J'ai faim !

Ma cuisine c'est mon univers,mon bébé,ma ne suis pas chef étoilé,je suis juste chef de partie des sauces et des viandes,dans un restaurant qui lui est étoilé 3 fois en plein cœur de Paris,centre suprême et historique de la gastronomie franç suis un peu jeune dans ce milieu,j'ai 22 ans, mais je travaille dans le restaurant gastronomique de mon père depuis que j'ai 12 ans et je baigne dedans depuis que je suis dans le ventre de ma mère quand mon père la gavait de mets plus succulents les uns que les autres,et moi aussi par l'intermédiaire du cordon ombilical.

Je vis pour faire vibrer les papilles,pour magnifier les aliments,pour toucher du bout des doigts le paradis par l'intermédiaire des si c'est sincèrement mon objectif,très souvent dans le milieu plutôt snob de la haute gastronomie,on trouve rarement des gens véritablement réceptives à tant d'art et d' souvent,ils parlent pour ne rien dire,touchent à peine à l'assiette qui n'est là que pour la figuration.C'est une moins,nous en cuisine nous savons apprécié les bonnes choses,c'est bien pour ça que les restes on ne les jette pas,on se les garde !

On est vendredi soir,grosse soirée en cuisine en perspective,la machine de guerre s'échauffe,on aiguise les couteaux.


-Madâme ? Vous souhaitez ?

Le serveur (qui s'appelait Mathieu au passage) se pencha sur une jeune fille seule à sa table,qui semblait terriblement enjouée comparé aux grises mines des clients environnants déjà blasés par l'é cette jeune fille là,c' était certain,c'était la première fois qu'elle mettait les pieds tenue simple en témoigner,enfin tout était relatif : elle portait tout de même une petite robe noir Chanel flambant neuve de l'après-midi à 1450 euros/piè dans ce paysage,elle ne faisait pas très jolie brune leva la tête vers le serveur dans un sourire,elle lui répondit.

-C'est Mademoiselle.Ça vous dérange pas si je vous dis directement ce que je veux d ?

-Toutes mes excuses,je vous écoutes.

Tenant fermement son calepin dans la main gauche et le stylo dans la droite,Mathieu attendit tandis qu'elle couvait la carte dans un dernier adressa un autre franche sourire.

-Alors je prendrais des tapas scandinave sur lit de piment confit,en 1ere entrée un magret de canard et ses sauces de baies,et une deuxième entrée aussi s'il vous plaît mousse de saumon et st jacques accompagnés des ses fines herbes,vous auriez quoi comme blanc liquoreux pour aller de paire ?

-Je vous conseille un Tokaji hongrois.*

-Ah oui pourquoi pas ! Je n'ai jamais goûté ! … Et où en étais-je ?

-Votre 2eme entrée.

-Ah oui merci ! Donc la mousse de saumon, et en plat ,je voudrais une côte de bœuf si vous avez … je sais que ça n'est pas à la carte mais … j'en meurs d'envie ! Avec du Saint-Emilion !

La jeune fille rougit légèrement à cette aveu,Mathieu se dit qu'elle dénotait vraiment dans cette salle, et juste parce que elle était sympathique et souriante comme 0,001% des clients,il décida de ne pas décevoir la jeune fille et de lui faire il lui sourit sincèrement en lui répondant.

-Je vais voir ce que je peux faire …

Il se permit même une petite boutade.

-Notre chef de partie de la viande est un peu puriste et grognon mais il adore les défis …

-Merci infiniment ! Qu'il se fasse plaisir sur l'accompagnement et la préparation surtout !

-Que désirez-vous pour la suite?

-Uhm … un bavarois,un trio de fondant et un café gourmand.

-Bien,excellent choix ! Notre chef pâtissier fait le meilleur bavarois de Paris !

-Ils disent tous ça ! Rit la jeune fille.

-Ce sera tout ?

-Ah non ! Vous faites des extrêmes moka ?

-Plait-il ?

-Oh vous n'avez pas …

Elle baissa la tête une lueur sincèrement déçue dans les ne résista pas à cette supplique là …

-Comment faites-vous un « extrême moka » ?

-Du Moka,du lait,du sirop de caramel au beurre salé et de chocolat,de la chantilly et du coulis de chocolat dessus.

-Je vous ferai ça au comptoir !

-Oh merci ! Je vous promets un beau pourboire !

-Ce sera tout ?

-Oui ! Merci !

Mathieu se retira ! Des clients comme ça,il en voulait dix par soirée ! Par contre quel appétit ! Elle avait commandé assez de nourriture pour un ré était un peu joufflue et l'on devinait des embonpoints mais elle était tout à fait … s'il n'avait pas été déjà tout à fait fou amoureux de sa tiranique 1ere commis de petite amie,il se serait laissé tenté ! Il rentra dans les cuisines avec son calepin.

-Les gars ! Une cliente TRES gourmande ! Tapas,Magret,Mousse de Saumon,Bavarois,Fondant, Café Gourmand ! Hey Rubain,je dois te parler pour une côte de bœuf !

