Affaire n°19.

Le vendredi 8 mars 2008.

La maison de Rémi.

04 h 00.

Ville : 18 – C62 – V29.

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Propriété – Portail d'entrée.

Rémi se tient devant le portail fermé d'une propriété entourant une splendide demeure.

« Je suis navré grand-mère de n'avoir pu assister à ton enterrement, surtout lorsqu'on sait que je suis le seul responsable de ton décès. »

Le maître vampire regarde la maison lorsqu'il ressent une forte énergie semblant venir de l'intérieur de la demeure. A cet instant, le démon prend un air interrogateur.

« Grand-mère ? »

Rémi attrape la poignée du portail et l'abaisse pour ouvrir l'issue.

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Salon.

Rémi commence à fouler le sol du salon lorsque Dany se montre à ses côtés.

« Bonjour Rémi.

- Dany, puis-je connaître la raison de ta présence en ces murs ?

- Je suis venu sous ordres de notre maître.

- Et que veut-il ?

- Ton plan de la journée, tout simplement. »

Rémi s'avance vers le canapé de la pièce sur lequel il s'assoit. C'est dans cette position qu'il répond à son partenaire.

« Je vais attirer Ludovic et Jason dans cette maison ?

- Dans quel but et pourquoi cette maison ?

- Cette splendide demeure appartenait à ma grand-mère qui est décédée dans le courant de la semaine précédente. Si je veux attirer nos deux adversaires ici, c'est pour que cette maison devienne leur tombeau.

- Tu es cinglé ou quoi ?

- Pourquoi ?

- Tu sais très bien que ta puissance est loin d'être suffisante face à ces deux gars.

- Ne t'inquiète surtout pas pour moi, je suis très bien entouré. »

Suite à cette phrase, cinq hommes font leur apparition dans la pièce. Dany est loin d'être impressionné.

« D'où les sors-tu Rémi ?

- Ils étaient sur mon chemin et maintenant, ils sont sous mes ordres.

- Et tu comptes sur eux pour t'aider dans ta mission ?

- Exactement, soldats ! »

Les cinq vampires se prosternent à l'entente de leur titre.

« Trouvez Jason et ramenez-le moi vivant car je veux l'utiliser comme appât. »

Les vampires hochent positivement de la tête avant de se transformer en mammifères volants. Ils évacuent la maison en empruntant le conduit de la cheminée. Désormais, Rémi est seul avec Dany.

« Maintenant Dany, je vais te demander de sortir d'ici et de me laisser faire.

- Comme tu veux ! »

Dany se volatilise grâce à ses pouvoirs.

Lieu : Quartier h.l.m – Immeuble n°3 – Mon appartement – Ma chambre.

Je dors tranquillement dans mon lit, au sein de ma chambre qui est plongée dans l'obscurité la plus totale. Soudain, mes ouïes perçoivent une voix qui m'est entièrement inconnue.

« S'il vous plaît, mon petit-fils a besoin de vous. »

J'ouvre les yeux et tends mon bras pour attraper l'interrupteur de ma lampe de chevet. Lorsque j'allume la lumière, je vois une vieille femme face à moi, flottant dans les airs.

« Cela fait longtemps que je n'avais eu de visiteurs, surtout à une heure aussi avancée de la nuit. »

En prononçant ces mots, je jette un coup d'œil en direction de mon radio-réveil. Ensuite, je m'adresse à la vieille femme.

« Bon, qui est votre petit-fils ?

- Vous le connaissez très bien.

- Vous êtes sérieuse ?

- Il se nomme Rémi. »

Effectivement, je connais très bien cette personne. Soudain, j'entends frapper contre les volets fermés de ma chambre. Dans ma tête, c'est simplement le vent qui souffle dans les panneaux métalliques. Pourtant, les cognements recommencent.

« Qu'est-ce qui se passe ? »

Je me lève et contourne mon lit pour aller me rendre devant mes fenêtres

« N'y allez pas ! Ce qui se passe sur vos volets est causé par les collègues de mon petit-fils. »

A l'entente du mot « collègue », je tourne mon visage vers celui de la grand-mère.

« Collègues ?

- Oui.

- Des vampires ? »

La dame hoche positivement de la tête.

« Madame ?

- Appelez-moi Eléonore.

- Entendu. Savez-vous où se trouve votre petit-fils actuellement ?

- Dans ma maison.

- Vous pouvez m'y conduire ?

- Bien sûr mais cela risque d'être dangereux.

- Justement, je connais très bien le danger puisque je le côtoie presque tous les jours. »

Je m'éloigne de ma fenêtre et contourne une nouvelle fois mon pieu pour sortir de la pièce.

Lieu : Mon appartement – Mon couloir.

J'arrive dans mon couloir et marche vers la porte de la salle de bains lorsque je perçois la présence de la grand-mère de Rémi. Je décide de me retourner pour une raison bien précise.

« Je suis désolé Eléonore mais je vais devoir vous demander de ne pas me suivre dans cette pièce.

- La salle de bains ?

- Exactement. »

Je quitte la femme pour m'isoler dans ma salle de bains, afin de me vêtir d'un pantalon et d'un polo.

Lieu : Quartier h.l.m – Entrée.

Jimmy passe devant le quartier pour rentrer chez lui. Comme il n'arrivait pas à dormir, le jeune homme est allé rendre une visite nocturne à l'un de ses amis. C'est en montant sur le trottoir que l'adulte perçoit un bruit plutôt curieux. Il s'arrête de marcher et lève les yeux au ciel. Là, il distingue cinq silhouettes sous le clair de lune, se déplaçant dans les airs grâce à leurs ailes de chauve-souris.

