Bonjour à tous ! Voici l'avant-dernier chapitre de "Take me away from Hell". Les choses continuent tout doucement à s'arragner pour Alex, pas à pas.

Je vous souhaite une bonne lecture ! :)


Chapitre 11

Romain ouvrit difficilement des paupières collées par le sommeil. Un bruit l'avait réveillé. Un peu déboussolé, il regarda un instant autour de lui avant d'apercevoir non loin du lit une ombre accroupie. Intrigué, le jeune homme se redressa pour s'approcher de la silhouette qu'il reconnut comme étant celle d'Alex. Il était en train de fouiller dans quelque chose, un sac peut-être.

- Qu'est-ce que tu fabriques à une heure pareille ? demanda Romain d'une voix ensommeillée

Alex sursauta et se redressa brusquement.

- Où t'as mis mon sachet de poudre ?

- Je l'ai jeté.

- Putain mais t'es malade ! Tu sais combien ça coûte au moins ?! hurla le plus jeune des deux

Romain considéra un instant l'adolescent. Il tremblait de tous ses membres, était en sueur et ne cessait de jeter de brefs regards dans toutes les directions, comme s'il redoutait quelque chose. Le brun reconnut bien vite les signes d'une crise de manque. Doucement, il se rapprocha du garçon qu'il aimait et pris ses mains moites dans les siennes.

- Tu n'as pas besoin de ces saloperies, d'accord ? Je vais t'aider.

- Si ! Il m'en faut là ! Je t'en prie… Donne-moi en…

Romain soupira. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait. Il savait ce qui déclenchait ses crises et il savait comment réagir dans ces cas-là.

- Tu as encore fait un mauvais rêve ? souffla-t-il avec douceur

Alex étouffa un sanglot que l'aîné des deux pris pour une affirmation.

-Je veux pas que tu m'abandonnes toi aussi, je veux pas me retrouver encore seul…

- Ce n'était qu'un cauchemar, ça n'arrivera pas. Allez, viens.

Romain le conduit jusqu'au lit où il s'installa avec le garçon dans ses bras. Celui-ci, incapable de protester, se laissa faire. Le brun lui fit boire de l'eau et le berça lentement.

- J'ai mal… murmura Alex d'une voix rauque

- Je sais…

Le manque provoquait des maux de ventre et de violentes nausées. Romain se mordit les lèvres. Son amour souffrait et il n'y avait rien à faire pour le soulager. Il fallait simplement attendre que ça passe. Et c'était insupportable. Le garçon effleura le visage baigné de larmes de l'adolescent.

- Il faut que tu te concentre sur ma voix, d'accord ? reprit Romain avec inquiétude

Et pendant des minutes, des heures peut-être, il parla. De tout, de rien. De son enfance, de ses amis, de la fac, de n'importe quoi. L'essentiel était qu'il parle. Pour qu'Alex oublie sa sensation de manque, que son esprit se focalise sur autre chose.

Cela faisait plusieurs jours déjà qu'il hébergeait le blond, mais Romain restait inquiet. Les mois qu'Alex avait passé dans la rue lui avait laissé des séquelles, et pas des moindres. Il était considérablement affaibli physiquement et le fait qu'il ne mange que encore que très peu, malgré tout les efforts du brun, ne l'aidait pas vraiment à reprendre des forces. Parfois, les repas finissaient au fond des toilettes. Mais ce n'était pas le pire. Non, le pire était sûrement sa souffrance psychologique. Alex était ressorti traumatisé de ces derniers mois. Il pouvait rester des heures sans rien dire, le regard perdu dans le vide et la plupart du temps, il refusait de sortir de l'appartement. Il avait peur de l'extérieur, des autres, de lui-même. Et puis, il avait une estime de lui-même tellement basse que Romain devait faire attention à chacune de ses paroles, à chacun de ses actes pour ne pas le blesser encore plus. Il ne se passait pas une nuit sans qu'Alex ne soit réveillé par un cauchemar. Et les cauchemars déclenchaient des crises de manque et c'était un cercle vicieux, sans fin.

