Il Pleure À Verse

Les gouttes, acides, s'écrasent au long du marbre froid

Tout se tait, placide, et gèle même l'effroi

Figé dans le moment, un cri silencieux

S'échappe dans le vent et fuit dans les cieux.

La pluie creuse, peu à peu, l'albâtre toute striée,

La roche a l'air de fendre et, sur son destrier,

Arrive Zeus avec l'immense symphonie

Aux accords durs et secs de la sourde agonie.

Les perles, à flots, coulant, des gemmes cristallines,

Se perdent, oui, plus de cent fugueuses pétalines

S'arrachent doucement du débordant calice,

Tant de larmes semant, sur un visage lisse.