« C'est quoi ce délire ? »

Jimmy se frotte les yeux et regarde une nouvelle fois. C'est accompagné d'un frisson d'effroi que le jeune homme constate que sa vue ne lui joue pas des tours.

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Salon.

Rémi est toujours installé dans le canapé. Soudain, il entend la porte d'entrée de la maison s'ouvrir et se refermer après le passage d'une personne. Méfiant, le maître vampire se lève du sofa et est très étonné de me voir entrer dans la pièce. Là, je m'arrête à plusieurs centimètres de lui, mes saïs dans les mains.

« Bonjour Rémi, j'imagine que tu es heureux de me voir ?

- Comment m'as-tu trouver ?

- Grâce à ta grand-mère qui est venue me rendre une petite visite.

- Je ne te crois pas. »

A l'aide d'un superbe saut en longueur, Rémi se place devant moi et me donne un sérieux coup de poing au ventre. Sa force est telle que je suis propulsé hors du salon.

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Couloir.

Je tombe lourdement sur le sol et me relève aussitôt. Malheureusement, mon ennemi est déjà arrivé dans le corridor.

« Il est encore temps de tout arrêter Rémi.

- Non Jason car j'ai enfin trouvé ce pour quoi je suis fait. Agir pour le mal et me foutre complètement des conséquences.

- A d'autre Rémi. Je sais que tu es triste depuis que tu as perdu ta grand-mère et tu ne pourras pas dire le contraire. »

Rémi m'attrape par le cou et me soulève du plancher. De plus, il serre son emprise.

05 H 00

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Couloir.

Rémi resserre son étreinte lorsque ses ouïes perçoivent une voix.

« Rémi ! »

Le maître vampire tourne sa tête sur sa droite.

« Grand-mère ? »

Je dois profiter de cette occasion pour tenter de calmer Rémi.

« Rémi, si tu souhaites t'entretenir avec ta grand-mère, je peux lui prêter mon corps ? »

Rémi me regarde alors, des doutes dans les yeux.

« Pourquoi ferais-tu cela pour moi Jason ?

- Parce que je t'aime.

- Quoi ? »

Le démon ouvre sa main étrangleuse. Je tombe à genoux sur le sol, respirant à grandes bouffés. De son côté, Rémi recule de plusieurs pas, sonné par ce que je viens de lui dire.

« Tu m'aimes ? Impossible ! Nous sommes ennemis et tu ne dois pas ressentir de tels sentiments !

- Et pour quelles raisons ?

- Parce que tu dois me tuer !

- N'importe quoi. »

C'est péniblement que j'arrive à me mettre debout.

« Rémi, l'entité a fait de toi un maître vampire simplement parce que tu traversais une période de confusion. Tu avais l'impression que tout le monde avait une dent contre toi alors que c'était faux. »

Je lève mes yeux humectés de larmes vers Rémi.

« Ouvre les yeux, bonhomme. Nous t'aimons tous. »

Rémi porte ses mains sur ses oreilles tout en secouant la tête.

« Faux ! Tout est faux ! »

Pendant que mon ennemi ne sait plus où il en est, je tourne ma tête vers le fond du couloir. Pourquoi ? Parce que c'est à cet endroit que se tient la grand-mère de Rémi. Cette dernière ressent beaucoup de peine suite à l'état dans lequel se trouve son petit-fils.

« Eléonore.

- Oui Jason ?

- Intégrez mon corps et discuter un peu avec Rémi. Je pense que vos mots auront plus d'effets que les miens.

- Vous êtes sûr ?

- Certainement. »

Eléonore marche dans ma direction tout en disparaissant. Quelques secondes plus tard, ma volonté a disparu de mon corps qui est entièrement sous le contrôle de la vieille femme. D'ailleurs, c'est sa voix qui sort de ma bouche.

« Rémi, mon petit garçon.

- Grand-mère, c'est bien toi ?

- Oui mon grand, c'est bien moi. »

Suite à cette révélation, Rémi éclate en sanglots.

« Grand-mère, je suis tellement désolé d'avoir été la cause de tant de chagrin. »

Je m'approche et prends mon ennemi dans mes bras. Le maître vampire oublie totalement son récent statut pour libérer toute la peine qui meurtri son cœur. Moi, je passe ma main droite dans ses cheveux et lui caresse doucement la tête.

Lieu : Quartier h.l.m – Immeuble n°3 – Mon appartement – Seuil d'entrée.

La porte d'entrée de mon appartement s'ouvre sur Aurélien qui ne porte qu'un caleçon bleu sur lui. Sur le palier se tient Jeremy, accompagné de son grand frère, Michael.

« Bonjour Aurélien. prononce l'aîné des deux frangins.

- Michael et Jeremy ? Je suis un peu surpris de vous voir ici, surtout à une heure aussi matinale.

- Désolé mais peux-tu aller réveiller Jason s'il te plaît ? »

Aurélien sourit en guise de réponse.

« Pourquoi souris-tu ? s'interroge Michael.

- Parce que tu arrives beaucoup trop tard. Jason est sorti il y a de cela une heure.

- Et tu sais où il se trouve ?

- Non. »

Là, Jeremy s'adresse à son frangin.

« A mon avis, il est sûrement parti rejoindre Maxime.

- Tu crois ? »

Désormais, Aurélien sait de quoi leur visite retourne. Il décide de s'en mêler.

