Nous voilà à la fin les amis, merci à tous ceux qui ont follow/commentés/mis en favoris, je vous adore ! Si un jour je vous manque un peu sachez que j'ai d'autres fics !

En espérant que cette fin vous satisfasse.


Chap 10 :

.

Arel avait conduit Cecil jusqu'à son appartement. L'humain n'avait pas ouvert la bouche une seule fois et des tremblements le prenait à certains moments. Le démon était certain que Cecil était sous le choc et qu'il réagirait quand il serait en sécurité.

Cecil allait réaliser que Danna avait tenté de le tuer, qu'il avait frôlé la mort.

Arel comptait atténuer le choc du mieux qu'il pouvait, ça il connaissait. Durant une guerre il fallait autant réconforter quelqu'un qui avait perdu un être proche que s'occuper de ceux qui avaient frôlés la mort et en restaient traumatisé.

Il se sentait coupable pour n'avoir pas agi avant, pour ne pas avoir fait comprendre à Danna que son comportement était excessif. Arel se médisait pour avoir décidé que partir du jour au lendemain sans expliquer ses raisons à Danna. Celui-ci l'aimait assez pour comprendre son refus, s'il avait pris la peine de l'exprimer clairement. Sa culpabilité s'étendait aussi à Rose qu'il venait juste d'abandonner face à Danna. Au moins avait-elle la situation plus en mains que lui, Danna ou Cecil. Son ton lui avait fait penser à son officier commandant durant la dernière guerre, au moins était-elle plus jolie à regarder.

En rentrant Arel s'assura que Cecil mange quelque chose et le planta devant la télé enroulée dans la petite couverture qu'il affectionnait. Arel ne le laissa pas dans sa chambre de peur qu'il s'enferme l'empêchant de lui offrir son aide.

Le démon resta près de l'humain plongé dans le mutisme. Il enlaça le jeune homme après plusieurs demandes qui passèrent au-dessus de la tête de Cecil perdu dans son esprit. Arel passa la soirée à murmurer des mots de réconfort à Cecil. Il ne prêta pas attention à la boule de culpabilité au fond de son estomac, ni au chuchotement persistant qui lui disait que c'était sa faute.

Ce n'était pas le moment pour qu'il se plaigne, pas après ce que Cecil avait vécu.

Arel put ignorer ses sentiments pendant qu'il veillait sur Cecil, mais quand celui-ci s'endormit ce fut comme si le barrage qui retenait ses pensées s'effondrait. Arel resta longtemps à fixer la main de Cecil entrelacé à la sienne, il l'aimait, mais si les gens de son monde tenaient tant que cela à le ramener, risquant la vie de Cecil, rester n'était peut-être pas la chose à faire.

.

Cecil se réveilla sur le canapé, le nez collé contre le dossier de celui-ci. Il attendit une seconde que son cerveau sorte de sa torpeur en écoutant les bruits alentours, frottant ses pieds froids l'un contre l'autre. Il y avait un peu de vent dehors, un téléphone sonnait à l'étage du dessous. Il n'y avait aucun son dans l'appartement.

Cecil se redressa à demi et scanna le salon et la cuisine avec des yeux de chouette. Il appela Arel sans qu'aucune réponse ne lui revienne. Il se débattit conte sa couverture enroulée autour de lui et trouva son téléphone, il était toujours à moitié habillé, en jean et t-shirt.

Il fronça les sourcils devant la date affichée. On était le samedi, Arel ne travaillait pas au café. Peut-être était-il sorti acheter quelque chose ? Le démon s'était assez adapté à la vie en ville et Cecil ne craignait plus de le voir se balader seul. Mais Arel aurait laissé un message si c'était le cas. Cecil partit donc en quête de celui-ci.

Le fameux message était collé sur le frigo par un aimant d'un dinosaure mignon. Cecil fixa l'écriture grossière du démon un moment, sans comprendre. Arel disait qu'il partait avec Danna, pour éviter tous problèmes.

