Affaire N°1.

Le jeudi 14 mars 2008.

Le bubble - gum.

07 h 00.

Ville : 18 – C62 – V29.

Lieu : Pension Vanilos – Couloir principal.

Une nouvelle journée vient de commencer pour la ville dans laquelle je réside. Actuellement, je me trouve dans le couloir principal du pensionnat Vanilos pour remplacer Trébor dont la garde s'achève maintenant. Le voilà d'ailleurs qui sort du bureau des éducateurs pour se placer face à moi.

« Bonjour Trébor, lui dis-je.

- Salut Jason.

- Alors, ta garde s'est bien passée ?

- Comme d'habitude mais cela ne m'empêche d'être crevé.

- Avec dix heures de veille dans les rotules, je peux comprendre. D'ailleurs, je ne vais pas te retenir plus longtemps.

- Entendu. Bonne matinée.

- Merci et à toi aussi. »

Mon employé s'éloigne de moi en marchant tranquillement vers la porte d'entrée du pensionnat. Pour mon cas, je me dirige vers la salle à manger où je dois me dépêcher pour mettre les couverts. Dans quelques secondes, les vingt garçons vont descendre de l'étage pour venir prendre leur petit déjeuner. Tout en m'affairant, j'ignore complètement les agissements de mon ennemie l'entité.

Lieu : Maison des parents de Jimmy – Chambre de Jimmy.

Jimmy dort tranquillement dans son lit. La pièce est plongée dans l'obscurité la plus totale mais cela n'empêche pas l'entité de rendre visite à mon ami. Bien sûr, mon ennemi est toujours dans le corps de Marek et c'est ainsi qu'il lève les bras au–dessus de sa tête.

« Jimmy, il est grand temps pour toi que tu viennes gonfler mes rangs et je suis sûr qu'avec ton aide, je parviendrais à absorber un maximum de puissance. »

Une sphère d'énergie grise fait son apparition entre les mains grandes ouvertes de l'entité.

« Avec mes pouvoirs, je te fais capitaine des pirates ! »

Marek lâche la sphère qui fonce vers Jimmy. Son corps absorbe l'énergie malsaine et à ce moment, le jeune homme ouvre les yeux. Il tourne son visage vers l'entité et se lève aussitôt de son lit pour se prosterner aux pieds de son nouveau maître.

« Gloire et puissance au général du monde hanté.

- Relève–toi Jimmy. »

Jimmy obéit et se met debout.

« Pour te souhaiter la bienvenue dans mon équipe, commence l'entité, je t'offre carte blanche pour mener ta première mission.

- Merci maître. Je tacherai de faire de mon mieux.

- Je le sais mais je te demande de faire très attention !

- A quoi donc ?

- Si j'ai réussi à t'élever au rang de capitaine des pirates, il se peut qu'un marin fasse également son apparition.

- J'en fais mon affaire.

- Très bien. Lorsque ta mission sera terminée, vient me retrouver devant l'autel.

- A vos ordres. »

L'entité disparaît, laissant Jimmy seul dans la pièce. Ce dernier claque des doigts et matérialise un costume de pirate sur son corps.

« Voilà et maintenant que je suis prêt à entrer en action, autant ne pas tarder. »

C'est à son tour que le jeune homme se volatilise de la chambre.

Lieu : Pension Vanilos – Salle à manger.

Les enfants arrivent tout doucement dans la pièce et prennent rapidement place autour de la grande table. Au bout de quelques secondes, le petit déjeuner peut réellement commencer. Lorsque je porte ma tasse à mes lèvres, une vision me frappe l'esprit.

Lieu : Mon esprit.

Dans ma vision, je vois un bateau naviguer sur ce qui semble être une mer. Sur le plus grand mat est accroché un drapeau que je connais très bien. La couleur principale du pavillon est le noir et une tête de mort est dessinée dessus. Comme vous l'avez compris, ce que je vois actuellement dans ma vision n'est autre qu'un bateau de pirate. Seconde vision, Jimmy. Dans la troisième et la dernière, Alexandre.