« Jeremy. »

Mon ancien petit ami tourne sa tête vers celle de mon cousin.

« Oui ?

- J'ignore ce que tu as dans la tête en ce moment mais je te conseille vivement de laisser mon cousin et le tien tranquille.

- Ne me dis pas que tu soutiens leur relation ?

- Si car Maxime a l'air beaucoup plus décidé que toi. »

Cette phrase ramène Jeremy dans son propre passé. Il se souvient alors de la peine que j'ai ressentie lorsqu'il m'a annoncé que notre histoire était belle et bien finie. Ressentant à son tour de la tristesse, Jeremy baisse son visage pour ne rien laisser paraître. Toutefois, Michael connaît très bien son petit frère et décide d'intervenir pour plaider sa cause.

« Ce n'est pas de la faute de Jeremy si leur couple a volé en éclat.

- Je le sais Michael et tu vas encore dire que tu es en partie responsable. lui répond mon cousin.

- Parce que c'est la réalité. »

Aurélien libère un soupir vraiment bruyant.

« Ecoutez ! Lorsque je verrais mon cousin, je lui dirais que vous êtes passés.

- Tu ne plaisantes pas ? Demande Michael.

- Non mais une chose est sûre, évitez de venir à ces heures-ci, surtout pour des broutilles ! »

Jeremy lève ses yeux vers mon cousin. Ce dernier peut remarquer que mon ancien petit ami est à deux doigts de pleurer.

« Notre histoire n'est pas une broutille, fait Jeremy.

- Pour Jason, si et tu dois t'en douter.

- Que faîtes-vous ici ? »

Les deux frangins se retournent et remarquent la présence de Trébor qui arrive sur le palier.

« Bonjour Trébor, se montre poli le frère de Jeremy.

- Tu n'as pas répondu à ma question Michael. De plus, je trouve que tu ne manques pas d'air.

- Pourquoi dis-tu cela ?

- A ton avis ? »

Michael cherche dans sa tête de quoi veut lui parler l'ancien gendarme mais ne voit pas.

« Désolé mais je n'arrive pas à te suivre.

- Dans ce cas, je vais te rafraîchir la mémoire. Te rappelles-tu de la plainte que Jason a déposée contre toi ?

- Oui et tu sais très bien que c'est de l'histoire ancienne.

- Faux ! La plainte est toujours présente et c'est pour cette raison que je vais te demander de partir.

- La plainte n'a pas été retirée ?

- Comme je viens de te le dire. »

Michael tombe des nues. C'est à ce moment que Jeremy se montre protecteur vis à vis de son frère aîné.

« Allons-y Michael, Je ne tiens à ce que tu aies des problèmes à cause de moi. »

Le frangin hoche positivement de la tête avant de se diriger vers l'escalier descendant. Bien sûr, Jeremy le suit. Trébor attend que la porte du hall d'entrée se manifeste pour se rapprocher d'Aurélien.

« Tout va bien Aurélien ?

- Oui et merci d'être intervenu.

- De rien. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que ton cousin est en train de s'attirer de gros ennuis.

- Tu veux parler de Jeremy et de Michael ?

- Oui. Cette relation amoureuse qu'il entretient avec Maxime n'est peut-être pas une aussi bonne chose qui veut le croire.

- Je te rejoins dans ta façon de penser mais comme c'est mon cousin, je n'ai pas le droit d'intervenir.

- Je m'en doute. »

Lieu : Immeuble n°3 – Devanture.

Michael et Jeremy sortent du hall d'entrée lorsqu'ils voient devant eux, une sympathique petite bande. Ce groupe est composé de Kévin, Benjamin, Nicolas et Eddie. Les deux frangins descendent tranquillement l'escalier extérieur lorsque Benjamin fait entendre sa voix à leur intention.

« Bonjour Jeremy, bonjour Michael, il est bien tôt pour rendre une visite à Jason.

- Si cela peut te rassurer, il n'était pas chez lui. » répond Michael.

Jeremy comprend mieux l'arrivée de Trébor en voyant Kévin.

« Kévin.

- Oui Jeremy ?

- Est-ce toi qui as prévenu Trébor ?

- Vois-tu une autre personne en dehors de moi qui aurais pu faire cela ? »

Jeremy ne se donne pas la peine de réfléchir tellement la réponse est évidente.

« Non.

- Bien. »

Nicolas et Eddie interviennent à leur tour.

« Jeremy, Michael, commence le premier des deux garçons. Tout le monde est d'accord sur le fait que vous n'avez plus aucune raison de vous pointez dans le coin comme vous le faîtes, surtout toi Jeremy.

- Si vous le prenez de cette façon. Tu viens Michael ?

- J'arrive. »

Jeremy s'éloigne du groupe en se dirigeant vers la sortie principale du quartier. Son frère le suit, sans rien dire. Derrière eux, les quatre membres du groupe qui les regardent partir.

« Je suis content de ce qui vient de se passer, réagit le blondinet.

- Moi aussi, surtout que cette conversation ne s'est pas terminée par une distribution de coups de poings, rétorque Nicolas.

- De toute façon, ils n'auraient pas fait le poids, poursuit Kévin.

- C'est vrai mais je crois que nous allons devoir nous inquiéter pour toi, Kévin. » Conclut Benjamin.

Kévin regarde Benjamin qui ne détourne pas son visage.

« Pourquoi dis-tu cela ?

- Parce que tu as avoué ta participation dans l'intervention de Trébor.