Romain ne savait plus comment faire pour l'aider à aller mieux. Plusieurs fois, il avait songé à emmener le blond chez un psychologue et à chaque fois, il y avait renoncé. Alex refuserait de parler de ce qu'il avait traversé. Il ne se confiait même pas à son aîné, alors à un inconnu… Romain se contentait donc d'être présent, de l'entourer de son amour, de lui montrer que désormais, il n'était plus seul. Mais ça ne suffisait pas. Et Romain commençait à désespérer de trouver une solution.

Lorsqu'il avait proposé à Alex de rester avec lui, pourtant, il l'avait fait en toute connaissance de cause. Il savait dans quoi il s'engageait. Il était conscient que le chemin serait long et difficile avant que le garçon qu'il aimait ne reprenne une vie normale. Mais il ne regrettait pas, pas une seule seconde. Il l'aimait comme c'était pas permis et le protéger était ce qu'il voulait le plus au monde.

Romain revint à la réalité lorsqu'il sentit le corps de son amour s'affaisser contre son torse. Enfin, il s'était rendormi. Enfin, c'était fini, la crise était passée. Le garçon de vingt-deux ans s'autorisa un soupir de soulagement. Il remit en place une mèche blonde, dévoilant ainsi le visage angélique d'Alex. Enfantin aussi. Parce qu'au fond de lui, il était encore un enfant. Un gosse qui avait grandi trop vite, à qui on avait trop vite retiré son innocence. Et peut-être qu'au fond, c'était ça son malheur, la cause de son mal-être. Alex n'avait plus sa place dans le monde des enfants, mais il n'avait pas non plus sa place dans celui des adultes. Personne ne lui avait appris à être un adulte, personne ne l'avait accompagné sur le chemin tortueux de l'adolescence et il avait fini par se perdre. A présent, il dérivait, perdu quelque part entre les deux, ne sachant plus très bien qui il était. Peut-être que pour qu'il aille mieux, c'était ça la solution : il fallait qu'il reconstruise son identité et là seulement, il pourrait retrouver son chemin. Mais cela, Romain ne pouvait pas le faire à la place d'Alex. Il pouvait uniquement être le phare qui éclairait sa nuit et guidait ses pas, mais c'était tout. C'était Alex et lui seul qui devrait décider en temps voulu de se confronter à lui-même et de vaincre ses démons.

Et là enfin, la longue convalescence commencerait. Enfin, son cœur en miettes pourrait entamer sa guérison. Il faudrait des mois, des années peut-être avant qu'Alex accepte ce passé qui l'avait détruit, avant qu'il passe à autre chose, qu'il tourne la page pour avancer. Ce serait long mais Romain serait là, à chaque instant, et le soutiendrait coûte que coûte.

C'était le jour de Noël. Romain avait un peu de mal à réaliser que l'année était déjà presque achevée. Ces derniers jours, surtout, il ne les avait pas vus passer, toutes ses pensées étant accaparé par Alex, par son bien-être. Il lui avait offert un cadeau. Pas grand-chose. Un sweat bien chaud comme il les aimait et une peluche. « Comme ça, même si je suis à la fac ou autre part, je serais quand même un peu avec toi » avait-il expliqué à l'adolescent. Alex avait pleuré en disant qu'il ne se souvenait plus de la dernière fois qu'il avait reçu un cadeau et enfin, il avait remercié le plus âgé environ cinq-cents soixante-dix-huit fois.

Et maintenant, ils étaient tous les deux installés confortablement devant la télé, un plaid sur les jambes. La nuit venait de tomber. Comme à son habitude, Alex avait trouvé sa place contre le torse de Romain. Le silence apaisant était seulement troublé par le bruit de fond de la boîte à images. Et puis soudain, on toqua à la porte. Le jeune blond lança un regard interrogateur à son vis-à-vis. Ils n'attendaient personne. Romain fut tenté de ne pas répondre pour faire croire qu'il n'y avait personne à l'appartement mais comme on insistait, il soupira avant de se lever pour aller ouvrir.

- Salut ! Salut !

En face de Romain, sa bande d'amis était au grand complet : Clara, Thomas et Louane.

