Prologue

Le printemps commençait lentement à reprendre ses droits sur la nature. La pluie arrosait tendrement l'herbe verte, lui redonnant un certain éclat sain. Sur les arbres nus, quelques bourgeons timides pointaient le bout de leur pétale aux côtés de feuilles vigoureuses en pleine croissance. Le soleil réchauffait vivement l'atmosphère.

Assise sagement sur un banc, regardant la nature s'éveiller lentement, une jeune fille buvait un thé chaud dans un gobelet en terre cuite. Son long habit de prêtresse aux couleurs chatoyantes la couvrait gracieusement et chaudement. Son regard était fixé sur l'arche principale menant l'accès au temple où elle vivait. Un sourire étira ses lèvres quand, petit à petit, elle vit apparaître un crâne dégarni et si reconnaissable. Elle se leva, abandonnant sa boisson, et partit vivement à la rencontre du vieil homme.

— Maître ! Que je suis heureuse de vous revoir !

Elle l'enlaça affectueusement alors qu'il s'arrêtait sur la dernière marche.

— Aaah ! Ma petite Sheena, fit le vieil homme en rigolant de sa voix bourrue. À chacun de mes retours, tu me fais culpabiliser !

— Pardon, Maître, se récria-t-elle en s'écartant. C'est que la vie est bien triste ici sans vous.

Le vieil homme lui sourit, indulgent, puis se dirigea vers ses appartements privés. La bâtisse, située à l'écart du sanctuaire, s'ouvrait sur une magnifique cascade où tout disciple le désirant pouvait y faire quelques ablutions et autres rituels de méditation. Le temple appartenait à sa famille depuis des générations mais aujourd'hui, peu de monde le côtoyait.

— Keïmly n'est pas là ? demanda le vieux maître, surpris de ne pas ressentir la présence du jeune homme dans les parages.

Derrière lui, Sheena gigota, mal à l'aise.

— Non, Maître. Il est parti voilà deux lunes déjà. Je n'ai aucune nouvelle de lui…

Sa voix triste fit ressentir un pincement au cœur de l'homme qui ne put s'empêcher de se retourner pour lui faire face.

— Alors, tu étais vraiment seule…

La jeune fille hocha vivement la tête mais se ressaisit et lui sourit tendrement.

— Bienvenue à la maison, Maître !

— Merci, Sheena. Tu vas être contente, je ne compte pas repartir avant plusieurs mois. Ce dernier voyage m'a épuisé. C'est que je ne suis plus tout jeune, vois-tu !

Son rire rauque emplit brusquement l'atmosphère, si bien qu'il effraya un jeune oiseau perché sur une poutre au-dessus d'eux. Le vieil homme sourit en voyant le volatile s'enfuir.

— Comment tu t'en sors, ici, Sheena ?

Son ton sérieux prit par surprise la jeune fille qui s'assit sur ses genoux alors que son maître déposait son sac dans la pièce principale de son domicile.

— C'est calme.

— Calme ?

— Vide. Peu de gens viennent prier les dieux ces derniers temps. Peu de gens viennent se reposer. Nous avons eu quelques visiteurs, des randonneurs et autres types de voyageurs, mais ils ne restaient à peine une ou deux nuits. Sans Keïmly, et sans vous, je m'occupe de tout, ici.

— Ce qui ne change pas. Ce petit filou ne t'aidait absolument pas dans tes tâches. Ah là là, soupira le maître. Je me demande ce que j'ai bien pu rater dans son éducation, à celui-là.

— Il vous ressemble, Maître, dit-elle en secouant gentiment la tête. Il cherche à être comme vous. Je le soupçonne d'être parti en pérégrination afin de mieux vous comprendre.

— Je ne pérégrine pas, rigola le vieil homme. J'endurcis mon corps et mon esprit, peu importe les moyens mis à ma disposition.

Sheena acquiesça doucement même si elle ne comprenait pas les motivations de son maître à la quitter de si longs mois pour vagabonder partout dans le monde sans destination fixe. Elle avait été adoptée par Maître Aesson alors qu'elle n'était qu'un nourrisson abandonné à l'entrée du temple. Il l'avait élevé comme sa fille et elle ne lui avait connu aucune famille. Elle était seule, la plupart du temps où l'homme partait pour s'entraîner. Elle avait l'habitude de la solitude qui était son quotidien. Le peu de croyants qui venaient prier au temple la surnommaient la « Prêtresse de la Solitude ». Cela avait changé le jour où Keïmly, alors jeune adolescent, avait déclaré vouloir être le disciple de son maître. Ce dernier l'avait pris sous son aile et inculqué les divers procédés de son art.

Sheena ferma les yeux et écouta attentivement les ressacs parvenant de la cascade. Son lien profond avec l'eau avait fait d'elle la Vierge de la Pluie. Elle pouvait passer des heures en solitaire à écouter les bruits de l'eau éclaboussant la nature. Avec Keïmly à ses côtés, cette vie de solitude lui avait moins pesé.

— Que te dit la cascade, ma petite Sheena ? murmura le vieil homme doucement pour ne pas rompre sa transe.

— Elle s'agite, comme toujours, répondit la jeune fille d'un chuchotement tout aussi bas. Le vent la caresse et la terre l'appelle.

— Oui, le printemps est déjà là dans certains pays plus au sud.

Sheena ouvrit calmement les yeux et le fixa un long moment avant de se lever.

— J'ai fait du thé. Laissez-moi vous en réchauffer une tasse.

— Avec plaisir, sourit le vieil homme.

La jeune fille partit récupérer la théière qu'elle avait laissée à l'entrée du sanctuaire tandis que le maître finissait de s'installer. Ils passèrent ensuite l'après-midi tranquillement installés dans la pièce de repos du temple. Aesson aimait particulièrement l'ambiance que l'endroit projetait sur son esprit. Sheena, elle, buvait avec passion les aventures que son maître partageait. La nuit s'étira puis le soleil s'éveilla paresseusement et tous deux allèrent se coucher alors que l'ombre d'une silhouette se profilait à l'horizon.