- Et alors, tu crois que je redoute la réaction de Jeremy ? »

Nicolas regarde Kévin et constate une certaine détermination dans ses yeux marrons.

« Tu as beaucoup d'assurance Kévin, cela prouve que tu as changé.

- Tu pensais quoi ? Que j'allais rester un petit garçon toute ma vie ?

- Non mais il faut avouer que tu avais certaines réactions infantiles.

- Dans ce cas, sache que ce comportement fait parti du passé et que vous avez un nouveau Kévin devant vous. »

Lieu : Place de la république.

Jeremy et son frère commencent à traverser la place du centre-ville. Bien sûr, le premier est légèrement énervé.

« Calme-toi Jeremy, cela ne sert à rien de t'énerver !

- C'est facile pour toi de dire cela sachant que tu n'as rien à perdre dans l'histoire.

- Puisque c'est ainsi. »

Michael s'arrête d'avancer. Son cadet s'en aperçoit et se retourne pour lui faire face.

« Quoi ? Que se passe-t-il encore ?

- Je viens de prendre une décision.

- Ha bon et puis-je savoir laquelle ?

- A partir de maintenant, tu te débrouilleras dans ton histoire avec Jason.

- Tant mieux car de toute façon, je ne t'ai jamais demandé de t'en mêler. »

Jeremy abandonne son aîné pour poursuivre son chemin.

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Salon.

Je suis assis sur le canapé, en compagnie de Rémi. Bien sûr, la grand-mère du maître vampire contrôle toujours mon corps.

« D'après toi, mon adversaire possède un objet qui pourra me permettre de redevenir comme avant ?

- Exactement ! Par contre, vois-tu de quel adversaire je te parle ?

- Jason ? »

Là, la vieille femme éclate de rire par le biais de ma bouche.

« Pourquoi rigoles-tu grand-mère ? »

La dame âgée retrouve son sérieux aussitôt la crise passée.

« Parce que tu considères Jason comme ton ennemi alors qu'il n'est pas ton adversaire attitré ! »

Rémi comprend ce que sa grand-mère veut lui dire.

« Excuse-moi si je me suis trompé. Normalement, c'est Ludovic mon ennemi juré.

- C'est bien ce qui me semblait.

- Donc, Ludovic possède l'objet qu'il faut pour me faire retrouver mon apparence originale ?

- Exactement. Comme Jason sera présent, cette arme se montrera beaucoup plus rapidement.

- Quel rôle vient-il jouer dans ma transformation ?

- Ses saïs vont fusionner avec le pieu de Ludovic et là, une nouvelle arme fera son apparition : le sceptre de Chronos. Cette baguette remontera le temps juste avant ta transformation et bien sûr, ses apparitions devront être limitées.

- Pour d'éventuelles convoitises ennemies ?

- Oui et maintenant, je vais devoir te laisser Rémi car je dois passer de l'autre côté.

- Ne m'abandonne pas. »

Je me lève du canapé et me tourne pour regarder le jeune homme.

« Je ne t'abandonnerais jamais Rémi puisque je serais dans ton cœur. Maintenant, c'est à Jason de prendre la relève et je sais qu'il y arrivera. »

Je ferme les yeux. Là, mon esprit et ma volonté reprennent le contrôle de mon corps suite au départ de la vieille femme. A ce moment, j'ouvre les paupières. Je tourne mon visage vers ma droite et remarque l'âme de la défunte qui se tient derrière le canapé.

« Je te remercie de m'avoir prêter ton corps le temps d'une discussion avec mon petit-fils.

- Ce fut un réel plaisir.

- Maintenant, je vais pouvoir me rendre de l'autre côté et je compte sur toi pour veiller sur Rémi. »

09 H 00

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Salon.

Rémi est toujours installé dans le canapé et moi, je me tiens sur sa gauche.

« Jason !

- Oui Rémi ?

- Ma grand-mère est-elle bien passée de l'autre côté sans encombres ?

- Oui et je peux te le jurer. Si tu veux, nous ferons quelque chose ensemble lorsque tu redeviendras humain.

- Et que souhaites-tu faire ?

- Se rendre chez un fleuriste pour acheter un énorme bouquet de fleurs que nous irons déposer sur sa tombe si tu es d'accord, bien entendu ?

- Et comment que je suis d'accord. En tout cas, je te présente mes excuses les plus sincères pour toutes les difficultés que j'ai pu t'apporter.

- N'en parlons plus Rémi car dans quelques minutes, ta vie de maître vampire fera partie de l'histoire ancienne.

- Et puis quoi encore ? »

Rémi et moi levons nos têtes en direction de l'immense baie vitrée de la pièce. Là, l'entité maléfique fait son apparition, toujours dans le corps de Marek. Le maître vampire se lève pour faire face à son supérieur.

« Je suis très déçu par ton attitude Rémi mais surtout par ton ingratitude.

- Vous pouvez dire tout ce que vous désirez, jamais plus je serais sous vos ordres. Vous m'avez enrôlé auprès de vous simplement parce que j'étais un faible d'esprit.

- Je te rassure, je ne t'ai pas recruté simplement pour cela.

- Ha bon ?

- Oui. Si je t'ai engagé, c'est grâce à cette haine que tu ressentais vis à vis de mon ennemi.

- De moi ? » Dis-je.

Je regarde Rémi avec beaucoup d'interrogation dans le regard.

« Pourquoi ressentais-tu de la haine pour moi ?

- N'écoute pas ce qu'il te raconte Jason car ce ne sont que des mensonges.

