Pensée


Prologue
Trois petits tours et puis s'en vont…


Dans la cours en bas de l'immeuble, cinq enfants jouaient. Tous âgés de huit à dix ans, ils s'organisaient pour un jeu de cache-cache.

Utilisant une comptine pour savoir qui compterait, chacun était en cercle. Leurs petites mains levées, leurs voix raisonnaient propageant un air enfantin que le vent portait aux oreilles des parents discutant non loin, sur un banc.

— Ainsi font, font, font, les petites marionnettes… Ainsi font, font, font, trois petits tours et puis s'en vont…

Ils chantaient tous à l'unisson, écourtant exprès la chanson pour la sélection. Le but étant simple, le premier à cacher ses mains gagnait le droit de se cacher.

Des cris s'élevaient, les enfants éclatant de rire. Le plus rapide venait de quitter la compétition. Il avait gagné. Il ne compterait pas. Et le chant repris une fois, deux fois, puis trois, pour finir par un silence. Les parents n'y prêtèrent pas attention. Chacun songeant que le tirage au sort était terminé, et que le jeu avait dû commencer.

Pourtant, s'ils avaient tendu l'oreille, ils auraient entendu un bruit sourd au dernier chant. Ils auraient vu l'air se troubler de manière étrange. Ils auraient crié de surprise en voyant les enfants un à un disparaître sans laisser de traces…

S'ils avaient regardé le cercle, il aurait remarqué ce petit garçon, âgé de huit ans, lutter contre quelque-chose d'invisible pour finir par être lâché brusquement. Et tomber à terre, pour se retrouver assommé par le choc.

S'ils avaient prêté attention à leurs enfants, ils n'auraient pas hurlé devant la découverte de l'enfant inconscient et la disparition des autres, deux heures après.

La police, les journaux, les militaires… Tous enquêtèrent sur cet étrange cas. Mais il n'y avait aucun indice à se mettre sous la dent. Aucun témoin vivant pour raconter ce qui s'était passé. L'unique témoin possible étant dans le coma depuis. Rien…

Très vite, l'histoire fut classée… Les enfants, avec le temps, furent oubliés. Les mois passèrent, puis les années et enfin trois décennies. Et cela aurait pu durer encore longtemps enfoui dans les mémoires, si un matin d'avril, je n'étais pas tombé sur cette histoire.

Je me nomme Syrill Brook. Je suis journaliste au True Magazine. Et je compte bien découvrir ce qui est arrivé à ces six enfants.

A suivre...