Résumé : Orphelins et désormais seuls dans leur petite maison, Joshua et Simon s'apprêtent à vivre leur premier Noël à deux. Malgré leur situation financière désastreuse, Joshua, l'aîné, décide que son petit frère doit tout de même connaître un aussi joyeux Noël que possible.

Et si l'arrivée dans leur vie d'un parfait inconnu bousculait toutes les certitudes du jeune homme attentionné et dévoué à son frère ?

Genre : Conte, MM soft (shonen-aï), hurt-comfort, romance

Chapitres : un

Avertissement : Rating K+

Nda : Bonjour à tous. En cette veille de Noël, j'ai décidé de poster cette petite histoire écrite il y a déjà un an mais qui méritait quelques petites corrections. Je l'ai écrite suite à un challenge d'écriture et j'avoue avoir pris grand plaisir à l'imaginer et à la rédiger. C'est ma première dans ce style mais j'espère en écrire d'autres par la suite.

Bref, j'espère que ce conte vous réchauffera le cœur !

Bonne lecture.

Édit 04/12/2016 : Le texte d'origine a récemment subi une correction et quelques modifications.


Le temps d'un Noël…

La neige tombait sans fin depuis des jours, recouvrant d'un épais manteau blanc une petite bourgade reculée dans un pays lointain. La nuit tombée, les flocons scintillaient d'une multitude d'étoiles de dentelles, qui reflétaient l'éclat multicolore des guirlandes ornant les rues. Ces dernières étaient éclairées par la lumière froide des lampadaires et celles, plus chaudes, des candélabres disposés sur le rebord des fenêtres.

La neige crépissant sous les pieds, un jeune homme marchait d'un pas lent en tenant par la main un petit garçon emmitouflé dans un manteau duveteux. Sa petite main gantée était prisonnière de celle nue et rougie de son frère, tandis que l'autre s'agitait dans tous les sens. L'enfant semblait avoir du mal à rester en place, sautillant comme un chevreau en s'émerveillant à chaque vitrine qu'il découvrait le long du trottoir.

— Calme-toi Simon et remets bien ton bonnet, tu vas prendre froid, le réprimanda gentiment l'aîné en le lui réajustant.

— Dis Josh', tu vas acheter un sapin grand comme le plafond ? demanda l'enfant en mimant de grands gestes.

Joshua sourit tendrement avant de s'agenouiller face à Simon, dont les yeux pétillaient en imaginant déjà l'arbre magnifiquement décoré qui ornerait d'ici peu leur salon.

— Il ne sera pas très grand cette année mais il sera tellement bien décoré, que ce sera le plus beau de tous les sapins ! ponctua l'aîné en lui ébouriffant la tête.

Joshua et Simon étaient demi-frères. Le premier, âgé d'à peine dix-huit ans, avait la charge de son petit frère de sept ans, depuis la mort de leur mère six mois plus tôt, atteinte d'une grave maladie qui l'avait emportée en quelques mois seulement. Veuve de son premier mariage et délaissée par son deuxième époux, elle n'avait pas eu d'autre choix que de laisser son fils aîné prendre la lourde responsabilité de chef de famille. Afin de s'occuper de sa mère malade et de son jeune frère, Joshua avait dû interrompre prématurément le lycée pour pouvoir travailler et subvenir à leurs besoins. Même s'il aurait voulu poursuivre ses études, le jeune homme avait mis de côté ses propres désirs pour privilégier le bien-être de sa famille. Sans compter les frais médicaux de sa mère qui avaient rapidement dilapidés le peu d'économie qu'elle avait réussi à mettre de côté. S'il ne voulait pas qu'elle soit placée dans un mouroir et son frère confié à l'assistance, il n'avait pas d'autre choix.

Depuis sa majorité, Joshua travaillait donc à temps complet dans une petite entreprise de travaux publics et, malgré ses journées éreintantes, il mettait un point d'honneur à passer le peu de son temps libre avec son jeune frère. Lui offrir des moments de joie nécessaires à sa croissance et son bien-être, et combler en partie le manque laissé par sa mère. Toute sa vie gravitait désormais autour de Simon et rien ni personne ne pouvait l'en détourner.

Dix jours les séparaient de Noël et il était grand temps de trouver un arbre pour combler l'impatience grandissante du petit garçon. Arbre que les deux frères se feraient une joie de décorer une fois rentrés dans la chaleur de leur petite maison.

Joshua aimait voir Simon les yeux brillants d'étoiles et même si leur vie n'était pas tous les jours facile, il souhaitait lui faire oublier les mauvais, par des petits bonheurs picorés ici ou là. Le jeune homme savait qu'il ne pourrait pas acheter un grand sapin comme les années précédentes, ni même combler Simon d'une montagne de cadeaux comme les autres enfants. Cependant il avait bien l'intention d'offrir à son petit frère un agréable Noël, dont il se souviendrait, l'espérait-il, avec une douce nostalgie.

Quelques jours plus tôt, Joshua avait repéré un marchand de sapins à quelques rues de chez eux. Les prix semblaient corrects et les arbres, exhalant leur parfum caractéristique, avaient de fières épines au beau vert soutenu.

Encore un virage les séparait du Graal. Simon devait sentir qu'ils approchaient du but puisqu'il tirait de plus belle sur le bras de Joshua, si bien que, pris par surprise, l'aîné le lâcha involontairement. Avant même d'avoir le temps de réagir, il vit Simon galoper gaiement dans la foule, le perdant de vue en quelques secondes.

— Simon ! s'époumona le jeune homme les yeux révulsés.

Après avoir perdu ses deux parents, la plus grande frayeur de Joshua était de perdre aussi son petit frère qu'il chérissait comme un trésor. Il ne lui restait que lui et si jamais la vie avait la cruauté de le lui prendre également, il ne s'en remettrait jamais.