- Vraiment ? Intervient Marek.

- Oui et maintenant, il est temps de te faire taire une bonne fois pour toutes. » Lui lance Rémi.

Rémi porte ses doigts à sa bouche et émet un sifflement. Aussitôt, cinq chauves-souris arrivent dans la pièce et se transforment rapidement en vampires. De suite, les créatures se placent auprès de leur maître.

« Tu ne vas tout de même pas envoyer tes sbires contre moi ? S'inquiète l'entité.

- Pourquoi pas ? Après tout, cela sera la dernière fois que je pourrais commander une telle équipe. Soldats ! Tuez mon ennemi ! »

Sans crier gare, les cinq créatures foncent sur Marek.

« Pauvres idiots ! »

L'entité lève ses poings fermés en direction du groupe qui se précipite sur lui. Dès que ses mains s'ouvrent, les vampires explosent en mille morceaux.

« Ce n'est pas possible ?

- Bien sûr que si ! Il ne faut pas oublier que je suis un des généraux au service des ténèbres. Grâce à un tel grade, je détiens certains pouvoirs inimaginables. »

C'est tranquillement que je m'avance pour me placer devant Rémi.

« Jason ? »

J'ignore l'appellation de Rémi pour me concentrer essentiellement sur l'entité.

« Tu dois savoir que je possède également un pouvoir qui peut se révéler très dangereux.

- Je le sais Jason mais il ne représente rien à mes yeux, m'informe Marek. Surtout lorsque tu sais qu'une plus grande puissance sommeille dans cette ville.

- Tu parles de Jeremy, n'est-ce pas ? »

L'entité ne donne aucune réponse bien que je la connaisse déjà.

« De toute façon, tu ne pourras pas l'approcher tant que je serais vivant. »

Suite à cette mise en garde, mon ennemi esquisse un sourire.

« Tu sais très bien que tu ne peux être partout à la fois. Le jour où tu seras occupé, je te promets que ton petit ami disparaîtra de cette ville.

- Jeremy n'est pas mon petit ami.

- Pour l'instant non mais l'avenir risque de changer pour vous deux.

- Quoi ?

- Tu m'as très bien entendu. »

Cette nouvelle ne m'enthousiasme pas du tout. Au contraire, elle m'angoisse. Cette sensation augmente lorsque l'entité poursuit dans ses révélations.

« La question qui mérite d'être posée est la suivante : que va devenir Maxime ? »

Sous la crainte de perdre Maxime au profit de Jeremy m'énerve au plus haut point. De suite, je fends l'air de mon bras droit. L'entité se voit alors précipitée violemment contre le mur qui se trouvait derrière elle. Je m'apprête à renouveler mon attaque lorsque Rémi se place devant moi, à son tour.

« Rémi, que fais-tu ?

- Je ne voudrais pas que tu abîmes les murs de cette maison en te défoulant sur lui.

- Par respect pour Eleonore ?

- Oui et surtout parce que cette maison doit me revenir si ma grand-mère n'a pas modifié son testament.

- Entendu. »

Rémi s'écarte et me laisse voir l'entité qui est en train de se mettre debout.

« Je me demande si je suis capable de faire comme toi ? Dis-je.

- Pardon ? » Prononce mon ennemi.

C'est tranquillement que je lève mes poings fermés vers mon adversaire.

« Jamais tu ne pourras ! »

Je me fous de sa mise en garde et décide de faire un peu d'humour, bien que la situation ne s'y prête pas.

« Disons adieu au grand méchant loup. »

Mes mains s'ouvrent, délivrant mon pouvoir de projection. Résultat, l'entité explose de toute part. C'est rassuré que j'aligne mes mains le long de mon corps.

« Et voilà, normalement, je ne devrais plus entendre parler de lui.

- Je suis navré de te le dire mais ce n'est pas de cette façon que tu arriveras à t'en débarrasser. »

Je me retourne vers mon ami.

« Que dis-tu Rémi ?

- Il a entièrement raison car cela prouve qu'il connaît l'étendue de mes pouvoirs. »

Je replace mon visage correctement sur son cou et vois l'entité apparaître devant moi.

« Ce n'est pas vrai ?

- Et si ! Sache Jason qu'il n'existe qu'un seul moyen de m'exterminer pour de bon mais tu ne trouveras pas cette solution avant bien longtemps.

- C'est ce que nous verrons. »

C'est en ricanant que l'entité disparaît complètement des lieux. Pourtant, je préfère rester sur mes gardes.

« Rémi, ton maître a-t-il vraiment quitté cette maison ?

- Oui.

- Tant mieux. »

J'ignore pourquoi mais je sens une certaine pression quitter mes épaules.

« Je dois trouver un moyen de l'éliminer définitivement car le savoir encore dans les parages ne me rassure guère. »

Lieu : Pension Vanilos – Salle de vie.

Joris est à son poste depuis minuit. Actuellement, il donne un nouveau cours aux enfants dont trois sont passés aux niveaux supérieurs. Il s'agit de Mel, Bruno et Donovan. Bien sûr, leurs cours sont différents de ceux des autres. Pendant que Joris s'active à leur expliquer le nouvel exercice qu'il est sur le point de donner, la sonnerie de la porte d'entrée retenti.

« Donovan !

- Oui Joris ?

- Peux-tu surveiller tes camarades pendant que j'aille voir qui vient nous rendre visite ?

- Entendu. »

Rassuré, l'homme peut quitter la salle de vie pour aller se rendre dans le couloir principal du pensionnat.