- Qu'est-ce que vous faites là ? demanda le brun, surpris

- Tu crois pas qu'on allait te laisser passer Noël tout seul ! répondit Clara avec un immense sourire

- Et puis, ça fait des jours qu'on t'as plus vu, on venait vérifier si t'étais toujours vivant, ajouta Thomas

- Ah… Ouais désolé…

Romain se mordit la lèvre, culpabilisant un peu. Il était vrai qu'il avait passé la quasi-totalité de ces derniers jours avec Alex et qu'il avait un peu délaissé ses amis. L'adolescent lui avait demandé une présence et une attention de tous les instants. Il avait tellement peur qu'il tente de nouveau de faire une bêtise. D'ailleurs, en parlant du blond, était-il prêt à rencontrer ses amis ? Il était encore si fragile… Romain était sur le point de dire à sa bande que le moment n'était pas vraiment choisi lorsqu'il entendit des pas derrière lui. Intrigué par les bruits de conversations, Alex s'était rapproché. Clara et Louane s'échangèrent un regard entendu qui n'échappa pas au brun.

- Ah, mais on comprend mieux pourquoi tu vis en ermite depuis quelques temps… C'est que Monsieur était occupé ! sourit la rousse

- C'est pas ce que vous croyez, les filles !

- Oui, c'est ça ! Prends-nous pour des idiotes ! renchérit Louane

- De quoi ? Pourquoi je comprends plus rien moi ? fit Thomas, visiblement perdu

Romain soupira, se demandant si les évènements prenaient une bonne tournure ou non.

- Bon allez, entrez.

Il s'effaça pour laisser entrer le petit groupe dans l'appartement avant de se tourner vers Alex.

- Alex, je te présente Clara, Thomas et Louane, tu sais ? Ce sont les amis dont je t'ai parlé.

Romain guetta avec appréhension la réaction du jeune homme. Celui-ci sourit poliment avant de les saluer.

- Bonjour.

- Et… euh…ben c'est Alex, pour l'instant il habite avec moi mais on n'est pas ensemble pour celles qui se poseraient la question…

« Pas encore » se retint d'ajouter Romain. Il se doutait bien qu'Alex avait des sentiments pour lui mais il ne voulait pas le brusquer, pas après tout ce qu'il avait vécu. Il fallait qu'il se sente en confiance pour se reconstruire.

- Enchanté !

- Ravie de te rencontrer !

- De même !

Les jeunes gens s'installèrent au salon pour prendre l'apéritif et des pizzas furent commandées pour un peu plus tard dans la soirée. Romain discuta de tout et de rien avec ses amis tout en gardant un œil sur Alex qui s'était installé tout près de lui. Ce dernier ne prenait pas part à la conversation, parlait peu, mais n'avait pas l'air mal à l'aise pour autant. Il souriait même parfois à certaines blagues de Thomas. Romain fut soulagé de voir que le garçon qu'il aimait semblait apprécier ses amis et oubliait ce qui le tourmentait pour un moment.

La soirée se passa agréablement, dans la bonne humeur. On passa à table, on mangea les fameuses pizzas puis la bûche de Noël que Romain avait achetée le matin même. On but le cidre que Thomas et Clara avaient apporté. Les discussions allaient bon train.

- Et donc, Alex, tu as quel âge ?

C'était la jeune rousse qui avait parlé. Romain se crispa, il avait peur que les questions de ses amis embarrassent Alex. Le blond jeta un regard déconcerté en direction de son aîné qui l'encouragea d'un signe de tête et d'un petit sourire.

- Euh… Dix-sept ans… finit-il par répondre

- Et tu viens d'où ? Je veux dire… Tu n'as pas vraiment l'accent du sud, demanda Louane

Cette fois, ce fut Romain qui intervint en voyant le garçon se renfermer. Le brun ne voulait pas qu'Alex soit obligé de se rappeler des souvenirs qui lui faisaient mal.

- Bon allez, ça suffit les questions ! On n'est pas à un interrogatoire de police !
- Rho, ça va je voulais juste savoir.

La jeune fille n'insista pas cependant. On reprit la conversation comme si de rien n'était. De toute façon, songea Romain, il faudrait bien que le sujet revienne sur le tapis un jour ou l'autre. Il faudrait bien qu'Alex parvienne à parler de son passé pour pouvoir s'en libérer. Mais pas maintenant. C'était beaucoup trop tôt.