Le jeune homme prit donc son élan pour rattraper le garçonnet, bousculant des passants mécontents au passage. Qui sait ce qui pouvait lui arriver ? Une voiture, une personne mal intentionnée… la rue était le théâtre d'innombrables dangers inimaginables aux yeux innocents d'un enfant.

— Simon !

Joshua le vit subrepticement foncer tête baissée, tout droit vers un homme à la carrure impressionnante qui eut juste le temps de le retenir du bout de ses bras solides.

— Eh bien alors mon garçon ! déclara l'homme en riant. Tu vas où comme ça ? On dirait que tu as vu la huitième merveille du monde !

Et le fait est que Simon avait les yeux rivés sur la forêt de sapins coupés, attendant gentiment leurs futurs propriétaires. Il ne semblait pas avoir remarqué la panique de son frère qui courait à perdre haleine derrière lui.

Joshua arriva à ce moment-là et comme un oiseau couvant son poussin, il serra Simon contre lui avant que l'enfant n'ait eu le temps de répondre à l'étranger. Le jeune homme lança un regard de défi à cet inconnu qui faisait pourtant une bonne tête de plus que lui.

— C'est à vous cette petite tornade ? demanda l'homme d'un ton jovial.

Inconsciemment Joshua resserra davantage son étreinte autour du petit corps de Simon.

— Veuillez pardonner mon frère, déclara-t-il d'un ton froid avant de commencer à tourner les talons.

— Si c'est un sapin que vous êtes venu chercher, je suis votre homme ! informa l'autre en conservant sa bonhomie.

Visiblement, la froideur de Joshua ne pouvait atteindre cet homme au regard désespérément doux. Malgré sa taille, qui devait avoisiner du mètre quatre-vingt dix, aucune brutalité ne transparaissait sur son visage. Seulement de la bonté et un enjouement indécent.

— Je m'appelle Luka, se présenta-t-il en tendant sa large main.

Joshua hésita un instant avant de lui tendre la sienne. Il l'observa avec attention avec une certaine méfiance dans le regard. L'homme aux cheveux bruns ne devait pas avoir plus de trente ans, lui semblait-il. Son visage carré laissait apparaître deux légères fossettes qui l'adoucissaient.

— Joshua, répondit-il simplement, finalement rassuré.

— Vous devriez mettre des gants, votre main est glacée, conseilla Luka visiblement soucieux en observa la main rougie et gercée dans la sienne.

Joshua fut un instant décontenancé par l'apparente sollicitude du géant, mais embarrassé par le contact prolongé de cette main à la chaleur pourtant si enveloppante, il retira brutalement la sienne en détournant le regard.

Voulant rompre le malaise qui s'était installé entre Joshua et lui, Luka proposa aux deux garçons de le suivre, pour qu'il leur montre les arbres de Noël qu'il possédait.

Les deux hommes, accompagnés de l'enfant, s'enfoncèrent dans les allées ornées de guirlandes lumineuses et délimitées par des conifères de toutes les tailles. Emerveillé par cette diversité, Simon pointait du doigt, le plus haut de ce côté-ci ou le plus dense de ce côté-là. L'enthousiasme du garçon s'accordait parfaitement à celui de Luka, ce dernier racontant à l'enfant l'histoire de ces sapins qui avaient grandis dans de lointaines forêts.

Joshua, quant à lui, restait en retrait et désespérément silencieux, tout en gardant un regard vigilant sur Simon. Mais au fond, il était aussi émerveillé que son frère, tant la capacité de Luka à transformer le destin plutôt tragique du roi des forêts, en une folle aventure semée d'embûches, était fabuleuse. Et puis le bonheur que Joshua lisait dans le regard de Simon était tel, qu'il en était attendri. Le jeune homme s'efforça de refouler la petite pointe de jalousie qu'il ressentit, pour profiter pleinement du sourire et des rires de Simon.

oOoOo

Joshua et Simon avaient finalement choisi un sapin d'un mètre de hauteur qui avait encore ses racines. Il était certes petit mais ses branches étaient remplies d'aiguilles épaisses et solides, et une fois les fêtes passées, ils avaient décidé de le replanter dans leur jardin, pour le regarder grandir en toute liberté.

Les deux frères avaient ensuite discuté avec Luka autour d'un chocolat chaud qu'il leur avait offert gracieusement. Joshua s'était légèrement détendu à son contact. Sa présence le rassurait d'une certaine façon et le comportement amical qu'il leur montrait lui faisait beaucoup de bien. Lui qui avait appris à se débrouiller seul depuis le décès de sa mère, il avait peu l'occasion de se détendre ainsi, de ne plus penser à autre chose qu'à l'instant présent.

— Qu'as-tu demandé comme cadeau au père Noël ? demanda Luka à Simon.

Avant que Joshua n'ait le temps de l'en empêcher, le garçon lui avait confié vouloir que son grand frère ait un nouveau manteau et des gants chauds pour l'hiver. En effet, les vêtements de l'aîné ne payaient pas de mine. Joshua ne portait qu'une veste longue usée et une vieille écharpe défraîchie. Il n'avait plus de gants depuis bien longtemps ni même de bonnet pour protéger sa tête de la rudesse du climat. Il n'avait pour seule protection que ses boucles légèrement cuivrées qu'il n'avait plus coupées depuis des mois.

Joshua soupira profondément en repensant à cet incident. Malgré toute son ardeur à cacher à Simon leur misérable situation, le petit garçon était conscient qu'ils ne baignaient pas dans l'opulence. En dépit de son jeune âge, il était incroyablement mature et soucieux du bien-être de son grand frère. Sa seule préoccupation aurait pourtant dû se trouver dans le choix de ses jouets ou des jeux avec ses copains d'école…

De plus, parler de leur situation misérable devant cet étranger avait mis Joshua mal à l'aise et il ne pouvait s'empêcher de se sentir honteux de ne pas pouvoir offrir davantage à son frère.

