Amour antique

Londinium – 70 après Jésus-Christ.

Après de longs mois d'absence, les troupes du commandant Marcus Antoninus revenaient enfin.

Ils avaient vaillamment combattu les tribus sauvages, originaires de l'île, pour revenir en combattants victorieux.

La ville entière était en liesse et tous ses habitants étaient venus les saluer.

"Content de rentrer ?"

Marcus tourna la tête vers le commandant en second et lui sourit :

"Absolument."

"Pour retrouver votre épouse ?"

"Et comment !"

La Rome entière avait entendu parler de cette Clea, jeune femme appartenant à la tribu des bretons, vendue comme esclave pour finalement s'imposer dans le cœur du militaire.

Toutes les grandes instances avaient été horrifiées d'apprendre qu'il l'avait épousée mais qu'importe, c'était fait.

Aujourd'hui, il y avait quatre ans qu'elle était son épouse.

Et en quatre ans, leur amour ne s'était pas émoussé, loin de là.

Au contraire, il semblait croître jour après jour...

Oo*oO

Accompagnée par Xerxès, fidèle compagnon canin de Marcus, Clea déambulait dans les jardins de la villa, en proie à la plus vive excitation.

Marcus revenait enfin !

Qu'elle avait hâte de lui annoncer la magnifique nouvelle qu'elle avait apprit, quelques semaines plus tôt !

Enfin, la porte d'entrée fut ouverte.

Mais alors que Clea allait s'élancer en direction de son époux, elle se figea totalement en reconnaissant la voix de la si belle et si vénéneuse Anthonodora.

Jeune veuve immensément riche, elle faisait les yeux doux à tout mâle présent dans la même pièce qu'elle, qu'il soit jeune ou vieux.

Après tout, elle cherchait un mari, alors...

Oo*oO

Clea voulut rester dans le jardin, Xerxès en décida autrement.

Aboyant joyeusement, il s'élança en direction de Marcus et la jeune femme fut bien obligée de le suivre.

Esquissant un sourire poli de circonstance, elle salua Anthonodora avant de se tourner vers son époux.

Aussi grand qu'elle était menue, Marcus Antoninus respirait la force et la puissance de tout son être.

Ses cheveux bruns bouclés étaient retenus dans sa nuque par un lacet de cuir, révélant un visage émacié à la mâchoire dure, mangée par de la barbe et de la moustache.

Les yeux étaient sombres, brillant d'un éclat volontaire et déterminé.

Quant à son corps, il était dur et buriné, musclé par les heures d'entraînement et les nombreux combats menés dans sa carrière de militaire.

Et les cicatrices étaient tout aussi nombreuses, marques indélébiles des batailles gagnées et perdues.

En d'autres circonstances, Clea se serait jetée dans les bras de Marcus, faisant preuve de sa fougue habituelle.

Mais là, ils avaient une invitée.

Ils ne pouvaient donc décemment pas laisser libre court à leur joie de se retrouver.

Ainsi, elle se contenta d'esquisser un grand sourire à l'intention de son époux.

Oo*oO

Durant tout le repas, Marcus observa Clea.

Ses frisettes, à la couleur de la cannelle, étaient retenues en une tresse, posée sur son épaule.

Mais une mèche s'en était échappée et son épouse passait son temps à la rejeter en arrière, sans succès.

Son visage, petit et blanc, mettait en valeur ses grands yeux gris-bleus.

Et à travers le tissu si fin de sa robe, son corps lui était totalement révélé, mince aux courbes charmeuses.

Une parfaite petite déesse impie...