Un rire nerveux échappa à Cecil. Il inspira et ignora la boule inconfortable dans sa gorge.

"Il fallait s'y attendre," chuchota Cecil.

Il ouvrit le frigo et le referma aussitôt, se demandant pourquoi il avait fait ça, puis il cogna son front contre la porte, gémissant alors qu'une marée de pensées négatives l'envahissait. Evidemment qu'Arel allait partir, il n'était pas de ce monde. Évidemment qu'il rejoindrait Danna, il était plus beau et moins instable que Cecil. Danna montrait à Arel qu'il tenait à lui. Il avait traversé les mondes pour venir le chercher !

Et moi je suis quoi à coté ? pensa Cecil.

Il prit sa tête entre ses mains.

"Non, non, non, pas maintenant ! Maintenant on marche," dit-il à son cerveau. "Arel a marqué 'pour éviter tous problèmes'. Il part parce qu'il pense que c'est mieux."

Il se répéta la dernière phrase quelques fois, autant pour que cela s'ancre dans son crâne que parce que cela le rassurait. Cecil se redressa, trouva ses clés et quitta son appartement avant de savoir ce qu'il allait faire. Il resta un instant immobile dans la rue avant d'aller chez Rose où Danna squattait souvent.

"Rose !" hurla-t-il en tapant contre la porte.

Celle-ci s'ouvrit sur une jeune femme à peine réveillée, prête à commettre un meurtre sur la personne qui l'avait fait se lever.

"Où est Danna ?"

"Qu'est-ce j'en sais ?"

"Y a pas un endroit où il aime aller ? Un endroit dont il t'a beaucoup parlé ?"

"Il dit qu'il est venue par la fontaine innomée de la Rue St-Baptise," dit Rose. "Quoi que ça veuille dire."

Elle ouvrit la bouche pour demander ce qui se passait, mais Cecil avait déjà repris le chemin inverse et ignora l'appel de la jeune femme. Il court jusqu'à sa destination, ignorant ses poumons en feu à cause de l'effort physique et de l'air froid. Plus il se rapprochait plus il sentait un courant électrique le parcourir, signe qu'un portail s'ouvrait. Ou se refermait.

Cecil retint un gémissement. Il allait arriver avant, c'est ce qu'il devait se dire, ce sur quoi il devait se concentrer et comment convaincre Arel de rester.

Il arriva devant la fontaine, un vieux truc que la ville gardait seulement pour l'histoire derrière. La fontaine était renfoncée dans une place peut traverser. Il n'y avait que Danna et Arel qui étaient présent. Ils fixèrent avec surprise Cecil luttant pour reprendre sa respiration.

Le regard bleu de Cecil croisa le vert d'Arel. Le démon détourna la tête, ne supportant pas de regarder le blond. Celui-ci avala sa salive et s'exclama :

"Si tu brises le contrat tu dois me donner quelque chose en échange !"

Arel sursauta et son regard passa de Cecil à Danna, comme s'il avait peur que ce dernier fasse quelque chose.

Cecil pensa à demander à Arel de rester mais pleins de conversations avec Rose tournait dans sa tête et aussi une idée. Peut-être qu'Arel ne voulait vraiment pas rester. Lui demander de le faire serait une punition.

"Ce que je veux c'est que tu fasses ce que tu veux vraiment, sans penser aux conséquences."

La voix de Cecil se brisa au dernier mot. Ses yeux le picotaient et la boule dans son estomac était remontée jusqu'à sa gorge. Elle l'empêcha de dire quoi que ce soit de plus, mais il n'en avait pas besoin.

Arel ferma les yeux, le contrat en lui-même ne pouvait pas le retenir. C'était un contrat avec un familier, quelque chose de facile à détruire mais tout rompement de contrat nécessitait un retour.

"Ne me demande pas ça," supplia Arel, sa douleur évidente dans sa voix.