Ce sentiment s'était renforcé lorsqu'il avait intercepté le regard un peu trop inquisiteur à son goût, de Luka. Pourtant, son regard était compatissant mais c'était justement cela que Joshua ne pouvait supporter. Il en avait alors profité pour prendre congé.

— Merci pour le chocolat, lui avait-il simplement dit en hissant le petit sapin sur son épaule et en prenant Simon par la main.

Luka n'avait pas insisté mais avait gratifié le petit garçon d'un ébouriffage de cheveux en règle.

— Il est gentil Luka, avait dit Simon sur le chemin du retour.

Oui

— Tu m'aides à mettre l'étoile Josh' ? demanda le garçonnet, faisant émerger son aîné de ses pensées sombres.

Mais à la minute où il vit son grand sourire, Joshua les mit de côté pour se concentrer uniquement aux finitions de l'arbre de Noël. Il attrapa son frère – aussi léger qu'une plume – à bout de bras, pour qu'il puisse placer l'étoile argentée sur la cime du sapin.

Les deux frères, côte à côte, admirèrent leur chef-d'œuvre avec une fierté non feinte.

— Tu crois que maman aimerez notre sapin ?

— J'en suis sûr…, murmura Joshua en serrant son frère contre lui.

Ils restèrent de longues minutes à contempler leur premier arbre de Noël depuis qu'ils étaient seuls tous les deux. Ce serait aussi leur tout premier Noël sans leur mère…

Puis, ils avaient passé la fin de l'après-midi à siroter un chocolat chaud au coin du feu, Joshua racontant une histoire de Noël à Simon, qui l'écoutait d'une oreille attentive. L'histoire terminée, l'aîné referma le livre avant de se redresser dans son fauteuil.

— Allez, va préparer ton sac maintenant, déclara Joshua en jetant un œil à l'horloge murale.

— Je ne veux pas y aller ! se renfrogna subitement l'enfant les larmes aux yeux.

— Ce n'est que pour ce soir, demain on ira en ville et je t'achèterai une gaufre, d'accord ?

— Mais pourquoi tu dois partir ?

Joshua soupira puis s'agenouilla devant son frère en s'efforçant de conserver son sourire.

— C'est un travail que je dois faire… tu sais bien ? hésita le jeune homme devant le regard implorant de Simon. Et puis Madame June est gentille, non ? Elle m'a dit qu'elle ferait de la purée avec du jambon, tu aimes ça en plus.

— Oui…, accepta finalement Simon avant de rejoindre sa chambre en traînant malgré tout des pieds.

A chaque fois, c'était la même comédie. Simon n'était pourtant pas un enfant capricieux mais lorsque son frère devait s'absenter certaines nuits, il refusait toujours de le laisser partir. Joshua ne voulait pas l'inquiéter en lui avouant sa véritable activité. Pourtant, le comportement de Simon prouvait bien qu'il en soupçonnait la dangerosité. Il regrettait tellement de devoir en arriver jusque-là… mais Joshua n'avait pas d'autres choix.

Pour arrondir ses fins de mois, le jeune homme participait à des combats de boxe clandestins. Sa faible constitution apparente semblait ne pas pouvoir faire le poids face à des géants bodybuildés, pourtant il remportait quasiment tous ses combats. Mais malgré son talent et ses nombreuses victoires, il en revenait souvent blessé. Il aurait aimé ne pas prendre autant de risques mais ses soucis financiers s'accumulaient depuis quelques mois et si Joshua ne faisait pas tout pour offrir une vie décente à son frère, les services sociaux le lui enlèveraient et cette simple idée lui était insupportable ! S'ils étaient séparés l'un de l'autre, aucun d'eux ne s'en remettrait jamais alors Joshua s'efforçait d'être à la fois le meilleur frère mais surtout le meilleur parent possible.

Ce soir-là, il avait justement un combat qui devait lui rapporter pas mal d'argent. Assez en tout cas pour offrir à Simon de nouveaux vêtements chauds pour l'hiver. Le reste, il le mettrait de côté pour la réparation de la toiture de leur maison, qu'il lui faudrait entamer au printemps prochain.

Sa voisine, Madame June, gardait Simon pendant les vacances et certains soirs de la semaine quand Joshua partait dans les bas-fonds de la ville. La femme, consciente des difficultés des deux garçons, gardait gracieusement l'enfant, en échange de quoi, Joshua effectuait l'entretien courant de sa maison et du jardin. Il aurait préféré ne pas dépendre de qui que ce soit mais il ne pouvait faire autrement. Un jour, il n'aurait plus besoin de prendre autant de risques, ni de l'aide de personne et pourrait enfin offrir une vie sereine et décente à son petit frère. Mais en attendant, il devait mettre sa fierté de côté et accepter l'aide qu'on lui offrait lorsqu'il en avait besoin.

oOoOo

Il était quatre heures du matin quand Joshua ressortit de son combat. Il soufflait sur ses mains engourdies par la douleur et le froid, tout en songeant au feu de cheminée qu'il ferait en rentrant. Il avait eu beaucoup de chance cette fois-ci, profitant d'un moment d'inattention de son adversaire pour remporter la victoire alors qu'il était pourtant sur le point de perdre.

Mais, malgré sa victoire, son visage fin montrait les stigmates de cet éprouvant combat. Une arcade sourcilière éclatée, la lèvre enflée et un hématome qui commençait à poindre sur l'une de ses pommettes. Comment allait-il pouvoir justifier ces blessures à Simon ? Il ne supportait pas de devoir lui mentir mais il ne se voyait pas non plus lui révéler la véritable raison de son état. Il lui dirait plutôt que sa maladresse légendaire avait une fois de plus, eu raison de lui.

— Joshua ?