Lieu : Pension Vanilos – Seuil d'entrée.

Joris ouvre la porte d'entrée et tombe nez à nez avec Alexandre.

« Que viens-tu faire ici, Alexandre ?

- Je suis à la recherche de Jason car je sens que je ne vais pas bien.

- Navré Alexandre mais Jason n'est pas ici actuellement.

- Et tu ne sais pas où je peux le trouver ?

- Non. »

Alexandre se tourne sur ses talons et quitte le perron pour se diriger vers le portail qui délimite la propriété. De son côté, Joris ferme la porte et retourne auprès des enfants. Toutefois, la visite d'Alexandre ne le laisse pas insensible.

17 H 00

Lieu : Maison de la grand – mère de Rémi – Salon.

Rémi a retrouvé sa place dans le canapé de sa grand-mère. Moi, je suis debout, discutant dans mon communicateur dissimulé sous l'écran de ma montre. A l'autre bout du fil, si je peux parler de cette façon, est Ludovic.

« Ludovic, il faudrait que tu viennes le plus vite possible car je vais avoir besoin de toi.

- Un vampire ?

- Si l'on veut. C'est juste Rémi qui a décidé de redevenir humain.

- Voilà qui est une excellente nouvelle, j'arrive.

- Entendu ! »

Je mets fin à la communication en enfonçant une touche de la montre. Ensuite, je rabats l'écran sur le petit ordinateur et abaisse mon bras gauche le long de mon corps. Peu après, je reprends place auprès de mon futur ancien ennemi.

« Alors Rémi, es-tu vraiment sûr de ton choix ?

- Et comment ! Je tiens absolument à redevenir le gentil garçon que j'étais et je compte sur toi pour m'y aider.

- Pas de problèmes. »

Lieu : Maison des parents de Jeremy et de Michael – Propriété – Portail d'entrée.

Jeremy se tient devant le portail fermé qui délimite la propriété de ses parents. Avec lui, Maxime.

« A t'écouter, je n'ai pas le droit de sortir avec qui je veux ?

- N'exagère pas non plus Maxime. Tu peux fréquenter qui tu veux mais pas Jason.

- Tu l'as mauvaise parce que je t'ai devancé. De toute façon, c'est bien fait pour ta gueule !

- Je te demande pardon ?

- Tu m'as très bien compris ! Si tu n'avais pas laissé faire ton frère, tu serais toujours avec Jason à l'heure qu'il est. Sur ce, bonne journée. »

Maxime s'éloigne du portail pour rentrer chez sa mère. De son côté, Jeremy reste seul et commence à nourrir une certaine haine pour son propre cousin. Quelques secondes plus tard, le jeune homme décide de retourner dans sa chambre.

Lieu : Maison des parents de Michael et de Jeremy – Chambre de Jeremy.

Jeremy entre dans sa pièce intime et traverse celle-ci pour s'asseoir sur la tête de son lit. Pendant cet acte, sa colère n'a cessé d'augmenter.

« Si seulement je pouvais te tuer. »

Lieu : Ile Soubiran – sentier principal.

Maxime marche tranquillement lorsque son intuition se manifeste. Là, mon petit ami s'arrête de marcher et se tourne pour regarder derrière lui.

« C'est bizarre mais je n'aime pas cela. »

Soudain, il entend une énorme explosion. Maxime regarde vers l'horizon et aperçoit une maison dont le toit est en train de brûler. De suite, il reconnaît la demeure.

« Ce n'est pas vrai ? »

Sans perdre davantage de temps, Maxime rebrousse chemin tout en courant.

Lieu : Maison de la grand-mère de Rémi – Salon.

Nous attendons la venue de Ludovic qui ne doit plus trop tarder. Tout à coup, Rémi lève la tête et regarde vers la baie vitrée. Je remarque son attitude et décide de savoir ce qui se passe.

« Rémi !

- Une explosion vient d'avoir lieu.

- Une explosion ?

- Oui mais pour l'heure, nous avons plus important à faire. »

Effectivement. La porte d'entrée de la maison se fait entendre lors de son ouverture puis, de sa fermeture. Peu après, Ludovic arrive dans le salon. Je me lève du canapé et vais serrer la main de mon ami.

« Bonjour Ludovic.

- Bonjour Jason, ne perdons pas de temps car il vient de se passer quelque chose de grave en ville.

- Tu veux parler de l'explosion ?

- Oui. D'après les premières informations qui circulent dans le secteur, c'est la maison des parents de Jeremy qui vient d'être soufflée.

- La maison des parents de Jeremy ?

- Oui. Bon, comment doit-on faire pour que Rémi retrouve son apparence d'humain ?

- Je ne sais pas mais je vais le demander à quelqu'un. Stéphane ! »

Le fantôme fait son apparition sur ma droite.

« Bonjour Jason, comment vas-tu ?

- Très bien. Si je t'ai fait appeler, c'est parce que j'ai besoin de tes lumières.

- Pour Rémi ?

- Oui. Visiblement, tu es au courant de cette histoire ?

- Et comment ! Pour commencer, vous devez sortir vos armes.

- Entendu ! »

Je lève mes yeux vers Ludovic.

« D'après Stéphane, il faut sortir nos armes. »

De suite, je glisse mes mains sous mon polo et en sort rapidement mes saïs. Ludovic en fait autant mais pour présenter son pieu unique. Là, je m'adresse une nouvelle fois à Stéphane.

« Maintenant, que devons-nous faire ?

