Chapitre court concentré sur Eva.

Bonne lecture


Chap VI :

.

Son corps semblait paralysé de peur et sa respiration se fit superficielle pour faire le moins de bruit possible. Eva était terrifié sous le regard de la chose et celle-ci n'avait fait aucun son, aucun mouvement. L'ombre n'avait même pas de visage ou de forme définit comme la silhouette, c'était juste un amas de ce qui semblait être une fumée épaisse et noire.

Eva cligna des yeux. La créature était face à elle. Son souffle effleura son front. Son cri mourut dans sa gorge. Elle recula d'un pas incertain.

Une main vola vers la tête d'Eva. Doigts près à agripper. Eva se cria mentalement de "bouger !" mais son corps réagit comme si elle avait bu. Elle trébucha plus qu'elle recula, s'agrippa à la première chose à portée de main. Les affaires sur le meubles la suivirent dans sa chute dans un vacarme qui résonna dans la pièce.

Eva se traîna au sol, s'éloignant de la chose. Celle-ci tomba à genoux et agrippa sa cheville pour la tirer vers elle.

La jeune femme tenta de crier mais le son ressembla plus à un étrange gargouillement qui ne voulut passer la barrière de sa gorge. La chose était toujours silencieuse.

Elle se tenait au-dessus d'Eva. Le fait qu'elle n'ait pas de visage n'empêcha pas la brunette se sentir transpercée par son regard.

"Plus un geste !"

Eva crut qu'elle allait s'évanouir sous l'émotion ou pleurer. Mais son attention revint à la chose quand elle renforça sa prise sur son épaule et sa hanche. Son sang battait lourdement dans ses oreilles, la rendant presque sourde. Sa respiration était hachée et les mains l'agrippant devenaient de plus en plus lourdes et étrangement effilées. Elles s'enfonçaient dans sa chair.

Eva n'arrivait pas à se concentrer sur ce que disait son père.

"DEGAGE !"

La voix de la mère d'Eva résonna dans la maison. Un son tonitruant venant d'une petite femme. Un tremblement parcourut le corps de la chose. Mais elle résista à l'ordre. Ce qui lui servait de tête de rapprocha du visage d'Eva.

La jeune femme eut le subit sentiment qu'il ne fallait surtout pas que leurs faces entre en contact. Ladite face, uniforme et noire s'ouvrit soudainement dans le sens de la longueur. Il n'y avait rien que du vide mais le dégout parcourut le corps d'Eva dans un spasme. Cela sembla stopper la paralysie en elle. Et la peur se changea en colère.

Eva voulait la chose loin d'elle. Sur le champ !

La chose se stoppa. Un autre tremblement la parcourant.

"Hors de ma maison !" tonna la voix de sa mère, plus proche.

Et il n'y avait plus rien devant Eva. Juste le plafond.

"Eva, Eva !" appela son père. Il la tint par les épaules, son regard vérifiant qu'elle n'était pas blessée. Il ne la lâcha pas à un seul moment malgré ses tremblements.

"Eva," murmura sa mère en les rejoignant. Elle caressa le visage de sa fille. Celle-ci incapable de parler ou de calmer sa respiration ou ses frissons.

Sa mère échangea un regard avec son père. Ils l'aidèrent à se relever et la dirigèrent vers le canapé.

Son père pris son visage entre ses mains et la força à le regarder dans les yeux, "Okay, ma puce il faut que tu m'écoutes attentivement d'accord ?"

Eva acquiesça et se concentra sur le regard marrons de son père. Elle retraça visuellement le visage brun de cette personne qui l'avait toujours protégé et aider. Cela la calma légèrement. Elle n'était pas seule, pas blessée et en sécurité.

"Bien. Tu dois apprendre à te défendre contre ce genre de créatures."

"Q-qu'est-ce que c-c'était ?" demanda Eva en bégayant sous les tremblements parcourant toujours on corps. Son épaule et sa hanche palpitaient toujours de douleur après la poigne de la chose.

