Désolé pour le premier post, il était raté, je suis vraiment pas doué... Enfin bref, bonne lecture, en espérant que celui-ci marche ! Ja~ne


Cela fait bientôt plusieurs mois que je suis enfermé dans cet endroit, plusieurs longs mois que je suis dans ce lieu noir avec pour seuls compagnie un garçon dans la même situation que moi, comme moi... Nous ne sommes séparés que par un "drap" à la texture singulière que je ne peux déchirer. Et puis quelle est la texture d'un drap ? Est-ce doux ? Râpeux ? Je ne le sais pas, pourtant lui le sait, il sait tant de choses que moi j'ignore. Le garçon d'à côté m'a dit qu'il s'appelait Shaolan et lorsque j'ai voulu lui dire le mien, je me suis rendu compte que moi-même je ne le connaissais pas. Lui pourtant savait mon prénom et il m'avait dit le plus simplement du monde Tu t'appelleras Davon, c'est joli non ? . Mais pourquoi parlait t-il au futur ? Et comment savait-il comment je m'appelais alors que moi, je ne le savais pas ? Je lui ai demandé et il m'a dit que c'était un secret et je n'ai pas insisté.

Je ne connais que les mots que j'ai entendu de "l'extérieur" ou ceux que Shaolan prononce. Je ne peux pas mettre d'image sur ces objets ou ces choses que me décrit mon colocataire, juste les imaginer. Sha-sha comme j'aime l'appeler, m'a détaillé beaucoup de choses sur le "dehors", pourtant il n'y est jamais allé et il ne voulait pas me dire comment il savait tout cela... Il m'a juste dit que je le saurais en tant voulu. Ce que je sais, c'est que l'endroit où nous sommes n'est pas comme "dehors", il m'a donné plusieurs petites informations, par-ci par-là, pour m'aider à imaginer, sur ce qu'on y trouve, ce qu'on y voit, ce qu'on y fait, sur ce qui s'y passe, mais je ne veux pas qu'imaginer ! Je veux savoir à quoi les choses ressemblent vraiment ! Je me pose des tas de questions, lui est serein, il ne se torture pas l'esprit pour essayer de comprendre le monde extérieur. Il sait beaucoup de choses, certaine, que malgré ses explications je ne comprends pas, je veux les voir pour y croire. C'est comment les couleurs ? Je vis dans un lieu où tout est noir, quand le saurai-je ? C'est quoi les odeurs ? Les choses ont-elles vraiment des textures et des goûts si variés ? Et la Lune ? Brille t-elle autant que le Soleil ? Et le temps et les saisons ? Peut-on vraiment avoir froid jusqu'à en mourir ? Nous qui sommes dans cette endroit, où le temps passe sans que l'on puisse savoir en qu'elle saison nous somme, quel temps il fait "dehors". Et Shaolan ! Qui est-il ? Comment a t-il autant de connaissance ? Qui est-il pour moi ? Pourquoi ne sommes nous que deux ? Qu'avons nous en commun à part ce lieu inerte ?

Je comprends peu de chose sur ce qui m'entoure, mais Sha-Sha, étrangement je le comprends, je sais quand il est triste, heureux ou encore fatigué. Je suis comme lié à lui, comme si on était pareil, comme des frères ou plus. Liés comme par un fil invisible qui me fait ressentir les mêmes sentiments que lui. Nous sommes plus semblable que n'importe qui. m'a t-il dit un jour en restant mystérieux comme toujours. A t-il raison ou sommes nous que deux simples individus enfermés dans le même endroit sans que nous ayons vraiment quelque chose en commun ? Pourtant, tout en me posant ces questions, je me dis que s'il n'était pas là, ce serait pire que tout. Que ce soit par coïncidence ou non que nous sommes ensemble, j'ai besoin de lui comme il a besoin de moi, comme une paire formant un tout. Il m'a un jour dit d'une voix enjouée, que "dehors", il existait des personnes qui naissaient ensemble, de mêmes parents, qu'on appelait cela des jumeaux et que ces individus pouvaient autant se ressembler qu'être le contraire l'un de l'autre. D'une certaine manière nous sommes comme des jumeaux lui et moi, et qui sait, nous avons peut-être été ainsi dans une vie antérieure.

Le temps passe, Shaolan et moi nous nous rapprochons et pas seulement amicalement. L'espace où nous nous trouvons rétrécit un peu plus chaque jour, on pourrait presque être collés l'un à l'autre. Ou alors ce pourrait être nous qui grandissions...