Il commençait à se faire tard. Lorsque Romain réussit enfin à mettre tout ce beau petit monde à la porte aux alentours de minuit, il s'autorisa un soupir de soulagement. Toute la soirée, il avait attendu ce moment pour enfin se retrouver un peu seul avec Alex. Toute la soirée, il avait rêvé de le prendre dans ses bras. Et il savait que c'était réciproque. Ces derniers jours, le plus jeune recherchait de plus en plus la proximité de son aîné. Le brun supposait que c'était pour lui une façon de se rassurer, d'apaiser ses peurs. Ils étaient si proches qu'une personne extérieure aurait pu penser à s'y méprendre qu'ils formaient un couple. Et pourtant non…

- Dis… Tu crois qu'ils m'aiment bien tes amis ? Ils ont dû me trouver bizarre, non ?

Romain se retourna, soudain tiré de ses pensées. Alex était assis sur le matelas, songeur. Le brun se dirigea vers lui, pour l'enlacer doucement.

- Mais non, je suis sûr qu'ils t'ont beaucoup apprécié, le rassura-t-il

- J'ai quasiment pas parlé de la soirée…

- Et alors ? Tu ne les connaissais pas, c'est normal. Tu verras, ça va venir petit à petit. Et puis, ils sont pas du genre à se formaliser de ce genre de choses. D'ailleurs, si tu veux, on pourrait les revoir un de ces jours.

Alex releva la tête et offrit un petit sourire à son vis-à-vis.

- Oui, ils ont vraiment l'air sympa !

Romain lui sourit en retour tout en acquiesçant. Ils se mirent tout deux en pyjama et ne tardèrent pas à se coucher. Alex se blottit contre le torse du plus âgé. Ils avaient pris l'habitude de dormir ensemble. Romain voulait être au plus près du blond pour le calmer et le réconforter la nuit en cas de cauchemar et il n'avait pas eu à insister bien longtemps pour que le plus jeune accepte. Ils ne faisaient rien de plus que dormir, il n'y avait aucune arrière-pensée. Leurs étreintes étaient chastes. Mais cela suffisait à rendre heureux Romain. Pour l'instant. Dans ces moments-là, ces moments privilégiés où il n'y avait qu'eux deux au monde, un immense sourire semblait ne plus vouloir quitter le visage radieux du brun.

oOoOo

Alexandre soupira en s'accoudant au garde-fou du balcon. Romain était parti faire des courses. Il n'avait aucune idée du temps que ça allait prendre. Romain avait dû le lui dire. Peut-être, il ne savait plus. Il n'avait pas écouté. Depuis ce matin, il n'avait rien écouté, il avait été ailleurs. L'air froid lui fouetta le visage. On était l'avant-dernier jour de l'année. Et pour lui, ce jour avait une saveur particulière. Aujourd'hui, il avait dix-huit ans. Enfin il était majeur. Il n'avait pas cru y arriver un jour, pour être honnête. Il avait tellement pensé qu'on le retrouverait inerte dans une ruelle avant la fin de l'année, figé éternellement dans les traits de ses dix-sept ans, que se tenir ici, face à la ville qui commençait à s'illuminer avec la nuit tombante, lui paraissait complètement irréel.

Son dernier anniversaire lui paraissait tellement lointain. Il y a un an, sa vie était totalement différente. Tout allait encore bien. Personne ne savait rien. Ses parents souriaient lorsqu'il avait soufflé ses bougies, Max lui avait offert un cadeau, une montre. Il l'avait laissée dans sa chambre le jour où il était parti. Une larme roula sur la joue d'Alex. Malgré tout ce qui s'était passé, il regrettait ce temps-là. Ses parents, pas ceux qui l'avaient renié, les autres, ceux qui l'avaient élevé, lui manquaient. Son frère lui manquait. Il se souvint de sa mère lui lisant des histoires le soir pour s'endormir et de Max qui l'emmenait jouer à la rivière près de chez leurs grands-parents. Il se souvint de leurs parties de cartes jusque tard dans la nuit, de leurs batailles de polochons, de leurs châteaux de sable à la mer. Alex pleura de plus belle. Il aurait tout donné pour revenir à cette époque, pour retrouver la sensation sécurisante d'être entouré d'une famille aimante. Pourquoi avait-il fallu que les choses se passent ainsi ? Bien sûr, à présent, il avait Romain, mais ce n'était pas pareil…

- Alex ! Alex, où tu es ?