Le jeune homme sursauta en entendant son prénom retentir dans cette rue sombre simplement éclairée par la lumière vacillante d'un lampadaire. Alors qu'il était sur le point de prendre ses jambes à son cou, quelqu'un le retint fermement par le bras.

— Que vous est-il arrivé ?

Joshua put voir le visage de celui qu'il avait pris pour un agresseur. Luka, le vendeur de sapins, le regardait les yeux ronds faisant apparaître une lueur d'inquiétude au fond de ses prunelles.

Le jeune homme essaya de se dégager de sa poigne mais sans grand succès. Il était épuisé et le froid glacial engourdissait ses membres.

— Venez avec moi, vous avez besoin de soins, proposa Luka.

Trop groggy pour refuser son aide, Joshua se laissa docilement conduire vers une destination qui lui était inconnue.

Il ne sut combien de temps ils avaient marché mais Joshua avait tout à coup plus chaud. Luka avait posé son manteau de laine sur ses épaules et le jeune homme avait pu engouffrer ses mains tuméfiées et glacées dans les poches profondes et chaudes du vêtement.

— Nous sommes arrivés, déclara Luka devant un immeuble à la façade impressionnante.

Joshua leva les yeux et, malgré ses efforts, il ne réussit pas à voir le sommet du bâtiment ancien. Une large porte en bois massif permettait de pénétrer dans un vaste hall. Le jeune homme put constater que cet immeuble avait dû connaître ses heures de gloire, de nombreuses années en arrière mais que désormais, le faste d'antan semblait l'avoir définitivement abandonné. Pourtant, Joshua aurait juré entendre au loin les notes d'une douce mélodie, effleurées sur les touches d'un piano…

— Il est vide ? réussit-il à articuler au bout de quelques instants.

Il ne put empêcher ses dents de s'entrechoquer. Joshua était transi de froid et ses membres engourdis ne cessaient de grelotter.

— J'ai racheté cet ancien hôtel pour lui éviter la démolition mais quand il sera refait à neuf, il accueillera à nouveau des clients !

Joshua pensa que c'était pure folie que d'investir dans un pareil bâtiment qui demanderait de longs mois de travaux de réfection, mais l'expression de Luka était tellement enthousiaste qu'il lui souhaitait de réussir dans son projet. Lui aussi aurait aimé avoir un rêve grandiose à accomplir…

Luka le conduisit au premier étage en lui faisant gravir un escalier monumental qui trônait au centre du hall de l'ancien hôtel. Un tapis aujourd'hui défraîchi le recouvrait, témoignant de la richesse qui caractérisait ce lieu autrefois.

— Seul cet étage est habitable pour le moment, lui apprit Luka en gravissant les marches, Joshua à sa suite.

Derrière lui, le jeune homme pouvait deviner les muscles de son dos large roulant sous sa peau. Ses cheveux bruns ondulés retombaient légèrement sur sa nuque hâlée. Fasciné, Joshua ne remarqua pas que Luka venait de s'arrêter, et le percuta assez brutalement. Le jeune homme manqua de tomber à la renverse, mais son hôte eut le réflexe de le retenir juste à temps pour éviter qu'il ne tombe en arrière. Il le retint par le bras avant de le serrer contre lui le temps de retrouver son équilibre. Ce geste ne sembla pas le gêner le moins du monde, au contraire de Joshua qui le repoussa doucement une fois en sécurité sur le palier.

— Dé… désolé, bafouilla-t-il confus et rougissant.

Luka semblait le sonder de ses prunelles émeraude parsemées de paillettes cuivrées. Joshua était complètement hypnotisé par son regard dont il percevait pour la première fois la couleur si particulière.

— Ce n'est pas grave, finit par déclarer Luka en continuant sa progression dans le couloir.

Joshua était troublé par ce qu'il venait de se passer. Pourquoi lui avoir lancé un tel regard ? Et pour quelle raison se sentait-il aussi fébrile tout à coup ? Trop épuisé, le jeune homme décida d'arrêter là ses réflexions.

Les deux hommes traversèrent un long couloir recouvert d'une tapisserie usée mais dont les fils d'or qui la parsemait, rappelait une fois de plus la richesse passée du lieu. Joshua ne put s'empêcher d'imaginer des clients vêtus de costumes élégants pour les hommes et de robes au lourd drapé pour les femmes. Ces murs avaient dû être témoins de nombreuses vies disparues aujourd'hui…

Le jeune homme dut attendre d'arriver à la dernière porte, au bout du couloir, pour que Luka le fasse enfin pénétrer dans un appartement modeste mais confortable et chaleureux. Cette impression fut renforcée par la présence d'une imposante cheminée trônant dans le coin du salon, et par d'épais tapis parsemant le sol.

— Installe-toi je vais chercher de la glace, l'invita Luka.

Joshua en profita pour observer encore un instant l'intérieur. Tout semblait impeccablement rangé et l'ensemble plutôt propre.

Luka revint au bout de quelques minutes, un sac de glace dans une main et une trousse à pharmacie de l'autre.

— Tiens-le bien pendant que je soigne tes mains, demanda-t-il à Joshua en lui posant le sac de glace sur sa pommette enflée.

Le jeune homme tendit sa main la plus tuméfiée et encore tremblante, à son bienfaiteur. Ce dernier fronça des sourcils en voyant l'état dans lequel elle était.

— Pourquoi faites-vous tout cela ? s'enquit le jeune homme alors que Luka commençait ses soins en nettoyant les plaies pour ne pas qu'elles s'infectent.

— C'est une bonne question…, murmura-t-il. Je crois que tu me rappelles quelqu'un.