Au tout début, lorsque je me suis éveillé la première fois, je ne pouvais pas parler, j'entendais juste des bruits provenant de "l'extérieur". Je sentais une présence, mais je doutais, je n'étais pas sûr ! Et si ce n'était que mon imagination ? Je me sentais si seul, isolé... Puis un jour, quelque chose a bougé de l'autre côté et moi aussi j'y arrivais enfin. Mais peut-être n'était-ce qu'une hallucination, ou j'avais tout simplement fais trembler le "drap". Et puis, comme pour me rassurer, il a posé sa main sur le tissu qui nous séparait. Instinctivement, j'en avais fait autant, j'avais posé ma main sur la sienne, je m'étais senti bien rien qu'en réalisant ce geste, je n'étais plus seul. J'avais ensuite ouvert la bouche dans l'espoir de lui dire que moi aussi j'étais bien là, mais aucun son ne sortit de celle-ci, nous étions dans le silence total. Il ne parla pas non plus, j'angoissais un peu plus, rien ne prouvais que ce ne sois pas un rêve hormis la pression sur ma main. Je ressentais tellement de choses différentes à ce moment là... J'étais tiraillé entre un sentiment d'anxiété, de joie, de soulagement et d'excitation. J'étais ému par la même occasion, parce que d'un côté, c'était comme si j'avais souhaité sa présence depuis le début et qu'il avait fini par arriver, mon vœu avait été exhaussé. Mais il se pouvait que ce ne soit que temporaire ! Peut-être qu'il finirait par repartir, pour ne plus jamais revenir ! Je ne voulais pas qu'il s'en aille, que l'on nous sépare, qu'il m'abandonne et que je finisse seul de nouveau.
Pendant que toutes ces pensées frétillaient dans ma tête, il avait augmenté la pression sur la membrane qui nous séparait, comme si lui aussi était inquiet. À ce moment, j'avais alors tourné ma tête dans sa direction et il avait dit doucement Bonjour . Ce simple mot m'avait rendu encore plus heureux que je ne l'étais déjà, mais j'avais dû attendre encore quelques jours pour que l'on puisse communiquer. Nous avions alors parlé pendant des jours et des nuits entières, jusqu'à tomber de fatigue. Nous en apprenions chaque jour plus l'un sur l'autre, même si lui en savait toujours plus. Quand nous voulions dormir, nous nous endormions toujours main contre main, pour nous rassurer et être sûr de la présence de l'autre à notre réveil, que l'un de nous ne parte pas pendant le sommeil de l'autre. Nous aurions tellement voulu rester ainsi pour l'éternité, rien que tout les deux, jamais seul. Avec lui, j'en oubliais souvent mon envie de sortir, de découvrir "l'extérieur".

C'était un jour comme les autres, il faisait noir, je parlais avec Sha-sha de tout et de rien, à une chose près que depuis plusieurs semaine, nous étions à l'étroit. Seulement, aujourd'hui, cela nous étouffait presque, la pression augmentait au fur et à mesure que le temps passait. Au début, nous nous occupions à notre manière, bavardages, chamailleries, un ou deux coups de pied de temps en temps, mais au bout d'un moment, nous ne pouvions plus bouger. Comme serrés dans un étau, coincés, suffoquant, inquiets de la suite des événements. Je ne pouvais plus parler ! Que ce passait t-il ? Pourquoi subissions nous cela ? Avions nous mérité cela ? Avions nous fait quelque chose de mal ? De punissable ? Rien pourtant ! Nous voulions juste rester ensemble, rien de plus, rien de moins. Pourtant nous étions si mal, comme écrasés. Et alors que nous allions nous laisser emporter par cette vague, ce tsunami détruisant tout sur son passage, submergés par le désespoir, il fit un geste, ce geste si rassurant. Il avait posé sa main sur la mienne, comme pour me dire que tout irait bien, comme lors de notre premier contact. Comme ce jour là, une multitude de sentiments m'envahirent, se mêlant à la peur déjà présente, mettant sans dessus dessous ma raison. Lui et moi étions terrorisés, perdus et je me sentais glissé, tiré vers les bas fonds, loin de Shaolan. Petit à petit, je sombrais, ne pouvant lutter contre le sort qui s'acharnait contre moi. Je regardais Shaolan, affolé, ne pouvant voir son visage à cause de la chose qui nous séparait. Nous allions être séparés contre notre gré, on n'emmenais loin de lui. Je ne voulais pas m'en aller ! Qu'allais-je devenir sans lui ? Et lui sans moi ? Mais pourquoi diable on nous faisait cela ! Dans un effort herculéen, je tendais ma main dans sa direction avant de sombrer définitivement dans les abysses. Je criai son prénom, espérant que tout s'arrête, que je puisse rester avec lui, mais je continuais de partir. Pour seule réponse, il me dit d'une voix empli de tristesse Je te promets que l'on se reverra Davon. . Je n'étais pas convaincu et sa voix semblait si lointaine maintenant. Mais après l'avoir entendu reprendre son souffle, il reprit de plus belle avec une voix beaucoup plus joyeuse Ne t'inquiète pas, on se reverra, j'en suis certain . Me mentait t-il ? Essayait il de cacher la triste vérité ? Je ne le verrai plus c'est cela ? Soudain, je fus aspiré dans le vide, on me tenais le pied. Je me dis que c'était la fin, puis mes poumons me brûlèrent, une intense lumière blanche m'aveugla, et ma voix se changea en un cri strident puis des pleures de détresse.
Félicitations Elena, c'est un petit garçon, annonça la sage femme.
-C'est leur père qui va être content !
-Allez, encore un petit effort, son ou sa jumelle arrive. Et voici votre deuxième petit garçon madame, la reine sera heureuse que son enfant ait deux gardiens pour lui tout seul, comment allez voulez-vous les appeler ?
-Shaolan et Davon ! Je suis sûr qu'ils feront la paire ces deux petits anges, dit-elle avec un sourire.