-Quoi ?!


Rubain c'est ,oui le narrateur du début ! Vous m'aviez oublié ?!

-Une cliente,elle veut une côte de bœuf.

-Une côte de bœuf ? … elle se fiche de moi ?! J'en ai marre des clients chiants …

-Pas elle,...

-Quoi pas elle ?!

-Elle est pas chiante … elle est gourmande

-Gourmande ?

-Elle a commandé,un apéritif,2 entrées,la côte de bœuf,3 desserts et un « extrême Moka ».

Moi quand on me dit les bons mots je fais des merveilles et « gourmande » c'est un magnifique mot.

-Elle la veut comment sa côte de bœuf ?

-Elle t'as laissé carte blanche,je cite : « Qu'il se fasse plaisir sur l'accompagnement et la préparation surtout ! »

Je gueule dans la cuisine.

-Les gars,envoyez les tapas ! On va lui donner de la GRANDE cuisine !

En comptant qu'elle a 3 plats à avaler avant la côte,ça me laisse une petite heure 15 minutes.J'en fais une affaire personnelle,ses papilles font crépiter et faire des feux d'artifices tant ils seront dans un état côte de bœuf dans ce monde ne sera meilleur que la mienne ce déploie des trésors d'ingéniosité,j'y mets tout mon cœur,il n'est que 20h55 et je m'anime comme un dément,comme Jackson Pollock sur sa toile avec ses pinceaux et ses éclaboussures.C'est mon œuvre d'art.21h15,la côte est braisé,l'odeur qui en émane est à se le jure,si j'étais réellement un déséquilibré je ferai l'amour à cette côte de bœ autres dans la cuisine m'observait d'un œil discret au long de toute la préparation mais là,ils sont tous autour de moi et de mon œuvre d'art avec une sorte de silence respectueux tout Gérard ,le chef cuisinier 3 étoiles me tape sur l'épaule droite.

-C'est magnifique ça petit … tu fais ça tous les soirs,je te jure : je rends mon tablier.

Plus un son dans la cuisine,je savoure l'air de Gérard gueule !

-Bon qu'est-c'que vous attendez bande de larves ?! Le déluge ! Allez HOP HOP HOP!

Tout le monde s'éloigne en 5eme vitesse et se remet à son minutes plus tard,Mathieu revient une assiette vide et emporte mon œuvre d'art en salle.

La jeune fille voit le serveur sympa qui arrive avec un énorme morceau de viande rouge vers elle. L'odeur du met est juste fabuleuse,au point que certains clients se retournent pour en voir la pose le plat devant la jeune le remercie d'un sourire et il retourne derrière son fourchette est en suspension dans sa main droite et le couteau à viande dans sa main attaque.

A la seconde où la première bouchée entre en contact avec ses papilles,la jeune fille peine à retenir un gémissement.C'est tout bonnement orgasmique ! Les premiers plats étaient savoureux,fabuleux et l'avait emmené au 7eme ciel,là c'était le paradis, l'observait de loin,elle mangeait avec un tel engouement … Il appela Rubain,il fallait qu'il voit ça,... Il savait,pour sortir avec une commis de cuisine,à quel point les cuisiniers étaient frustrés et blessés de l'indifférence des mangeurs.

C'était un spectacle extraordinaire que de la voir manger avec un tel plaisir dans les yeux où se refléter toute la poésie que contenait le peinait à rester lucide tant le plat envoûtait ses sens, j'en avais les larmes aux yeux à côté de de fois dans une carrière l'on pouvait voir quelqu'un qui rendait autant hommage à sa cuisine que cette brunette était en train de faire. Même des étoiles du Michelin,ne pouvait pas me mettre plus le cœur en fê était vendredi soir,21h45. Elle savourait sa viande avec une lenteur calculé pour ne pas perdre une seule miette de plaisir, comme un cherche l'endroit qui la ferait grimpé au rideau et faisait durer le plaisir jusqu'à son ultime en être consciente,elle me mettait à l'amende tandis que je l'observais discrètement dans un avait raison,cette fille elle n'était pas pareille que les autres. Elle comprenait. Sans qu'elle le sache,j'étais en parfaite communion avec elle,et vous allez sans doute vous dire que j'ai un sérieux souci avec la nourriture et que je devrais me faire soigner mais j'avais l'impression de lui faire l'amour à travers mon elle me répond,à chaque geste,à chaque soupir de contentement bouchée après bouchée,elle ferme les yeux d'extase.

BORDEL ! Je suis sérieux ! Elle ferme les yeux d'EXTASE !


La commissure de ses lèvres s'étirent,formant un a une très belle bouche,charnue, gourmande,des lèvres à bouche à aimer les bonnes choses,aux notes sucrées et acidulées, à goûter,à dé nez cueille les effluves du plat,un petit nez,ni crochu,ni aquilin,parfait,un nez curieux et ré yeux crépitants devant les couleurs du plat,le rêve s'y pommettes qui rosissent de plaisir à chaque bouché embonpoints légers de sa taille qui prouvent sa passion pour la gastronomie.ô dieu,qu'elle est ...belle quand elle mange,je n'ai jamais vu un pareille spectacle de ma le jure,mon cœur se sert à la dois retourner en cuisine … sinon je ne réponds plus de moi.