- Tu dois poser les extrémités principales de tes armes sur celle de Ludovic.

- D'accord. »

J'exécute le conseil et lorsque les pointes de mes saïs entrent en contact avec l'extrémité du pieu, une lumière blanche fait son apparition. La luminosité se concentre pour former une sphère qui grossit de plus en plus. Quelques secondes plus tard, la lumière explose et laisse apparaître un sceptre argenté dans sa clarté.

« Stéphane, qui doit le prendre ?

- Ludovic puisque c'est lui qui est chargé de s'occuper de Rémi.

- Très bien, Ludovic !

- Oui.

- A toi l'honneur.

- Merci. »

Ludovic s'empare du sceptre par le manche. De suite, le grenat qui se trouve au sommet de la nouvelle arme s'illumine d'une belle lumière rouge.

« Que dois-je faire ensuite Jason ? »

Comme Stéphane a entendu la question, il me répond rapidement.

« Il doit pointer le sceptre en direction de Rémi et laisser la magie agir.

- C'est tout simple en fait ?

- A qui le dis-tu ? »

Je délaisse le revenant pour m'adresser à mon partenaire.

« Ludovic !

- Oui.

- Pour que Rémi retrouve son apparence normale, tu dois juste pointer le sceptre dans sa direction. Ensuite, tu dois laisser la magie opérer.

- Très bien. »

Je me tourne vers Rémi.

« Rémi, peux-tu te lever s'il te plaît ?

- Bien sûr. »

Remi quitte le canapé pour faire face à Ludovic. Pour ne pas gêner l'opération, c'est naturellement que je m'écarte. Là, Ludovic pointe le grenat du sceptre en direction de Rémi. La lumière rouge qui est concentrée dans la pierre précieuse commence à se libérer de sa prison. Une nouvelle sphère d'énergie pure est alors concentrée et fonce rapidement vers le maître vampire. Le corps de celui-ci absorbe le pouvoir du sceptre et voilà que les premières transformations ont lieu. La longueur des canines de Rémi retrouve leur taille normale et son teint redevient légèrement bronzé. Quelques secondes plus tard, la métamorphose de mon ami s'achève dans un éclat de lumière vraiment aveuglant. La luminosité est tellement forte que je suis obligé de me cacher les yeux pour ne pas les blesser. Le temps continue de défiler.

« Jason, tu peux ouvrir les yeux. »

J'obéis et abaisse mes mains pour les poser le long de mon corps. Quand j'ouvre les paupières, je constate que Rémi se tient devant moi, entièrement nu. Ses yeux sont fermés et c'est lorsque le jeune homme commence à tomber en avant que je bouge de ma place pour le rattraper. Dès qu'il est dans mes bras, je tourne ma tête vers Ludovic.

« Peux-tu sortir de la maison et trouver des vêtements pour Rémi ?

- Pourquoi pas mais nous pourrons gagner du temps si tu avais recours à ton don de projection.

- Quel idiot je fais. »

Je détourne mon regard de celui de Ludovic pour contempler mon jeune ami inconscient. En concentrant mon esprit, je fais apparaître des vêtements sur la totalité de son corps.

« Ludovic !

- Oui Jason ?

- Peux-tu prendre la relève pendant que j'aille comprendre l'explosion qui a eu lieu chez les parents de Jeremy ?

- Bien sûr. »

Ludovic pose le sceptre sur le canapé et vient s'agenouiller sur ma gauche. Une fois bien installé, je lui passe Rémi et me mets debout peu après. De son côté, le sceptre se volatilise pour faire apparaître nos armes respectives.

Lieu : Maison des parents de Jeremy et de Michael – Propriété – Devanture – Trottoir.

Ce qui reste de la demeure continue à être rongé par les flammes crée par l'explosion. Sur le trottoir qui borde la propriété, plusieurs villageois se sont rassemblés pour contempler ce triste spectacle. Bien sûr, les pompiers sont présents ainsi que des gendarmes. Parmi les habitants de la rue se trouvent Nicolas et Joris, entourant Jeremy dont le visage est marqué par quelques brûlures. Soudain, des soldats du feu extraient deux corps entièrement calcinés. Ce sont, vous l'aurez deviné, les parents de notre pauvre Jeremy. Maxime arrive dans le secteur mais décide de rester un peu en retrait pour une bonne raison. Grâce à son intuition, il sait qui est à l'origine de cette explosion. Toutefois, il garde le secret vis à vis de son cousin et ce choix est totalement compréhensible. De leur côté, Nicolas et Joris tentent de réconforter Jeremy qui vient enfin de libérer ses premières larmes de tristesse. Actuellement, le jeune homme pleure dans les bras de Joris.

« C'est vraiment horrible ce qui vient de t'arriver, fait Nicolas. Si c'est un mec qui a fait cela, tu dois faire confiance à la justice.

- Si tu es d'accord Jeremy, on va contacter tes oncles et tantes pour savoir si l'un d'eux serait d'accord pour te prendre. »

Lieu : Planque de l'entité.

Marek est assit sur un siège généreusement orné. C'est dans cette planque que l'entité a ressentie ce qui vient de se passer dans la ville.

« Visiblement, Jeremy vient de découvrir l'un de ses terribles pouvoirs. »

18 H 00

Lieu : Maison des parents de Rémi – Seuil d'entrée.

Je me tiens actuellement sur le seuil appartenant à la maison des parents de Rémi. D'ailleurs, ce dernier se trouve à mes côtés. Avant de frapper contre la porte, je me tourne vers lui pour connaître son état d'esprit.

