Chapitre 12 : La légende prend vie

Cela faisait quatre heures que nous étions en gravir ces escaliers. Quatre longues heures durant lesquelles nous sûmes une chose : nous allions avoir des fessiers en bêton une fois au sommet. Quand nous arrivâmes au poste frontière, nous fûmes tellement heureux que, nous nous précipitâmes de présenter nos papiers d'identité aux douaniers. Surpris par notre comportement, ils se reprirent vite, effectuant la vérification des accréditations. Voyant que nous étions tous accrédités, ils nous levèrent la barrière magique. A notre grande joie : les escaliers continuaient…

Finalement, au bout de trois heures supplémentaires, nous arrivâmes aux portes de Mythoquia, un panneau l'en attestait. Enfin, nous espérions qu'il n'indiquait pas un escalier caché par la brume magique… Nous nous représentâmes au poste de garde, mais cette fois le contrôle fut différent : la garde était la reine de la planète.

En nous apercevant, elle nous fit signe de la suivre dans le manoir, non loin de la barrière. A l'intérieur, elle nous guida vers un salon majestueusement décoré, et agencé. Une fois que tout le monde fut installé, elle entreprit les présentations :

" - Cela fait bien longtemps que l'oracle m'a prévenu de votre visite. Fleur, Eloïse, Nawel, Léa, Chloé, Lilian, et Louis, je vous souhaite la bienvenue dans ma modeste demeure. Pour ceux qui ne m'aurait pas reconnue, je suis Daphné Vixasy de Mystérius.

- Madame, laissez-moi vous dire, je pense au nom de tous ici, que nous vous admirons. Sans vous, je ne pense pas que nous serions ici aujourd'hui. Vos exploits et vos convictions ont été, sont, et seront toujours des modèles pour nous, dit Chloé avec admiration.

- Je vous retourne le compliment jeunes gens. Malgré votre jeune âge, une vingtaine d'années si je ne me trompe pas, vous avez su renverser les codes. Vous avez su rester qui vous êtes. Vous avez su construire la grande majorité de votre destin à la sueur de votre front.

- Savez-vous…

- Je ne peux rien dire, Nawel. Ma bouche est scellée, comme toujours, dit-elle dans un doux sourire. Sinon, vous devez être épuisés et affamés après avoir montés autant de marches ? "

Ce ne fut qu'un hochement de tête approbateur et, général qui lui répondit. Mais, cela lui suffit. Elle nous invita à la suivre dans sa salle à manger, ouverte sur sa cuisine, où un poulet basquaise était en stase. Quand nous fûmes tous installés, le sort se leva, nous permettant de profiter de la douce odeur du plat.

Le repas terminé, Daphné nous mena à l'étage pour nous donner une chambre. Nous nous souhaitâmes par la suite bonne nuit, et allâmes nous coucher : exténués.

Le lendemain, nous nous réveillâmes requinqués, prêts pour cette nouvelle journée. Daphné n'était pas encore réveillée, mais un mot écrit la veille nous attendait dans la cuisine. Celui-ci nous invitait à nous servir pour petit déjeuner, car elle ne se réveillera pas avant quinze heures.

Quand nous eûmes finit de manger, nous allâmes chercher nos sacs. Dans le même temps, nous écrivîmes un mot de remerciement à notre hôtesse. Puis, nous retournâmes au poste de garde. Là, nous représentâmes nos papiers. Notre identité confirmée, il nous laissa franchir la deuxième barrière magique. Malheureusement, quand celle-ci se leva, nous retrouvâmes un escalier…

A la deux cent six millièmes marches, nous arrivâmes enfin devant le graal : le troisième et dernier poste frontière jusqu'à Mythoquia. Celui-ci ne nous demanda pas nos papiers, mais l'identité de ceux que nous souhaitions rencontrer. Après lui avoir répondu que ceux-ci étaient les Guerriers Ancestraux originels, il nous fit signe de rentrer dans une petite chaumière. Il rajouta également que ceux-ci nous y rejoindraient une fois leur convocation reçue.

Une petite heure plus tard, neuf animaux poussèrent la porte de la chaumière :

" - Enchanté chers enfants, cela fait bien longtemps que nous attendons votre visite, nous dit un chat.

- Pourquoi…

- C'est très simple Léa, Mythoquia nous a donnait l'apparence de l'animal emprisonné dans notre cœur. Cet animal est notre nous véritable. La seule exception est Angélique : la planète la transformait en ange, répondit le crocodile.

- Mais, le temps est venu pour vous de laisser parler l'animal qui vous habite, pour savoir qui est votre ancêtre, si je puis dire, parmi nous, coupa court la chatte grise. "

Nous fermâmes alors les yeux, essayant de comprendre la forme animale renfermée dans notre cœur. Quand nous crûmes l'avoir trouvée, nous rouvrîmes les yeux. A notre grande surprise, nous étions devant un des Guerriers Ancestraux. Ainsi, Lilian se retrouva face à Crocodile, Chloé face à Ange, Léa devant Colibri, Eloïse devant Corbeau, Louis en face de Loup, Nawel en face de Colombe, et moi en face de Chatte.

