nom et me voilà le prononçant en face de lui. Il fut un temps surpris, convaincu je pense que je ne le connaissais pas. Il me sourit puis repart à sa place. J'étais heureux d'avoir pu lui adresser la parole, fou de joie. Je ne remis pas mon cahier dans mon sac, je le gardais fermement contre moi : j'étais atteint. Après presque un mois de cours on venait pour la première fois de s'adresser la parole. Les jours qui suivirent j'étais comme sur un petit nuage, toujours plus dans ma bulle, à rêvasser jours et nuits.


Un soir mon père m'annonça que du fait de conférences, entre lui et des partenaires privés, qui se tiendront à la maison les jours à venir je devais aller coucher ailleurs. C'est ainsi que je me retrouve chez un des amis à mon père qui lui aussi assistait à la conférence chez nous. Ce monsieur avait deux enfants. Je fis la connaissance du deuxième, c'était une fille d'un an ma cadette, elle se prénommait Sylvia. Lorsque je fus installé dans la chambre ou je devais dormir avec l'autre enfant, j'eus une surprise hors du commun. La porte s'ouvrit alors que j'étais assis sur mon lit, admirant les locaux, et une voix m'interpella.

- Yo, ça va Kidd ?

Lorsque je tournai la tête vers mon interlocuteur, il y eu comme un déclic, je restais la bouche bée devant lui, plus étonné que vivant.

- Ah, c'est Sylvia qui m'a soufflé ton prénom. Moi c'est Cain, enchanté !

C'était choquant, Cain le meilleur ami de Clay : à l'école ils étaient toujours ensemble mais ils n'étaient pas dans la même classe.

- En... enchanté!

Quand je fus remis du choc, nous fîmes plus ample connaissance. C'était pour moi un véritable miracle car même en rêve je ne pouvais espérer pareille occasion de me rapprocher de Clay.

Les matins, nous allions ensemble à l'école. Cain trainait souvent sous la douche mais il exigeait amicalement que je l'attende. Il était très gentil, sociable et aussi respectueux que Clay. A la maison, il respectait mon espace vital tout en essayant de me connaitre un peu plus. Moi aussi je voulais le connaitre. Je le trouvais fort passionnant.

- Oh merde ! J'ais oublié... !

- ... oublié ? Oublié quoi ?

- Je devais dire quelque chose à... Oh, il appelle !

- Allo... Allo !

- La ferme, Kidd !

- Hahahahaha !

- Oui, clay, ou es tu ?

Mon cœur se mit à battre tout d'un coup, il avait Clay au téléphone... Clay, j'avais envie de lui parler aussi. Mais il ne me connaissait pas, il n'y avait qu'avec Cain que je rigolais et que je parlais et nous habitions même ensemble pour le moment.

- ... Désolé d'avoir oublié, je suis encore devant le café, tu peux venir ?... Ok, je t'attends !

Venir ? Mon cœur se mit à battre encore plus fort et même très très fort, mes mains tremblaient dans mes poches.

- Hum, bon... je... j'y vais Cain !

- Hein ! Quoi ? Non, il ne tardera pas voyons. Attend moi !

- Mais... !

- S'il te pait Kidd !

Je fus obligé d'attendre et effectivement il ne dura pas. Il venait l'esprit ailleurs, la tête tournée vers le coté de la route ou passait les voitures, il ne nous regardait pas et il avait la mine serrée.

- Ah, il est remonté.

- ... Nor... normal, tu l'as fait venir jusqu'ici.

Je le regardais venir, il était tout aussi beau que quand il souriait et j'étais sous le charme. Il ne me vit apparemment pas en arrivant et la mine toujours serrée, il vint vers Cain.

- ... Putain, t'es lourd Cain ! On n'oublie pas des choses pareilles, je me suis tapé l'aller-retour en quatre vitesses. T'imagine pas combien de fois je suis fati... !

Il se tourna vers moi, surpris de m'apercevoir... enfin et il se tut. « Je suis sur qu'il ne se rappelle plus de moi » pensais je, puis encore une fois il me parla.

- Kidd, tu es là ? Oh, je suis content de te voir toi au moins !

- C'est censé dire quoi ça ?

- La ferme Cain !

Clay venait de s'approcher de moi et il me prit dans ses bras. Tout rouge, tout embarrassé et tout amoureux, je me sentais mourir.