Lieu : Pension Vanilos – Salle à manger.

Je reviens à la réalité et jette un coup d'œil rapide sur les vingt garçons pour être sûr qu'aucun d'entre eux n'a remarqué mon trouble. La réponse est non et j'en suis rassuré. J'avale une gorgée de mon café et repose tranquillement la tasse sur sa soucoupe.

Lieu : Appartement de Trébor – Propriété – Portail d'entrée.

Trébor arrive devant le portail fermé de sa propriété lorsqu'il entend une voix venant de sa gauche.

« Bonjour Trébor. »

L'ancien gendarme s'arrête et tourne son visage vers celui qui vient de lui parler. Face à lui se tient Joris et Cyril. De suite, l'homme serre la main de ses deux amis.

« Alors, commence le second, tu viens de finir tes heures de gardes ?

- Oui et je n'en suis pas mécontent. Vous travaillez aujourd'hui, si je ne me trompe pas ?

- Exactement et c'est moi qui fais le plus d'heure.

- Celles de l'après-midi ?

- Oui.

- Dans ce cas, je te souhaite bon courage.

- Merci.

- Bonjour les filles. »

Cyril et Joris se retournent pour savoir qui vient de leur parler de cette façon. Qu'elle n'est pas leur surprise quant ils découvrent que c'est Jimmy. De plus, le jeune homme porte toujours sa tenue de pirate.

« Jimmy ? Que fais-tu dans cet accoutrement ? Lui demande Joris.

- C'est ma tenue de serviteur du mal.

- Serviteur du mal ? S'étonne celui qui vient de lui poser la question.

- Exactement. »

Trébor comprend de suite le sens de ce message. Il s'éloigne de son portail et s'avance pour dépasser Joris et Cyril.

« Jimmy, peux-tu laisser Joris et Cyril partir sans leur faire du mal ?

- Bien sûr. De toute façon, ils ne représentent aucune menace à mes yeux.

- Merci. »

Sans quitter Jimmy des yeux, Trébor s'adresse à ses deux collègues.

« Vous m'excuserez tous les deux mais je vais vous demander de partir d'ici. »

Voyant le sérieux de Trébor, Cyril décide d'intervenir en sa faveur. Il se rapproche de Joris pour le convaincre de partir.

« On doit l'écouter Joris. Si Trébor nous demande de partir, c'est parce qu'il a sûrement une bonne raison.

- Oui mais c'est Jimmy qui est en face de nous et jusqu'à preuve du contraire, on ne risque rien avec lui.

- Joris ! » Prononce fortement Trébor.

Joris, comprenant ce qui se passe, quitte les lieux à la hâte, suivi de très près par Cyril. Désormais, l'ancien flic se retrouve seul face à Jimmy et adopte aussitôt une position de garde.

« Si tu veux te battre contre moi, sache que je ne te crains pas.

- Tu plaisantes Trébor ? »

Jimmy lève sa main droite grande ouverte vers l'éducateur. Là, une bulle d'eau fait son apparition et fonce sur l'ancien gendarme. La vitesse à laquelle se déplace la sphère aquatique est lente. Tellement que Trébor se montre très confiant lorsqu'il la fait disparaître avec un simple coup de poing.

« Et voilà le travail.

- Pauvre abruti. » Lui rétorque Jimmy.

Voyant le sourire qui se dessine sur les lèvres du pirate, Trébor commence à se poser des tas de questions. Malheureusement pour lui, la réponse se fait connaître sous la forme d'une colonne entièrement constituée d'eau. Bien sûr, Trébor se trouve à l'intérieur et tente de s'échapper mais c'est peine perdue. Au bout de quelques secondes, ses bras tombent le long de son corps, signe de sa défaite. D'un claquement de doigts, Jimmy fait disparaître la colonne et voit son adversaire tomber lourdement sur le sol. L'ancien gendarme est inconscient à cause de ses poumons qui sont remplis d'eau.

