Chapitre 4

L'été s'installa sur la capitale française.

Déambulant dans l'ombre bienfaisante des arbres, Alana s'immobilisa alors.

Devant elle, debout devant l'étang, se tenait Aleksander Wolf.

Sans hésiter, elle le rejoignit.

Comme à son habitude, il ne réagit pas.

Mais elle ne s'en formalisa pas.

Désormais, elle y était habituée.

Mine de rien, elle s'enquit :

"En vacances, monsieur Wolf ?"

"Apparemment, oui. Et vous ?"

"Aussi."

"Et votre mariage ?"

Le regard fixé sur les canards qui barbotaient joyeusement dans l'eau, elle fronça les sourcils.

"Je ne veux pas en parler."

"Pourtant, ça va arriver."

"Pas forcément."

"Comment ça ?"

"Je pourrais entrer dans les ordres."

"Ne faites pas ça."

Surprise d'entendre de la colère dans sa voix, d'ordinaire si posée, elle tourna la tête vers lui.

Il avait la mâchoire crispée et elle s'en étonna :

"Pourquoi ?"

"Seriez-vous prête à donner votre vie pour Dieu ?"

"Si je peux échapper à Charles..."

"Et votre liberté ?"

Elle haussa les épaules.

"Je n'ai pas vraiment d'autre choix."

Oo*oO

De plus en plus désespérée à l'idée de se marier, Alana ne fut pas surprise de retrouver Wolf et Xander au « parc des canards ».

Il ouvrit la bouche, elle le devança :

"Si vous me dites félicitation, je vous éventre à mains nues !"

"... Je vais partir."

"Quoi !"

"Je pars pour les États-Unis."

"Mais... pourquoi ?"

"J'ai eu une proposition."

"Oh."

"Et vous ?"

"Moi ?"

"Vos études."

"Oh, et bien, j'ai dut les arrêter."

Il fronça les sourcils mais ne dit rien.

Elle pinça les lèvres mais ne put empêcher les larmes de couler.

Il en rattrapa une, lui effleurant la joue.

"Il ne faut pas pleurer."

"Je ne pleure pas. Je dois avoir une crasse dans l'œil."

Un rare sourire étira les lèvres du sniper, détendant ses traits pour quelques instants.

Tout en essayant de renifler le plus dignement et le plus discrètement possible, elle le questionna :

"Et... aux États-Unis, vous pensez vous marier ?"

"... Peut-être. Mais il faudra qu'elle aime voyager."

"Bien entendu."

Oo*oO

"Est-ce que ça va, ma chérie ?"

"N... non, je ne crois pas."

La mère d'Alana fronça les sourcils, la questionnant :

"Comment ça ?"

"Je... je crois que... je suis tombée amoureuse de la mauvaise personne."

"Ah bon ? Et qui est-ce ?"

Sa fille secoua la tête.

"Personne."

"Enfin Alana, tu peux me le dire."

"Non, il vaut mieux que vous ne le sachiez pas."

"C'est ce soldat allemand, n'est-ce pas ?"

Interloquée, elle fixa sa mère avec de grands yeux.

Celle-ci esquissa un petit sourire :

"Je suis ta mère, Alana. Je te connais."

"Et... tu n'es pas horrifiée ?"

"Par quoi ?"

"Par ce qu'il a fait."

"Et toi ? L'es-tu ?"

"Non."

"Alors non, je ne le suis pas."

"Mais... et le mariage ?"

"Je veux que tu sois heureuse. Pas que tu te maries pour nous faire plaisir."

"Charles et papa vont être furieux."

"Soit, ils le seront. Et après ?"