Romain était rentré. Combien de temps s'était-il écoulé depuis qu'il était parti ? Le jeune blond entendit la baie vitrée menant au balcon coulisser et des pas se rapprocher dans son dos.

- Alex ? Qu'est-ce que tu fais là ? Tu vas attraper froid !

Le jeune homme ne répondit pas. Un sanglot vint briser le silence. Aussitôt, des bras vinrent s'enrouler autour de son corps. Alex savoura la chaleur de l'étreinte. Ils contemplèrent un instant la ville sans parler.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? murmura Romain au bout d'un moment

Il prit son visage en coupe et plongea son regard dans celui d'Alex, comme à chaque fois qu'il voulait obtenir une vraie réponse à ses questions.

- J'ai dix-huit ans… aujourd'hui… souffla le blond

- Oh… fit Romain surpris, Pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt ?

Alex haussa les épaules. Son vis-à-vis sourit doucement

- Alors, ça fait quoi d'être majeur ?

- Je sais pas… C'est bizarre… J'arrive pas à voir la différence et pourtant plus rien n'est pareil maintenant…

- Ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même, c'est ça ?

- C'est bien résumé, sourit l'adolescent, qui n'en était plus vraiment un à présent

Romain passa une main dans ses cheveux en bataille, soudain mal à l'aise.

- Ça m'embête un peu, comme tu m'as rien dit, j'ai rien prévu pour toi… Enfin, on peut toujours aller au resto si tu veux !

- Romain, je… J'ai pas vraiment envie de fêter ça… dit Alex en détournant le regard

- D'accord, comme tu veux…

Le plus âgé l'enlaça une fois de plus et embrassa sa tempe. Un bref silence s'installa entre les deux jeunes gens, bientôt brisé par Alex.

- Ils me manquent… Mes parents et mon frère… Si tu savais à quel point… murmura-t-il d'une voix faible

Romain se détacha légèrement du garçon et serra ses doigts fins dans ses mains.

- Je sais… Je suis vraiment désolé…

- C'est rien.

- Ça cailles vraiment, ici ! Ça te dit qu'on aille se réchauffer avec un chocolat chaud devant un bon film ?

Heureusement que Romain était là, songea Alex. Romain, qui lui avait sauvé la vie. Romain, qui lui remontait sans arrêt le moral, qui parvenait à le faire sourire un peu, qui illuminait sa vie. Romain, dont il était tombé amoureux. Sans lui, où serait-il à cet instant ?

Avec le brun à ses côtés, Alex croyait de nouveau en l'avenir. Il se sentait capable de tout. Certes, il n'était pas encore heureux. Il y avait encore trop de choses brisées en lui, trop de blessures à vif qui le faisait encore souffrir. Mais sentir son cœur battre un peu plus fort en présence du brun, c'était déjà un bon début.

- Avec plaisir ! répondit Alex avec un petit sourire

La dernière soirée de l'année, ils la passèrent bien au chaud à l'appartement. Romain et Alex attendirent minuit confortablement installés dans le canapé à regarder une émission stupide censée célébrer la nouvelle année. Ils parlèrent de tout et de rien, rirent quelquefois. Alex était serein. Enfin, cette année cauchemardesque se terminait. Il pourrait repartir de zéro. Le pire était derrière lui, cette nouvelle année serait forcément meilleure.

Lorsque minuit fut à quelques minutes de sonner, Romain se releva brusquement sous le regard interrogateur de son vis-à-vis.

- J'ai quelque chose à te montrer, viens avec moi ! s'exclama-t-il avec un sourire jusqu'aux oreilles

Et sans qu'Alex ait le temps de répondre quoi que ce soit, le brun l'avait pris par la main pour l'entraîner sur le balcon. Le plus jeune frissonna.

- Il fait froid… Pourquoi on est sortis ? Qu'est-ce que tu veux me montrer ?

Romain l'entoura de ses bras et le serra contre lui.

- Patience… murmura-t-il, Tu as moins froid comme ça ?

- Hmm, hmm… fit le blond en se laissant complètement aller dans les bras de son aîné

Jamais il n'avait été aussi bien de toute sa vie. Il aurait voulu que cette étreinte dure pour l'éternité. Ils contemplèrent un moment la ville éclairée qui semblait si paisible vue d'ici mais qui était en réalité en ébullition de l'intérieur en cette soirée de réveillon. Puis, Romain jeta un coup d'œil à sa montre.