« Voilà qui est fait. Maintenant, allons trouver ce marin avant qu'il se réveille à son tour. »

Loin de s'inquiéter de l'état de santé de Trébor, Jimmy saute dans les airs et se dématérialise. La préoccupation de ce dernier : trouver son ennemi attitré pour l'éliminer.

08 H 00

Lieu : Pension Vanilos – Salle à manger.

Je suis en train de débarrasser la table pendant que la plupart des enfants sont partis prendre leur douche. Ceux qui sont avec moi sont ceux dont l'âge est trop bas pour permettre ce genre d'initiative. Pendant que j'empile les soucoupes les unes sur les autres, mes oreilles perçoivent une petite émission sonore. Je pose la vaisselle sale sur la table et porte ma main droite sur ma montre pour ouvrir la partie supérieure. Là, un chiffre s'affiche sur l'écran accompagné d'une petite phrase.

« Nouvelle puissance ? »

Effectivement, ma montre vient de détecter Jimmy mais pour ce détail, je l'ignore encore. Tout à coup, j'entends la porte d'entrée du pensionnat s'ouvrir et se refermer. Des pas se font audibles et quelques secondes plus tard, Ludovic fait son irruption dans la salle à manger.

« Jason.

- Bonjour Ludovic, comment vas-tu ?

- Très bien ! Par contre, j'aimerais savoir si ta montre a détecté cette nouvelle puissance ?

- Oui mais d'après le chiffre, nous n'avons rien à craindre.

- Certes mais elle appartient au clan adverse.

- N'aie crainte Ludovic. Si nous avons affaire à un nouvel ennemi en remplacement de Rémi, notre équipe s'en retrouvera également gonflée.

- Tu en es sûr ?

- Ouais et d'ailleurs, je te conseille de garder un œil autour de toi en cas si une nouvelle arme bénéfique est découverte.

- Entendu. »

Lieu : Maison des parents de Michael et de Jeremy – Ruines.

Michael se tient devant le tas de débris qui témoigne de la vie passée de la demeure dans laquelle il vivait, ainsi que sa famille. Inévitablement, le jeune homme a les larmes aux yeux.

« Michael ? »

Le grand frère de Jeremy tourne sa tête sur sa gauche et remarque la présence de Vincent, accompagné de Benjamin. De suite, le garçon triste s'empresse d'essuyer les larmes naissantes du revers de son bras droit.

« Tu ne devrais pas venir ici Michael.

- Désolé mais je ne peux faire autrement. J'ai grandi dans cette maison et c'est dans celle-ci que mes parents ont trouvé la mort. La vie est vraiment trop injuste avec certaines familles, en particulier la mienne. »

Benjamin s'approche de Michael pour le prendre dans ses bras mais l'homme recule pour se tenir à distance.

« Michael ?

- Excuse-moi Benjamin mais je n'ai pas le temps pour m'apitoyer sur mon sort. Désormais, je dois tout faire pour que Jeremy et Davy ne soient pas séparer de moi.

- En parlant de Jeremy, coupe Vincent, comment va-t-il ?

- Ses blessures se referment doucement.

- Et son moral ?

- Pas très bien, comme tu dois t'en douter.

- Désolé d'avoir posé une question aussi idiote.

- Ce n'est pas grave. De toute façon, on ne sait jamais comment réagir face à une personne qui a perdu ses parents. »

C'est silencieusement que Vincent hoche positivement de la tête. Benjamin se permet une question assez délicate.

« Tout se passe bien chez ton oncle ?

- Oui. Il a discuté avec ma tante et c'est ensemble qu'ils ont décidé de me garder avec eux. Dans les jours qui vont venir, Jeremy devrait nous rejoindre pour qu'on puisse retrouver un semblant de vie normale.

- Dans ce cas, sache qu'on est de tout cœur avec vous.