Joshua était curieux d'en savoir plus, cependant, il ne posa pas plus de questions, respectant la vie privée de son hôte. Il était peu habitué à ce qu'on lui témoigne autant de gentillesse et il devait avouer que c'était agréable de se laisser ainsi choyer. Il était loin le temps où sa mère le consolait après une chute de vélo…

— Tu vis seul avec ton frère, n'est-ce pas ? demanda Luka au bout de quelques minutes. Ça ne doit pas être facile pour toi, tu es si jeune…

Joshua se redressa fièrement, piqué au vif par la remarque pourtant innocente de Luka.

— J'ai dix-huit ans et je travaille ! Je suis tout à fait capable de m'occuper de Simon !

— Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire…, essaya de justifier Luka. Je suis sûr que tu fais tout ce qu'il faut pour lui. Et puis, ça se voit dans son regard que ce gamin t'adore. Ce que je veux dire c'est qu'à ton âge, tu ne devrais te préoccuper que de tes études et de ta prochaine petite copine.

— Je n'ai pas besoin de petite copine ! rétorqua le jeune homme un peu trop vivement.

Luka le regarda tendrement.

— Pourtant, je suis sûr que tu pourrais rendre heureuse la plus jolie fille de la ville.

— Ça ne m'intéresse pas…, marmonna Joshua en se rasseyant pour que Luka termine de le soigner. Je ne vis que pour Simon, le reste m'importe peu.

Son hôte enroula une bande de gaze autour des mains de Joshua et garda l'une d'elles quelques instants dans les siennes, pensif.

— Pourtant tu sembles si seul… et puis ces combats clandestins sont très dangereux, je sais quels dégâts ils peuvent causer !

Surpris que Luka ait deviné à quelle activité il s'était adonnée, Joshua se releva brutalement et posa son sac de glace sur la table du salon.

— Ma vie ne vous regarde pas, répondit-il sèchement. Je vous remercie pour les soins, je dois partir maintenant.

— Laisse-moi au moins te raccompagner, essaya Luka tout en connaissant d'avance la réponse du jeune homme impétueux face à lui.

— Je suis assez grand pour rentrer seul !

— Je comprends…, capitula son hôte. Mais prends mon manteau pour rentrer.

Avant que Joshua n'ait le temps de refuser, Luka lui posa sur les épaules en serrant bien le col autour de son cou pour ne pas qu'il prenne froid. Une fois de plus, Joshua sentit son cœur s'accélérer brutalement. Pourquoi le fait que cet homme s'occupe ainsi de lui le troublait autant ? Il était grand temps qu'il s'en aille loin de ce Luka qui lui retournait un peu trop la tête à son goût.

— Merci, déclara simplement Joshua en tournant les talons.

— Fais attention à toi…, souffla Luka.

oOoOo

Depuis cette nuit-là, Joshua n'avait cessé de repenser à sa rencontre fortuite avec Luka. Cet homme le rassurait mais en même temps, il semblait sonder son âme d'un simple regard et cela lui faisait peur. Au fond, Joshua n'était pas si désintéressé par le bonheur qu'il ne voulait bien l'admettre. Oui, il aurait aimé avoir des petites amies. Aimer et être aimé en retour… Mais il avait abandonné ce rêve impossible pour que Simon ait, au contraire, la chance de connaître ce bonheur, justement. Etudier, rencontrer quelqu'un avec qui partager sa vie et construire une famille. C'est ce que Joshua voulait pour son frère, même si la seule idée que Simon quitte un jour la maison, le faisait terriblement souffrir.

Quand son petit frère serait un adulte accompli, lui finirait seul. Désespérément seul… A cette dernière pensée, le visage souriant de Luka s'imprima une fois de plus dans sa tête et c'est avec cette vision que le jeune homme s'endormit ce soir-là.

oOoOo

Le week-end précédent Noël, Joshua avait décidé d'offrir à Simon une après-midi au centre-ville pour qu'il puisse y rencontrer le père Noël. Les rues étaient bondées et les passants qu'ils croisaient avaient les bras chargés de cadeaux alors que des enfants jouaient à se lancer des boules de neige en riant joyeusement.

— Nous aussi on fera une bataille de boules de neige ? supplia le garçonnet.

— Le jour de Noël, on pourrait faire ce bonhomme de neige que je t'avais promis et ensuite, on pourra faire une bataille de boules de neige si tu veux, répondit Joshua en soulevant son frère au dessus de sa tête.

— Et on fera de la luge ?

— Promis !

Les deux frères poursuivirent leur chemin jusqu'au centre-ville où un village de Noël miniature était installé. Un petit train déambulait à l'intérieur avec des enfants à son bord, s'émerveillant des automates qui les entouraient. Des lutins aux couleurs chatoyantes chantaient et leur faisaient des signes de main à leur passage.

— Je peux y aller ? demanda Simon en trépignant sur place.

Joshua fouilla ses poches à la recherche de quelques pièces mais en faisant le compte, il ne put que constater qu'il n'avait même pas assez pour lui prendre ne serait-ce qu'un ticket.

— Je suis désolé Simon… après les courses que nous avons faites ce matin, il ne me reste plus assez.

— Ce n'est pas grave Josh' ! le rassura l'enfant avec un grand sourire.

Alors pourquoi Simon avait-il les yeux si larmoyants ? Joshua se sentit tout à coup plus inutile que jamais. Pourquoi son petit frère n'avait pas droit au même bonheur que tous ces bambins ? Un bonheur simple parsemé de petits moments de joie qui paraissaient si naturels pour la majorité des gens mais qui pour lui, s'avéraient être un combat de tous les instants. Pour quelle raison la vie se montrait-elle si injuste avec lui ? Joshua aurait tout donné pour voir le même sourire s'étendre sur le visage de Simon, au lieu de cela, ses grands yeux retenaient avec peine les larmes naissantes.

— Oh, mais ça tombe bien ! s'exclama une personne derrière eux. J'avais justement une place gratuite dont je ne savais pas quoi faire !

Joshua et Simon se retournèrent d'un même mouvement.