« Tout va bien Rémi ?

- Oui. C'est juste que j'aie un peu peur de leur réaction.

- Ne t'inquiète surtout pas. Quant à nos amis, je m'en charge.

- Merci. »

Rémi prend son courage à deux mains et frappe lui-même contre la porte d'entrée. Quelques secondes passent avant que l'issue s'ouvre sur une femme blonde, âgée d'une quarantaine d'années.

« Bonsoir maman.

- Rémi, c'est bien toi ?

- Oui maman."

C'est sans poser de questions que la femme s'avance pour prendre son fils dans ses bras. Là, les larmes sortent.

« Bon, il est temps pour moi de te laisser Rémi. »

Rémi ne peut me répondre, trop occupé à pleurer avec sa mère. Je tourne le dos aux deux membres et me dirige tranquillement vers la sortie de la propriété.

Lieu : Maison de Joris – Salon.

Joris est assit sur l'une des chaises qui se trouvent autour de sa table de salon. Avec lui, Vincent, Jimmy et Ludovic. Tous sont consternés par ce qui vient de se produire dans la partie Sud de la ville.

« Malgré ses défauts, s'exprime Joris, Jeremy ne méritait pas cela, au même titre que ses deux frères.

- Heureusement que Michael était parti se promener avec Davy, dit le cousin d'Alexandre.

- Oui et c'est vraiment une chance car sinon, Jeremy aurait tout perdu.

- Le pire va se produire dans les jours à venir, intervient Ludovic.

- Que veux- tu dire ? Le questionne Joris.

- Logiquement, Michael n'a pas encore vingt-et-un ans donc, les trois frères risquent d'être séparés.

- Quelle horreur ! Lâche le grand blond.

- Comme tu dis Jimmy. Si l'un de leurs oncles accepte de les prendre tous les trois, tout va bien. Par contre, si c'est le contraire qui se passe… »

Là, Ludovic se fait silencieux.

Lieu : Maison des parents de Jeremy et de Michael – Décombres.

Je me tiens devant les ruines fumantes de la maison des parents de Jeremy. Stéphane fait son apparition derrière mon dos.

« Tu sais ce qui s'est passé Jason ?

- Oui. Si je ne me trompe pas, c'est Jeremy qui a fait disparaître cette demeure grâce à son pouvoir.

- Exactement, pouvoir dont il ignore l'existence et surtout, la façon dont il peut l'utiliser.

- Stéphane.

- Oui Jason ?

- Sais-tu où se trouve Jeremy actuellement ?

- Laisse-moi une dizaine de secondes pour tenter de le détecter.

- Entendu. »

Stéphane ferme les yeux et fait appel à l'un de ses dons. Quelques secondes plus tard, le fantôme ouvre ses paupières comme promis. A son air grave, je sais de suite qu'il se passe quelque chose.

« Stéphane !

- Je n'arrive pas à le trouver.

- Quoi ?

- Sache que j'en suis le premier étonné. A mon avis, c'est à cause de son premier réveil.

- De son premier réveil ?

- Oui car dans le corps de Jeremy se cache une divinité aux pouvoirs effroyables.

- A ce point ?

- Oui. Lorsqu'il sera en pleine possession de ses pouvoirs, Jeremy pourra faire disparaître cette planète sous son seul désir.

- Vraiment et existe-t-il une personne sur cette planète qui sera capable de lui tenir tête ? »

Stéphane se contente de garder le silence pour unique réponse.

« Stéphane, si tu connais la réponse, donne-la moi pour que je puisse me préparer !

- Te préparer à quoi ?

- Au futur combat qui m'opposera contre Jeremy si ce dernier devait mal tourner !

- Très bien. Il est dit qu'une fois les quatorze guerriers de la vie réunis, un quinzième fera son apparition. Cet être sera d'une telle pureté et d'une telle puissance qu'il sera capable de tenir tête à n'importe quel ennemi.

- Quatorze guerriers ? Où vais-je bien pouvoir les trouver ? »

Stéphane sourit à l'entente de cette question.

« Pourquoi souris-tu ?

- Parce que tu souhaites savoir où se cachent ces quatorze guerriers alors que trois se sont déjà révélés.

- Et qui sont-ils ?

- Kévin, Ludovic et toi. »

Cette nouvelle me laisse sans voix. De son côté, le défunt poursuit dans ses explications.

« Les garçons que tu as vus dans ta prémonition sont les premiers guerriers que tu as réussis à trouver. D'ailleurs, un autre est en route pour cette ville.

- Un autre ?

- Oui mais je ne peux pas t'en dire plus.

- Pourquoi ?

- Parce que tu dois découvrir les secrets qui entourent cette personne sans aide magique.

- D'accord et comment vais-je le reconnaître ?

- Ne t'inquiète pas pour cela. Au début, il intégrera ton cercle amical sans que tu t'en rendes compte puis un jour, il te révélera sa véritable identité au moment où tu t'y attendras le moins.

- Et l'ai-je déjà vu dans un de mes rêves prémonitoires ?

- Oui. Autre chose pendant que j'y suis, garde un œil sur l'un de nos amis.

- Le quatrième guerrier ?

- Oui.

- J'imagine que je ne peux savoir son prénom ?

- Exactement.

- Stéphane, parfois je me demande à quoi servent tes apparitions si ce n'est que pour me donner des informations incomplètes.

- Je suis navré mais je reçois des ordres que je me dois d'exécuter. »