Chapitre 1

Nouvelle recrue

— Non, Lyat ! C'est totalement hors de question ! Je ne veux pas de nouveau membre dans mon équipe !

L'homme qui venait de prononcer ces quelques mots, croisa les bras sur son torse. Il était plutôt grand, les cheveux noirs, courts, un peu en bataille, certainement âgé de trente ans. Son regard couleur acier fixait celui qui était assis face à lui. Il paraissait agacé, à bout de patience, prêt à sauter à la gorge de son supérieur. Par chance, un bureau, rempli de dossiers éparpillés, les séparait.

— Écoute Kéran. Tu n'as pas le choix.

Lyat, homme de vingt-huit ans, de taille moyenne, ne paraissait pas prêt à lâcher l'affaire. Il remonta ses lunettes sur nez, avant de se passer une main ses cheveux mi long couleur rouge sang. Son regard vert émeraude fixait son vis-à-vis avec insistance. Il n'était pas homme à abandonner avec autant de facilité. Sinon, il ne serait jamais parvenu au poste qu'il occupe.

— La règle est claire ! Il faut cinq membres par division. Que ça te plaise ou non, choisi quelqu'un !

— Je m'en fiche des règles ! Je ne veux personne !

Kéran grommela tout en tournant le dos au bureau. Il s'assit sur le bord, toujours les bras croisés. Il ne semblait pas disposé à céder.

— Je ne le répèterai pas, Kéran ! Tu dois en prendre un ! En plus, je te propose de choisir entre les deux meilleurs de cette promo. Regarde leur dossier au moins avant de refuser !

Un grognement s'échappa des lèvres de Kéran. Il se tourna et observa les documents. Il regarda les photos des prétendants avant de lire les quelques informations notées. Ses yeux parcoururent ensuite l'ensemble des autres dossiers éparpillés. Son attention s'arrêta sur un en particulier. Il lâcha les documents des premiers de la classe pour se saisir de celui qui l'attirait. Il parcourut rapidement les informations. Il haussa les sourcils en lisant les notes qu'il avait obtenues aux examens puis un sourire étira ses lèvres.

— C'est lui que je veux !

— Pardon ?

Lyat prit le dossier et après lecture du nom, lâcha un soupir. Il secoua la tête de gauche à droite.

— Tu ne peux pas en choisir un autre ? Ce garçon a eu tout juste la moyenne pour être pris dans une division de terrain.

— Je sais encore lire. Mais tu ne trouves pas étrange justement qu'il ait eut pile la moyenne ? Regarde ses résultats au cours de l'année. Tu ne remarques rien ?

— Que veux-tu que je te dise ? Certaines personnes sont moyennes dans tous les domaines. Ça me coûte déjà de l'accepter… Pour moi, il n'a pas les capacités pour faire partie d'une division, surtout pas la division de l'Ombre.

Lyat reposa le dossier sur le bureau puis quitta son fauteuil. Il s'approcha de la fenêtre de son bureau. Il regarda les immeubles d'en face. Il voyait le bâtiment, dans lequel ils se trouvaient, se réfléchir dans les baies vitrées. Il leva les yeux pour observer le ciel. Quelques nuages gris passaient rapidement, poussés par le vent.

Il savait que Kéran avait raison sur le compte de ce jeune homme. Il avait pu l'observer durant les entraînements. Il montrait un talent qui pourrait s'avérer fort appréciable. C'était donc évident qu'il baissait volontairement son niveau. Mais, il y avait autre chose qui le dérangeait. Il en avait parlé avec Atan qui avait remarqué la même chose. Celui-ci avait décidé de le garder à l'œil.

— C'est lui ou personne. » Insista Kéran en s'approchant de son supérieur. « Je suis certain qu'il a trafiqué ses résultats. Mon instinct ne me trompe jamais. Faudrait être aveugle pour ne pas le voir, Lyat ! Et puis ton argument ne tient pas. Je te rappelle que tu n'avais pas non plus les capacités pour être homme de terrain ou pour faire partie de l'U.C.A. Toi aussi tu as fait en sorte de ne pas te faire remarquer. Pourtant, tu as surpris tout le monde dès la première mission.

— C'est bon Kéran !

— Pardon ?

Lyat se tourna vers lui. Il remonta ses lunettes tout en le fixant.

— Inutile d'insister. Atan avait déjà décidé qu'il ferait parti de ton groupe. Mais, connaissant ton entêtement, il voulait que ce soit toi qui le choisisses. Il savait que ton attention serait attirée par ses notes.

— Le sale manipulateur… Je devrais le tuer.

Lyat secoua la tête de gauche à droite en soupirant. Il retourna à son bureau et lui tendit le dossier du nouveau. Kéran le saisit en souriant. Il le glissa sous son bras et se dirigea vers la sortie.