- La prochaine fois que tu me fais un coup pareil, je te bute !

- Désolé, ça m'a échappé.

- Ouais, c'est ça.

Tout en parlant avec Cain, il avait son bras sur mon épaule et il me gardait près de lui. J'avais la tête baissée, c'était trop pour moi.

- Eh, mec t'a ce que tu voulais donc on y va nous.

A ces mots Cain me tire de l'étreinte de Clay et quitte son ami tout en me tenant la main. Clay, lui, reste sur place et nous fait de grands signes de la main avant de repartir sur ses pas. J'ais la tête toujours baissée, mon cœur bat la chamade et subitement Cain s'arrête.

- Pourquoi tu es aussi rouge toi ?

Cain avait relâché ma main et se tenait devant moi avec un regard profondément interrogateur. En le voyant ainsi je me sens encore plus bouleversé et je ne sais pas quoi lui répondre, ni même pourquoi il me pose cette question. Sans doute je devais avoir une tête d'idiot. Mes émotions se lisaient tellement bien sur mon visage et les siennes aussi, me montrant que vraiment il trouvait ça plus que bizarre que je sois aussi embarrassé. Mon cœur battait toujours vite, la peur de se voir prendre la main dans le sac, qu'il se mette à me voir comme quelqu'un de bizarre. Si jamais il arrive à découvrir ce qui se passe en moi, ce que je ressens pour son meilleur ami. Si mon secret est dévoilé comme cela sans aucune autre forme de procès... non, je ne suis pas encore prêt et il me fallait trouver un moyen de détourner son attention, trouver une raison valable mais fausse pour mon état inexplicablement stupide du moment.

- ... c'est que... je... c'est...

- Hm ?! Quoi ?!

- Je... je ne lui ai jamais adressé la parole avant et il est si...

- ...familier ?

Un étrange sourire ornait à présent le visage de Cain. Il avait abandonné son expression douteuse d'il y a quelques instants. C'était très facile de lui échapper, quoi que ça l'était seulement que quand il n'avait pas assez de soupçons pour pousser loin ses investigations. Un léger soupir de soulagement traversa doucement mes lèvres, de façon bien discrète alors qu'il attire lui même son attention ailleurs.

- Ouais il est comme ça, tellement simple comme garçon. Il est au courant pour nous deux alors il te considère déjà comme un ami aussi.

- Pour... nous deux ?

- Oui, le fait que nous habitions ensemble... sous le même toit ! Allez ! Rentrons, il se fait tard.

- Hmm... o... ok.

Je me doutais bien que Cain lui dirait tout à ce sujet. C'était inévitable car ce genre de chose ne restait pas longtemps caché. Après tout ils étaient des amis, même des meilleurs amis. Mais là, devant le fait accomplit je suis assez mal à l'aise. Je ne sais pas moi même pourquoi mais ça ne me laisse pas tranquille. Qu'il soit aussi familier tout le temps n'est pas vraiment un problème, enfin on me prenait pour un grand timide alors je pouvais toujours trouver une excuse valable pour mes rougissements en essayant de ne pas piquer une crise cardiaque au moindre de ses touchés. Le problème, c'est ce qui adviendra de moi, de mon cœur, lorsque Clay voudra faire plus ample connaissance avec moi. Pour ça non plus je ne me sentais pas du tout prêt, mais avais je le choix à présent ?

Sur le chemin du retour nous avions reparlé et ri comme d'habitude. Tout était redevenu normal et le reste de la soirée se passa de la même façon. Mais la nuit tombée je ne pus dormir. Je n'en attendais pas plus de mon cerveau qui surchauffait déjà. Toutes les images de Clay se bousculaient dans ma tête : notre rencontre d'aujourd'hui, notre embrassade, son sourire, son regard. Rien ne passait inaperçu, rien n'était oublié. Dès qu'il s'agissait de lui je me transformais en ordinateur, mémorisant tout et n'importe quoi comme un idiot. Je fantasmais toute la nuit, le visage rouge de honte mais aussi d'amour, d'affection, de frustration et cela au lieu de dormir. Au réveil, petite donc fut ma surprise de constater que j'avais mouillé mes draps. Cain s'en rendit compte aussi et très facilement. Du coup j'eus droit à une bonne série de taquinerie de sa part toute la journée. Avant même que je ne pus vraiment le comprendre, nous étions devenus assez proche lui et moi. Il était très facile de s'entendre avec lui, même pour quelqu'un comme moi.


