Titre: JANUS N'EST PAS UNE MYTHOLOGIE…

Rating: MA/ M+ (+16)

Genre: Boy's love de type "Harem"/Espionnage.

Note: Comme son nom l'indique, cette fiction est catégorisée BL (boy's love). Vous trouverez donc entre ces lignes, de la romance entre hommes et plus, si affinité. Si vous êtes allergiques à ce genre littéraire, ne vous faites pas de mal, passez simplement votre chemin...

Claimer: L'imagination débridée© d'Epice est à déplorer.


...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*.. .*...*...*...*

AVANT PROPOS

...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*.. .*...*...*...*

Sombrez dans l'abysse sans profondeur du « schoolfic », pauvres mortels… *ahem*

Cette fiction est l'aînée de HOT CHILI. Du moins, les 4 premiers chapitres ont vu le jour avant Hot chili. L'histoire se déroule dans le même État fictif et de ce fait, sera publiée sous forme d'épisodes. Cependant, ces évènements se sont produits quelques années plus tôt. Plus précisément lors de la scissure entre Dean Leblanc et sa famille.

L'auteure étant kamisama (quand je commence de la sorte, ça veut dire que je vais faire une belle entorse à la logique ^_-) je me suis permise des anachronismes. Techniquement l'histoire débute dans les années 2000 (2002 pour plus de précision). Mon référentiel, le personnage Rudy Leblanc de HOT CHILI, est censé avoir 8 ans quand Mikael en a 15. PDME oblige (partisane du moindre effort), j'ai décidé de reporter en 2002 toutes les technologies et les publications existant en 2012-2013. Comme la technologie 4G par exemple.

JNEPUM est une horreur en soi. Je l'assume. Parce que je pensais ne pas sombrer dans l'abysse dénuée de toute profondeur qu'est le « schoolfic ». Autant vous prévenir, vu le niveau de ce qui va suivre, que ça ne vole pas haut dès le départ ! Je ne conseillerai pas cette fiction à la lecture car elle demande une vigilance que même moi je peine à maintenir, LOL. Mais j'espère prendre le potentiel lecteur au jeu malsain de sa propre curiosité.

JANUS N'EST PAS UNE MYTHOLOGIE m'a permis de me faire la main, pour ce qui est de mon sadisme lyric dans HOT CHILI. Vous remarquerez donc de nombreux lieux communs entre ces 2 fictions, surtout que je me suis inconsciemment basé sur les personnages de JNEPUM pour fignoler ceux de H.C. car je prévoyais de supprimer la première fiction. Finalement, l'idée de faire des cross-over entre mes fictions m'aura permis de la sauver. Pour citer des exemples "avant/après":

Lukas Sulivann/Mikael Sainsbury ont donné Rudy Leblanc. Duncan est un ersatz de Dean. Ryley Lodge est devenu Rey Lee-Cooper. Edwards Meister VIII a donné naissance à Red Kellin. Et l'équipe de basket du lycée Alma De Salvia a posé les bases de celle de Dessanges Highschool dans laquelle évolue Timothy Medley. Mais passé le cap des 3 premiers chapitres, cette potentielle analogie s'étiole pour disparaître.

Pour le titre, je dirai qu'il a été pondu comme ça, sans me soucier de sa signification. J'ai décidé de mettre 2 titres par chapitre: un en anglais et un en français pour que vous gardiez en tête une seule idée mère : la dualité que vous renvoie « Janus ». Libre à vous d'opter pour de la schizophrénie, de la mythomanie, du boniment, du MPD (multi personality disorder), du déguisement, ou tout bêtement du « double-face ». Le choix est vaste ; le choix est vôtre.

Vous trouverez des mots en anglais dans cette histoire. Je sais que ça rebute certains. Mais je vais rester dans le même esprit que Hot chili, puisque je serais amené à publier des chansons de mon cru en V.O dans cette fiction.

Parlons du genre:

Boy's love de type Harem, ce qui implique que mon personnage principal se retrouve entouré d'une bande de mâles aussi beaux que l'Apollon du Belvédère, ou à peine. Je nourris le fantasme du harem et pousse l'invraisemblable jusqu'au cliché, volontairement, au point d'impliquer un vrai raja, pour ne pas dire maharadja. JNEPUM est encore moins réaliste que HOT CHILI. Vous voilà prévenus. ^_^

*o*o*

...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*.. .*...*...*...*

Sur ce... bonne lecture !

...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*...*.. .*...*...*...*

...Et n'oubliez pas que les apparences sont trompeuses.