- Merci.

- Et sinon, on ne sait toujours pas ce qui a déclenché cet incendie ? Poursuit Vincent.

- Non mais les gendarmes poursuivent leur enquête. »

Lieu : Maison de la grand – mère de Ludovic – Propriété – Cour.

Ludovic vient de rentrer dans la cour de sa grand-mère lorsque Jimmy fait son apparition face à lui.

« Jimmy, ce n'est pas possible ?

- Si, comme tu peux le voir. »

Le tueur de vampire comprend mieux les choses.

« C'est donc toi notre nouvel ennemi ?

- Exactement et je vais me faire une joie de vous tuer les uns après les autres.

- Sache que si tu veux commencer par moi, tu risques de le regretter. »

De suite, Ludovic sort son étrange pistolet.

« Qu'est-ce que c'est ?

- C'est mon distributeur de pieu.

- Cela ne reste qu'un jouet qui ne pourra me faire guère de mal. »

Jimmy matérialise une bulle d'eau dans sa main droite et la lance en direction du rouquin. Celui-ci l'évite en survolant la sphère aquatique qui va s'écraser contre un mur de la maison. Ludovic se pose rapidement sur la terre ferme et vise Jimmy de son canon. L'homme appuie sur la gâchette et un pieu part immédiatement en direction du cœur du pirate. D'un geste de la main, le capitaine transforme l'arme en onde qui va se répandre sur le sol. Ludovic est très déçu de cette tentative échouée et Jimmy s'en aperçoit.

« Désolé Ludovic mais si tu pensais m'avoir de cette façon, sache que tu peux faire une croix dessus. »

Soudain, un bruit métallique se fait entendre. Ludovic tourne son visage vers sa droite et voit une ancre foncer sur Jimmy, reliée à une chaîne à gros maillons. Le pirate a juste le temps de sauter en arrière pour éviter l'arme massive qui s'enfonce lourdement dans le sol.

« Merde ! Que va dire ma grand-mère ? »

Quant à Jimmy, celui-ci ne se soucie pas vraiment du tapis caillouteux de la cour. Ce qui l'intrigue, c'est de connaître l'identité de celui qui manipule cette ancre. D'ailleurs, il s'empresse de diriger son regard vers l'entrée de la propriété, là où se tient une silhouette cachée par l'ombrage d'un arbre.

« Qui est-là ? »

En guise de réponse, l'individu mystérieux rappelle l'ancre en tirant légèrement sur la chaîne. Celle-ci va s'enrouler autour de son poignet et son extrémité se plaque contre le membre. Ludovic se permet de lui poser une question.

« Etes-vous des miens ? Si la réponse est positive, sachez que j'ai besoin de votre aide pour vaincre mon adversaire. »

La silhouette se contente de renvoyer son ancre vers Jimmy pour la seconde fois. Cette fois-ci, l'arme déchire la veste que porte le jeune pirate malgré le bond en arrière que vient de réaliser ce dernier.

09 H 00

Lieu : Pension Vanilos – Salle de vie.

Je me tiens actuellement devant le tableau noir de la pièce. Face à moi, les enfants qui sont en âge d'aller à l'école. Comme vous l'avez sans doute deviné, je suis en train de leur donner un cours. C'est à ce moment que j'entends la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer plusieurs secondes plus tard. Je tourne mon visage vers l'unique sortie de la salle de vie et vois Maxime et Aurélien faire leur apparition. Avant d'aller les trouver, je m'adresse à mes petits protégés.

« Excusez-moi mais je dois vous laisser. »

Je descends de l'estrade et marche vers mon cousin et mon petit ami. Lorsque je leur fais face, la conversation peut débuter.

« Bonjour Aurélien, bonjour Maxime. Que venez-vous faire ici ?

- Ludovic est tombé nez à nez avec notre nouvel ennemi. De plus, tu ne croiras jamais qui c'est ? M'adresse mon cousin.