Il est 22h20,Mathieu amenait le premier dessert à la jeune trois dessert furent magnifiques, et magnifiquement heure plus tard après les avoir tous mangés et appréciés jusqu'à la dernière miette,il ne restait que trois tables de clients et le pianiste qui jouait dans la salle. Au comptoir,le serveur s'évertuait à faire le fameux « extrême Moka » qu'avait demander la jeune fille.

Et lui apporta enfin,tandis qu'une table de clients partait.

-Votre « Extrême Moka ».

-Merci beaucoup

-Tout s'est bien passé ?

-Oui c'était côte de bœuf … j'ai cru mourir de a fait ce forfait divin ?!

-Rubain.

-C'est un joli nom.

-Je lui reviendrez ?

-Aussi longtemps que j'aurais faim !

Quand elle eut fini,l'addition fut salé à savoir beau chèque au nom de Haruka ôle de prénom,mais bon … La jeune fille s'en alla d'un signe de la main sur un vespa pris le chemin de la cuisine et trimbalant le chèque sous le nez de Rubain.

-Elle s'appelle Haruka !

-Qui ?

-Tu sais qui !

Cette nuit-là je dormis nom d'Haruka me traînait dans la tête,l'air de sous les 3h du mat' sachant pertinemment que je n'arriverai pas à dormir,je me plantais dans ma cuisine et me mit aux fourneaux jusqu'à je ne travaillais pas ce midi-là et sombrait dans les songes sur les coups de 10h.

Haruka revint 4 fois dans le mois,4 fois où je me surpassais et à chaque fois sa réaction et son visage se dévoilait meilleur quand je croyais qu'elle atteignait son paroxysme ,elle me démontrait toujours qu'elle pouvait mieux faire … et moi aussi.

« Let me sleep all night in your soul kitchen »

Et puis un jour,forcément … Mathieu a débarqué dans la cuisine,elle venait de finir son extrême Moka et elle voulait me parler alors qu'elle était la dernière cliente pré elle appelait même Mathieu par son prénom une habituée en passais la porte de la cuisine, complètement stressé,me tordant légèrement les doigts dans mon lève la tête,puis me sourit.

-Salut.

-Salut.

-Je m'appelle Haruka.

-Rubain.

-Je sais.

-Moi aussi je savais.

-J'ai faim.

Conversation totalement irréaliste,j'en conviens !

-Encore …

-Toujours …

Je laisse échapper un sourire,la vie est tellement incompréhensible.

-Vous voulez manger quoi maintenant ?

-Uhm …

-Non,attendez … je vais deviner.

Haruka porte un sourire énigmatique,lourd de bien savoir pourquoi je sais que je n'ai pas intérêt à me rater;je me lance.

-Juste une salade de fruit,en carpaccio et …

-Woah.

-Un petit pot de crème fouettée café et caramel au beurre salé.

-Simplicité …

-Oui simplicité exorbitante.

-Vous êtes fort ! J'avais envie de fruits et de chantilly,mais vous m'avez donné envie de plus …

Lapsus ?

-C'est le propre du cuisinier et du passionné en général.

-J'ai vu oui ! A chacun de vos plats j'ai l'impression de prendre un ticket pour Broadway tant le spectacle tend à être vu !

-Je vous le fais ce carpaccio ?

-Votre terrain ça n'est pas les viandes et les sauces d'origine ?

-Non,ça c'est juste dans le restaurant.

-Il ne va pas bientôt fermé ?

-Si.

-Je ne préfères pas vous dire oui alors,je risquerai de ne pas prendre le temps de savourer le plat …

Se jeter à l'eau.

-Non,ça n'est pas comme ça que je voyais les me vois mal vous faire payer quelque chose que je vous agîtes délibérément sous le nez alors que vous y dépensez déjà des fortunes.

-Vous savez j'ai gagné 34 millions à l'Euromillion le mois dernier en fait …

Je souris,drôle de fille.

-Enfin ça ce n'était que mon premier argument.

-Et c'est quoi le suivant ? Puis surtout,comment vous avez vu les choses ?

-Le restaurant va fermer d'ici cinq petites minutes montre en main.

-Tu proposes quoi ?

Mon sourire s'élargit,le passage au tutoiement est tout à fait naturel.Ça me donne des frissons dans l'é porte un sourire on dit parfois : peu importe la destination,il faut savoir profiter du voyage.

-On entre dans la première épicerie de Monsieur Saïd qu'on trouve,on prend tout les fruits disponibles,on va chez moi,je te fais la salade de fruit de ta sera tellement extraordinaire que tu ne voudras plus jamais en manger une autre que la mienne.