- Attention… cinq… quatre… trois… deux… un… zéro !

Au même moment, des fusées s'élevèrent dans les airs au-dessus de la ville et éclatèrent en gerbes colorées dans le ciel nocturne. Du balcon de Romain, on avait une vue imprenable sur le feu d'artifice.

- Wahou… souffla le jeune garçon, émerveillé

- Bonne année, Alex !

- Bonne année !

Alex se retourna vers Romain en souriant et fut subjugué. Le feu d'artifice se reflétait dans ses prunelles. C'était presque magique. Il n'avait jamais trouvé le brun aussi beau qu'en cet instant. Leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, si bien que leurs souffles se mélangeaient presque. Et Alex avait l'impression qu'une force invisible le poussait encore plus avant vers Romain. C'était irrépressible. Ils ne pouvaient plus se quitter des yeux. Le blond voyait dans le regard de son vis-à-vis une tendresse infinie, un véritable amour. Comment une personne comme lui pourrait le faire souffrir ? Le plus vieux déposa une main sur sa joue, qu'il caressa doucement.

- Alex…

Alors, le jeune garçon s'abandonna à cette incontrôlable passion qui le dévorait. Il ne pouvait pas lutter contre ses sentiments indéfiniment. Leurs lèvres entrèrent en contact. Ce ne fut en premier lieu qu'un effleurement, un simple échange de souffle et puis le baiser devint plus fougueux. Leurs langues se rencontrèrent, jouèrent ensemble, timidement d'abord puis plus passionnément. Alex perdit le fil de ses pensées. Il sentait les mains de Romain, l'une dans sa nuque, l'autre perdue dans ses cheveux d'or. Il en voulait plus, encore plus. Il voulait les mains de Romain de partout sur lui, il voulait ne faire plus qu'un avec lui. Il s'accrochait fébrilement aux épaules du brun, craignant de tomber sous le coup de l'émotion. Et puis, lorsque Romain passa une main sous son T-shirt, Alex reprit brusquement ses esprits et se recula. Son souffle était erratique et les battements désordonnés de son cœur résonnaient jusque dans son cerveau.

- Alex ? Qu'est-ce qu'il y a ? demanda le plus âgé, légèrement inquiet

Alex leva vers lui un regard perdu. Il ne savait pas s'il avait bien fait de céder à sa pulsion. Il ne savait plus. Il en avait eu terriblement envie quelques minutes auparavant. Et il aurait donné n'importe quoi pour fondre une nouvelle fois sur les lèvres si tentatrices de Romain, mais… Ce « mais » qui avait disparu l'espace d'un instant était revenu et l'empêchait de faire quoi que ce soit. Ce « mais » qui représentait tout ce qu'il aurait voulu oublier, tout ce qui le torturait jour et nuit, malgré la présence rassurante de Romain.

- Alex ? murmura le brun en caressant sa joue tendrement

- Je… Tu es sûr ? Tu es sûr que c'est vraiment ce que tu veux ? J'ai couché avec des tas de mecs pour de l'argent, j'ai sucé quelqu'un pour de la drogue, j'ai fait des tas de choses dégoûtantes, je suis sale Romain…

Sa voix s'était brisée à la fin de sa phrase. Alex baissa les yeux pour cacher les larmes qui affluaient en nombre sous ses paupières. Mais Romain l'obligea à relever la tête et, plongeant son regard dans le sien, avec toute la douceur du monde, il répondit :

- Je m'en fiche de ça. C'est du passé maintenant, d'accord ?

- Toi, tu t'en fiche peut-être, mais moi pas

- Alex, est-ce que tu m'aimes ?

- Je… Je crois…

- Alors, c'est tout ce qui compte.

Et doucement, tout doucement, Romain rapprocha son visage du sien. Le blond se laissa faire. Sous le bouquet final du feu d'artifice qui annonçait une année nouvelle, pleine de promesses, ils s'embrassèrent de nouveau. Et Alex eut l'impression que le feu d'artifice était entré en lui, qu'il explosait dans son ventre. De toute sa vie il n'avait goûté à une sensation aussi délicieuse. Il était enivré par le goût de lèvres du brun. Il ne voulait plus que ça s'arrête, plus jamais.