- Si tu ne me le dis pas, il est sûr que je ne vais pas deviner tout seul.

- C'est Jimmy. »

A cet instant, je repense à ma vision que j'ai eue plus tôt dans la matinée. Maxime remarque que je ne suis pas plus étonné que cela.

« Tu ne dis rien ?

- Non. Pourquoi prononcerais-je quelque chose ?

- Suite à la nouvelle que ton cousin vient de t'annoncer.

- Désolé mais il m'en faut beaucoup plus pour me foutre la rage. Surtout que j'avais vu la trahison de Jimmy dans ma prémonition de ce matin.

- Une prémonition ?

- Oui. Normalement, Alexandre est celui qui saura l'arrêter.

- Dans ce cas, je ne vais pas perdre davantage de temps à rester ici. Je pars immédiatement à sa rencontre. »

Aurélien se tourne sur ses talons et s'apprête à sortir de la salle de vie lorsque ma voix l'arrête.

« Avant d'aller le voir, il faudrait trouver l'arme dont il est censé utiliser.

- Et tu sais ce que c'est ?

- Non.

- On est bien avancé.

- Désolé. »

Maxime voit à quel point je suis déçu de ne pouvoir aider mon cousin davantage.

« Ce n'est pas grave Jason. Je vais donner un coup de main à Aurélien pour qu'on puisse trouver cette arme et ensuite, nous irons la confier à Alexandre.

- Cela risque d'être dangereux.

- Pourquoi tu dis ça Jason ?

- Il se peut que Jimmy soit déjà sur la piste de cette arme dans le seul but de la détruire. Avec de la malchance, vous tomberez sûrement sur lui.

- Jimmy ne fait pas le poids contre moi et tu le sais très bien. Maintenant, allons-y !

- Bien. »

Les deux garçons quittent la pièce et quelques secondes plus tard, la porte d'entrée du pensionnat se fait entendre.

Lieu : Pension Vanilos – Propriété.

Aurélien et Maxime marchent tranquillement en se dirigeant vers le portail grand ouvert du terrain.

« Tu sais Maxime, tu n'es pas obligé de m'accompagner car Jason a peut-être raison.

- A propos de la dangerosité d'une telle recherche ?

- Oui.

- Ce n'est pas grave. Tôt ou tard, quelque chose me dit que je serais sûrement confronté aux ennemis de mon mec et à ce moment là, je ne pourrais m'enfuir.

- Tu penses que tu es l'un de ces guerriers dont Jason nous a parlé ?

- Va savoir. De toute façon, les jours qui viennent de passer nous ont prouvé que plus rien n'était impossible.

- Tu as raison. »

Soudain, le pendule d'Aurélien sort de la manche sous laquelle il était caché pour pointer une direction. Au même moment, l'intuition de Maxime se manifeste.

« Aurélien ?

- Oui Maxime, mon pendule s'est éveillé en même temps que ton don. »

Aurélien regarde devant lui et aperçoit une maison qui semble totalement abandonnée.

« Que ressens-tu Max ?

- Je crois que Dany se trouve à l'intérieur, en compagnie de quelqu'un d'autre d'aussi mauvais que lui.

- Jimmy ?

- Je ne sais pas car je n'ai pas encore appris à repérer son aura.

- Veux-tu y aller ?

- Et comment ! »

Du coup, les deux garçons quittent la propriété pour traverser la route qui les sépare de la demeure délaissée.

Lieu : Appartement de Trébor – Chambre de Trébor.

Trébor est allongé sur son lit, récupérant de cette noyade dont il a été une victime forcée. A son chevet, Joris.

« Comment te sens-tu ? Demande son veilleur.

- Pas très bien. Par contre, est-ce toi qui m'as sauvé ?

- Non. Si tu dois remercier quelqu'un, c'est Alexandre que tu devras trouver.