Danna resté silencieux jusque-là, sûr que quoi que l'humain tente de faire ce serait avec lui que partirait Arel, siffla avec irritation. Il jeta un regard à Arel puis à Cecil, ce pitoyable humain sur le point de pleurer. Son fiancé aussi était sur le point de pleurer et Danna sentit son cœur se serrer au point de lui couper la respiration, il ne voulait pas qu'Arel soit triste.

"C'est bon j'abandonne !" s'écria Danna en poussant Arel vers Cecil. "Vous me dégouter, aller faire vos grandes déclarations romantiques ailleurs !"

Il s'éloigna d'eux d'un pas sec alors que Rose arrivait tout juste, marmonnant à propos de jogging de bon matin. Il passa près d'elle et l'attrapa par la main.

"Tu me dois un milkshake !"

"Pourquoi ça ?" s'écria Rose arrivée après la guerre.

"Je viens de jeter mon fiancé dans les bras d'un autre !"

Rose fixa Cecil dans les bras d'Arel, tous deux fixant Danna avec surprise, puis revint à Danna qui s'éloignait. Elle le rattrapa pour essayer d'obtenir des informations sur ce qui s'était passé mais vit le visage du brun.

"Tu pleures ?"

Elle garda les yeux scotchés au visage sillonné de larmes du grand brun mystérieux et très ronchon.

"Non !" répliqua Danna avant qu'un sanglot le prenne.

Rose émit un son de gorge peu convaincu et tapota son dos, elle décida de lui offrir son satané milkshake et ils laissèrent les deux tourtereaux seuls. Elle espérait juste que Danna allait tout lui raconté, elle mourait d'envie de savoir ce qui l'avait fait changer d'avis pour lâcher Arel.

Le grand démon baissa ses yeux verts écarquillés vers Cecil dont les doigts creusaient dans la chair de ses hanches, prêt à le retenir s'il bougeait. Des yeux bleus farouche le fixèrent.

"Alors ? Qu'est-ce que tu veux faire réellement ?" demanda Cecil.

Arel ricana dans un murmure avant d'embrasser tendrement le petit humain qui le tenait.

"Je comprends pourquoi on nous prévient contre le danger des sorciers de ce monde. Il est impossible de vous échapper."

Cecil rougit, son cœur battant la chamade. Il se balança d'un pied à l'autre, gêné. Arel remarqua alors qu'il était pied nu et ne portait que son t-shirt alors qu'un vent froid les faisaient frissonner. Il retira son sweat-shirt et poussa Cecil à l'enfiler. Le blond ne lutta pas contre l'idée et savoura l'odeur réconfortante d'Arel sur le vêtement.

Cecil émit un cri de surprise quand Arel se pencha et l'attrapa. Il enroula instinctivement un bras autour du cou du démon qui lui sourit alors qu'il ne le portait que d'un bras.

"Aw, trop chou."

Le commentaire suivit d'un bruit d'appareil photo fit tourner la tête du couple vers une tête bien connu. Sam agita son téléphone, un grand sourire aux lèvres.

"Je la garde pour la ressortir à votre mariage."

"Sam !" siffla Cecil entre ses dents.

L'incube le fit taire en lui plantant une enveloppe sur le visage puis s'éloigna en sautillant, un rire s'échappant de sa gorge.

Cecil grommela et s'appuya inconsciemment un peu plus contre le radiateur géant qu'était Arel. Il décolla le haut de l'enveloppe et y trouva un tas de papiers attestant de l'identité parfaitement légale d'Arel. L'humain siffla d'émerveillement devant le travail d'orfèvre d'un carnet de naissance avant que la main libre d'Arel remette tous le bordel au fond de l'enveloppe.

"Je suis désolé de t'avoir inquiété," souffla Arel. "Je peux rester avec toi ?"

Cecil souffla d'agacement avant de prendre en coupe le visage doré du démon et lui donner sa réponse d'un baiser enfiévré.

.

.