" - Je peux constater que deux d'entre vous manquent à l'appel, dit d'une voix grave Chatte.

- Lise et Loïc ont été tué, dit Nawel dans un murmure.

- Aigle, Lion…

- Nous savons Chatte, nous savons. Mais rassures-toi, Lion et moi remplirons nos obligations. Non, vous ne pouvez pas savoir héritiers, cela est confidentiel, dit Aigle en nous fixant avec sévérité.

- Maintenant que certains points essentiels ont été éclaircis, je pense que nous pouvons leur expliquez notre histoire les amis, dit Colibri avec enthousiasme. "

Après un accord collectif et muet, ils se présentèrent à nous successivement. Tout d'abord, nous apprîmes qu'Aigle se prénommé Camille, et avait été la Haute Mage de l'Air. Puis, Colibri nous dit qu'elle s'appelait Marianne, et avait été une des Guerrière Dessinatrice du premier millénaire. Ensuite, Ange nous expliqua qu'elle avait fait partie de l'ordre des Guerriers de la Lumière et que, comme l'avait si bien dit celui à l'allure de crocodile, son prénom était Angélique. Vint après le tour de Chatte. Celle-ci nous apprit qu'elle s'appelait Cassandre, et avait possédé de son vivant le pouvoir élémentaire ultime. Ensuite, Colombe, en réalité Amandine, nous expliqua que de son vivant elle avait été Haute Mage de l'Amour, auprès de Cupidon. Corbeau, lui, nous apprit qu'il était une femme, Christiane, ancienne Mage Suprême de la Destruction et de la Guerre. Puis, Crocodile, également appelé Marc, nous dit qu'il était le Légendeur de La Rose. Loup, quant à lui, nous expliqua que son prénom était Idriss, et qu'il avait été dans sa première vie Guerrier de la Lumière, et détenteur des pouvoirs terrestres et animaux. Enfin, Lion, ou Brad, nous appris qu'avant sa mort il était un félin humain.

A la suite cette présentation, relativement courte, nous voulûmes en faire de même. Mais, ceux-ci nous stoppèrent dans notre élan, arguant qu'ils savaient tous de nous. Ils nous firent signe de plutôt poser des questions sur notre nature nouvelle :

" - Pourquoi ressentons-nous cette menace ? demanda de but en blanc Lilian. "

Le silence ce fut après cette question du côté des ancêtres. Ils s'étaient attendus à tout, sauf à celle-ci. Ce fut Ange qui se jeta à l'eau :

" - Nous pressentons l'avenir, que nous en ayons conscience ou non. Nous sentons les fils, si je puis dire, qui tisse la toile de l'Infini.

- Mais, ne nous penchons pas plus sur ce sujet. Vous saurez le moment venu pourquoi, rajouta d'une voix sans appel Marianne.

- Il faut aujourd'hui vous concentrer sur la prochaine étape de votre vie, dit Cassandre cérémonieusement, en dépliant un parchemin.

- Vous avez accompli avec brio quasiment toutes les épreuves. Or, il y en a une qui attend encore, dit énigmatiquement Amandine.

- Vous devez vivre seul votre vie durant un an. Vous devrez abandonner tous ce que vous avez pour partir à la recherche de vos racines. Néanmoins, Fleur tu ne devra te rendre ni sur Saturne et ni sur Sunaru une fois la mission en route, mais sur Féerius, si tu ne veux pas voir la mission échouée, dit gravement Marc.

- La mission commencera quand vous verserez une goutte de votre sang sur ce parchemin, conclu Idriss. "

Dans un dernier regard, nous nous dîmes tout l'amour que nous avions les uns pour les autres. Dans une dernière accolade, nous nous dîmes au revoir pour un an. Dans un dernier souffle, nous nous dîmes bonne chance. Puis, nous prîmes chacun un petit couteau, et nous entaillâmes la main, laissant couler un peu de sang sur le parchemin. Nous nous sentîmes alors aspirés par un vortex invisible. Par un dernier geste de la main, les Guerriers Ancestraux originels nous dirent au revoir, alors que l'Infini nous renvoyait sur notre planète source.

Nawel fut transportée en direction de Vénus, Eloïse sur Mars, Chloé vers Inventus, Léa pour Junglus, Lilian sur Ecrivainus, Louis vers Jupiter, et moi sur Féerius. Certains avaient peur, d'autres appréhendaient, et d'autres encore parmi nous étaient excités. Durant un an nous allions être seul, devant construire notre vie pour comprendre nos dons. L'année qui était en train d'apparaître devant nous promettait d'être chargée en rebondissements.