- Parce que c'est lui … »

Joris n'attend pas que Trébor finisse sa question pour lui répondre positivement de la tête. Pourtant, le veilleur ressent le besoin d'exprimer sa culpabilité au convalescent.

« Je savais que je n'aurais pas dû te laisser avec Jimmy.

- Pourquoi dis-tu ça ?

- Parce que je me doutais légèrement de ce qui allait t'arriver.

- Tiens donc ! Je pensais que je ne risquais rien avec lui. C'est bien ce que tu as dit avant de partir avec Cyril ?

- C'est vrai mais sur le chemin, je pensais tout le contraire.

- Pourquoi ?

- Parce que je savais que quelque chose clochait chez Jimmy, voilà pourquoi. »

Lieu : Maison abandonnée – Seuil d'entrée.

Aurélien et Maxime viennent d'entrer dans la maison abandonnée. Bien sûr, le Vietnamien a été obligé de faire voler la porte en éclat avec l'aide de son pendule pour pouvoir entrer.

« Tu n'as pas peur que l'éclatement de la porte éveille des soupçons chez les voisins ?

- Du tout. » Lui répond mon cousin.

Soudain, un éclat de rire en provenance d'une pièce se trouvant sur leur gauche les alerte.

« C'est Dany. Fait remarquer Maxime.

- Dans ce cas, allons voir ce qui se passe. »

Maxime se dirige en premier vers l'encadrement de la pièce inconnue. Inévitablement, mon cousin le suit de très près.

Lieu : Maison abandonnée – Salon.

Maxime entre en premier dans la pièce, suivi d'Aurélien. Face à eux se tient Dany, en compagnie de Jimmy. D'ailleurs, le second ressent la présence des deux intrus et tourne son visage vers eux.

« Tiens, regardez qui voilà. »

Dany pointe son regard vers l'entrée de la pièce et voit son cousin.

« Maxime ! Tu es totalement inconscient de venir ici alors que tu ne possèdes aucun pouvoir pour te défendre.

- Ne t'inquiète surtout pas pour lui car mon arme suffira à nous protéger.

- Je n'en doute pas une seule seconde. »

Jimmy s'avance vers les deux amis lorsque le pendule d'Aurélien se dresse entre les deux camps. Du coup, le pirate arrête sa progression.

« Je te conseille de ne pas bouger si tu ne veux pas que mon arme te transforme en passoire.

- Parce que c'est possible ?

- Tu veux tester ? »

Jimmy voit que mon cousin est sérieux dans la véracité de ses dires.

« C'est étrange mais j'ai bien envie de tenter.

- Dans ce cas, fais-toi plaisir ! »

C'est avec un sourire sur les lèvres que l'Asiatique libère cette phrase. Dany ressent le besoin d'intervenir pour la sécurité de nouveau partenaire de guerre.

« Reste où tu es Jimmy ! Aurélien est largement plus puissant que Jason et je sais qu'il n'hésitera pas à te tuer.

- Sérieux ?

- Oui. Aurélien est célèbre dans le monde des nécrophages surtout lorsqu'il s'agit d'éliminer des amis transformés.

- A ce point ? »

Dany hoche positivement de la tête.

« Si je le désirais, je pourrai user de mon don secret pour vous tuer d'un seul coup. Poursuit Aurélien.

- Et qu'est-ce qui t'empêche de le faire ?

- C'est simple. Vos conflits avec mon cousin ne me regardent pas vraiment. D'ailleurs, ma présence dans cette ville est même inutile.

- Pourquoi restes-tu alors que tu ne sers à rien ? Lui demande Dany.

- Parce qu'une guerre magique se profile à l'horizon. »

Maxime commence à comprendre un certain détail qu'il dissimulait à tout le monde.

« Voilà pourquoi mon intuition ne me quitte plus à longueur de journée.

- Que veux-tu dire Maxime ? L'interroge l'asiatique.

- Je ne sais pas si je pourrais m'expliquer mais je vais essayer. Depuis quelques jours, mon don me réveille chaque matin et me fait ressentir des énergies nouvelles. Cependant, elles semblent se tenir très loin d'ici.