— Vous… ? bredouilla Joshua, surpris par la présence troublante de Luka, que le destin semblait vouloir à tout prix placer sur sa route.

— Luka ! se réjouit Simon en sautillant de joie.

— Salut bonhomme ! Alors j'ai cru comprendre que tu voulais aller dans le village miniature ? demanda le vendeur de sapins.

— En fait, je ne voulais pas y aller tant que ça…, murmura l'enfant en regardant son frère en coin.

Joshua serra des poings en voyant Simon essayer de le rassurer alors que c'était à lui que revenait ce rôle protecteur. C'était cruel qu'il ne puisse pas s'amuser comme les autres enfants. Tellement cruel…

— C'est dommage, j'avais justement cette place… mais tant pis, je la donnerais à un autre enfant, déclara Luka en faisant mine de chercher un bambin susceptible d'accepter son cadeau.

— Non ! s'écria le jeune garçon involontairement.

Simon se mit à rougir de honte mais Joshua l'autorisa du regard à accepter le présent de Luka. Il n'avait pas le cœur de lui refuser ce simple petit bonheur. Mais intérieurement, il en voulait amèrement à Luka de lui forcer ainsi la main. Il le maudissait de mettre en évidence, sa propre incapacité à pouvoir offrir ne serait-ce qu'un ticket de manège à son frère.

oOoOo

Simon s'était aussitôt précipité avec son précieux ticket dans les mains, vers l'entrée du petit manège. Puis, tout sautillant, il avait rejoint l'un des wagons du petit train.

Les deux hommes regardaient le garçon sourire de joie devant le décor aux petits chalets multicolores, qu'il voyait défiler le long des rails.

— Pourquoi avoir fait ça ? demanda Joshua à Luka, d'un ton accusateur.

— Comme je l'ai dit j'avais cette place et…

— Ne me prenez pas pour un idiot ! s'emporta Joshua. Je sais bien que vous l'avez acheté à l'instant !

Luka soupira de dépit.

— Très bien, je plaide coupable, déclara-t-il en souriant.

— Je ne veux pas de votre pitié ! s'offusqua le jeune homme.

Joshua se sentait terriblement blessé et les larmes lui montèrent rapidement aux yeux.

— Ce n'est pas de la pitié…, se défendit Luka d'une voix douce. C'est plutôt de l'admiration. La vie ne t'a pas fait de cadeau et pourtant, tu gardes la tête haute pour le bonheur de ton petit frère. Je voulais simplement t'aider un peu dans cette tâche. Je n'avais pas l'intention de te blesser…

Luka paraissait si sincère et inquiet de la réaction de Joshua, que ce dernier ne sut pas quoi lui répondre. Devait-il le croire ? Et pourquoi lui ? Il n'était pas le seul à être dans une situation similaire ! Mais alors qu'il était sur le point de lui faire part de ses interrogations, Simon les rejoignit en courant vers eux. Le bonheur se reflétait dans ses petites prunelles bleues et Joshua aurait tout donné pour que cette lueur ne disparaisse jamais.

Il le prit alors subitement dans ses bras et le serra aussi fort qu'il le put. Cette réaction parut surprendre le petit garçon mais au lieu d'interroger son ainé, il resserra son étreinte autour de son cou.

Attendri, Luka profita de cet instant pour s'éclipser discrètement et quand Joshua tourna la tête vers lui, il avait déjà disparu.

Pour terminer la journée, Joshua conduisit Simon dans le chalet du père Noël à quelques pas du village miniature. Un lutin les avait accueillis en offrant un paquet de chocolats à Simon – avant que l'enfant ne rejoigne le père Noël sur ses genoux, et lui révèle ses souhaits comme l'on confie un important secret. Pendant sa confession, Joshua l'avait vu plusieurs fois jeter un regard dans sa direction…

oOoOo

Le jour du réveillon arriva bien vite. Pendant les vacances, Simon restait chez la voisine mais ce jour-là elle partait dans sa famille et ne pourrait donc pas s'en occuper. Joshua ne connaissait personne d'autre susceptible de pouvoir le garder alors il avait demandé l'autorisation à son patron s'il pouvait exceptionnellement l'emmener au travail. Ce n'était pas la première fois qu'il était obligé de le prendre avec lui mais comme Simon était un enfant calme, son patron acceptait sans trop de difficulté.

Joshua le récupéra à la fin de sa journée en milieu d'après-midi, sagement assis derrière une petite table, visiblement concentré sur son coloriage.

— Merci encore de me l'avoir gardé, remercia Joshua.

— Bah ! C'est pas grand-chose, le gosse ne bouge pas alors… et puis la vieille l'adore ! déclara son patron en montrant sa secrétaire de l'autre côté de la porte.

La « vieille » qui était également son épouse aimait s'occuper de Simon, ça lui changeait du caractère exécrable de son mari qu'elle devait supporter la journée durant…

— En parlant d'elle, elle a insisté pour vous faire une petite surprise ! déclara l'homme en se frottant l'arrière du crâne. C'est pas grand-chose mais la vieille a voulu préparer des bonnes choses à manger pour vous. Je lui ai dit que t'étais bien capable d'avoir tout ce qu'il faut pour le gamin mais cette vieille carne est têtue comme une mule !

Joshua le remercia intérieurement pour cette attention même si son patron était conscient des difficultés du jeune homme. Il savait aussi que s'il l'avait pu financièrement, il aurait augmenté son salaire mais l'entreprise de l'homme à l'épaisse barbe noire était elle aussi vacillante…

Ce dernier tendit à Joshua un panier dans lequel il y avait une tarte, des confitures et des friandises.

— Merci beaucoup…, murmura le jeune homme ému par la gentillesse de cet homme à l'aspect bourru mais dont la générosité n'était plus à prouver.

Avant de partir, il ne manqua pas de remercier chaleureusement son épouse qui le prit brusquement dans ses bras.