"Tu sauras plus tard. Écoute. Tu ne peux pas rester dans cette maison."

"M-mais-" coupa Eva avant de se faire couper la parole.

"Concentre-toi et écoutes," son père la sermonna. Après quelques secondes de silence il reprit. "Tu vas aller chez une amie. On ne peut pas t'aider car plus jeune moi et ta mère avons rejoint un groupe de sorciers. Nous avons formé un clan. Un clan devenu si important qu'il a été jugé dangereux pour le secret sur la magie."

La brunette le fixa avec choc. Pourquoi n'avait-elle jamais rien su ? Ce n'était pas le genre de secret qu'on cachait facilement.

Son père fit une pause et murmura, "Nous étions plutôt une menace pour les autorités auto-imposées. Bref, notre magie a été bloquée, nous sommes surveillés et il nous a été interdit de transmettre notre savoir. Sauf que-" il agrippa le bras gauche d'Eva. "-tu as cette marque. Mirabelle te dira tout mais cela fait de toi une cible."

"Je veux pas partir, je-je," commença Eva avant de s'arrêter. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait elle-même.

Sa mère s'approcha et lui donna un câlin avec un bras.

"Mira t'expliqueras tout ce qu'il te faut pendant tes vacances. Puis tu retourneras à l'université et continuera ta vie. Nous parlerons au téléphone et tu viendras les week-ends. Le seul changement sera que tu devras penser à créer des protections de temps en temps. Il n'y a pas besoin de devenir paranoïaque."

"M-mais," tenta à nouveau Eva.

Elle échangea un regard avec son père qui caressa sa joue puis sa mère qui lui sourit.

"Eva, quelqu'un va venir voir pourquoi nous avons utilisé de la magie. Tu dois partir ou quelqu'un te posera des questions."

"M-mais je suis votre fille, ils ne vont pas me chercher ? Ou chercher Joël ?"

"Ils n'iront pas jusqu'à te chercher toi ou ton frère," annonça Annie. "Durant toutes ces années ils ont vu que vous n'avez jamais utilisé de magie."

Eva resta silencieuse un moment à fixer ses parents avec hébétude. Ils lui avaient cachés qu'ils étaient des sorciers ?

C'était la journée la plus bizarre de sa vie, décida la brunette retrouvant doucement son souffle et son calme.

Sa mère l'encouragea à aller faire son sac alors qu'elle même allait préparer un repas rapide. Composé de sandwichs.

La jeune femme obéit et se fit un sac de voyage. Ses mouvements restèrent lents et des accès de tremblements la prirent. Plusieurs fois elle se tourna rapidement vers un coin, ayant l'impression d'avoir aperçu quelque chose. À la fin elle jeta des affaires au hasard et redescendis rejoindre ses parents, avec eux elle eut l'impression d'être un peu plus en sécurité.

Même si une créature inconnue venait de l'attaquer juste sous leur toit.

Elle grignota distraitement son sandwich sous le regard inquiet de ses parents. Elle vit bien qu'au bon d'un moment ils commencèrent à s'agiter à nouveau. Ils la poussèrent à partir rapidement. Il était déjà presque quinze heures, qui savait quand on viendrait les interroger sur leurs utilisations magiques ?

"Tient, voici l'adresse et le nom de notre amie."

Son père lui donna un papier et planta un baisé sur son front.

Complètement perdue Eva lança un dernier regard à sa mère. Ses yeux bleus se plissèrent sous un sourire, "Tout va bien aller, chérie."

Eva vit bien qu'ils se forçaient tous deux à rester calme alors qu'un reste d'urgence soulignait leurs propos. Elle ne put cependant rien dire, toujours sous le choc de son attaque.

Et ils la poussèrent dehors.

Eva sentait toujours la trace des mains de la chose sur sa hanche et son épaule. Elle frissonna et commença à marcher, espérant qu'elle se calmerait en route.

.

.


Bluh ...