- Besoin d'aide Kidd ?

- Hein ? Oh, euh non ça va, enfin je crois bien.

- Hmm... Laisse moi voir.

- Ce n'est pas la peine, je te dis !

- Eh ! Mais tu n'as pas progressé du tout.

- ...

- Oh, tu es nul en math Kidd ? Hahahaha, elle est bonne celle là ! Qui l'aurait cru ?

- Lâche moi.

- Ok, viens là.

- Je ne veux pas.

- Viens !

- J'ais dit non !

- Allez viens là que je t'explique tout ça, fait pas ta chochotte.

Cain était très intelligent, y avait pas à redire. C'était l'une de ses qualités majeures, si cela comptait comme une qualité. Il était fort en tout et quand il m'expliquait un truc je comprenais plus vite et mieux même qu'en classe. En plus c'était très fun de travailler avec lui car en dépit des apparences il était drôle aussi tout en restant sérieux. Il m'aida donc pour le contrôle que je devais avoir le lendemain.

Le jour j je ne me sentais pas tellement prêt mais je ne pouvais pas faire demi tour ni remonter le temps.

- Alors tu crois que ça ira ?

- Oui, ne t'en fait pas

- Hmm.

- Ça va je te dis. On a révisé toute la nuit, si je me trompe à ce contrôle alors je quitte l'école... en plus il reste plus que 30min, plus le temps de s'inquiéter.

- Hahaha, t'es sure ?

- Ouais, ça va.

Subitement Clay fit surface derrière Cain et de surprise je me tus sur le coup. C'était plus simple quand je les laissais discuter tous les deux.

- Yo, mère poule.

- Oh, Clay ! Déjà là ?

- Ouaip, je suis venu avec Lauranne.

- Hmm, la belle Lauranne...

- Je te vois venir toi !... ça va Kidd ?

Il se tourne vers moi et arrête de parler à Cain. Je le regarde avec de grands yeux, pas sure même que c'est à moi qu'il parle.

- ... oui... oui, je... vais bien.

- Ah, ok, tant mieux.

Cain lui prend l'épaule et l'attire plus loin. Je reste sur place, les regardant faire, tout silencieux.

- Viens Clay, j'ai à te montrer.

- D'accord.

Je ne pouvais toujours pas parler en présence de Clay. Il venait comme cela à me prendre par surprise et me laissant incapable de lui faire face. D'ailleurs qu'est ce que je pouvais faire même si j'étais préparé. Je me considérais misérable de toujours l'observer en cachette, suivre ses moindres mouvements et rougir à son approche. Mais je l'aimais tellement, que pouvais je y faire. C'était plus fort que moi. Et en plus de tout ça, il fallait y ajouter la jalousie. Lauranne était une fille bien jolie et bien élevée. Elle avait tout de la parfaite petite amie, blonde et pulpeuse aux yeux bleus et en plus elle habitait le même quartier que Clay. C'est pourquoi ils venaient souvent ensemble aux cours. Tout le monde savait qu'elle en pinçait gravement pour lui, mais ses sentiments à lui restaient inconnus. Au sein de l'école il n'avait pas de petites amies, il n'en avait jamais eues par ailleurs mais nul ne savait ce qu'il en était en dehors. Alors je voulu le demander à Cain.

- Hmm ?! Oh, certainement deux ou trois proches amies. C'est difficile de savoir car à ce sujet il est très réservé et d'ailleurs ce n'est pas trop ma tasse de thé. Pourquoi tu me demandes ça ?

- ... euh, non rien.

- Kidd, t'es bizarre !

- Ah, en fait c'était juste pour savoir... hmm... parce que Lauranne à l'air de bien l'aimer, elle.

- Et ?

- ... je pensais juste...

- hmm, elle ne l'intéresse pas, ça c'est sur. C'est pas son genre de fille et en plus il l'a supporte passablement.

- Oh ! Hahaha, do... dommage pour elle qui se donne autant à fond.

J'arrivais difficilement à cacher ma joie d'apprendre ça. En plus, venant de Cain, j'étais sur que c'était vrai et donc qu'elle n'avait pas sa chance, même si je n'en avais pas plus moi même.