— Un instant Kéran…

L'interpellé se retourna puis revint vers son supérieur. A son expression grave, il pouvait voir qu'il y avait un souci.

— Qu'est-ce qu'il y a ?

— Atan et moi voulons que tu gardes un œil sur ce garçon. Surveille ces moindres faits et gestes.

— Pourquoi ?

— Nous n'en sommes pas encore certains. Nous faisons une enquête de notre côté. Je te demande juste de le surveiller.

— D'accord…

Kéran ne préférait pas insister. Il savait que si ses supérieurs se permettaient d'enquêter en personne, sur un nouveau, c'était pour une raison valable. Quelque chose chez ce garçon devait les inquiéter. Ça l'intriguait. Il devait bien le reconnaître. Mais, discrètement, sans en faire part à qui que ce soit, il mènerait ses petites recherches. En attendant, il allait devoir accueillir ce petit nouveau.

Il quitta le bureau et longea un long couloir. Il franchit plusieurs portes battantes avant d'arriver devant les ascenseurs. Il appuya sur un bouton puis tout en patientant, il reprit le dossier. Il parcourut le passage sur la psychologie de son nouveau collègue. Aux yeux des contrôleurs, il semblait être quelqu'un de stable, sérieux dans le travail, sans souci en apparence. Il avait été élevé dans une famille de classe moyenne. Il était enfant unique et avait reçu une éducation correcte. Lorsque son don s'était éveillé, il n'avait eu aucun mal à le contrôler, selon le dossier médical.

— Il me semble un peu trop parfait ton gars ! » Fit une voix masculine derrière lui.

Kéran se tourna vers son interlocuteur. Un jeune homme de vingt-cinq ans passé, aux cheveux blonds en bataille et au sourire enjôleur, le fixait. Son regard ambré reflétait l'amusement.

— Ikkley…

— Il te l'a imposé ou tu l'as choisi ?

— Tu connais déjà la réponse. Tu sais très bien que c'est moi qui décide des hommes qui vont devenir mes partenaires.

Kéran ferma le dossier et tourna le dos à son collègue. Ikkley, amusé, se plaça à ses côtés pour attendre l'ascenseur. Son sourire moqueur avait le don d'agacer le brun. Il n'était pas rare qu'il éprouve le désir de le lui effacer. Cependant, il n'en faisait rien. Malgré ce côté taquin énervant, Ikkley était un homme de confiance. Kéran savait qu'en cas de soucis, il pouvait lui demander son aide. Encore fallait-il que sa fierté lui permettre de le faire.

L'ascenseur finit s'ouvrir. Kéran laissa Ikkley passer le premier. Il le suivit mais au moment où les portes commencèrent à se refermer, il bondit à l'extérieur, laissant son collègue seul. Il n'avait pas envie de supporter ses moqueries. Il se dirigea vers les escaliers et descendit une dizaine d'étage à pieds.

Arrivé à destination, Kéran vit Ikkley qui l'attendait avec une mine boudeuse.

— Tu n'es qu'un rabat-joie Kéran. Je ne peux même plus jouer avec toi sans que tu prennes la mouche.

— A ma place, tu aimerais ça ?

Ikkley lui fit un petit clin d'œil et se détourna en souriant. Il s'éloigna sans répondre. Mais, Kéran la connaissait la réponse. Il secoua la tête de gauche à droite et prit la direction de la salle réservée à sa division. Arrivé devant la porte, il soupira doucement en se demandant comment il allait annoncer la nouvelle à ses partenaires.

Finalement, il franchit le seuil qui le séparait de ses amis. Il n'eut pas le temps de réagir que le dossier, qu'il tenait sous le bras, lui était arraché.

— Alors Louanis ! Il s'appelle comment le nouveau ? » Demanda un jeune homme n'ayant pas encore vingt-cinq ans, un peu plus petit que la moyenne, le regard noisette pétillant et les cheveux blonds, longs, attachés en natte.

— Attend Yawx, je regarde ! » Répondit un grand et fin châtain, aux cheveux courts et en bataille, âgé de vingt-sept ans, les yeux bleus parcourant le dossier.

Kéran se massa les tempes et laissa curieux feuilleter le dossier. Il s'approcha de son troisième partenaire qui était resté assis à lire un roman sur sa tablette. Il avait le crâne rasé et possédait un tatouage sur la moitié gauche. Le dessin représentait une sortie de serpent à plumes, dont les ailes étaient déployées. La queue descendait sur la nuque de l'homme. Ce dernier ne devait pas avoir plus de vingt-neuf ans et était de taille moyenne, au corps de sportif. Ses yeux gris, ornés de jolie lunettes, ne quittaient pas son roman, ignorant ce qui se passait autour de lui.

Kéran poussa ses pieds qui étaient posés sur la table. Son partenaire grommela mais n'objecta pas. Il continuait sa lecture.

— Ça va Raak ? Ils n'ont pas été trop infernaux ?

— Pas plus que d'habitude. » Répondit l'interpellé en posant sa tablette. « Alors ? Le nouveau ? Qui est-ce ? »

— Un jeune homme du nom de Saménès Odawar ! » Déclara Yawx avec un grand sourire qu'il perdit aussitôt. « Mais, tu as vu ses notes ? Il n'a pas vraiment les compétences pour être un homme de terrain. Et les avis ? Il a l'air trop gentil. Pourquoi tu l'as pris lui ? »

Kéran soupira en prenant place derrière un bureau. Il croisa les jambes et alluma une cigarette.

— Parce que je trouvais ses notes étranges et les avis aussi. Tout ça ne va pas. Il me fait trop penser au type moyen par excellence. Or, quelqu'un de moyen ne chercherait pas à entrer chez nous, sachant le boulot que nous faisons. Et puis, s'il était si normal, comment a-t-il pu réussir à maîtriser son don en quelques instants ?

— Hm… Je peux voir le dossier ? » Demanda Raak en tendant la main.

Yawx le lui tendit. Il remonta ses lunettes et commença à parcourir rapidement les informations du dossier. Il fronça les sourcils puis fixa Kéran, semblant lui demander si c'était une plaisanterie. Comprenant la question muette de son ami, il lui répondit d'un signe négatif de la tête.

Raak posa les documents sur la table et quitta son fauteuil. Il s'approcha de la fenêtre pour observer le ciel qui se couvrait de plus en plus.

— Tu comptes vraiment le laisser aller sur le terrain, Chef ?

— Oui. Même si c'est risqué, je veux savoir de quoi il est vraiment capable. Je m'occuperai de mettre les points sur les « i » avec lui. En attendant, préparons-nous à l'accueillir. Il doit arriver en fin d'après-midi.

— Ça tombe bien ! » Déclara Louanis en tendant le doigt vers un dossier posé sur le bureau de Kéran. « Nous avons une nouvelle mission à traiter. »

Le chef de la division saisit le dossier et commença à le lire, la cigarette coincée entre ses lèvres. C'était une affaire des plus classiques pour son équipe. Il s'agissait d'une nouvelle enquête à mener sur un meurtre ayant eu lieu la veille au soir prêt d'une ruelle au nord de la capitale. Un homme avait été éventré ni plus, ni moins. C'était certainement l'œuvre d'un Actif Non Contrôlable. Le crime était bien trop sauvage pour qu'il en soit autrement. Tout ce qu'il fallait donc faire, c'était retrouver l'assassin. Ce ne serait pas si difficile. Il suffisait de suivre les cadavres.

En attendant l'arrivée de leur nouveau partenaire, les quatre hommes étudièrent le dossier. Ils prirent connaissance des plans de la ville autour du lieu du crime. Chacun savait où se placer pour mener les recherches. Kéran prévint ses amis qu'il prendrait le nouveau avec lui. C'était l'ordre de leurs supérieurs. Il devait garder un œil sur lui et le surveiller.

L'après-midi passa relativement vite. Alors que le premier soleil déclinait à l'horizon, l'heure de l'arrivée du nouveau membre de la division de l'Ombre approchait. Un petit coup discret à la porte attira l'attention des quatre hommes. Tous regardèrent en direction du seuil, tandis que Kéran invitait le visiteur à entrer.

C'était un jeune homme d'une vingtaine d'année, aux cheveux courts noirs qui entra. Il ferma la porte derrière lui et fit quelques pas avant de s'arrêter. Les bras le long du corps, il inclina la tête en guise de salut.

— Bonsoir, je suis Saménès Odawar. J'ai été affecté à votre division.

Kéran se leva et s'approcha de lui. Il le fixa, une main dans la poche de son pantalon.

— Bienvenue à la division de l'Ombre. Je suis Kéran Solikor, l'inspecteur chef. Voici notre informaticien, Yawx Manita. Là, c'est Louanis Jaros, tireur d'élite et donc, notre ange gardien. Et enfin Raak Xalom, homme de terrain.

Le jeune homme se redressa pour fixer ses partenaires. Ses yeux vairons, le droit rouge et le gauche noir, observa chacun d'eux en détail, de quoi les mettre mal à l'aise. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

— Ravi de vous rencontrer ! Je ne pensais pas faire parti de votre division. Vous êtes tous des légendes.

Cette remarque amusa Yawx et Louanis, mais laissa les deux autres de marbre. Kéran invita la nouvelle recrue à s'installer, afin de le mettre directement dans le bain, en lui présentant leur nouvelle affaire.

A suivre...