Hey, new story, pas très new mais bon, c'est une réécriture de quelque chose que je n'avais jamais finit. Il y a une romance F/F mais, l'histoire d'amour est beaucoup moins marqué, promis je me rattraperais. J'ai déjà plusieurs idées d'histoires f/f.

J'espère que ça vous plaira, bonne lectures petites créatures !


Prologue

.

Elle avait assistée à quelque chose qu'elle n'aurait pas dû.

La jeune fille se répétait cette pensée en boucle.

Elle avait assistée à quelque chose qu'elle n'aurait pas dû. Et maintenant des gens, des mercenaires, avaient été envoyés chez sa mère pour la trouver.

Son dos pressé contre le mur de la mine, elle fixait sans le voir le vide s'étendant devant elle. Une pointe métallique lui rentrait douloureusement dans la colonne vertébrale. Elle ne bougea pas d'un pouce. Elle était trop sous le choc pour agir.

Sa seule solution était de partir. Ce n'étaient pas les pauvres hères prêts à tous pour se nourrir qui avaient été envoyés à ses trousses. Non, c'était les mercenaires de métier.

Un bruit la tira de ses pensées. Elle se tourna vers un mineur qui ne lui accorda qu'un regard avant de partir.

Elle inspira en tremblant.

La jeune fille attendit quelques secondes et se mit en route au pas de course. L'homme ne l'avait pas restreinte, il n'était peut-être pas au courant, mais bientôt il saurait que les tueurs la recherchaient et il la dénoncerait. C'était ainsi.

Heureusement comme tous les natifs elle connaissait le labyrinthe de constructions comme sa poche. Peut-être un peu mieux car elle n'avait pas peur d'aller au sommet.

Elle savait qu'un vaisseau s'était posé il y a peu pour charger du minerai.

Elle regarda le vidéographe entre ses mains. Elle n'était même pas sûr que l'objet miteux n'ait pas endommagé les bytes qu'elle avait enregistré par instinct. Il était possible qu'on la chasse pour une information déjà détruite.

Même si c'était le cas on n'épargnerait pas sa vie.

Elle se dirigea vers le vaisseau de fret. Il y avait toujours des mineurs qui réussissaient à monter. Les gardes ne surveillaient même pas le cargo. Maintenant elle savait pourquoi. Les passagers clandestins tombaient malades à cause de l'addiction, ne se cachaient plus et les militaires pouvaient les tuer sans avoir à suer pour les trouver.

Mais elle avait les pilules de Frenex en poudre et savait comment réduire sa consommation sans se tuer.

Elle quitterait cette planète sans un mot à sa mère, à Phila, tout en condamnant son frère.

Et elle survivrait.

Elle hésita à quelques centaines de mètres de la soute. C'était en groupe qu'on survivait dans la mine, avec quelqu'un assurant vos arrière. L'idée d'être seule la paralysa sur place.

Peut-être qu'elle ferait mieux de demander à Phila de venir avec elle ?

Un garde cria à un autre que le départ était dans une trentaine de minute.

Elle devait agir maintenant.

.
.