- C'est parce que tu détiens le don de voir dans l'avenir mais que tu ne sais pas le maîtriser.

- Tu crois ?

- Oui et j'aimerais savoir depuis quand as-tu ces impressions ?

- Depuis ma première nuit avec ton cousin.

- Voilà ce qui explique tout mais je t'en parlerais plus tard car pour le moment, j'ai plus important à faire. »

Par le simple pouvoir de sa volonté, Aurélien ordonne à son pendule de rentrer dans sa cachette. Peu de temps après, le losange de cristal se trouve dans la manche de son propriétaire.

« Tu abandonnes ? » Se rassure Jimmy.

Malgré l'immobilité d'Aurélien, Dany sent que quelque chose est en train de passer pour l'Asiatique. En effet, la puissance magique de ce dernier est en train d'augmenter légèrement.

« Attention Jimmy, Aurélien est en train de rassembler toute sa force. »

Aurélien lève son poing droit à hauteur de ses yeux et fait apparaître une belle aura bleue autour de sa main fermée. A l'aide de sa seconde main, le Vietnamien étend l'énergie comme s'il s'agissait d'un vulgaire chewing-gum. Soudain, il regarde Jimmy droit dans les yeux. L'aura se détache des mains d'Aurélien et fonce rapidement sur Jimmy. Au contact, ce dernier est précipité contre le mur qui se trouvait derrière lui et est maintenu grâce à l'étrange attaque.

« Maintenant, tu dois essayer de t'en échapper avant de mourir. »

11 H 00

Lieu : Maison abandonnée – Salon.

Jimmy est toujours plaqué contre le mur de la pièce, retenu par l'étrange chewing-gum d'énergie. Maxime et Aurélien sont partis depuis quelques minutes, ainsi que Dany. Ce dernier a déserté les lieux pour aller trouver son maître car lui seul peut être capable de délivrer Jimmy. Tout à coup, le capitaine des pirates me voit arriver dans le salon, les saïs dans mes mains.

« Jason, comment m'as-tu trouvé ?

- Tu as déjà oublié qu'Aurélien est mon cousin ? Visiblement, cela rend amnésique lorsqu'on passe de l'autre côté.

- Je vais te faire voir si je suis con. »

Jimmy élève son aura autour de son corps mais ne peut bouger à cause de l'attaque d'Aurélien.

« Satané chewing-gum de merde. »

Soudain, l'énergie malléable passe du bleu au jaune.

« Pourquoi a-t-il changé de couleur ? Qu'est-ce que cela veut dire ?

- Cela veut dire qu'il ne te reste plus que deux minutes de vie, répond mon cousin.

- Tu plaisantes ? »

Jimmy lève sa tête et me regarde en posant cette question.

« Non. J'ai été ravi de faire ta connaissance Jimmy et j'espère que ta mort sera douce et rapide. »

Le chewing-gum passe du jaune au rouge avant d'exploser. Je me retourne sur mes talons, prêt à partir lorsqu'un éclat de rire m'immobilise. Je bouge pour faire face à Jimmy et constate qu'il est toujours vivant, malgré l'attaque de mon cousin.

« Comment ? S'étonne Aurélien.

- Je pense que ma puissance démoniaque doit y être pour quelque chose.

- C'est à quoi je songe aussi mais compte sur moi pour corriger cette erreur. »

Je m'apprête à foncer sur Jimmy lorsque j'entends des pas derrière moi.

« Ce n'est pas à toi de corriger cette erreur mais à moi. »

Je me retourne une nouvelle fois et vois Alexandre se tenir à l'encadrement de la pièce, une chaîne enroulée autour de son bras gauche. Au bout de cette chaîne, une ancre.

« Alexandre ? Que fais-tu avec cette drôle d'ancre ?