- Hmmouais, c'est sur, mais elle perd son temps. Au fait comment c'était l'évaluation ? Clay m'a dit que tu avais l'air de t'en sortir.

- Ouais, ça allait plutôt bie... Hein ? Quoi ? Clay ?! Que... quoi... comment ça ? Il m'observait durant l'épreuve ?

- Hmmoui, je lui ai demandé de jeter quelques coups d'œil sur toi de temps à autre.

- ... mais... mais tu es fou Cain ?

- et pourquoi ça ?

- ... !

Il fronça les sourcils en me fixant, presque surpris de me voir hausser aussi facilement le ton sur lui. Moi, je ne considérais la bêtise que je venais encore de commettre que trop tard. Je ne devais pas me faire prendre dans ses sentiments interdits que je gardais en moi et pourtant je faisais apparemment tout pour.

- ... ?

- ... il devait composer... lui aussi...

- Oh, si ce n'est que ça. T'en fait pas, même en dormant il explose les compteurs des notes.

- ... Oui, mais...

De savoir qu'il m'avait observé, j'étais perturbé. Quelle tête avais je ? Quelle expression j'arborais ? Comment est ce que je me conduisais ? C'était choquant de l'apprendre. Cain était trop protecteur et j'aurais pu rater ce devoir par sa faute. Car si jamais j'avais croisé le regard de Clay m'observant comme ça, avec inquiétude, voulant savoir si je m'en sortais ou pas au devoir, je n'aurais pas pu me reconcentrer à temps.

Ce qu'il venait de m'avouer suffit à me distraire toute la soirée et pourtant j'avais de quoi faire à la maison.

- Haaaaaaa, Kidd ! Mais t'es taré ou quoi ? Y'en a trop !

- Ah ! Mais Cain adore le surplus de chocolat.

- Oui, mais si tu en met autant je doute que même lui puisse en manger.

- Dé... solé.

- Regarde moi tout ce désordre en plus, ma parole c'est moi ou tu as grave la tête ailleurs là ? Hahaha, bon ok laisse moi ranger tout ça, vas y.

- Ah, mer... merci Sylvia... et désolé.

- Nan, y a pas de quoi. Va le lui donner, son surplus chocolat fait maison.

- Ok.

Je monte les escaliers et je vais donner le chocolat que Clay m'a demandé de lui faire. Avais je vraiment la tête ailleurs ces jours ci ? Je ne savais pas trop. Mais si c'était vraiment le cas, je me demandais ce qui pouvait en être la cause.

- Pssss, Cain lève toi, c'est prêt !

- Hmm... Vraiment ? Merci.

- ... co... comment c'est ?

- Oh, exactement comme je l'aime !

- Vraiment ?

- Oui, pourquoi je mentirais ?

- ... pas trop de chocolat ?

- Kidd ?

- Hm ?

- T'es sure que ça va ?

- Oui... oui, ça va.

- T'es bizarre pourtant.

- ... mais non, allez je me couche. A demain.

- Ah ? O... okay.

Il fallait que je m'échappe de cette discussion. J'essayais déjà que j'étais bizarre, les choses ne s'arrangeaient pas si les autres le découvraient aussi. Je m'endors vite pour éviter d'éveiller plus de soupçon chez Cain.

Le lendemain finalement, lorsque je me réveille en pleine forme, je déduis que mon état de la veille est du à la fatigue. C'était plus simple comme ça. L'école, la maison, l'école, la maison, je dois être soit fatigué, soit ennuyé. Rien à voir avec Clay.

Je suis assis à ma place comme d'habitude et un élève de ma classe vient me parler. C'est surprenant mais ça ne me dérange pas.

- Salut kidd !

- Hmm ? Oh, salut Nate.

- Ça va ?

- Hmoui.

- Tu n'as pas l'air inquiété par le projet d'exposé du professeur principal.

- Hein ? Le quoi ?

- Quoi ? Tu as oublié que c'est aujourd'hui qu'il formera les groupes de deux pour les exposés de la semaine prochaine ? Hahaha, t'abuse kidd.

- Oh... je suis vraiment tête en l'air...