Dehors, la neige tombait maintenant en continue, rendant compliquée la conduite des automobilistes qui roulaient au pas. Rentrant à pieds, Joshua et Simon en profitèrent pour faire un arrêt au parc et joncher le manteau neigeux fraîchement tombé, de leurs empreintes de pas. Les deux frères riaient aux éclats et finirent leur course folle d'une bataille de boules de neiges des plus intenses.

Tous deux exténués, ils reprirent le chemin de la maison, un sourire détendu imprimé sur leur visage rougi.

oOoOo

Le soir était tombé et Joshua avait tout préparé pour que le réveillon avec Simon soit aussi joyeux que possible. Il avait installé une chandelle à la fenêtre et des photophores pour habiller leur intérieur de lumière. La cheminée brûlait d'un feu crépitant réchauffant la maisonnée.

Les deux frères s'étaient ensuite attelés à la confection de la pâte pour les gaufres qu'ils dégusteraient au coin du feu. À cet instant, Joshua oubliait leur misère pour ne penser qu'à ce bonheur le plus précieux partagé avec Simon. Ce dernier mettait un soin particulier à remplir les tâches que lui confiait son aîné. Casser les œufs dans le saladier, mélanger doucement la pâte pour éviter les grumeaux…

La soirée se déroula tranquillement entre jeux de société et franche rigolade entre frères, jusqu'à ce que l'enfant ne finisse par bâiller plus que de raison. L'aîné prit alors le plus jeune sur ses genoux et lui raconta une histoire. Autrefois, c'était leur mère qui prenait son vieux livre de contes et s'installait à leur chevet pour y narrer de sa voix douce, les aventures des princes et des princesses. Mais étonnement, Simon avait insisté pour que Joshua lui raconte La petite marchande d'allumettes. C'était pourtant l'un des contes les plus tristes que Joshua connaissait. Il avait essayé de convaincre son frère d'en choisir un autre mais l'enfant avait insisté. Alors, Joshua avait capitulé et lui avait raconté l'histoire crève cœur de cette petite fille aux pieds nus, forcée de vendre des allumettes dehors en plein hiver et dans la neige, dans l'indifférence générale.

— Pourquoi as-tu voulu cette histoire, murmura Joshua pensant que Simon dormait à poings fermés. Elle est si triste...

Mais ce dernier marmonna d'une voix endormie :

— Elle est pas triste, à la fin, la petite fille est heureuse parce qu'elle rejoint sa grand-mère au paradis.

Bouleversé, Joshua étreignit son petit frère qui finit par s'endormir dans ses bras. Il était presque minuit et le jeune homme décida qu'il était grand temps d'aller coucher l'enfant. Il le prit dans ses bras pour le monter dans sa chambre. Le garçon somnolait seulement, puisque son frère le vit s'efforcer de rouvrir les yeux dans l'espoir d'apercevoir le père Noël. Mais la lutte était perdue d'avance…

Joshua commençait à gravir les premières marches de l'escalier lorsqu'il entendit frapper à la porte. Qui cela pouvait-il bien être à une heure aussi tardive et la veille de Noël qui plus est ?

— Hohoho ! entendit-il accompagné d'un tintement de grelots.

— C'est le père Noël ! s'extasia Simon tout à coup bien réveillé.

Et avant que Joshua n'ait le temps de dire ouf, Simon se dégagea vivement de ses bras pour se précipiter à la porte. Quand Simon ouvrit cette dernière, Joshua fut étonné de voir qu'il s'agissait bien du père Noël !

— Père Noël ! Regarde Josh' ! Il est venu ! Il existe !

— Oh mais bien sûr que j'existe ! s'offusqua faussement l'homme barbu. Qui ose dire le contraire ?

À ce moment-là Joshua reconnut l'homme qui se cachait sous le déguisement. Il s'agissait bel et bien de Luka et son regard vert émeraude ne fit que lui confirmer. Même s'il avait envie de le chasser de chez lui, il n'en fit rien en voyant le bonheur innocent de Simon.

Ce dernier tira le père Noël par le bras pour le faire entrer.

Joshua poussa un soupir de dépit avant de les rejoindre.

— On a préparé des gaufres Père Noël, tu en veux ?

— Oh mais c'est qu'elles m'ont l'air fort délicieuses ! Mais avant, regardez ce que je vous ai apporté ! annonça Luka en ouvrant son grand sac. Celui-ci est pour toi Simon et celui-là pour ton grand frère.

Le père Noël tendit un gros paquet à Joshua, lequel, surpris par ce cadeau inattendu, attendit un moment avant de s'en saisir.

Simon ouvrit rapidement son paquet, tout en prenant soin de ne pas trop abîmer le joli papier doré.

— Regarde Josh' ! C'est le camion de pompier que j'avais vu ! se réjouit l'enfant. Et toi qu'est-ce que c'est ?

Devant le regard insistant de Simon, Joshua dut se résoudre à ouvrir à son tour son cadeau. Il déchira le papier précautionneusement et découvrit avec stupeur un beau manteau de laine gris, des gants et un bonnet assortis.

— Essaye-le ! le supplia Simon.

Joshua s'exécuta et dut s'avouer qu'il était chaud et confortable. Seulement, il ne pouvait pas accepter un tel cadeau et se promit de le rendre à Luka une fois Simon couché.

— C'est ce que j'ai commandé au père Noël pour toi ! se réjouit le garçon.

Le bonheur dans ses yeux valait tout l'or du monde et Joshua ne se sentait pas la force de le lui enlever. Simon ne croyait pourtant plus au père Noël mais sa réaction montrait qu'il avait sans doute encore besoin d'y croire. Alors, l'aîné le laissa jouer quelques instants avec son nouveau jouet. Cela faisait bien longtemps que Joshua n'avait pas vu son frère aussi heureux et même si ce moment ne durerait pas, il préférait en profiter tant qu'il était encore temps…

— J'aurais à vous parler, murmura-t-il entre ses dents à l'attention du père Noël.

oOoOo

Simon ne mit pas longtemps à s'endormir dans les bras de Joshua qui le conduisit immédiatement dans sa chambre. En revenant dans son salon, Luka était toujours là.

