Pour le Conte


La Fée

Et ils vécurent heureux... Combien de fois ai-je entendu cette phrase ? Des centaines, des milliers de fois peut-être. Je ne sais plus, j'ai fini par perdre le compte... J'ai été bercée dans ces histoires, j'ai été fascinée par ces fins merveilleuses. Je voulais vivre, moi aussi, une telle histoire d'amour, être heureuse à mon tour...

Je suis Fée. Depuis toujours, je suis la Bonne Fée. Mon rôle est de protéger les princesses, de bénir les princes, de guider les bonnes âmes, de châtier les mauvaises... Ma vie est sans repos, on me demande sans cesse. Marraine, gardienne, gouvernante... J'exécute tous ces rôles et plus encore, sans que l'on se souvienne de mon prénom. Je ne suis qu'un personnage de second plan, dans l'histoire de ma propre vie.

Non pas que ce soit là un enfer... J'aime aider les gens, donc ce rôle me convient... Me convenait... J'aidais avec le sourire au début – un vrai sourire de joie, avec un réel bonheur. Je me sentais à ma place, là où je devais être. J'avais l'impression d'être utile, d'être aimée. D'être quelqu'un...

x

Mais lorsque l'on passe son temps à aider les autres, on finit par se perdre soi-même. Je ne suis jamais au premier plan, cela ne me dérange pas. Mais ne pas pouvoir, moi aussi, connaître ma fin heureuse, ne pas avoir le droit à l'amour... Cela m'est devenu insupportable. Et je ne peux rien faire contre.

x

Pourquoi ?

x

Pour le bien du conte. Toujours le conte, avant tout. Je dois rester dans mon rôle, mon rôle de Fée. Je ne peux pas changer les règles établies, je ne dois pas changer mon rôle. Je ne peux rien faire, même si je voudrais tout recommencer.

x

Pourquoi ?

x

Et encore et toujours jouer le même rôle, je ne peux pas m'échapper. Oh, rien qu'une fois, une seule, j'aimerais qu'un homme vienne me voir. Et qu'au lieu de ma bénédiction, il vienne me demander mon cœur. Mais j'ai beau continuer à espérer, cela n'arrive jamais. Je suis toujours seule.

x

Pourquoi ?

x

Et encore une princesse à cacher. Gardée, en attendant que le prince ne vienne la délivrer. Alors que je reste seule. Je l'ai confiée à un ami, avant de m'enfuir. Cacher mes pleurs. Garder le sourire. Pour le bien du conte. Elle n'a qu'un an, mais elle est condamnée au bonheur.

x

Pourquoi ?

x

Et encore un prince venu me demander ma bénédiction. Une princesse à délivrer, un dragon à terrasser, un bonheur à conquérir. La fin heureuse approche.

Et je reste désespérément seule.

x

Pour qui ?