- Je suis celui qui est chargé d'éliminer Jimmy ou plutôt, lui opposer une certaine résistance. »

A la fin de cette phrase, Alexandre s'avance pour se placer à mes côtés.

« Donc, tu es le quatrième guerrier ?

- C'est exact Jason. »

Alexandre détache son ancre et commence à la faire tournoyer sur elle-même. C'est rapidement qu'il l'envoi sur Jimmy. Ce dernier attend le dernier moment pour sauter au-dessus de l'arme. Lorsque l'ancre se plante dans le mur qui se trouvait derrière le pirate, celui-ci ne trouve rien de mieux que de se poser sur la chaîne. Ensuite, il marche sur les maillons tout en se dirigeant vers l'unique propriétaire de l'arme. Dès que Jimmy est à quelques centimètres du visage d'Alexandre, l'ennemi fait un petit saut dans les airs et déplie sa jambe droite. Son pied heurte violemment le Portugais à la figure et voilà mon jeune ami voler en direction de l'entrée de la pièce. Pendant que Alexandre se remet de cette attaque portée, Jimmy se pose doucement sur le sol.

« Alexandre ! »

J'oublie totalement Jimmy pour aller me pencher au-dessus de mon ami.

« Alexandre, comment te sens-tu ?

- Bien à part que j'ai la tête qui tourne un peu.

- C'est normal vu le coup que tu viens de te prendre. »

Un éclat de rire se fait entendre. Je tourne ma tête en direction de Jimmy et constate qu'il est l'auteur de cette expression sonore.

« Puis-je savoir ce qui te fait rire ?

- Ses incompétences au combat.

Cette phrase fait lever Alexandre qui s'empresse de rappeler son ancre. Celle-ci vient se poser contre son avant-bras, quelques secondes plus tard.

« Maintenant que j'ai vu son niveau au combat, je sais que je n'ai pas grand chose à craindre de lui. Désormais, je me dois de vous laisser, s'exprime Jimmy.

- Ne bouge pas !

- Pourquoi dois-je t'obéir Alexandre ?

- Parce que notre combat est loin d'être fini.

- Tu as raison. Notre combat n'est pas encore terminé mais je tiens à te rassurer sur un point : il vient tout juste de commencer. »

Jimmy saute dans les airs et se dématérialise. Je suis alors seul dans la pièce, en compagnie d'Alexandre.

« Je n'ai pas pu l'empêcher de partir.

- Ne t'inquiète surtout pas Alexandre. Ton niveau combatif est bien identique à celui de Jimmy.

- Dans ce cas, pourquoi a-t-il réussi à me porter un coup alors que je ne suis pas parvenu à le toucher ?

- Les forces maléfiques sont plus aptes au combat.

- D'accord mais il faut avouer que c'est vraiment frustrant.

- Tout à fait mais si tu veux augmenter ton niveau de combat, je peux demander à Trébor de t'entraîner de temps en temps ?

- Avec plaisir. »

Lieu : Pension Vanilos – Entrée du couloir principal.[/b]

Anthony et Nicolas sont présents dans le pensionnat. Ils se tiennent à l'entrée et aperçoivent Hakim venir vers eux. Lorsque l'adolescent se place face à eux, la raison de leur visite peut alors être exprimée.

« Jason est là ? Demande le premier.

- Il est sorti depuis quelques minutes et ne reviendra pas au pensionnat avant demain après-midi.

- Mince et tu sais où on peut le trouver ?

- Chez lui, avec de la chance. As-tu un message que tu souhaites lui transmettre ?

- Non.

- D'accord. Par contre, je lui dirais que tu es passé si j'arrive à le voir avant toi.

- Merci.

- On y va Anthony ? S'impatiente Nicolas.

- J'arrive. Salut Hakim.

- Salut vous deux. »

Anthony et Nicolas se dirigent tranquillement vers l'unique porte d'entrée du pensionnat. Quelques secondes plus tard, les deux garçons ont quitté la demeure protectrice des enfants.