Sans cesser de s'embrasser, ils se dirigèrent vers l'intérieur de l'appartement et basculèrent sur le matelas. Les vêtements volèrent, les caresses s'enflammèrent. Alex croisa le regard brillant de désir de Romain et il comprit que ce dernier voulait la même chose que lui. Et tandis que leurs corps s'unissaient et que leurs soupirs résonnaient à l'unisson dans la pièce, leurs lèvres se scellèrent, comme une promesse. Une promesse de bonheur.

oOoOo

La première chose que vit Romain en se réveillant fut Alex qui dormait sur le ventre, à côté de lui. Instantanément, un sourire vint prendre place sur son visage. Les cheveux blonds du garçon étaient emmêlés et le soleil se reflétait sur son dos nu, qui n'était qu'à demi couvert par les draps. Il avait l'air si paisible, ainsi. On aurait dit un ange tombé du ciel. Romain observa un moment son amour dormir. Il était tellement beau… Le jeune homme avança doucement une main pour effleurer le bras de son… Petit copain ? Car avec ce qui s'était passé la veille, on pouvait considérer qu'ils étaient ensemble, n'est-ce pas ? Romain sentit son cœur se gonfler de joie à cette pensée.

Le garçon eut bien du mal à s'arracher à la contemplation d'Alex. Il embrassa tendrement ses cheveux en prenant soin de ne pas le réveiller et se leva finalement. Romain récupéra son boxer qui trainait au pied du matelas et enfila un T-shirt propre avant de se diriger vers la cuisine. Il avait envie de faire plaisir à son amoureux et de lui offrir un petit déjeuner au lit.

Lorsqu'il eu terminé de tout préparer, Romain revint vers le lit en portant un plateau chargé de chocolat chaud encore fumant et de tartines bien garnies. Alex n'avait pas bougé d'un pouce. Il posa le plateau par terre non loin du lit avant de s'avancer sur le matelas. Le jeune homme entreprit de réveiller son amant. Romain effleura le visage de son vis-à-vis avant de déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Les paupières d'Alex papillonnèrent avant de s'ouvrir lentement. Il sourit dès qu'il vit la personne penchée au-dessus de lui et ses yeux s'illuminèrent.

- Je t'aime… souffla-t-il d'une voix encore endormie

- Moi aussi, répondit Romain qui ne put s'empêcher de sourire comme un idiot

- Pourquoi tu souris comme ça ? demanda Alex d'un air inquisiteur

- Parce que c'est la première fois que tu me le dis vraiment.

- Oh…

Le sourire du garçon s'élargit encore plus devant l'innocence juvénile du blond. Il fondit de nouveau sur les lèvres de son bien-aimé. Cette fois, le baiser se fit plus approfondi. Romain sentit son cœur s'envoler de sa poitrine. Il ne se lasserait jamais du goût des lèvres d'Alex, de son odeur enivrante. Il était totalement accro à lui. Ils se séparèrent finalement au bout de quelques minutes, pour reprendre leur souffle.

- Au fait, j'ai préparé le petit dej' ! annonça le brun en rapprochant le plateau

- Ah, ça tombe bien, j'ai la dalle !

Romain se remit à sourire bêtement.

- Quoi encore ?

- C'est aussi la première fois que tu dis que t'as faim.

- Et ? fit Alex, ne comprenant visiblement pas où l'autre voulait en venir

- C'est plutôt bon signe. Quelque chose me dit qu'on devrait faire l'amour plus souvent.

Ils éclatèrent tout les deux de rire. Puis, quand ils se furent calmés, ils mangèrent avec appétit le petit déjeuner que Romain avait préparé amoureusement. Ce dernier, d'ailleurs, avait du mal à croire à tout ce qui s'était passé depuis la veille au soir. Il avait l'impression de vivre un rêve éveillé. Il se sentait si heureux, si léger. Il aurait voulu que jamais rien ni personne ne vienne briser leur bulle de bonheur à tous les deux.


Et voilà, nos deux tourtereaux roucoulent enfin ! Le dénouement est proche et le prochain chapitre marquera la fin de l'aventure d'Alex et de Romain.

En espérant que ce chapitre vous a plus, à bientôt !