Je l'avais vraiment zappé celui là et ses histoires d'exposés à deux, oui je l'avoue. Mais contrairement aux autres ce projet ne me faisait pas peur car comme je n'avais pas d'amis, je n'avais aussi pas d'ennemis. Et comme je savais que je ne tomberais jamais sur Clay, oui ça j'en étais sur, je n'avais rien à craindre.

Quelques minutes plus tard, le professeur pénètre dans la classe. À peine a t-il déposé ses affaires sur sa table qu'il sort la liste de classe.

- Okay les mioches, c'est l'heure de vérité ! Voilà, je vais citer vos noms et je ne veux aucune complaintes, sinon ! Hum, ok. Jim et Nate feront le projet de science naturelle;

Bill et Laure, le projet d'histoire;

Julie et Annabelle, le projet d'anglais;

Marian et Josh, projet de math;

Clay et...

Mon cœur se mit à battre très fort, il fit un bond vertigineux, un bon qui m'essouffla automatiquement alors que Clay se retourne vers moi et me fait un magnifique sourire.

- ... Kidd, le projet de biologie pour vous mes petits;

Marie et Claire, je compte sur vous pour le projet de Chimie...

Jamais de mon entendement je n'aurais pensé que ça pourrait arriver. J'étais toujours sous le choc, un brin de surprise mais aussi de profonde joie. Cependant il fallait changer cela car je ne pouvais pas le faire avec Clay, non je n'allais pas y arriver. Ça serait trop pénible pour moi. Des la pause venue je m'empresse de parler de ça à Cain, pour voir si je pouvais trouver discrètement un moyen d'annuler tout ça.

- Alors tu vas le faire avec Clay, la chance. J'aurais bien aimé le faire aussi avec un ami.

- Quoi ?

- Hmm ?!

- Tu te moque de moi Cain ? Quand est ce que Clay est il devenu mon ami ?

- ... !

En voyant son expression choquée, je compris ce que je venais de faire encore une fois trop tardivement. Je m'étais emporté, et cette fois plus franchement qu'avant, devant lui et ce que j'avais dit n'était guère justifié.

- Kidd... ?

- ... Je... je... je suis désolé Cain.

Il n'a plus rien dit et ne m'a pas couru après lorsqu'en entendant la sonnerie j'ai filé subitement, tout honteux. J'étais revenu en classe presque avant tout le monde et aussi avant Clay qui revint plus tard et alla directement à sa place suivre les cours. Cain lui avait il dit ? Je ne savais pas et je regrettais non seulement d'avoir dit cela de Clay mais aussi d'avoir parlé sur ce ton à Cain.


Une fois la journée de cours terminée, je suis rentré vite et seul. Je me suis immédiatement couché comme si je voulais éviter Cain mais je me mis à guetter ses allées et venues lorsqu'il rentra. Je voulais m'excuser une fois de plus. Quand je le sens sur le point de se coucher, je me relève timidement pour lui parler. Là, je suis surpris car il est assit sur son lit en face de moi et m'attend. Son visage est dénué de toutes ses expressions attendries qu'il a d'habitude quand il me voit. Il me regarde et ne dit rien.

- Cain je...

- Excuse moi tout à l'heure si j'ai dit un truc qui t'a vexé.

- ... ?

- Entre lui et moi, finalement tu dois te sentir à l'écart alors que j'ai cru que tu t'étais intégré. Je suis désolé.

- Cain...

- Si tu nous déteste, je comprendrais tu sais.

- Quoi ? Mais non...

C'était si absurde que je donne l'impression de le détester lui, la personne qui en moins d'un mois était devenu mon meilleur ami, ou Clay que j'aime à la folie.

- Cain, je te considère comme mon... meilleur ami et Clay est...

Je ne savais comment continuer, car il était évident que je ne pouvais signaler mon affection pour lui devant Cain.

- Il est...

- Tu veux dormir avec moi ?

- Hein ?

- Dans mon lit... ce soir.

- Oui, d'accord.

- Okay, viens là.

Il n'a pas cherché à en savoir plus. En fait je n'ais rien expliqué du tout mais il semblait avoir tout compris, du moins l'essentiel : que je ne les détestais pas. Cain était très compréhensif avec moi et même parfois trop.


Voilà c'était le tout premier chapitre, j'espère que vous avez aimé et que vous voudriez bien continuer. en tout cas, faite le moi savoir s'il vous plaît (: