Titre : Being Beauteous

Auteur : Pim's

Beta lecture :Kyu et Alexis.

Genre : One shot. Héroic-Fantasy. AlphaProduct.

Disclaimer : Le perso m'appartient !

Le jeune homme s'avance lentement au centre de l'immense clairière.

La nuit est à la lune pleine et la forêt brille d'un éclat irréel.

La lueur argentée court sur les feuilles comme un feu lumineux pour finir par se refléter dans le vert de deux yeux cristallins.

Tranquillement, le démon dégaine son sabre de son fourreau pour mieux le présenter à la lune.

Alors l'astre se reflète sur la lame, comme s'il la caressait pour mieux la découvrir.

Et il découvre le pourpre d'une lame forgée avec amour et respect par un maître.

Les feuilles d'érable gravées sur le métal et reliées entre elles par un fin fil tressé, apparaissent comme les symboles mystiques d'un autre monde et d'un mode de pensée oublié.

Plus que de simples inscriptions sur la lame, elles l'entourent, l'épousant tel un couple aimant qui s'enlace.

Pleines de lumière lunaire, les gravures d'un noir de jais ressortent sur le rouge sombre d'une lame, qui maintenue d'une main souple, s'élève dans les airs.

Puis le jeune homme se met à virevolter. Il offre une danse à la lune.

Une danse langoureuse, lancinante et envoutante. Les fines nervures argentées des feuilles symbolisées sur le métal sont autant d'éclairs foudroyants dans la nuit.

Une danse dangereuse, qui respire à la fois la maîtrise et le respect dû à un katana.

Un pas en avant, un autre sur le côté, un mouvement de hanche qui s'étire jusqu'aux bras pour mourir en douceur sur la main, donnant l'élan au sabre.

Fluidité dans la nuit.

La passion d'une vie,

Et l'éclat d'un sourire.

Une nuque qui se redresse fièrement, un coup d'œil à la lune qui se finit par un dos cambré.

Et alors le dos se redresse, les jambes se stabilisent et s'accordent avec la main, la lame, pour ne faire qu'un avec l'air ambiant, l'atmosphère enchanteur de cette nuit.

Toujours en mouvement, jamais il ne s'arrête. Son corps forme des courbes amoureuses, en accord avec tout et rien à la fois. Et toujours, la lame à ses côtés. Amie fidèle et sans reproche, digne compagne d'un être à part.

Le jeune danse pour la lune, avec son sabre comme partenaire, son seul allié sur un monde d'aliénés.

Il se sait observé. Les yeux des animaux brillent dans la nuit, leur ombres se dessinent, trahis par un clair de lune flamboyant. Les fées aussi sont là. Elles n'ont pas d'ombre, on ne voit pas leurs yeux mais des oreilles aguerries peuvent entendre leurs ailes jouer avec l'air pour se maintenir en suspens.

Il ressent plus qu'il ne voit, la présence de ces petits brins de magie qui intrigués, se cachent derrière des feuilles pour remplir leur yeux de ce singulier spectacle.

Il leur adresse une prière muette pour qu'elles restent à l'abri dans les buissons. La lame filant sans merci, qui joue avec l'air aussi bien que les ailes des fées, serait meurtrière pour ces charmants petits êtres.

Longtemps, il danse. Il danse pour la lune, parce qu'elle est belle, parce qu'elle le soutient.

Il danse pour les fées, parce qu'elles sont là, parce qu'il les aime. Il danse pour son monde, il danse pour oublier, il danse pour lui. Parce qu'il en a besoin, parce qu'il en a envie.

Tandis que les animaux hypnotisés demeurent immobiles, les fées, trop curieuses, finissent par sortir de leur cachette végétale et se joignent à la danse.

Le jeune garçon sourit. Finalement il s'y attendait. Il connaît bien les fées et avait deviné que leur curiosité serait plus forte que leur raison. Après tout, il est fait de magie, tout comme elles.

Ce qu'il pensait être la fin de sa danse devint embellie quand il comprit qu'il pouvait continuer sans se soucier des petites beautés ailées qui virevoltent autour de lui.

Mieux, elles deviennent complémentaires de la danse, petit trait de magie formant un halo qui rend la scène encore plus irréelle.

Le temps n'est plus, il n'y a que 4 entités, qui assemblées, n'en forment que deux.

Lui et son sabre, magnifiquement accompagné par la nature et les fées.

Comme toute chose possède une fin qui n'en est pas réellement une, le soleil pointe à l'horizon pour reprendre ses droits et lentement, le démon ralentit sa danse. Une fée plus facétieuse que les autres vint se percher sur la pointe de la lame et accompagnera les mouvements jusqu'à leur toutes fin.

Couvert de sueur, le démon tombe à genoux, se rendant à la lune qui est presque entièrement rentrée. Humble pour une fois, il courbe la tête et salue, rendant silencieusement hommage, le souffle court et les yeux remplis de rêve.

L'aube naît, donnant au ciel humain les couleurs d'un monde dont il n'a pas conscience.

L'argent magique s'estompe et laisse place au pourpre vif.

Le jeune homme se convulse légèrement, en lui pulse sa force, sa vie, sa raison d'être. Il laisse couler une unique larme salvatrice, témoin muet du trop plein d'émotion qui le submerge.

Alors, d'un mouvement chantant de la main, il tranche sa chemise qui tombe en lambeaux avec lesquelles les fées combleront leurs nids.

Sur une dernière convulsion et dans un plaisir semblable à l'orgasme, apparaissent sur son dos les ailes noires, déchirant l'air mais comblant l'atmosphère d'un vide.

Le temps s'est arrêté, il veut garder cette image du démon à genoux, une main crispée dans la terre de la forêt, l'autre tenant son sabre, sur ses ailes, les fées, et dans ses yeux, son monde.

Eté 2010,

Pim's.