— Je pensais vous avoir dit ne pas vouloir de votre pitié ! rouspéta le jeune homme d'une voix étouffée pour ne pas réveiller son frère. Je veux bien garder le cadeau de Simon parce que je refuse qu'il paye pour votre entêtement mais je ne peux accepter ce manteau.

Luka soupira profondément en enlevant sa barbe et son bonnet.

— Tu crois vraiment que je suis un bon samaritain qui prend en pitié deux jeunes garçons comme toi et ton frère, n'est-ce pas ? Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas de la pitié. En fait je suis un véritable égoïste.

— Quoi ? Je ne comprends pas…, bredouilla Joshua.

Avant que Joshua n'ait le temps d'achever sa phrase, Luka s'approcha de lui et lui caressa la joue tendrement. Le jeune homme se pétrifia sur place, trop choqué pour oser faire le moindre mouvement. Luka poursuivit sa caresse jusqu'à effleurer ses lèvres de la pulpe de son pouce.

— Non je ne suis pas quelqu'un de bien, je suis juste… tombé amoureux de toi…

— A… amoureux ? bafouilla Joshua.

Le jeune homme n'était jamais tombé amoureux, du moins n'en avait-il pas eu l'occasion. Il avait commencé à regarder les filles d'un œil nouveau, quelques années plus tôt, mais cet intérêt s'était brusquement arrêté aux prémices de la maladie de sa mère. Il ne savait donc pas ce que ce sentiment voulait vraiment dire.

— C'est arrivé comme ça, dès que je t'ai vu, tes pupilles ambrées incandescentes, prêtes à brûler la première personne osant poser la main sur ton frère… j'ai su que je t'aimais, souffla l'homme contrit. Et mes sentiments n'ont fait que se renforcer lorsque nos chemins se sont à nouveau croisés.

Joshua qui venait de reprendre subitement ses esprits le repoussa violemment.

— Je ne suis pas de ce genre-là ! Jamais je ne vendrais mon corps pour gagner de l'argent, je préfère encore m'abîmer à la boxe et garder ma dignité ! déclara-t-il fièrement.

— Qui te parle de vendre ton corps ? Je te parle d'amour Joshua ! Je veux que tu me laisses t'aimer et m'occuper de toi ! Je veux que tu te reposes sur quelqu'un d'autre. Que tu délestes tes épaules de ce poids que tu t'infliges !

Joshua secoua nerveusement la tête, incapable de réfléchir posément à la déclaration de Luka.

— Et qu'est-ce qu'il se passera quand, lorsque vous occuper de chiots abandonnés, ne vous satisfera plus ?! Je ne veux pas que Simon s'attache à vous pour que vous l'abandonniez à la première occasion !

— Tu ne comprends donc pas ! haussa légèrement Luka avant de se saisir des poignets de Joshua et de le tirer brusquement contre lui. Je t'aime et je n'ai pas l'intention de te quitter, ni toi, ni Simon ! Je sais que ça peut paraître complètement fou… tomber sous le charme d'un homme du jour au lendemain, comme si j'étais un collégien en pleine découverte de l'amour mais c'est pourtant la vérité.

Luka rapprocha son visage sans crier gare et captura les lèvres de Joshua avant d'en forcer la barrière et d'y plonger la langue. Le jeune homme d'abord choqué par cette attaque sournoise – essaya de se dégager de sa poigne puissante mais, Luka l'emprisonna dans ses bras et intensifia le baiser, empêchant toute possibilité de fuite.

Tremblant et le souffle coupé, Joshua déclara finalement forfait en s'abandonnant complètement à cette étreinte maladroite mais passionnée. Son cœur battait à tout rompre et son souffle arrivait à saturation. Jamais encore le jeune homme n'avait connu pareille sensation. Il s'était volontairement refusé ce bonheur pour consacrer tout son amour à Simon. Mais à cet instant, il se sentait bien incapable de le repousser. Parce qu'au fond, il en avait besoin lui-aussi, un besoin viscéral.

Les mots de Luka avaient atteint son cœur comme aucun autre avant. Joshua était doucement tenté par la proposition de cet homme complètement fou mais tellement attirant. Il ne savait pas lui-même s'il éprouvait de l'amour pour lui ou une simple attirance, tout ce qu'il savait c'est qu'il se sentait bien dans ses bras et que même si cela ne durait qu'un instant, il avait envie de se laisser aimer.

Rien qu'un peu.

Le temps d'un Noël…

oOoOo

Trois petits points… Le jeune homme acheva ainsi son histoire et posa son stylo. Pourquoi l'arrêter là alors qu'il restait tant d'années à écrire ?

Car le reste n'appartenait qu'à lui.

Le jeune homme aux boucles cuivrées referma le petit cahier pour rejoindre au dehors cet homme qu'il aimait tant et l'adolescent qui l'accompagnait. Les deux hommes de sa vie comme il se plaisait à le dire. Côte à côte, ils contemplèrent ce sapin qu'ils avaient vu grandir ces dix dernières années. Il n'avait jamais été aussi beau que maintenant, fièrement dressé au fond de leur jardin.

Un flocon vint se déposer délicatement à leurs pieds, premier témoin de ce nouveau Noël.

Parce que le temps de ce Noël s'était mû en une dizaine d'autres.

- FIN -


Nda : Voilà pour ce petit conte de Noël ! J'espère qu'il vous a plu. ;)

Je vous souhaite à tous un très joyeux Noël entourés de vos proches.

A très bientôt avec un chapitre sur Le porteur d'étoile ;)